Batman – The Dark Prince Charming 2/2

Après un premier tome plutôt original et haletant, que vaut ce deuxième et dernier volume de cette histoire inédite, imaginée par Enrico Marini et proposée dans un format de BD européenne ?

[Histoire]
Toujours à la recherche d’Alina, prétendue fille de Bruce Wayne, ce dernier rencontre le Joker qui lui confie la mission d’acheter un collier à 50 millions de dollars lors d’une vente aux enchères. Ainsi, le Clown du Crime pourra l’offrir à Harley Quinn et s’engage à libérer l’enfant en échange.

[Critique]
Nouvelle salve aussi réjouissante que la première : on ne tient pas tout à fait un chef-d’œuvre mais on s’en rapproche grâce à une histoire prenante, simple (ce n’est pas un défaut), joliment dessinée, bâtissant d’une certaine façon une nouvelle mythologie autour de Batman (on y reviendra plus tard) et mémorable (principalement grâce à son twist).

Le récit poursuit ce qui était mis en place dans le volume précédent avec un côté « classique et convenu » mais à nouveau efficace : un Batman de plus en plus violent, un Joker décidément terrifiant mais aussi amusant, une Catwoman fidèle à elle-même, bref on avance en terrain connu, dans un monde codifié et pas trop bousculé mais, on insiste, fortement plaisant grâce à la patte graphique de Marini. On retrouve le charme coloré (à l’aquarelle), aux tons pastel avec les prédominances cérémoniales de teintes sépias et bleutées avec, une fois de plus, un découpage particulièrement dynamique et fluide lors des scènes d’action, formant un ensemble très cinématographique. Les plans urbains (sur les toits, dans les rues, sur les ponts…) sont toujours aussi sublimes. Manque parfois un petit peu de finesse dans les visages lorsqu’ils ne sont pas en gros plans.

Peu à redire si ce n’est que Marini aurait pu être parfois un peu plus « original » plutôt que de proposer une intrigue de premier plan in fine trop convenue et traditionnelle chez Batman (voler des bijoux pour Harley Quinn, Catwoman attirée par les mêmes attributs de joaillerie, des courses-poursuites, etc.). On peut déplorer un traitement des personnages féminins très clichés également voire sexistes.  Toutefois, l’artiste fonde délicatement un nouvel univers Gothamien (attention aux révélations, allez au paragraphe suivant si vous comptez lire et découvrir par vous-même ce second tome). En effet, le scénariste et dessinateur italien n’hésite pas à suggérer une fille biologique du Joker (!) adoptée légalement par Bruce Wayne (!!) — et peut-être même le Joker au courant du secret de Bruce… Une situation totalement inédite qui mériterait d’être explorée plus longuement tant elle peut drainer de nouveaux chapitres peut-être plus fascinants. Pourquoi pas étalés sur des évènements futurs, avec des ellipses temporelles de plusieurs années, et relatés par d’autres grands noms européens de la bande dessinée, toujours dans ce même format ?

Batman – The Dark Prince Charming est une petite rareté (dans le monde du neuvième art) à savourer par et pour de multiples publics différents. Fera-t-elle date au sein de la mythologie de Batman ? C’est possible, l’ensemble n’est peut-être pas assez « puissant » (en terme de complexité d’écriture) pour marquer férocement les esprits mais les deux tomes (espérons une édition compilant les deux avec des bonus) offrent un divertissement plaisant, agréable et plutôt original. On aurait tort de s’en priver.

[À propos]

Publié en France chez Dargaud le 15 juin 2018

Scénario & dessins : Enrico Marini

Traduction : Jérôme Wicky
Lettrage : Eric Montésinos

Acheter sur amazon.fr :
Batman : The Dark Prince Charming 1/2
Batman : The Dark Prince Charming 1/2 [édition limitée]
Batman : The Dark Prince Charming 2/2

 

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *