Archives par mot-clé : Jeph Loeb

Superman / Batman – Tome 02

Suite et fin des aventures de l’Homme d’Acier et de l’Homme Chauve-Souris, entamées dans le premier tome et également scénarisées par Jeph Loeb. Les chapitres #14 à #26 de l’artiste forment son run et conclut cette « mini-série ». *

superman-batman-tome-2

[Histoire]
Pouvoir Absolu
Dans ce qui s’apparente à une réalité alternative, Batman et Superman ont été élevés par trois autres personnes, dotées elles-aussi de pouvoirs, et ont fait du célèbre duo de justiciers les hommes les plus puissants du monde, de véritables tyrans dirigeant la Terre sans aucun état d’âme.
Wonder Woman se charge de « réveiller » quelques anciens alliés qui pourraient affronter et venir à bout du binôme dictatorial. Mais chaque fois que l’un des deux anciens justiciers semble être vaincus, les deux frères voyagent dans une autre dimension, totalement différente du monde « classique ».

La Fille d’Acier
Superman et Batman surveillent de loin Kara, la cousine de l’Homme d’Acier, dernière survivante de Krypton. Pour Superman, c’est l’inquiétude qui règne, il veut savoir si cette nouvelle Supergirl peut se débrouiller seule ou s’il doit continuer de la couver. Pour Batman, c’est toujours l’occasion de garder un œil méfiant sur une potentielle force incontrôlable. Mais une autre personne surveille la jolie jeune fille…

Vengeance
Batman et Superman, aussi bien les héros « originels » que leur double maléfique (de Pouvoir Absolu), continuent d’alterner les dimensions et les réalités et croisent d’autres versions d’eux-mêmes plus atypiques : un Batman au féminin, le Superman russe (de Red Son), ou encore Batzarro et Bizarro. Tous ces personnages se combattent et dérivent dans de multiples dimensions, où ils croisent d’autres « héros » : les Maximums notamment, qui seront récurrents, et éphémèrement Jonah Hex, Kamandi, La Légion des Super-Héros, etc. Tour à tour ennemi ou allié. Mais un autre duo se cache derrière ce jeu diabolique, mêlant magie et manipulation…

In Memoriam
Robin se rappelle d’une de ses dernières aventures avec Superboy, quand ils étaient partis à la recherche de Toyman.

Souvenirs de Sam
Le père de Clark Kent se remémore la jeunesse de son fils à Smallville, à l’époque où il côtoyait un de ses amis, Sam, qui était atteint d’un cancer.

superman batman tome 02

[Critique]
Pouvoir Absolu fait partie de ces quelques elseworlds (univers alternatifs) intrigants et réjouissants puisque les figures super-héroïques de Batman et Superman que l’on connaît sont cette fois l’équivalent de dictateurs (leurs anciens alliés sont essentiellement morts, pas forcément par leur faute, et d’autres vont devenir une résistance — ce qui n’est pas sans rappelé la saga Injustice – Les Dieux sont parmi nous). Passé l’effet de surprise, on constate un enchaînement de réalités différentes un peu trop rapide, sans réelles explications suffisantes. La connexion avec le Superman du futur, intervenu en début du premier tome, permet de garder un (léger) lien cohérent entre toutes ces histoires. Même si les cinq chapitres sont largement suffisants pour couvrir ces nouvelles versions du tandem, une plus large exploration de ces univers originaux n’aurait pas été de trop. Au contraire, pour une fois que les « bases » changeaient, il eut été intéressant de les approfondir davantage.

