Archives par mot-clé : Trevor Hairsine

DCEASED 2

Après un excellent premier tome et deux récits complets sympathiques qui se déroulaient en marge de l’histoire principale (Unkillables et Hope at World’s End), place à la « vraie » suite de DCEASED, intitulée Dead Planet en VO (et sobrement DCEASED 2 en France). Avant d’entrer dans le cœur du sujet, un rappel des évènements est nécessaire.

[Précédemment dans DCEASEDAvant-propos de l’éditeur]
Darkseid a des années durant tenté de percer le secret de l’équation d’Anti-Vie via des attaques régulières contre la Terre et ses héros. Mais récemment, il est parvenu à porter un coup fatal à la Ligue de Justice. Lors d’un combat où le groupe pensait avoir vaincu le despote d’Apokolips, celui-ci a infecté via Cyborg la population humaine avec un virus se répandant dans les entrailles du net. Toute personne connectée succombait alors à une folie démentielle la transformant en une créature proche des zombies, agressive et sans pitié.

Désemparés, les héros de la Ligue ont tenté d’enrayer la machine alors que leurs rangs étaient décimés au fur et à mesure que le virus se déployait. Batman fut le premier à succomber, obligeant Damian Wayne, son fils, à reprendre le flambeau. Puis, ce fut le tour de Metropolis d’être détruite dans une explosion causée par un Captain Atom infecté. Hal Jordan, lui aussi, devint fou et c’est Dinah Lance, Black Canary, qui fut choisie par son anneau pour devenir la nouvelle Green Lantern de la Terre.

Enfin, alors que la résistance s’organisait, Superman et Wonder Woman furent contaminés : Jon Kent, le fils de l’Homme d’Acier, et Cassie Sandsmark, protégée de Diana, endossèrent les rôles de leurs aînés. La Terre semblait condamnée et les rares survivants fuirent dans une arche spatiale protégée par le Corps des Green Lantern arrivé à la rescousse in extremis. Ces réfugiés s’enfuirent vers les étoiles en destination d’une « Terre-2 » à même de les accueillir. Cf. DCEASED.

Sur Terre cependant, il restait des humains, parmi lesquels Red Hood, l’ancien Robin, Ravager, la fille de Deathstroke et Mary Batson, seule rescapée de la famille Shazam, qui se trouvait cachée dans un orphelinat assiégé. Conduits par Red Hood, et sauvés grâce au sacrifice d’anciens super-vilains comme Deathstroke, Lady Shiva ou Solomon Grundy, les enfants trouvèrent refuge dans l’éden créé par Poison Ivy assistée par Harley Quinn. Ils restent néanmoins encore menacés par la présence de certains infectés dont la première Wonder Woman. Cf. DCEASED – Unkillables.

De leur côté, plusieurs héros marginaux comme Booster Gold, Blue Beetle, les Néo-Dieux Mister Miracle et Big Barda et le spécialiste de l’occulte, John Constantine tentèrent, en vain, de changer le cours du temps afin d’empêcher l’épidémie. Mais Constantine fut le seul survivant de l’expédition et rejoignit Zatanna, le Docteur Fate et d’autres mages. Cf. DCEASED – Hope at World’s End.

Cinq ans plus tard, l’heure est venue pour toutes ces factions de faire front commun pour déterminer si l’humanité pourra éliminer à tout jamais ce virus d’Anti-Vie.

[Résumé de l’éditeur]
Le monde est dévasté : les surhommes infectés par l’Anti-Vie de Darkseid ont condamné notre Terre forçant ses héros survivants à migrer vers des cieux plus cléments… du moins le croient-ils. Car à peine arrivés sur cette nouvelle planète les voilà attaqués par des extraterrestres, et rattrapés par une ancienne connaissance elle aussi infectée !

[Début de l’histoire]
Cinq ans après les tristes évènements de DCEASED, les survivants dans l’espace perçoivent un signal de détresse de Cyborg. Ce dernier est vivant et il existerait un remède pour guérir le virus. C’est le début d’un retour au bercail pour Jon Kent (Superman), Damian Wayne (Batman), Cassie Sandsmark (Wonder Woman) et quelques autres. L’occasion de retrouver des têtes familières à différents endroits (dans le havre de paix de Poison Ivy par exemple).

