Archives de catégorie : Review

Batman Arkham – Poison Ivy

Pamela Isley, alias Poison Ivy est à l’honneur dans le deuxième opus de la collection Batman Arkham ! La célèbre empoisonneuse (ou éco-terroriste selon les périodes éditoriales) est au centre de onze récits (ainsi qu’une double page et des « fiches signalétiques »), majoritairement issus des années 1990 et 2000 (à l’exception de sa première apparition dans un épisode de 1966), incluant un très long chapitre de soixante-dix pages environ (L’ombre d’un doute). De quoi offrir un bel éventail d’histoires pour cette antagoniste charismatique trop souvent reléguée au second plan. La sélection propose du beau monde côté artistes avec quelques scénaristes connus, comme Neil Gaiman et Paul Dini, mais aussi des dessinateurs de renom comme Guillem March (Catwoman) et Stjepan Šejić (Harleen).

Prenez garde à Poison Ivy !Batman #181 (1966)
Scénario : Robert Kanigher | Dessin : Sheldon Moldoff

Une mystérieuse nouvelle ennemie apparaît à Gotham : Poison Ivy ! Séduisant tous les hommes et usant de produits chimiques pour aveugler ses victimes, elle partage un double objectif. D’un côté, elle veut devenir la criminelle numéro de la ville, pour cela elle doit prendre la place des trois femmes les plus belles et dangereuses du moment : Libellule, Aranéide et Halisidote. D’un autre côté, elle veut « simplement » partager sa vie avec un homme la méritant : elle hésite entre Batman et… Bruce Wayne !

Personnage immédiatement charismatique, Poison Ivy a plus ou moins « mal vieilli » en relisant sa première apparition. Pour coller à l’époque, la bande dessinée est très bavarde, justifiant chaque action de tous les protagonistes, aussi bien en bulle de narration qu’en paroles et dialogues explicites – ce qui est toujours un peu pénible mais conserve tout de même un certain charme. Le propos un brin sexiste fait un peu tâche aujourd’hui… mais les dessins sauvent l’ensemble et puis, c’est historique, c’est la première fois qu’on voit Ivy ! Encore mal définie, il n’est pas question de manipuler la flore pour l’Empoisonneuse – qui mettra des décennies avant d’être entièrement caractérisée, cf. conclusion générale en fin de critique – mais son look « chlorophylle » est déjà présent. On apprécie l’effort de langage soutenu habilement traduit, délicieusement vintage… L’histoire, quant à elle, n’est pas très passionnante mais divertit ; c’est déjà ça.

 

PavaneSecret Origins V2 #36 (1989)
Scénario : Neil Gaiman | Dessin : Mark Buckingham

Un inspecteur doit interroger Poison Ivy, enfermée en prison. Objectif : comprendre qui est l’Empoisonneuse, quelle est sa véritable identité, ses missions, etc. Tous les rapports d’enquête (FBI, CIA, GCPD…) ont des informations contradictoires. Mais l’homme va-t-il résister aux charmes d’Ivy ?

Nettement plus moderne (forcément vu l’année de publication), on se surprend à « suivre » Ivy dans ses récits : sont-ils fictifs ? réels ? exagérés ? Difficile de savoir et c’est ce qui donne un certain charme à cette petite bande dessinée qui tente élégamment de caractérisée Pamela, en proie à une certaine folie. Graphiquement, on n’a pas forcément l’impression de lire un comic book mais presque une œuvre indépendante, on ne croise d’ailleurs aucun super-héros, ni Batman et Robin (seulement le temps de deux ou trois cases en flash-back qui fait écho au segment précédent) ni Green Lantern qui est en couverture avec Ivy pourtant (la première partie de ce Secret Origins #36 lui était consacrée). Bref une seconde entrée en matière efficace.

Effet de SerreLegends of the Dark Knight #42-43 (1993)
Scénario : John Francis Moore | Dessin : P. Craig Russell

Un homme se suicide lors d’une soirée de charité où Bruce Wayne est présent. En enquêtant sur les raisons qui ont poussé la victime à se donner la mort, Batman comprend que Poison Ivy est probablement derrière cet acte. Pourtant, Pamela Isley se déclarait guérie et, malgré, son ancienne idylle avec le Chevalier Noir, elle est peut-être elle aussi manipulée…

Deux chapitres plutôt bien écrits et dessinés servent une histoire un brin convenu, dont les prénoms franco-français de certains personnages (Dominique, Victor…) sonnent un peu « faux » mais on apprécie énormément l’emprise d’Ivy sur Batman, tout en finesse, ajoutant des nuances d’empathie envers l’Empoisonneuse, ou plutôt l’Ensorceleuse, fragile et un peu perdue elle aussi. On regrette juste qu’elle reste en costume civil tout au long des épisodes (à de rares exceptions près sur la fin). Sa relation avec Batman et les tourments de ce derniers sont la force de ce récit, qui prennent le dessus sur les quelques clichés ambulants liés au côté séduction féminine/emprise masculine.

Année UnBatman : Shadow of the Bat Annual #3 (1995)
Scénario : Alan Grant | Dessin : Brian Apthorp

Depuis un an, Bruce Wayne arpente les rues de Gotham City la nuit en tant que Batman. Il commence à bâtir une réputation de justicier dans la ville. Sa route croise celle de Poison Ivy, envoûtante jeune femme à laquelle le milliardaire n’est pas insensible. Qui est-elle ? Comment les hommes tombent-ils, littéralement, sous son charme ?

Probablement LE titre le plus intéressant (jusqu’ici) qui alterne habilement les premiers pas du Chevalier Noir et ceux de l’Empoisonneuse, il manque encore « l’origine de ses pouvoirs », rapidement esquissée le temps d’une ou deux cases mais on la voit (enfin !) en pleine capacité de contrôler les plantes et d’injecter du poison (des champignons poussent sur ses victimes). L’ensemble est brillamment dessinée, explosant parfois en pleine page ou double pages (dont une verticale, cf. illustration en fin de la critique) quelques séquences d’action ou d’intimité. Clairement un titre important qui n’a pas pris une ride ! On apprécie aussi l’humour d’Alfred, l’enthousiasme d’un Bruce Wayne pas encore abîmé ou lassé et quelques allusions sympathiques à Batman, la série animée ou d’autres clins d’œil à la mythologie d’Ivy, comme le trio d’ennemies féminines de sa première apparition réincarné ici en groupe de rock.

La loi de la jungleBatman : Poison Ivy #1 (1997)
Scénario : John Francis Moore | Dessin : Brian Apthorp

Réfugiée sur une île avec la faune et la flore, Poison Ivy jure de se venger quand des mercenaires incendient la nature… À Gotham, Bruce échange avec un de ses amis entrepreneurs créateur de parfum…

Un récit assez long comportant les qualités et défauts de son époque. La proposition graphique peine à satisfaire, faute à une colorisation numérique semi-réussie et des traits assez quelconque. Le titre est très convenu et prévisible – ça fonctionne rarement un « nouveau collègue » de Wayne… – , néanmoins il apporte une évolution non négligeable pour Ivy (sexualisée comme jamais ici) : on se prend d’empathie pour elle puisque ses desseins ne sont pas foncièrement « mauvais », Batman lui-même échange sur le sujet avec sa rivale. Une parenthèse avec Killer Croc, lui aussi sensible à la verdure, se révèle intelligente. L’Empoisonneuse amorce le tournant qui la nuancera davantage que les sempiternelles crimes pour se faire de l’argent, l’approche écologique commence ici. Un chapitre important donc, malgré ses défauts.