Ce principe sera repris dans Vengance, enchaînant les « tunnel boom » et les voyages dans les dimensions, dans une confusion totale et sans réelle fluidité, avec en prime Bizarro et Batzarro et leur langage vite agaçant (une plongée dans l’absurde trop poussée). Les Maximums sont, quant à eux, clairement revendiqués comme étant une parodie des… Avengers de Marvel (un géant nordique, une femme guêpe petite, un soldat patriote, un enfant se transformant en monstre géant vert, etc.) ! Si l’ensemble est assez indigeste, il est paradoxalement assez « palpitant » car mieux écrit au fur et à mesure, bien rythmé, parfois drôle mais plutôt habile dans sa manière d’amener le lecteur à vouloir connaître la fin et qui tirent les ficelles dans l’ombre. Il s’agit du Joker et de « Mr Mxyztplk », rappelant Empereur Joker, dans lequel le Clown du Crime avait déjà requis à la magie pour satisfaire ses plans. Une œuvre à lire donc de préférence avant ce Superman / Batman. Bourré de références à l’univers DC Comics (de l’âge d’argent) avec tous les rôles tertiaires intervenants, cette Vengeance est tout de même compliquée, dessinée à nouveau par Ed McGuiness qui avait opéré dans la première partie du l’opus précédent. Avec par conséquent son style très cartoonesque, des traits très épais, des musculatures immenses et ainsi de suite. Un parti pris délicat, pas forcément séduisant, au contraire (qui ravira tout de même les adeptes du style, évidemment). La conclusion « définitive », en une seule case, est plutôt décevante.

Maximums Batman Superman

La Fille d’Acier (située entre les deux grands arcs ci-dessus) est un agréable rappel à Le Trésor du tome précédent, extrêmement bien dessiné par Ian Churchill (malgré un corps féminin très longiforme, torse presque élastique et un peu sexué), mais malheureusement la suite sera à découvrir dans Infinite Crisis tome 4 et 5. Sachant que l’histoire de son arrivée sur Terre faisait déjà écho à Infinite Crisis, c’est presque devenu une lecture parallèle obligatoire, dommage.

In Memoriam fait intervenir pléthore d’artistes, avec au scénario : Sam, Jeph et Audrey Loeb, Geoff Johns, Brian K. Vaughan, Allan Heinberg, Paul Levitz, Mark Verheiden, Richard Starkings, Brad Meltzer, Joe Kelly, Joe Casey et Joss Whedon ! Les dessins ne sont pas en reste avec à nouveau Ed McGuiness, Ian Churchill, Carlos Pacheco et Tim Sale, mais aussi Jim Lee, Pat Lee, Mike Kunkel, Duncan Rouleau, Rob Liefeld, Joe Madureira, Art Adams, Joyce Chin, Jeff Matsuda et John Cassaday. Ce concept cache en fait une triste réalité, Sam Loeb, 17 ans, fils de Jeph, avait commencé à scénarisé ce chapitre avant de décéder d’un cancer. Toute la galerie citée ci-dessus est alors intervenue pour achever cette petite histoire (chacun opérant sur une ou deux planches), assez drôle et émouvante par ailleurs, même si la fin nous laisse justement… sur notre faim. L’ouvrage se termine par un autre court récit extrêmement triste, Souvenirs de Sam, qui met à l’honneur un jeune ami de Clark Kent, un certain Sam, forcément, atteint d’un cancer et qui va inexorablement rendre l’âme. Un bel hommage d’un père à son fils, dessiné par le fidèle Tim Sale.

Superman Batman 26

Malgré cette (fausse) fin, plusieurs éléments restent en suspens après ces deux tomes : quid de l’enquête sur le meurtrier des parents de Bruce Wayne ? Comment est mort Superboy ? Que devient Lex Luthor ? Que devient Supergirl ? Pour les deux dernières questions, les réponses sont à priori dans Infinite Crisis, mais peu importe, cela reste assez frustrant. Si le premier tome était une bonne entrée en matière et que celui-ci poursuit efficacement dans la moitié de son récit et les petits chapitres supplémentaires sa route, le contenu total n’est quand même pas « extraordinaire ». Passé la surprise des débuts alternatifs, la suite sera réjouissante par moment (la narration monologue des deux super-héros, toujours efficace ; le retour éphémère de Supergirl et les morceaux d’humour et de tristesse de la fin), mais pénible par d’autres (l’incompréhension globale du second arc, un premier expéditif et mal exploité). Assez inégal donc, de même que pour la partie graphique, plutôt réussie et visuellement attractives dans La Fille d’Acier, In Memoriam et Souvenirs de Sam (soit un quart de l’ouvrage seulement) ce sera moins le cas, pour Pouvoir Absolu, dessinée par Carlos Pacheco, plutôt classique mais parfois inspirée (dans ses découpages notamment), voire l’inverse pour Vengeance, comme évoqué plus haut.

