Archives de catégorie : Critique

Infinite Crisis – Tome 03 : Jour de vengeance

Après un excellent premier tome et un second un peu en-deça, le troisième nous emmène à la fois dans l’ère des magiciens de DC Comics puis dans la suite des évènements du Projet O.M.A.C. et de Crise d’identité ! Critique.

[Résumé de l’éditeur]
Autrefois, le docteur Bruce Gordon était le possesseur du diamant d’Eclipso qui lui permettait de contrôler cet esprit maléfique ancestral. Aujourd’hui ce dernier est libre… libre d’investir n’importe quel esprit sur Terre, même celui du plus puissant des héros : Superman ! Un problème supplémentaire qui s’ajoute à la crise de confiance qui secoue les héros de la Ligue de Justice, sur le point de dissoudre l’équipe !

[Critique]
Comme dans les tomes précédents, on se retrouve ici avec trois récits. Les deux premiers sont connectés, Éclipsé (écrit par Judd Winick) puis Jour de Vengeance, qui met en avant une équipe de sorciers par l’auteur Bill Willingham, célèbre pour son travail sur Fables puis le dernier, Crise de conscience (par Geoff Johns et Allan Heinberg), prolonge (enfin) ce qu’on avait vu côté Ligue aussi bien à la fin du Projet O.M.A.C. mais aussi le titre culte Crise d’identité.

Éclipsé suit trois épisodes provenant de séries sur Superman (Action Comics #826, Adventures of Superman #639 et Superman #216). On y découvre le « parcours » d’Eclipso, un esprit démoniaque autrefois matérialisé dans un diamant, qui peut prendre possession de n’importe qui, y compris Superman ! Cette introduction du troisième tome permet de faire la jonction avec un univers pas encore vu dans Infinite Crisis : celui de la magie. En effet, Eclipso s’infiltre dans Jean Loring (responsable du meurtre de Sue dans Crise d’identité) et acquis ainsi une sorte de forme ultime. Eclipso rend fou le Spectre (dépourvu d’un hôte), esprit de la vengeance de la colère divine, qui veut annihiler toute trace de magie dans l’Univers. Un duo redoutable et surpuissant.

Face à cette double menace, Shazam (appelé Captain Marvel à l’époque) doit s’aider d’une équipe atypique composée notamment de plusieurs magiciens et appelé le Pacte des Ombres : L’Enchanteresse, le Nightmaster, le Loqueteux, Black Alice et le Diable Bleu. En plus de ces mystiques, le détective Chimp est de la partie. Les épisodes de Jour de Vengeance (Day of Vengeance en VO) alternent les points de vue de chaque membre.

Cette longue première partie (trois chapitres puis six) est plutôt réussie, faisant la part belle à des combats dantesques (parfois confus) et un danger supplémentaire après ceux rencontrés dans les volets précédents. Une fois de plus, l’accent est mis sur des personnages très très secondaires mais l’alchimie fonctionne et ils sont tous attachants d’une manière ou d’une autre. Ian Churchill signe les superbes dessins d’Éclipsé, plein de détails, vivants et aérés, un vrai régal couplé à une colorisation « riche » en palette et nuances par Norm Rapmund. L’artiste Justiniano (Josue Rivera de son vrai nom) s’occupe de Jour de Vengance (remplacé par Ron Wagner le temps d’un épisode), avec un style relativement propre et élégant, gâché par une colorisation des visages parfois trop « fades » mais l’ensemble reste plutôt séduisant.

Crise de conscience rassemble ensuite les chapitres #115 à #119 de la série JLA. C’est carrément la suite (plus ou moins) directe de Crise d’identité ! Si quelques conséquences des secrets dévoilés durant ce titre parsemaient déjà Le projet O.M.A.C., elles trouvent leurs réels impacts ici. Pour rappel, une poignée de super-héros avaient décidé de laver le cerveau à des ennemis suite aux actes barbares de Dr. Light (il avait violé Sue). La magicienne Zatanna avait commencé par faire oublier quelques éléments dans le cerveau des ennemis avant de passer à une lobotomie (donc modifier carrément la personnalité d’une personne). Problème : Batman les avait surpris et lui-même fut victime d’une manipulation de la part de Zatanna afin d’oublier cet évènement ! Le Chevalier Noir s’était éloigné de la ligue quand il avait compris cela…

Aujourd’hui, la question se pose à nouveau puisque des ennemis de la ligue (le Sorcier, Star Sapphire, l’homme floronique, Felix Faust, le maître de la matière et Chronos) se rappellent des identités civiles des justiciers, mettant à mal la difficile cohabitation entre vie privée, protection des siens et devoir moral et héroïque. Que faire ? Reproduire les « erreurs » du passé ? Trouver une alternative ? C’est l’épineuse question qui continue de diviser la Ligue de Justice, réduite à peau de chagrin.