Fruit de la PassionThe Batman Chronicles #14 (1997)
Scénario : Andrew Helfer | Dessin : Cully Hamner

Enfermée à Arkham, Ivy conçoit d’étranges créatures mi-animales, mi-florales : des petits rongeurs ressemblant fortement à des plantes… Un des gardiens de l’asile décide d’en offrir à sa fille.

Sans aucune doute l’épisode le moins passionnant, très court (neuf pages) aux dessins un peu « brouillon » et à l’histoire vite expédiée voire confuse… On peut clairement faire l’impasse dessus même si les fans d’Ivy (qui sont là pour lire tout ce qui tourne autour d’elle) seront peut-être satisfaits.

Le PariBatman : Gotham Knights #14 (2001)
Scénario : Paul Dini | Dessin : Ronnie Del Carmen

Enfermées à Arkham, Harley et Poison Ivy se lancent un pari amusement mais un peu risqué : l’empoisonneuse estime que chaque homme du pénitencier peut tomber sous son charme et l’embrasser !

On replonge dans l’univers du dessin animé de Batman puisque Paul Dine signe le scénario, Bruce Timm l’illustration de couverture – les dessins de la bande dessinée sont assurées par Ronnie Del Carmen, qui s’efforce d’approcher du style de Timm avec une certaine réussite. Initialement, ce court récit (huit pages seulement) est paru en noir et blanc dans Batman Black & White mais a été mis en couleur pour l’occasion (on ignore par qui en revanche). L’histoire se déroule quand Harley est encore férocement amoureuse de son poussin. Pour cause, le titre est sorti en avril 2001, bien loin de l’émancipation actuelle de l’ancienne docteur… mais l’histoire est autant centrée sur elle qu’Ivy qui trouve ici une amorce humoristique très bienvenue. À noter qu’Urban avait déjà publié ce segment dans un hors-série de Batman Univers consacré à Harley Quinn.

Entre l’arbre et l’écorceBatman : Gotham Knights #15 (2001)
Scénario : Devin K. Grayson | Dessin : Roger Robinson

Poison Ivy contrôle plusieurs personnes présentes lors d’une soirée caritative visant à préserver les forêts. Parmi les invités : le père de Timothy Drake et sa nouvelle compagne. Batman et Robin arrivent sur les lieux…

Autant tourné vers le troisième Robin – encore à ses débuts visiblement même si le personnage existait depuis une douzaine d’années – que sur l’Empoisonneuse, on retrouve ce qui fonctionne « bien » : Ivy y apparaît radical dans son combat écologique (elle n’hésite pas à tuer) mais ce qu’elle tente de sauver est tout à fait respectable. Son échange avec un Robin jeune mais déjà mature conclut bien cet épisode, visuellement très agréable avec quelques découpages bien sentis et des teintes émeraudes efficaces.

L’ombre d’un douteBatman/Poison Ivy : Cast Shadows #1 (2004)
Scénario : Ann Nocenti | Dessin : John Van Fleet

Tandis qu’Ivy tente une guérison à Arkham, un riche homme d’affaires est en train de faire construire le plus haut gratte-ciel de Gotham City. De quoi masquer le soleil et la lumière… si précieux pour les citoyens et bien sûr pour Pamela.

Épisode très long (près de soixante dix pages), volubile (inutilement au début) mais très prenant, doublé d’une proposition graphique très séduisante et une lisibilité de l’ensemble très « cinématographique ». L’histoire est un peu convenue de prime abord mais bénéficie du capital sympathie d’Isley/Ivy puis de sa relation avec Batman : le duo est efficace et sert le récit avec une certaine pointe de mélancolie (une fois de plus, on comprend les intentions de l’Empoisonneuse, son combat est louable). Les teintes sépias tout le long confèrent une atmosphère anxiogène qui épouse à merveille la fiction, épique quand elle se lâche dans des scènes d’exposition ou d’action, magistralement servie à la fois par des décors proche du photo-réalisme et de la colorisation (a priori effectuée par le dessinateur Van Fleet même si ce n’est pas confirmé). Seuls quelques visages aux traits anguleux et gras cassent un peu « l’ambiance » mais l’identité visuelle de l’ensemble reste un régal.

DéfloréeJoker’s Asylum : Poison Ivy #1 (2008)
Scénario : J. T. Krul| Dessin : Guillem March

Depuis Arkham, le Joker conte une histoire, intitulée Déflorée, revenant sur Poison Ivy : ses origines et son combat actuel.

Rien de neuf sous le soleil de Gotham ici, un condensé de ce qu’on connaît déjà sur Ivy servi par les dessins de Guillem March (la série Catwoman (Renaissance)), donc avec forcément plein de belles jeunes femmes – même si on a connu l’artiste plus inspiré dans le même registre –, les amateurs de jolies courbes seront séduits, les autres y verront un énième sexisme maladroit qui s’était pourtant éloigné de la caractérisation du personnage (est-on obligé de dessiner Pamela/Ivy nue quasiment tout au long de la bande dessinée ?). Reste quelques échanges amusants et un Batman moins habile que d’habitude.

La justicière verteSecret Origins V3 #10 (2015)
Scénario : Christy Marx | Dessin : Stjepan Šejić

Pamela Isley rend visite à une cultivatrice de maïs, voisine malgré elle d’une entreprise versant des produits nocifs sur les récoltes…

Encore une fois un récit « origine » sur Ivy, il y en a clairement un peu trop dans l’ouvrage (on y reviendra en conclusion). Néanmoins, il permet d’apprécier le superbe style de Stjepan Šejić, qu’on retrouvera quelques années plus tard sur le titre Harleen (qu’on recommande), dans lequel intervenait déjà Ivy avec ce nouveau look, encore plus abouti – il est étonnant de ne pas avoir inclut ce segment dans Harleen justement, peut-être parce que le dessinateur-auteur avait prévu toute une histoire sur Ivy avant de l’abandonner…

Les origines de Poison IvyCountdown #37 (2007)
Scénario : Scott Beatty | Dessin : Stéphane Roux

Une ultime double page sur… les origines et l’histoire de Poison Ivy, décidément ! L’intérêt se situe dans les dessins du Français Stéphane Roux et des sagas essentielles conseillées pour explorer d’autres récits sur l’Empoisonneuse (presque identiques entre la VO et la VF). Les archives de la Suicide Squad (vol. 3), Batman – No Man’s Land puis New Gotham, Gotham Girls et Harley & Ivy sont ainsi cités (Paul Dini Présente Batman – Tome 1 également mais en mention par rapport à une connexion textuelle), tous disponibles chez Urban Comics.

Deux « fiches signalétiques » concluent l’ouvrage, chacune composée d’un dessin d’un long texte biographique.

Conclusion générale :

L’avant-propos d’Urban Comics retrace le parcours éditorial d’une figure féminine mal définie durant des années. Créée tardivement (juin 1966, au moment de la diffusion de la série TV à succès), Poison Ivy est assimilée à une séductrice fatale, intelligente et armée d’un « stimulateur de plantes ». C’est durant les années 1980 qu’elle obtient l’identité de Pamela Lillian Isley, dotée de pouvoirs (« phéromones agressives et immunité totale ») avant d’être enfin « réellement » caractérisée dans Batman, la série animée, soit dans les années 1990.