Impression mitigée donc, une lecture à réserver pour ceux qui ont adoré le premier tome, les amoureux de Jeph Loeb ou les inconditionnels des aventures dystopiques, même un peu « farfelues » et confuses, du duo iconique de DC. Pour les autres, une suite originale mais pas forcément réussie et attractive, au contraire, ainsi qu’une certaine frustration sur les fins.

Superman kill Wonder Woman

* la série a continué après le départ de Jeph Loeb et s’est étalée sur près de 90 chapitres jusqu’en 1986. Urban Comics a choisi de ne publier que les 26 premiers chapitres de Superman / Batman, écrit donc par Jeph Loeb.

[A propos]
Publié en France chez Urban Comics le 4 mars 2016
Titre original : Absolute Superman/Batman 2
Scénario : Jeph Loeb (et collectif pour In Memoriam)
Dessin : Carlos Pacheco (Pouvoir Absolu), Ian Churchill (La Fille d’Acier), Ed McGuiness (Vengeance), Tim Sale (Souvenirs de Sam) et collectif (In Memoriam)
Couleur : Laura Martin (Pouvoir Absolu), Christina Strain (La Fille d’Acier) et Lee Loughridge (Vengeance ch. 1 et 2), Dave McCaig (Vengeance ch.3 à 5 + conclusion), Jose Villarrubia (Souvenirs de Sam) et collectif (In Memoriam)
Encrage : Jesus Merino (Pouvoir Absolu), Nrom Rapmund (La Fille d’Acier), Dexter Vines (Vengeance) et collectif (In Memoriam)
Lettrage : Stephan Boschat (Studio Makma)
Traduction : Nicole Duclos et Mathieu Auverdin (Studio Makma)

Titre des chapitres :
Pouvoir Absolu – Chapitre 1 à 4 + conclusion (Superman/Batman #14 à #18)
La Fille d’Acier (Superman/Batman #19)
Vengeance – Chapitre 1 à 5 + conclusion (Superman/Batman #20 à #25)
In Memoriam (Superman/Batman #26)
Souvenirs de Sam (Superman/Batman #26)

Acheter sur amazon.fr :
Superman Batman – Tome 01
Superman Batman – Tome 02

superman batman sam loeb 26

Superman / Batman – Tome 01

Urban Comics propose Superman / Batman en deux tomes, ce qui correspond aux 26 chapitres scénarisés par Jeph Loeb (Un Long Halloween, Silence…), afin de former un long récit complet (la soixantaine de chapitres suivant la série n’est pas scénarisée par Loeb et n’est pas prévue en librairie). Ce premier volume se divise en deux longues histoires : Ennemis Publics et Le Trésor ainsi qu’un court chapitre entre les deux et deux planches bonus.

superman-batman-tome-1

[Histoire]
Ennemis Publics
Metallo arrive à vaincre Superman en lui tirant une balle de kryptonite dans le torse. Le surhomme est ensuite soigné par Batman dans sa Batcave. Dans celle-ci, un « Superman du futur » surgit et tente de tuer le duo de justiciers, arguant que Superman finira seul et causera la perte de tous ses amis.
Au même moment, une énorme météorite de kryptonite se dirige vers la Terre. Lex Luthor, président des États-Unis, met la tête de Superman à prix : une récompense d’un milliard de dollars pour qui ramènera l’Homme d’Acier, désormais considéré comme fautif et criminel. Les anciens alliés du super-héros, exceptés Batman, se retournent contre lui.

Le Faiseur de Jouets
Batman et Superman demandent à Robin (Timothy Drake) et Superboy de rencontrer le jeune Toyman (brièvement croisé dans Ennemis Publics) afin de le convaincre de s’allier aux super-héros et de les rejoindre dans leur équipe.

Le Trésor
Batman fouille les restes de la météorite de kryptonite dans l’océan et découvre un vaisseau. Une jeune fille est également dans l’appareil et s’avère être Kara Zor-El la cousine de Superman ! Grâce à elle, l’Homme d’Acier ne se considère plus comme orphelin de sa planète natale, mais Batman songe plutôt à une menace potentielle et s’avère très méfiant. Wonder Woman et Darkseid s’intéressent également de près à cette nouvelle Supergirl.