Cette déconstruction est particulièrement palpitante et bien écrite car on arrive à comprendre chacun des points de vue. Entre ceux qui ont désormais fonder un foyer et sont parents et veulent, naturellement, faire courir le moins de danger possible à leur entourage, ceux qui souhaitent ne pas s’en mêler mais se retrouvent au cœur de ce dilemme, ceux qui agissent comme boussole morale ou campent sur leurs positions (Batman bien sûr !), le choix est cornélien et passionnant à suivre. Autour de toutes les figures de DC mises en avant dans Crise de conscience (on retrouve à nouveau Hawkman, Flash/Wally West, Green Arrow, etc.), le Limier Martien puis Superman sont un peu « au-dessus » des autres, conférant une stature quasiment divine (normal). Ils apportent sagesse sans non plus savoir quoi faire réellement. Le Chevalier Noir occupe une place relativement importante dans cet arc, rejoint par Catwoman à la fin.

Seule ombre au tableau : la présence d’un nouvel ennemi qui… manipule mentalement certains protagonistes (cf. dernière image de cette critique – sous Hawkman qui dit « Votons. » – pour le découvrir si jamais), de quoi ajouter encore ce sentiment de déjà-vu (après Max Lord et Dr. Psycho – cf. tomes un et deux respectivement). Du reste, les scénaristes Geoff Johns et Allan Heinberg s’en sortent plus bien. Johns était déjà intervenu dans le premier volet (comme Winick d’ailleurs) et sera aux commandes de la série à laquelle la saga donne son titre (à découvrir dans les tomes quatre et cinq). Chris Batista offre des planches inégales, faute à des visages parfois peu expressifs ou mal croqués (peu aidée par les traits de l’encrage de Mark Farmer) et des fonds de cases un peu vides. Toutefois, le titre bénéficié d’un éventail de colorisation très « comic book » effectué par David Baron conjuguant donc de jolis palettes avec la dureté du propos. Un mélange qui fait mouche.

Si Crise de conscience ne s’intercalait pas dans le long puzzle qu’est Infinite Crisis, le titre aurait carrément pu être publié à part tant il fait suite à Crise d’identité. Ainsi, le lecteur n’ayant pas le temps, l’envie ou l’argent d’investir dans les cinq volumes de la saga (144 € tout de même) mais ayant aimé Crise d’identité peut probablement se prendre ce troisième tome, Jour de vengeance, pour y découvrir les conséquences. Mais attention : la conclusion (à laquelle on ajoute volontiers celle, tragique, de Jour de Vengeance) risque fortement de donner envie de découvrir la suite !

Ce troisième tome d’Infinite Crisis est donc conseillé (qu’on lise l’entièreté de la saga ou non), bénéficie d’une solide identité graphique (parfois en baisse mais globalement de qualité) et de plusieurs segments bien écrits, passionnants. Comme le souligne Urban Comics dans son avant-propos, « les dernières miniséries et arches narratives sont [désormais publiées et mènent] au bouquet final, La crise infinie, qui occupera les tomes 4 et 5 ». On a hâte !

 

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 29 mai 2015.
Contient : Action Comics #826, Adventures of Superman #639, Superman #216, Day of Vengeance #1-6, JLA #115-119

Scénario : Geoff Johns, Allan Heinberg, Bill Willingham, Judd Winick
Dessin : Ian Churchill, Justiniano, Ron Wagner, Chris Batista
Encrage : Norm Rapmund, Walden Wong, Livesay, Dexter Vines, Mark Farmer
Couleur : Beth Sothelo, Chris Chuckry, David Baron

Traduction : Edmond Tourriol (Studio Makma)
Lettrage : Stephan Boschat (Studio Makma)