L’approche éco-terroriste misanthrope influence les auteurs de comics tout en nuançant la personnalité d’Ivy : elle aide et sauve certains habitants de Gotham (on pense à la saga No Man’s Land par exemple) ou rejoint Harley Quinn et Catwoman dans diverses aventures. Elle noue une relation tantôt amicale, tantôt amoureuse avec l’ancienne compagne du Joker (on recommande d’ailleurs la série d’animation Harley Quinn pour l’efficacité du duo Ivy/Quinn). Uma Thurman l’a interprétée dans Batman & Robin en 1997 – en allumeuse ridicule.

L’Empoisonneuse mériterait aussi bien une nouvelle adaptation moderne au cinéma (dans une des suites de The Batman ?) qu’une histoire en comics qui « ferait date ». En effet, le combat radical écologique (et féministe) d’Ivy est un puissant écho à l’actualité, on pourrait aisément s’y projeter. Le personnage serait légitime d’avoir ces honneurs et serait redoutablement plausible et fascinant avec cette approche réaliste, surfant sur les enjeux de notre monde moderne et en adéquation avec notre temps. Qui s’y collera ?

À l’instar de Selina Kyle/Catwoman, Pamela Isley/Poison Ivy est donc souvent croquée comme le cliché de « la femme fatale », une séductrice mortelle. L’évolution du personnage est en ce sens passionnante. Subsiste une frustration : ce qu’il s’est déroulé avec le Dr. Woodrue, responsable (tour à tour) de sa peau verdâtre, de son contrôle de la flore, de son immunité au poison tout en pouvant en prodiguer elle-même, etc. Cet évènement est relaté uniquement lors d’une ou deux cases en flash-back sans que l’on voit (et donc sache) vraiment ce qu’il s’est produit…

Par rapport au contenu VO, Urban Comics fait l’impasse sur deux épisodes de 1978, A Kiss of Death Times Three et A Poison of the Heart (World’s Finest Comics #251-252) ainsi qu’un de 1981, A Sweet Kiss of Poison (Batman #1981). Idem pour deux segments plus récents, un sans titre issu de Gotham City Sirens (#8 en 2010) et l’évident The Green Kingdom (Detective Comics #23.1 en 2013, déjà publié en kiosque). Un choix étonnant donc mais qui permet d’être remplacé par cinq autres titres (toute la seconde moitié de l’ouvrage presque) qui sont clairement dans le haut du panier.

En synthèse et sans surprise, Batman Arkham – Poison Ivy est un incontournable pour les amoureux de l’Empoisonneuse. On aimerait encore d’autres titres, plus longs et aboutis, dans d’autres collections (seul un hors-série de l’époque kiosque lui fut consacré). Pour ceux qui n’accrochent pas plus que ça à cette ennemie, il n’est évidemment pas utile de lire cet ouvrage, d’autant qu’on y trouve peu le Chevalier Noir.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 3 décembre 2021.

Scénarios et dessins : collectif (voir critique)
Traduction : Thomas Davier, Xavier Hanart et Jérôme Wicky
Lettrage : Moscow Eye et Makma

Acheter sur amazon.fr : Batman Arkham – Poison Ivy (29€)

Page de la collection Batman Arkham sur le site.

 

 

 

Batman Arkham – Le Sphinx

Ce cinquième volume (sur six) de la collection Batman Arkham se concentre sur Le Sphinx, alias The Riddler en VO, ou encore L’homme-mystère en français ou E. Nigma (de son vrai nom Edward Nigma). Comme les précédents tomes, celui-ci reprend une partie du contenu de son homologue US. Découverte et critique des neuf histoires qui composent le titre, depuis l’apparition du Sphinx en 1948 à son évolution moderne des dernières années, de Bill Finger à Scott Snyder, en passant, entre autres, par Neil Gaiman et Chuck Dixon.

 

Le SphinxDetective Comics #140 (1948)
Scénario : Bill Finger | Dessin : Dick Sprang

Un nouvel ennemi fait son apparition dans Gotham : le Sphinx ! Féru de devinettes, il n’hésite pas à provoquer Batman et Robin pour annoncer ses crimes. Mais Edward Nigma triche pour réussir ses défis et s’assurant la victoire.

La toute première apparition du Riddler ! Forcément, il y a un petit aspect vintage qui prête à sourire en lisant les échanges entre Batman et Robin, entre les protagonistes qui expliquent bien ce qu’ils sont en train de faire pour ne pas dérouter le lecteur. Le charme nostalgique des comics de l’époque… Du reste, au-delà d’être un récit important qui a façonné un ennemi entré au panthéon de la galerie de vilains de Gotham, le chapitre réussit à tenir en haleine et proposer une certaine originalité (surtout au moment de sa publication) avec moins de violence, pas d’armes à feux mais simplement de la ruse. Indispensable pour découvrir les origines du Sphinx !

Le concours de casse-tête criminels !Detective Comics #142 (1948)
Scénario : Bill Finger | Dessin : Dick Sprang

Le Sphinx promet des récompenses pour ceux qui résoudraient ses énigmes. Citoyens, malfrats et policiers se ruent donc dès qu’ils réussissent à trouver la solution des énigmes (peu compliquées) du criminel. En réalité, Nigma profite de ses mouvements de foule pour commettre des vols et faciliter sa fuite grâce aux attroupements !

Suite quasi directe de l’épisode précédent, on reste dans la même veine sur la forme et le fond (avec un travail de traduction à souligner, cf. conclusion générale). En deux épisodes, le (pas encore) célèbre ennemi est croqué et incarné. Mais à ce stade de publication, il pourrait être un énième vilain aléatoire ou interchangeable. C’est d’ailleurs presque ce qu’il se produit car le Sphinx disparaît du parcours éditorial de Batman chez DC Comics pendant presque dix-sept ans puisqu’il réapparaîtra uniquement en 1965, juste à temps pour gagner en popularité et être choisi pour faire partie de la distribution de la série TV des années 1960.

La mort de Batman !The Brave and the Bold #183 (1982)
Scénario : Don Karr | Dessin : Carmine Infantino

Le Sphinx reçoit une mystérieuse aide pour s’évader du pénitencier de Gotham. En parallèle, un vieil auteur de romans est kidnappé, un jeu de cartes est laissé pour Batman qui va devoir suivre un jeu de pistes, aidé par… le Sphinx ! L’improbable alliance va devoir se serrer les coudes pour savoir qui se cache derrière cette mise en scène rappelant, forcément, celle du Riddler…

Après deux chapitres de l’Âge d’Or des comics, place à (la fin) de l’Âge de Bronze et son tournant « moderne », déjà un peu sombre et avec une approche « réaliste ». Ici, le Chevalier Noir s’allie avec le Sphinx, dans un récit hautement bavard, parfois compliqué en terme de logique mais, in fine, plutôt habile et original avec une vraie relation inédite entre le héros et son ennemi. Nigma conserve toujours son justaucorps vert moulant pourvu de points d’interrogations mais a troqué ses éléments vestimentaires violets pour du noir. Un épisode efficace, qui tranche avec les deux précédents, inaugurant un tournant dans ce recueil.

« Quand » est une porte ? – Les origines secrètes du SphinxSecret Origins Special #183 (1989)
Scénario : Neil Gaiman | Dessin : Bernie Mireault

Une équipe de télévision est conviée dans un entrepôt où se situent tous les accessoires et ustensiles géants qu’a utilisé le Sphinx durant sa carrière. Le célèbre Riddler les accueille même pour répondre à leur question et narrer ses origines.