Quand Clark rencontra Bruce – Une histoire de l’époque de Smallville
Enfant, Clark joue avec un de ses camarades. Il aperçoit le jeune Bruce Wayne dans sa voiture, endeuillé et triste.

Bat Sup Guiness

[Critique]
L’alliance entre l’Homme d’Acier et l’Homme Chauve-Souris remonte à des années (leur première rencontre eut lieu en 1945… à la radio !), on pouvait d’ailleurs découvrir quelques prémices des débuts dans Batman Anthologie. Les deux super-héros se sont ensuite retrouvés ensemble dans une bande-dessinée pour la première fois en 1952 (dans Superman #76) avant de se côtoyer en tandem (avec Robin) de 1954 à 1986 dans la série World’s Finest Comics. Après la fameuse Crisis on Infinite Earth (qui relancera l’univers DC Comics en 1986), le duo se redécouvre pour les premières fois dans plusieurs séries sur Superman (à découvrir dans Superman Univers Hors Série #1) puis, entre autres, dans le recueil complet Superman et Batman : l’étoffe des héros en 1990, avant d’avoir droit à une version un peu plus moderne en 2003, celle là même réédité par Urban Comics. Composée de 87 chapitres mensuels et 5 annuels jusqu’en 2011, seuls ceux scénarisés par Jeph Loeb (les 26 premiers donc) sont disponibles, dans ces tomes 1 et 2 de Superman / Batman. Chaque arc est dessiné par un artiste différent. Pour cette première salve, trois récits sont proposés et sont parfois déjà connus des lecteurs. En effet, les deux principaux ont bénéficié d’adaptation en film d’animation et ont déjà été publiés en France de façon assez chaotique (chez Semic, puis Panini, en kiosque dans des magazines différents, et ainsi de suite – voir l’historique dans la section A propos).

Ennemis Publics fonctionne très bien sur son scénario et surtout dans ses techniques de narration. Les pensées successives de Bruce Wayne et Clark Kent parsèment les cases, chacun dévoilant son point de vue, vis-à-vis de ses convictions, ses doutes ou ses espoirs. Cette alternance de narration est d’ailleurs le point fort de l’ensemble du tome  et permet de mieux comprendre les deux super-héros, tour à tour ami et allié, ou bien méfiant et distant, mais toujours avec un immense respect entre les deux. Évidemment, la dichotomie classique entre l’espoir (de Superman) et la méfiance (de Batman) revient souvent, de même que le côté jour/nuit, lumière/ténèbres, mais c’est clairement ce qui séduit lorsque ces deux icônes opèrent ensemble.

Batman Superman McGuiness

Le rêve commence toujours de la même façon. Mes parents Jor-El et Lara me placent dans la fusée tandis que Krypton s’effondre. [Superman]
Le cauchemar commence toujours de la même façon. Mes parents Thomas et Martha Wayne me prennent par la main en sortant du cinéma. [Batman]
J’imagine mal à quel point ça a dû être dur pour eux d’envoyer leur fils unique dans l’espace alors que leur monde mourait. [Superman]
J’imagine mal la peur qui les a saisis quand le bandit est sorti de l’ombre sans savoir qu’ils vivaient là leurs derniers instants. [Batman]

Les six chapitres composant Ennemis Publics sont donc bien écrits, révélant quelques surprises, mais hélas, le style d’Ed McGuiness n’est pas le plus agréable à voir. Ses personnages sont extrêmement musclés, les traits trop gras et le style « cartoon », pas forcément déplaisant au demeurant, a du mal à passer. Ce côté démesuré et assumé est très critiquable. Le plus regrettable est la ressemblance frappante des visages de Bruce, Clark et Shazam (Captain Marvel). L’artiste récidivera pour un arc publié dans le deuxième tome qui fera écho d’ailleurs à Empereur Joker, qu’il dessine également et dont un certain Jeph Loeb écrit quelques passages. S’ensuit un court chapitre, Le Faiseur de Jouets, bien plus joli et épuré à regarder (avec des mechas, tout droit venus du Japon et de l’univers des mangas et des animes !), mais finalement assez anecdotique et banal (il aura certainement une autre résonance pour la suite dans le tome deux (MàJ : c’est bien le cas, mais ce n’est pas non plus si intéressant que cela)).