De son côté, John Constantine s’allie avec Swamp Thing afin de contrer une autre menace, le démon Trigon, qui pourrait bien être encore plus dévastateur que le virus…

[Critique]
On reprend à peu près les mêmes ingrédients que la formule gagnante du premier volet et on recommence ! DCEASED 2 fonctionne tout aussi bien que son aînée, passé la surprise et la découverte de cet univers « zombifié » de DC Comics. On y retrouve les mêmes points forts mais aussi les mêmes points faibles… Commençons par ces derniers. Le rythme de la fiction est très rapide, on passe d’une scène à une autre, d’un protagoniste à un autre, d’un lieu à un autre et ainsi de suite sans avoir le temps de « respirer », de profiter un peu d’une accalmie, parfois même de comprendre pourquoi on saute d’un sujet à un autre aussi brusquement.

Si le premier tome était assez accessible pour un nouveau venu chez DC, ici on brasse nettement plus de personnages secondaires parfois moins connus. Le fan y prendra donc plaisir là où le néophyte sera peut-être un peu paumé entre Mister Miracle, Etrigan, Dr Fate, Zatanna… De même, si Superman (Clark Kent) était la figure héroïque la plus mise en avant dans DCEASED, étonnamment ici c’est John Constantine sur qui les projecteurs sont braqués. Son parcours et même « son arc narratif » se mélangent avec le statu quo de la fiction tout en étant paradoxalement un peu déconnecté voire peu utile…

Il aurait été plus judicieux d’utiliser ce précieux temps pour s’attarder sur des héros trop peu exploités ou des figures emblématiques du tome précédent ici réduites à de la figuration ou absentes (Lois, Alfred, Harley Quinn, Poison Ivy…). Une dimension « humaine » moins croquée dans ce volume donc mais avec quelques petites touches agréables ici et là (les retrouvailles entre Damian et Jim, la bénédiction de Jason Todd pour que Damian endosse le costume de Batman, etc.). Clairement, on a plus l’impression de lire une aventure de Justice League Dark dont l’issue semble assez évidente (et précipitée). C’est peut-être le problème de cette suite, qui est un peu moins surprenante tout en restant efficace.

En clair, si l’univers DCEASED vous plaît, aucune raison de faire l’impasse sur cette suite. Si seulement le premier tome vous avait convaincu mais pas les deux courtes séries dérivées, pas sûr que ce second segment vous passionne autant. À date (juillet 2022), il n’y a pas d’autre suites ou spin-off, ce qui permettait d’enrichir a posteriori l’œuvre mère et la consolidait. Ici on aurait aimé exploiter le côté inédit de la situation (au fond… le même repproche que le premier tome) à défaut d’avoir une production « divertissante » (là-dessus, comme toujours, si on est peu exigeant, le voyage sera satisfaisant bien sûr).

Du reste, DCEASED 2 propose une « course contre la monstre » multiple, qui va certes trop vite et survole parfois ses intrigues (l’héritage et le passage de flambeau de la trinité DC notamment) et personnages (Jon et Damian sont assez présents mais Cassie et Black Canary à peine croquées), mais reste haletante et assez originale.

On y retrouve la même équipe artistique que le premier volet, Tom Taylor au scénario (qu’on ne présente plus) et Trevor Hairsine au dessin, de bonne facture, avec des séquences dynamiques et une action plutôt lisible (ces affrontements éclatés contre Plastic Man et tant d’autres, un régal !), au détriment d’un manque de détails sur les visages de temps en temps ou de fonds de cases assez pauvres. Le tout richement coloré par Rain Beredo, offrant donc un tableau graphique franchement agréable (vous serez en terrain connu si vous avez aimé DCEASED premier du nom donc).

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 12 novembre 2021.
Contient : DCeased : Dead Planet #1-7

Scénario : Tom Taylor
Dessin : Trevor Hairsine
Encrage : Gigi Baldassini, Stefano Gaudiano, Tom Derenick
Couleur : Rain Beredo

Traduction : Jérôme Wicky
Lettrage : Cromatik Ltéee, Île Maurice

Acheter sur amazon.fr :
DCEASED – Tome 2 (21€)
DCEASED – Tome 1 (23€)