À l’époque de la publication de ce chapitre (octobre 89), la veine « Grim and gritty » est entamée dans le parcours éditorial du Chevalier Noir qui a enchainé les succès critiques et commerciaux, les désillusions mythiques et les virages radicaux : The Dark Knight Returns (1986), Année Un (1987), Killing Joke (1988), Un Deuil dans la Famille (1988-89) – Arkham Asylum (1989) arrivera quelques semaines après « Quand » est une porte ? écrit par le célèbre Neil Gaiman. Pourtant ici, pas d’approche sombre, pas de Batman violent ; il est même absent de l’épisode. Nigma revisite ses origines en les contant lui-même, mentionnant quelques anecdotes lues juste avant dans l’ouvrage. Jouant aussi bien avec les mots et les fausses énigmes que l’approche graphique, très « arty/indépendante » et extrêmement colorée, ce chapitre sonne à la fois comme une conclusion à une longue ère du Sphinx dans les comics et un nouveau départ. In fine, on ne comprend pas trop où veut en venir l’auteur… Pétard mouillé ? Plus ou moins, le chapitre a le mérite de proposer un parti pris singulier mais clivant. On note aussi l’utilisation du nom Nashton, parfois emprunté ou échangé à Nigma. En synthèse, l’épisode le plus étrange de la bande dessinée, à la fois frustrant (on y apprend rien et il ne débouche sur rien) mais hypnotisant.

Questions à choix multiples !Detective Comics Annual #8 (1995)
Scénario : Chuck Dixon | Dessin : Kieron Dwyer

Enfermé à Arkham, Nigma raconte à ses interlocuteurs (derrières un miroir sans tain) son histoire. Son passé, ses envies, son désir vital d’être respecté…

On revisite (encore) les origines du Sphinx – en VO le surtitre du chapitre se nomme Year One – mais cette fois à travers un peu plus d’une cinquantaine de pages et sous le prisme un plus « dark » pré-annoncé et collant davantage à l’époque. Ici, Nigma convoque son enfance banale, brimée par d’autres écoliers d’un côté, assoiffé de connaissances d’un autre, cherchant «simplement » à être respecté à défaut d’être (re)connu. Il martèle qu’il n’a aucun talent, si ce n’est sa fascination et facilité à résoudre des devinettes et, quand il n’y arrive pas, à tricher pour gagner. En somme, rien de très nouveau (surtout après avoir lu les histoires précédentes) mais clairement la meilleure origin story qui n’a pas vieilli. Cet épisode est publié en juillet 1995, soit quelques jours après la sortie du film Batman Forever où le Riddler était incarné par Jim Carrey, dans une veine nettement plus proche de la série TV des années 1960 (et, de facto, des premiers comics sur le célèbre vilain). D’autres comics surferont sur ce regain de popularité, comme le chapitre ci-après, mis en vente également en juillet 1995 pour accompagner le long-métrage.

La boîte aux devinettesBatman : Riddler #1 (1995)
Scénario : Matt Wagner | Dessin : Dave Taylor

Le Sphinx est extrêmement populaire : il anime chaque semaine une émission clandestine qu’il diffuse à la télévision. Dans celle-ci, il soumet son public à des devinettes et jeux trash afin de colporter des rumeurs sur une personnalité de Gotham. Les risques sont extrêmes : Nigma dévoile des secrets morbides, changeant radicalement la réputation de ses cibles. La prochaine ? Bruce Wayne… En parallèle, Batman et Gordon enquêtent pour trouver le lieu d’enregistrement de l’émission et arrêter une bonne fois pour toute le maître des devinettes, toujours assoiffé de reconnaissance.

Voilà un nouvel épisode long (une cinquantaine de pages à nouveau) particulièrement palpitant. Le récit tient aisément en haleine son lecteur tout en proposant des énigmes qu’on peut découvrir soi-même (à l’inverse de certaines autres précédentes, pas toujours compréhensibles). Si les dessins sont parfois sommaires (faute à une colorisation criarde), l’alternance entre les séquences sombres de Batman/Gordon et celles, très vives et colorées, de Nigma et ses sbires forme un ensemble plutôt agréable. On tient le premier titre du livre (pile à sa moitié) qui propose enfin une véritable enquête moderne sans flash-backs ou narrant les origines du Sphinx. L’ennemi ne semble pas très dangereux (de prime abord) mais c’est, une fois de plus, son ego – et son pathos – qui servent le titre. Le célèbre ennemi alterne ses deux costumes principaux : un élégant smoking vert et pourpre ou son historique justaucorps moulant pourvu de points d’interrogations.

L’énigme première !Batman : Legends of the Dark Knight #109-111 (1998)
Scénario : Steve Englehart | Dessin : Dusty Abell

Batman chute après un affrontement avec le Sphinx et s’électrocute. Sous le choc, il s’en sort péniblement mais semble différent. Pendant ce temps, Nigma continue d’annoncer ses méfaits à travers des énigmes…

Composée de trois chapitres (… dangereuse, animale et brève, … sans doute la seule énigme qui nous diminue quand on s’avoue vaincu et … comme une âme en peine), L’énigme première ! est le récit le moins réussi jusqu’à présent (et de l’œuvre complète). En tombant dans le vide après un combat contre le Sphinx, Batman se fait électrocuter et y perd une partie de « son âme ». On ne comprend pas très bien si c’était volontairement souhaité par Nigma ou un heureux hasard pour lui. Quoiqu’il en soit il se retrouve plus ou moins en possession de l’esprit du Chevalier Noir (!). Wayne, quant à lui, est profondément perturbé par son expérience de mort imminente et dans un état presque léthargique. Ajoutez un gamin sans intérêt dans l’histoire, des femmes avides de relations charnels avec Bruce Wayne et/ou son alter ego en cape et vous aurez les pires ingrédients pour servir un récit globalement mal dessiné (l’impression de voir du cell-shading loupé)… Confus mais pas totalement raté, le titre gagne en intérêt dans sa seconde moitié, Batman y est piégé comme dans la saga Saw (voir planche tout en bas de l’article). Un des rares passages passionnants mais qui ne sauve pas l’ensemble. Dommage de ne pas avoir pioché dans le contenu VO sacrifié en VF avec soit un autre chapitre un peu vintage, comme When Riddled by the Riddler de Doug Moench publié en 1983 (Batman #362), ou les plus récents E. Nigma, Consulting Detective et Honor Among Thieves, tous deux signés Paul Dini (Detective Comics #822 et #837, en 2006 et 2007) – déjà proposé en VF dans Paul Dini présente Batman. Certes cela aurait « doublonné » deux épisodes, mais ils auraient également pu être remplacés (ou complémentés) par deux autres, toujours issus de la version US : The House the Cards Built (Joker’s Asylum II : The Riddler #1 de 2010) et Riddler in the Dark (Legends of the Dark Knight 100-page super spectacular #2 de 2014).

Une nouvelle aubeBatman Confidential #26-28 (2009)
Scénario : Nunzio DeFillipis et Christina Weir | Dessin : José Luis Garcia-Lopez

Un nouvel ennemi sévit dans Gotham : Tut. L’homme caché derrière se dit être la réincarnation d’un pharaon et tue certaines personnalités en clamant des… énigmes ! Impossible que le Sphinx soit derrière ce nouveau criminel puisqu’il est enfermé. Gordon et Batman décident de le libérer pour requérir son aide. Le Chevalier Noir s’allie donc avec Edward Nigma pour comprendre qui est derrière Tut et comment anticiper ses crimes.