batman superman turner

Le Trésor, seconde longue histoire de la série est, en revanche, bien plus séduisante. Attention aux non-connaisseurs de l’Univers DC : de nombreux personnages (et lieux) interviennent ici. Les fans de Batman uniquement ne seront pas forcément déçus mais peut-être guère intéressés. Les planches, et leur colorisation, sont signés respectivement par Michael Turner et Peter Steigerwald. Le style est nettement plus moderne, fluide et joli. Les traits fins et les nombreuses mises en scène (d’action) ont un rendu visuel très alléchant. On déplorera en revanche la morphologie identique des personnages féminins, parfois étrange (de longs corps très maigres) et l’hyper-sexualisation de celles-ci : grosses poitrines, visages forcément parfaits, ficelles de strings apparentes (!), petites tenues régulières, etc. Un axe dommageable aujourd’hui, qui assure un mauvais vieillissement à la série. Mais l’introduction de cette nouvelle Supergirl se révèle malgré tout très plaisante. Jeph Loeb a été pioché dans l’époque de l’Âge d’Argent des comics (1950-1960) pour le retour de Kara Zor-El. Le célèbre scénariste venait également de terminer Batman Silence, auquel il place quelques références, en plus d’autres à Infinite Crisis, No Man’s Land et Président Lex Luthor (tous ces titres sont disponibles en France).

Mes parents m’ont enseigné la justice. Je venais d’une autre planète avec des pouvoirs dépassant de loin ceux des autres hommes. Je suis un héros, un modèle et un champion. J’ai la belle vie. [Superman]
L’assassin de mes parents n’est pas passé en justice. Je me cache dans les mêmes ombres que le tueur a utilisées pour dissimuler, comme lui, mon identité. Je suis une légende urbaine. Comme le croque-mitaine. Je ne souhaite cette vie à personne. [Batman]

Superman / Batman n’est donc pas une lecture obligatoire, plutôt une curiosité « de l’époque » à découvrir principalement pour son double monologue obsédant et très efficace, pour mieux saisir la collaboration entre les deux super-héros fers de lance de DC Comics. Suite et fin dans le tome deux.

supergirl

Il voit ça comme une sorte de roman policier. Son problème de confiance est à fleur de peau. [Superman]
Il voit ça comme une histoire à l’eau de rose du Reader’s Digest. Le fermier du Kansas qui retrouve un parent perdu. [Batman]
Lois a été d’une aide inestimable, achetant des vêtements pour elle sans jamais l’avoir rencontrée. Malgré tous mes pouvoirs, j’en aurais été incapable. J’ai hâte de les présenter, après cette quarantaine. [Superman]
Cette fille a appris l’anglais en moins d’un mois. Et d’autres langues encore. J’espère que Clark ne prévoit pas de l’emmener dehors. Vu son niveau de puissance, j’ignore même si la forteresse est sûre. [Batman]
Pourquoi n’accepte-t-il pas le fait que cette fille est Kara Zor-El, ma cousine de Krypton ? [Superman]
Je ne sais pas qui est cette fille, mais je pense qu’elle est dangereuse. [Batman]

On notera les deux planches du duo Jeph Loeb/Tim Sale (Un Long Halloween, Amère Victoire…) dévoilant un jeune Bruce endeuillé en route vers la Californie, croisant sans le savoir Clark Kent enfant. Une fois adulte, tous deux s’interrogent si leur vie aurait été différente s’ils s’étaient rapprochés ce jour là. Un court bonus (déjà publié dans le magazine Batman de Semic) sympathique, agrémenté de treize couvertures alternatifs essentiellement signées par les deux dessinateurs du comic, à l’exception d’une, sublime de Jim Lee. Une page de crayonnée et mise en couleur du costume de Supergirl conclut l’ouvrage.