Nettement plus réussi que le récit précédent, Une nouvelle aube (également en trois parties/chapitres), apporte une certaine originalité entre l’antagoniste pharaonique (malheureusement peu mémorable) et l’alchimie du binôme Batman/Sphinx qui fonctionne particulièrement bien – on en veut encore ! La propreté des dessins et l’efficacité du découpage des planches confèrent un rythme qui tient en haleine, bien équilibré entre action et réflexion. Probablement un des meilleurs titres du comic.

SolitaireBatman #23.2 (2013)
Scénario : Scott Snyder et Ray Fawkes | Dessin : Jeremy Haun

Le Sphinx s’introduit en plein jour durant des manifestations violentes au siège des Entreprises Wayne. Un lieu familier qu’il arpente sagement, entouré de certains de ses complices ou apte à affronter les gardes…

Déjà publié dans Batman Saga – Hors-Série #05 (Forever Evil) en mai 2014, ce chapitre fait écho à L’An Zéro, segment important également signé Scott Snyder qui modernisait les origines de Batman et proposait le Sphinx en l’un des trois ennemis principaux du double titre (tome 4 et tome 5 de la série Batman). Ici, c’est peut-être le récit qui a le moins d’intérêt de façon intrinsèque mais entre les planches hyper soignées et les énigmes efficaces, on apprécie cet ultime épisode en guise de conclusion.

Conclusion générale :

Sans surprise, les fans du Sphinx doivent absolument se procurer ce volume. Un seul loupé dans la sélection (qui s’étale sur trois chapitres, aisément remplaçables par d’autres – cf. critique et paragraphe suivant). Si les segments sur l’homme-mystères sont, forcément, inégaux, on balaye efficacement son évolution « burlesque » à « dangereuse » avec des récits majoritairement inédits en France et plus ou moins originaux. Malgré quelques redites (sur ses origines entre autres), on se plaît à suivre un criminel souvent relegué au second plan. Bien sûr on aimerait en lire davantage, dans une fiction plus connectée, pour cela il y a d’autres titres à conseiller (voir plus loin).

En texte d’introduction, Urban Comics rappelle le parcours éditorial du cher Edward. Étonnamment, après ses deux apparitions en 1948 (toutes deux sous la plume de Bill Finger), le Sphinx ne réapparaît dans les comics qu’en 1965 ! Juste à temps pour regagner un peu de popularité et être choisi pour accompagner la galerie d’ennemis de Batman dans la célèbre série TV de 1966-68. Nigma bénéficie de la solide interprétation excentrique de Frank Gorshin (un temps remplacé par John Astin, moins convaincant). Urban Comics fait l’impasse sur cette période des bandes dessinées en sautant directement à 1982. Curieux choix par rapport au contenu US/VO qui incorporait quelques épisodes de 1965 (Remarkable Ruse of the Riddler !Batman #171), 1966 (The Riddle-less Robberiesof the RiddlerBatman #179), 1968 (The Riddler’s Prison-Puzzle Problem !Detective Comics #377), 1977 (The Testimony of the Riddler !Batman #292) et 1979 (The 1.001 Clue Caper or Why Did the Riddler Cross The Roas ?Batman #317). Cinq chapitres « manquants » (et quelques autres) remplacés plus ou moins au pied levé par des segments plus modernes (mais pas forcément plus accessibles).


Il faut souligner la qualité de la traduction, pas toujours aisée avec les jeux de mots en anglais. Le traducteur doit parfois préciser avec un astérisque le mot à mot « littéral » pour faire comprendre l’enjeu d’une devinette. Ou annonce carrément qu’un rébus est « en anglais » afin de faciliter sa logique – parfois un peu tirée par les cheveux (coucou le Gotham Museum) mais pas des masses de choix en français. Outre des notes en bas de page, il y en a aussi une après un chapitre pour expliquer les références à son titre et sa traduction (When is a door / Quand est une porte) ; c’est peut-être le plus frustrant dans l’ouvrage, on perçoit qu’on passe peut-être à côté de références plus subtiles et intelligibles en ne le lisant pas dans sa version initiale. Du reste, l’ensemble reste globalement palpitant et divertissant, zoomant sur une figure iconique en mal de reconnaissance : un type, in fine, pathétique malgré sa grande intelligence et rapidité de réflexion. Un ennemi sous-estimé car imaginé comme peu nocif (ce qui était vrai fut un temps), attaché à une certaine forme d’élégance et d’honneur (sauf quand il triche pour arriver à ses fins). On aurait le voir manipuler le Chevalier Noir dans une longue enquête fleuve mais ce n’est pas le but de la collection, et cela existe déjà ailleurs.

En effet, pour les amoureux du Sphinx, on ne peut que conseiller l’excellent Batman – Silence et Paul Dini présente Batman. On est moins dithyrambique sur la version du spin-off d’Amère Victoire : Catwoman à Rome (où il tient le deuxième rôle) – disponible dans le recueil Des ombres dans la nuit et bientôt réédité en one-shot – et sur son passif avec le Joker dans le médiocre quatrième tome de Batman Rebirth : La Guerre des Rires et des Énigmes. On l’apprécie davantage dans L’An Zéro où il campe un des premiers ennemis de Batman dans cette revisitation des origines de Batman (il est d’ailleurs étonnant qu’Urban Comics ne propose pas en fin d’ouvrage une sélection de comics pour suivre l’homme-mystère dans d’autres comics).  Enfin, après le loufoque Jim Carrey dans Batman Forever, le Sphinx a retrouvé un peu ses lettres de noblesse dans la série Gotham, brillamment incarné par Cory Michael Smith, un des rares points forts de la fiction. L’acteur Paul Dano lui prête ses traits dans le film The Batman, prévu en mars 2022, où il sera une dangereuse menace face à un Chevalier Noir débutant et impulsif (Robert Pattinson).

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 3 décembre 2021.

Scénarios et dessins : collectif (voir critique)
Traduction : Xavier Hanart et Jérôme Wicky
Lettrage : Moscow Eye et Makma

Acheter sur amazon.fr : Batman Arkham – Le Sphinx (29€)

Page de la collection Batman Arkham sur le site.

 

Enfin, une petite vidéo sur le Sphinx par la très bonne chaîne Captain Maks qu’on recommande 🙂

Batman – Trois Jokers (Three Jokers)

Annoncé (et attendu) depuis plus de quatre ans, le mystérieux titre Trois Jokers est enfin disponible en France depuis le 1er octobre 2021, soit un an après sa fin de publication aux États-Unis (Three Jokers en VO). Qu’est-ce que c’est que cette histoire de trois Jokers ? Où cela s’insère-t-il dans la mythologie de Batman ? Décryptage et critique d’une œuvre clivante, proposée dans cinq (!) éditions différentes chez nous.

[Résumé de l’éditeur]
Le secret du pire ennemi de Batman est enfin révélé : il n’existe pas un mais trois Jokers. Le Clown, le Comique, le Criminel : chacun à sa manière, ces malfaiteurs au sourire carnassier ont infligé à Batman et à ses alliés des blessures tant physiques que psychologiques. Au moment où l’on retrouve des cadavres rappelant la première affaire du Chevalier Noir contre sa nemesis, Batman, Batgirl et Red Hood mènent l’enquête pour découvrir lequel des Trois Jokers est l’original… ou s’il existe vraiment. Mais le temps est loin d’avoir guéri toutes les blessures et la confiance entre les trois justiciers est, elle, passablement entamée…

Les trois couvertures alternatives (édition limitée) incluant une carte du Joker différente chaque fois.
(Cliquez sur les images pour précommander ou sur les liens tout en bas de l’article.)

[Histoire]
Batman rentre dans sa Batcave, sérieusement blessé. Alfred le soigne et constate les nombreuses cicatrices qui parsèment le corps de son maître. Toutes causées par des affrontements avec les nombreux ennemis du Chevalier Noir. Mais la plupart d’entre elles proviennent d’une seule personne : le Joker. Ce dernier vient d’ailleurs de tuer les derniers membres d’une branche de la pègre dans Gotham…

Au même moment, en s’entraînant dans une salle de sport, Barbara Gordon entend à la télévision que le Joker a assassiné un célèbre acteur.

Enfin, peu après, en combattant des sbires du Joker, Red Hood apprend par la radio que le Joker serait dans l’usine Ace Chemical, donc « en totale contradiction avec les témoignages précédents ».

Pour James Gordon et Harvey Bullock, le Joker ne peut pas se trouver à ces trois endroits en même temps, « il est clair qu’il travaille avec deux imitateurs ».

Pourtant, trois Jokers semblent bien co-exister. Leur objectif ? Créer un « meilleur Joker » !

[Contextualisation]
Avant tout, il est primordial de contextualiser Trois Jokers (c’est très long – six paragraphes, si vous êtes familier de tout ça, passer directement au bloc critique). Si l’on peut bien entendu lire ce titre sans connaître tous les détails qui ont mené à sa création, il prend une autre dimension quand on est un lecteur assidu depuis des années. Précisons « juste » en amont qu’il fait référence à des éléments bien connus de la mythologie de Batman : Joe Chill est le tueur des parents de Bruce Wayne, Barbara Gordon a été blessée par le Joker, causant son handicap (dans Killing Joke – dont Trois Jokers se veut « en quelque sorte » (on insiste sur les guillemets) l’héritier) et Jason Todd/Robin a été tué par le Joker (Un deuil dans la famille) puis est revenu d’entre les morts en tant que Red Hood (L’énigme du Red Hood). Tout ceci fait (normalement) partie des bases archiconnues chez n’importe quel fan du Chevalier Noir, peu importe son degré de connaissance, ce sont vraiment des choses basiques, explorées en comics, jeux vidéo et animation (si vous ne les connaissez pas, il faut donc lire dans un premier temps les histoires corrélées à tout ça plutôt que s’attaquer à Trois Jokers, cela va sans dire).

Revenons au sujet principal. Retour en 2016. Geoff Johns scénarise, entre autres, la chouette série Justice League depuis la relance de tous les titres DC Comics en 2011 (la fameuse ère New52, alias Renaissance en France chez Urban Comics). Dans les derniers chapitres de cette passionnante Justice League, Geoff Johns, épaulé par Jason Fabok aux dessins (déjà à l’époque), conclut son run en apothéose avec La Guerre de Darkseid. Durant celle-ci, les super-héros deviennent des néo-Dieux. Batman profite des pouvoirs du Trône de Mobius afin d’accéder à la connaissance suprême. Il obtient la confirmation que Joe Chill est le meurtrier de ses parents et quand il demande l’identité du Joker, il apprend qu’il n’y a pas un mais… trois Jokers !

Une idée à la fois originale mais très clivante car chamboulant toute l’histoire du Chevalier Noir et son célèbre ennemi. Toutefois, il faut reconnaitre qu’il s’est effectivement dégagé trois tendances éditoriales autour du Clown du Crime ces dernières décennies qui correspondent plus ou moins à ce qu’annonce à ce moment-là le scénariste (un Joker un peu bouffon, un meurtrier anarchiste et un plus calculateur et méthodique). Bref, de sa première apparition en 1940 dans Batman #1 (disponible dans Joker Anthologie) aux nombreuses autres déjà citées.

Aparté : j’évoquais ces détails avec l’éditeur Yan Graf dans cet article sur le Clown du Crime publié en août 2016 et en tant qu’interviewé pour Le Parisien en octobre 2019 à l’occasion de la sortie du film Joker. Urban Comics en reparle évidemment en introduction dans Trois Jokers, un avant-propos intitulé Les trois visages de la folie. Il existerait donc trois Jokers et non un ! Cette surprenante révélation rencontre bien sûr son lot de détracteurs mais aussi de curieux séduits par cette audace. Dans les deux cas : les lecteurs sont impatients d’en apprendre davantage.

Problème : Geoff Johns est occupé par plein de sujets. Très occupé. Entre son implication chez Warner Bros dans la branche DC Films où il officie à la production et parfois l’écriture de l’univers partagé DC au cinéma (avec le succès et les polémiques que l’on connaît, notamment autour du fameux film Justice League de 2017), sa supervision des séries Titans, Doom Patrol et Stargirl (il co-créé carrément cette dernière car il est aussi le co-fondateur du personnage), son travail en tant qu’auteur sur la suite de Watchmen, l’ambitieux Doomsday Clock, et ses autres projets littéraires comme DC Universe : Rebirth, Shazam, ainsi que le troisième et dernier tome de Batman – Terre Un (publié cette année aux États-Unis, donc probablement en 2022 chez nous), Geoff Johns retarde énormément son Trois Jokers.

Évoqué mi-2016, il faut attendre pile quatre ans outre-Atlantique pour connaître la « suite » de ce qui était annoncé comme un grand chamboulement dans l’univers DC avec des ambiguïtés inquiétantes complémentées au retard du titre : une connexion possible avec Doomsday Clock (et donc Watchmen ?), une histoire indépendante mais que le lecteur peut quand même choisir d’intégrer dans la chronologie officielle du Chevalier Noir, etc. Entre temps, Jason Fabok signe quelques épisodes chez DC de divers super-héros : Batman (Le Badge), Swamp-Thing, Justice League vs. Suicide Squad, Superman… Quand le premier chapitre (sur trois) de Three Jokers est publié, c’est un immense succès commercial, auréolé d’une foule de couvertures alternatives. Mais quatre ans, c’est long dans le domaine des comics… Sans surprise, le titre a perdu de « son aura » depuis longtemps. Si les lecteurs sont tout de même au rendez-vous, une partie de la critique n’est pas tendre (à raison sur certains points). C’est ce que nous allons voir dans quelques instants.

[Critique]
Le premier chapitre (sur trois) annonce très rapidement la couleur : trois Jokers existent bien et le trio Batman/Batgirl/Red Hood l’apprend assez rapidement « comme si de rien était ». C’est le problème de cette introduction : normalement, le Chevalier Noir ne devrait pas être surpris par l’existence des trois Jokers car il était déjà au courant (cf. fin de série Justice League, explications qu’on vient de détailler). Bien sûr, cela permet d’embarquer un lecteur nouveau venu mais c’est un peu moyen… Il suffisait que Batgirl ou Red Hood lui demande s’il savait et que Batman reste silencieux et c’était largement suffisant ! Par ailleurs, aucun membre de la Bat-Famille ne semble très surpris par cette révélation, chacun l’accepte sans sourciller, comme si c’était banal, presque anecdotique dans leur carrière super-héroïque ! On a à nouveau droit au sempiternel flash-back de la mort des parents Wayne par Joe Chill (de prime abord c’est redondant mais ça a un intérêt par la suite) et beaucoup d’allusions à Killing Joke et Un deuil dans la famille, forcément – dont Trois Jokers est la suite spirituelle d’une certaine façon. Jason Fabok croque même quelques cases de ces deux comics cultes, tout en calquant le modèle du gaufrier tout au long des planches (neuf cases de la même taille en moyenne) – procédé qu’avait également repris Gary Frank dans Doomsday Clock, déjà scénarisé par Geoff Johns et colorisé par Brad Anderson, qui officie également (avec brio) sur Three Jokers.