Bat Sup 01

[A propos]
Publié en France chez Urban Comics le 9 janvier 2016
Titre original : Absolute Superman/Batman 1
Scénario : Jeph Loeb
Dessin : Ed McGuiness (Ennemis Publics), Pat Lee (Le Faiseur de Jouets) et Michael Turner (Le Trésor) et Tim Sale (Quand Clark…)
Couleur : Dave Stewart (Ennemis Publics), Pat Lee (Le Faiseur de Jouets) et Peter Steigerwald (Le Trésor)
Encrage : Dexter Vines (Ennemis Publics)
Lettrage : Stephan Boschat (Studio Makma)
Traduction : Nicole Duclos et Mathieu Auverdin (Studio Makma)

Titre des chapitres :
Ennemis Publics – Chapitre 1 à 6 (Superman/Batman #1 à #6)
Le Faiseur de Jouets (Superman/Batman #7)
Le Trésor – Chapitre 1 à 6 (Superman/Batman #8 à #13)

Ennemis Publics et Le Faiseur de Jouets ont été publiés en 2004 dans le magazine Superman paru chez Semic, dans les numéros #5 à #8 sous les titres Batman / Superman : Au Service du Monde et Protégé. Puis, les trois premiers chapitres de Le Trésor ont été proposés sous le titre La Supergirl de Krypton début 2005 dans le magazine Batman (toujours par Semic) dans les numéros #12 et #13 (les deux derniers). La suite et fin se trouvait dans les magazines Superman #2 à #4 quelques mois plus tard, chez Panini Comics cette fois. Batman / Superman : Au Service du Monde a également bénéficié d’une sortie en librairie chez Semic en 2005 (avec la même illustration de couverture choisie par Urban Comics onze ans plus tard).

Ennemis Publics a été adapté en film d’animation, avec un titre éponyme précédé bien sûr de la mention Superman / Batman, en 2009 pour une durée de 1h09.
Le Trésor a lui aussi eu droit à sa version animée, sous le nom de Superman / Batman : Apocalypse en 2010. Elle dure 1h15.

Acheter sur amazon.fr :
Superman Batman – Tome 01
Superman Batman – Tome 02

Amère Victoire

Suite directe d’Un Long Halloween, cette Amère Victoire est à savourer juste après et tient sa très bonne place de troisième livre chronologique sur Batman.

Comics Batman 05 Amere Victoire[Histoire]
Un nouveau tueur en série, inspiré de Holiday, sévit dans Gotham City. Il s’en prend à plusieurs policiers et les corps des victimes sont retrouvés avec un jeu du pendu incomplet sur eux, dessinés sur des feuilles de dossiers appartenant au procureur Harvey Dent, devenu Double-Faceu.

Du côté des familles mafieuses, l’empire Falcone est revenu à Sofia, la fille de Carmine. Celle-ci, handicapée suite à sa chute provoquée par Catwoman, est bien déterminée à perdurer le nom de son père.

Mais la mafia est en déclin dans la ville, qui tombe petit à petit aux mains des fous d’Arkham, comme L’Épouvantail, L’Empoisonneuse et le Joker.

Gordon enquête sur ce Tueur au Pendu, en devant supporter la procureur Porter, et en étant toujours en conflit avec sa femme Barbara…

Batman tente tant bien que mal de trouver l’identité du serial-killer, tout en essayant vainement de retrouver la part humaine de Double-Face et en luttant toujours contre la mafia et les autres criminels. Un nouvel assistant ne serait pas de trop pour lui…

Batman Dark Victory[Critique]
L’histoire est à lire directement après Un Long Halloween, il serait dommage de commencer par Amère Victoire, qui dévoile l’identité de Holiday dès les premières planches. Les mêmes ingrédients s’appliquent : un tueur en série, des retournements de situations, plusieurs coupables potentiels, l’ascension (et la chute) de la mafia, la galerie d’ennemis traditionnels, beaucoup de mystères, d’action, de scènes quotidiennes « humaines » (notamment pour Gordon en pleine rupture, ou encore entre Alfred et son maître), etc. Cette recette quasi-identique (qu’on retrouvera aussi dans Silence, par le même scénariste) réussi à nouveau à tenir le lecteur en haleine, la surprise en moins de découvrir l’univers croquée par Tim Sale et les personnages.