Très vite, on comprend que les Jokers se dissocient ainsi : 1 – Le Criminel, le tout premier Joker, l’originel et la « tête pensante » qui dirige les deux autres, c’est-à-dire 2 – Le Comique, celui provenant de Killing Joke et visiblement repris dans le run de Scott Snyder et, enfin, 3 – Le Clown, celui qui a tué Jason Todd (provenant d’Un deuil dans la famille et, entre autres, des histoires avec ses fameux poissons qui rient, dans Dark Detective). Jason Fabok expliquait lui-même que Le Criminel est issu de l’Âge d’Or des comics, il correspond au tout premier Joker apparu dans Batman #1 en 1940, un génie du crime froid et méthodique (il sourit peu). Le Comique est directement repris de Killing Joke, « la version la plus inquiétante, celle du psychotique avec toujours un sourire glaçant sur le visage et certainement le plus dangereux des trois », puisé dans l’ère dite moderne des comics. Enfin, Le Clown est le Joker de l’Âge d’Argent des comics, soit des années 1956 à 1970, « le plus exubérant, à l’image des gags et autres clowneries présents dans les numéros d’époque ». Comme le remarquera d’ailleurs Jason Todd au cours de l’aventures, « ça fait une éternité que je ne l’ai pas vu jouer avec des poissons rieurs ou un jeu de cartes acérées ». « Ou une fleur qui lance de l’acide » lui répondra ledit Joker.

Ce premier épisode est probablement le moins intéressant. Il déçoit par rapport aux attentes (s’il y en avait) et va trop vite quand il faut soigner l’écriture et l’évolution de ses protagonistes ; paradoxalement, il s’attarde sur de nombreuses cases sans texte. Parfois ça fonctionne, c’est brillant d’une certaine retenue et donc émotion (les blessures de Batman en introduction), parfois ça tombe à l’eau et on aurait aimé que ces cases utilisées pour poser un décor soient plus pertinentes (le raton-laveur et le camion par exemple). Heureusement, dès le second chapitre, Geoff Johns prend enfin le temps de développer convenablement les relations entre Bruce, Jason et Barbara, conférant une humanité bienvenue qui contraste avec les dernières folies des Jokers, toujours plus violentes et sanglantes. Les trois Jokers perdent un peu en superbe au fur et à mesure qu’on les découvre (toutes proportions gardées bien sûr) mais ils restent, in fine, assez survolés… Une explication rationnelle quant à leur existence (comprendre : leur création) est fournie, plus ou moins satisfaisante selon son degré de crédulité et d’exigence. On apprécie par ailleurs la fin de chaque épisode, habile et surprenante, avec un retournement de situation inattendu, parfois désamorcé et même si l’effet tombe un peu à plat dans une lecture « à la suite » de l’entièreté de l’œuvre et non en lecture mensuelle, numéro après numéro.

La conclusion du récit prend une double tournure « humaniste », que nous sommes obligés de dévoiler un peu dans le cadre de cette critique (passez au paragraphe suivant si jamais). Batman se retrouve face à Joe Chill, candidat forcé à devenir le fameux « meilleur Joker » ! Chill sait qui est Batman et lui demande pardon. Depuis des années il est pris de remords, écrivait des lettres à Wayne qu’il n’a jamais envoyé. Les séquences autour de Chill et Bruce/Batman sont courtes mais balayent presque tout le reste tant on ressent une empathie extrême envers les deux. On en oublierait presque cette histoire de trois Jokers… La toute fin du titre, elle aussi emprunt d’un certain humanisme (encore), remet complètement en question l’essence même de Killing Joke, d’où le côté encore plus clivant de Trois Jokers. On ne la mentionnera pas ici mais c’est un aspect qu’on peut juger soit très… « beau », soit très « foutage de gueule ». L’auteur de ces lignes penche pour la première option, ne voyant dans Three Jokers qu’une histoire sortant des sentiers battus mais complètement « à part » dans la chronologie du Chevalier Noir, donc peu importe ce qu’il s’y déroule, il y a (a eu/aura) peu de véritables conséquences. La conclusion remet d’ailleurs les pendules à l’heure et permet un départ presque comme si « rien ne s’était passé » (sans surprise, un seul Joker survit et retourne à Arkham). Seul le destin de Jason Todd pourrait réellement changer mais il n’a pas eu sa propre série qui découlerait de ce qui lui est arrivé ici.

Difficile de savoir « quand » se déroule concrètement le récit (publié dans la collection DC Black Label) par rapport à la fin des New 52 et l’ère Rebirth. Plusieurs segments rentrent en contradiction avec ce qu’on a pu lire à côté dans d’autres titres (à commencer par la connaissance par Batman de la triple identité de sa nemesis et, même, de la question initiale posée sur le fameux trône de Mobius). On saura peut-être dans quelques années ce qui avait été initié en 2016 par Johns et DC Comics en fanfare et ce qu’il s’est déroulé jusqu’en 2020 pour aboutir à un récit pas forcément « sage » mais plus inoffensif qu’annoncé, se soldant par un statu quo somme toute très classique… Trois Jokers était censé être, au même titre que Doomsday Clock, un véritable chamboulement dans l’univers DC Comics. A l’arrivée, ni l’un ni l’autre n’ont révolutionné quoique ce soit (malgré leurs qualités intrinsèques). La fin de Three Jokers ouvre pourtant de nouvelles portes alléchantes, « je ne veux pas survendre la chose, mais nous avons une fin incroyable à cette histoire qui, si DC le souhaite, aura un énorme impact sur le reste [de l’univers DC] » soulignait Jason Fabok en interview. Il rappelait que Geoff Johns et lui avaient « planifié de raconter cette histoire dans la continuité [de DC], mais elle peut exister également par elle-même ». Difficile d’expliquer ce qu’il s’est passé. Peut-être que le succès de la vaste saga Batman Metal a modifié les plans de l’éditeur ? Couplé à l’accueil tiède de Doomsday Clock, au retard du projet pendant l’avancement de l’ère Rebirth et la connexion moins épique que prévue de tous ces évènements (Metal exclut) ? Pourtant, fin 2020, Johns confirmait tout de même avoir des idées de suite avec Fabok pour Trois Jokers.

En synthèse, Trois Jokers est une proposition audacieuse qui « trahit » à la fois la mythologie de Batman mais aussi un de ses titres les plus cultes et acclamés (Killing Joke). Soit ça passe, soit ça casse… Bien entendu, le lecteur vierge de toute attente, espoir ou du bagage culturel DC Comics des années précédentes a davantage de chance d’être séduit (mise à part la controverse légitime avec Killing Joke). Sous le prisme du fameux divertissement, la bande dessinée place la barre très haut entre ses dessins hyper soignés (Jason Fabok est en grande forme – on y reviendra) et ses dialogues ciselés et percutants, entre la trinité d’alliés fragilisée par les trois Jokers. Les cicatrices, physiques et psychologiques, les traumatismes, passés et présents, de Bruce, Jason et Barbara sont brillamment évoquées, couplées à cette idée d’aller de l’avant, de (se) pardonner… L’échange final entre un Joker et le Chevalier Noir est lui aussi très réussi. A sa modeste échelle, l’œuvre bouleverse – on insiste – principalement dans sa dernière ligne droite (les débuts sont au mieux maladroits, au pire paresseux et peu inspirés). Ce qu’il se déroule durant le premier tiers est fortement inégal ; malgré tout assez bien écrit pour qu’on veuille découvrir la suite, comptant aussi sur un rythme très efficace.