Amère Victoire (Sombre Victoire aurait été plus judicieux, Dark Victory étant le titre original, peut-être qu’Urban Comics n’a pas voulu se rapprocher de son autre titre Sombre Reflet) est aussi un œuvre complète sur Harvey Dent. En effet, la dualité entre l’homme bon et celui devenu fou agite les protagonistes. Si Gordon souhaite laisser de nouvelles chances à l’ancien procureur, pour Batman c’est, à priori, terminé : Dent et mort, Double-Face est vivant. À l’instar d’Un Long Halloween, cette histoire se targuerait parfaite de l’appellation Double Face – Année Un (à suivre dans la foulée avec Robin – Année Un, qui voyait l’homme déformé devenir l’ennemi numéro un du jeune prodige avec des conséquences importantes).

Batman Dark Victory Gordon PorterRobin qui fait donc ici sa première apparition, est source de légèreté dans un univers bien sombre. Saluons la jolie mise en abîme de l’enfance de Dick avec celle de Bruce. Le rouge-gorge n’arrive qu’au dernier tiers du récit et c’est tant mieux. Tim Sale explique dans la préface qu’il était de base réticent à utiliser Robin, trop jeune, trop coloré, dans un monde ténébreux. C’est le scénario de Loeb qui l’a immédiatement convaincu, par son approche réaliste et qui devient un véritable atout, aussi bien dans les interactions avec Bruce, Alfred et Wayne, que dans l’ensemble de l’histoire.

Batman Dark Victory RobinIl y a moins à « critiquer » sur Amère Victoire, tant on pourrait le trouver indissociable de son prédécesseur, les deux œuvres formant un tout unique et incontournable. Là aussi, l’ambiance visuelle, très sombre et la patte spécifique de Tim Sale font des merveilles. Là aussi, le scénario — effet de surprise en moins donc — va surprendre et se dévore d’une traite. Là aussi, le prix peut être un frein (35€) mais ce serait dommage.

Le recueil se termine sur deux pages de croquis/couvertures (bien maigre donc) et la très courte histoire Chevalier Servant, de décembre 2004 narrant l’éternel jeu du chat et de la souris entre Catwoman et Batman. La féline est d’ailleurs absente une bonne partie de l’ouvrage, elle se rend à Rome avec le Sphinx. On comprend pourquoi à la conclusion d’Amère Victoire, et on peut découvrir son récit dans Des Ombres dans la Nuit, plus dispensable.

Batman Dark Victory Bruce SelinaLes mêmes qualités qu’Un Long Halloween font de cette suite un comic à la hauteur, qui a le mérite de continuer de surprendre et dresser un psyché des personnages mythiques avec une maturité étonnante. À lire ou relire et à posséder, inévitablement.

[À propos]
Publiée en France chez Urban Comics le 23 mars 2012.
Titre original : Dark Victory (+ Date Knight in Solo #1)
Scénario : Jeph Loeb
Dessin & encrage : Tim Sale
Couleur : Gregory Wright
Inspiration : Archie Goodwin
Lettrage : Laurence Hingray & Christophe Semal
Traduction : Alex Nikolavitch

Titres des chapitres :
Prologue
1 – Guerre
2 – Secrets
3 – Jouets
4 – Perdu
5 – Amour
6 – Haine
7 – Aliénés
8 – Affrontement
9 – Orphelins
10 – Justice
11 – Passion
12 – Vengeance
13 – Sérénité

Première publication originale en 2002.
Publié en France chez Semic en quatre tomes, intitulé Dark Victory, en 2002-2003.
Amère Victoire a aussi été édité en Noir et Blanc dans une version agrandie et limitée pour les 75 ans du Chevalier Noir (et curieusement Un Long Halloween n’a pas bénéficié du même traitement, ce dernier est d’ailleurs sortie un an plus tard qu’Amère Victoire alors qu’il se déroule après).

Batman Dark Victory Two FacesAcheter sur amazon.fr :
Un Long Halloween
Amère Victoire (Dark Victory)
Des Ombres dans la Nuit (Halloween + Catwoman à Rome)

Batman Dark Victory Robin Alfred Batman Dark Victory Sphinx Riddler