Néanmoins, impossible de ne pas songer à tout ce qui aurait pu découler de ce concept original et osé… Être plus ambigü sur la véracité ou non des fameux Jokers en premier lieu. Étirer son récit sur plusieurs centaines de pages plutôt que le restreindre à cent cinquante environ (Geoff Johns est plus doué sur les formats très longs). Ici, c’est trop court vu tout ce qu’il y avait à proposer (même si ça permet d’aller à l’essentiel, il y a un problème de développement dans les débuts comme déjà évoqué). Si Jason Todd est très impacté dans Trois Jokers à plusieurs niveaux, Barbara reste la boussole morale agréable mais manquant un brin de confrontations directes ou plus subtiles avec un ou plusieurs des Jokers. Bruce sort le grand jeu en fin d’ouvrage après une succession de scènes où il est plutôt en retrait voire étonnamment imperturbable. Johns réécrit également un brin l’histoire en inventant de nouvelles « dernières paroles » de Jason Todd (dans Un deuil dans la famille), répétées ici par le Joker qui l’avait tué jadis – rien de grave mais impossible de ne pas le remarquer.

L’auteur loupe aussi le coche d’une émotion plus soutenue, même s’il ne mentait pas en déclarant que la fiction « touche à un traumatisme profond de Bruce Wayne en le connectant au Joker d’une façon qui changera leur relation à jamais ». La déconstruction du mythe (du Joker) est rattrapée plus ou moins in extremis mais on a du mal à comprendre ce que Geoff Johns souhaite (souhaitait ?) faire de tout ça… « Nous tenions à raconter la meilleure histoire du Joker possible, déclarait en août 2020 le scénariste pour le site DC Comics (et traduit dans l’avant-propos du livre). Il y en a déjà tant qui sont devenues mythiques. Nous voulions qu’elle soit émouvante, surprenante et sérieuse : qu’elle montre l’effet qu’a le Joker sur les vies de ceux qu’il a blessés au cours des années. C’est une histoire de cicatrices, de traumatismes et de guérisons : de guérison effective et de guérison qui se passe mal. (…) Nous ne voulions pas seulement évoquer la relation entre le Joker et Bruce mais également celle avec Barbara (Gordon) et Jason (Todd). Pour moi, les plus grands affrontements qui ont eu lieu entre Batman et le Joker ont tous engendré d’énormes tragédies qui ont à leur tour causé des blessures profondes qui n’ont cessé de se rouvrir au gré du temps (…). Ce récit prend racine dans trois événements [et] montre comment ces trois personnages ont, chacun à sa manière, géré ces traumatismes. Certaines blessures, qu’elles soient physiques ou psychologiques, ne guérissent jamais, et cette histoire révèle comment le Joker en tire à chaque fois profit ».

Et pour ceux qui songeraient à une pirouette d’écriture façon multivers, l’auteur aborde sereinement le sujet : « Les Trois Jokers sont tout à fait réels : ce ne sont pas des échappés du multivers, de dimensions alternatives ou de quoi que ce soit s’en approchant. Le décor du récit est très réaliste, très concret. Bruce, Barbara et Jason se trouvent au centre de l’intrigue, à enquêter sur la raison d’être de ces trois Jokers. Qui sont-ils ? Que sont-ils ? Tout ceci est-il réel ? ». On peut effectivement saluer de ne pas avoir cédé à la facilité d’un monde alternatif pour justifier l’impensable. Parmi les quelques défauts, dommage de ne pas avoir mis davantage en avant Alfred et Gordon. En fonction de ses lectures de comics Batman, plus ou moins récentes, on peut aussi être dérouté par des idées communes survenues dans d’autres titres, comme par exemple le grand final au cinéma, rappelant forcément Joker War.

Côté graphisme, le duo gagnant Fabok/Anderson est sans nul doute un des points forts de l’œuvre, bénéficiant d’une homogénéité graphique évidente, d’un découpage efficace et de quelques idées bienvenues. Comme les scènes traumatiques du passé croquées en noir et blanc, silencieuses, avec uniquement des jets de sang colorisés ou encore, dans le présent, les visages effrayés ou apeurés de Barbara, ceux colériques ou perdus de Jason, celui, impassible (voire trop sage et inattendu), de Bruce/Batman… Encore une fois, le premier tiers du titre est le moins réussi (dans son scénario mais aussi dans sa partie graphique), heureusement, l’ensemble gagne en qualité au fil des épisodes. Batgirl porte un costume hyper moulant, mettant en valeur son fessier et sa poitrine opulente. Le lecteur y verra de belles courbes sympathiques ou un sexisme ambiant propre à ce genre de productions un peu lassant pour notre époque. Jason Fabok (qui encre ses propres traits) sait parfaitement poser « une ambiance » grâce à la colorisation complice de Brad Anderson. A ce sujet, le second chapitre est particulièrement macabre et réussi ! Les différents Jokers sont globalement identifiables aisément, un vrai régal pour les fans du Clown du Crime. On note aussi plusieurs références à d’anciens épisodes sur Batman, parfois très connus, parfois plus confidentiels (la cellule du Docteur Phosphorus par exemple).

En mettant de côté des attentes (légitimes), Trois Jokers reste une curiosité à découvrir qui fera probablement date dans l’histoire de Batman sans pour autant révolutionner quoique ce soit. Le titre rejoint les coups de cœur du site (malgré ses défauts mentionnés, on apprécie quand même beaucoup d’éléments qu’il fallait nuancer, aussi bien dans les dessins que dans l’écriture – rarement on aura eu autant d’échanges pertinents entre nos trois héros) et mérite sans nul doute d’être « obligatoirement » lu par les fans du Joker et du Chevalier Noir. Mais cette découverte a un prix (18€ minimum)… Rappelons qu’Urban Comics voit les choses en grand pour Trois Jokers, susceptible de toucher un très large public et de séduire les collectionneurs les plus fortunés.

En effet, en complément de l’édition classique (garnies des nombreuses couvertures alternatives en bonus en fin du livre), quatre éditions limitées sont en vente. Trois d’entre elles arborent en couvertures Batman, Batgirl et Red Hood (cf. haut de l’article et liens ci-dessous), accompagnés d’une carte à jouer montrant un des Jokers couplé au protagoniste de la couverture (photo ci-après). Soit, les mêmes cartes qui étaient offertes en V.O.. Enfin, Trois Jokers rejoint la collection Urban Limited le 3 décembre prochain avec une très belle édition agrandie et très limitée, de quoi en prendre plein la vue et profiter à fond de l’art de Jason Fabok et Brad Anderson (cf. image/lien ci-dessous).

[A propos]
Publié en France chez Urban Comics le 1er octobre 2021 (édition classique et variantes) et le 3 décembre (édition Urban Limited).

Scénario : Geoff Johns
Dessin, encrage et couvertures : Jason Fabok
Couleur : Brad Anderson

Traduction : Ed Tourriol (Makma)
Lettrage : MAKMA (Gaël Legeard et Stephan Boschat)

Acheter sur amazon.fr :
Batman – Trois Jokers (édition classique – 18€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Batman + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Batgirl + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Red Hood + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition ultra limitée et tirage luxueux agrandit – 49€)