Acheter sur amazon.fr :
Infinite Crisis – Tome 01 : Le projet O.M.A.C. (30 €)
Infinite Crisis – Tome 02 : Unis pour le pire (30 €)
Infinite Crisis – Tome 03 : Jour de vengeance (30 €)
Infinite Crisis – Tome 04 : Les survivants (30 €)
Infinite Crisis – Tome 05 : Crise infinie (24 €)



Infinite Crisis – Tome 02 : Unis pour le pire

Après un excellent premier volume, la saga Infinite Crisis se poursuit dans un second tome radicalement différent, n’offrant pas une « suite directe » au précédent et se concentrant (dans un premier temps) vers un nouvel horizon galactique. Pour autant, Unis pour le pire reste assez passionnant malgré ses errements narratifs (dans ses débuts) et graphiques (dans sa dernière ligne droite). Explications et critique.

[Résumé de l’éditeur]
La Société Secrète a rassemblé tous les super-vilains de l’univers sous le commandement de Lex Luthor et un conciliabule de génies criminels. Tous ? Non ! Car six malfaiteurs planifient dans l’ombre la rébellion, tandis qu’à l’autre bout de la galaxie, les planètes ennemies Rann et Thanagar se livrent une bataille sans fin.

[Introduction d’Urban Comics]
À l’instar du premier tome, copier/coller le texte avant-propos de l’éditeur est plus pertinent pour situer aussi bien l’histoire que résumer son début.

Des bas-fonds aux confins de la galaxie

Enquêtant sur des malversations dans sa société, Tek Kord, dit Blue Beetle, découvre un complot visant l’ensemble de la population métahumaine de la planète. Max Lord, ancien mécène de la Ligue de Justice et désormais Roi Noir de l’agence de contre-espionnage Checkmate, a pris le contrôle de l’Œil, un satellite fabriqué par Batman pour surveiller ses coéquipiers.

Cette intelligence artificielle contamine des agents dormants aux quatre coins du globe et les transforme en OMAC, d’insaisissables machines à tuer. Blue Beetle perd la vie lors de sa découverte, mais a le temps d’alerter ses anciens coéquipiers. S’enchaîne une escalade de représailles et de trahisons entre les forces de Max Lord et celles de Batman. Au centre de l’intrigue se trouve Sasha Bordeaux : ancienne amante du Cavalier Noir de Checkmate, elle joue un double jeu des plus dangereux avec Max Lord. Ce dernier, en contrepartie, met sous sa coupe Superman qui, hypnotisé, s’en prend violemment à Batman. Pour le libérer de ce contrôle mental, Wonder Woman brise la nuque de Max Lord. Malheureusement, son geste est retransmis devant les caméras du monde entier. Au final, les forces combinées de la Ligue de Justice, des titans, des Outsiders et de la Doom Patrol repoussent les OMAC, mais la Crise Infinie qui secoue l’univers ne fait que débuter.

En effet, depuis sa destitution du poste de président des États-Unis, Lex Luthor a mis en place une Société Secrète des Super-Vilains : une organisation clandestine visant à offrir une protection accrue à l’engeance criminelle. Au sein de son « conseil d’administration » on retrouve le régent du Kahndak, Black Adam, la reine du crime, Talia al Ghul, le mercenaire Deathstroke, le télépathe Docteur Psycho et leur coordinateur, le Calculateur. Méfiante depuis les révélations selon lesquelles la Ligue de Justice a, des années durant, lavé le cerveau de ses opposants, la communauté malfaisante se rallie à cette direction. Mais le recrutement ne se fait pas sans heurts…

Pendant ce temps, dans l’espace, la guerre fait rage entre deux plantes longtemps rivales : Rann, monde basé sur la science et le savoir, et protégé par l’archéologue et aventurier terrien, Adam Strange, et Thanagar, patrie martiale de la police des faucons, dont sont issus Hawkman et Hawkwoman. Pour protéger Rann, Sardath, le scientifique en chef, et beau-père d’Adam Strange, l’a téléportée en lieu sûr. Mais, en tentant de la renvoyer à sa place initiale, elle est réapparue dans l’orbite de Thanagar, causant un cataclysme sans nom. Ce secteur est, comme le reste de l’espace, protégé par les Green Lantern et la milice privée, L.E.G.I.O.N., et toutes ces factions se retrouvent prises dans un conflit sanglant où les alliances désespérées se multiplient.

[…]

[Critique]
Comme pour le volume précédent, cette nouvelle pierre d’Infinite Crisis se compose en plusieurs segments distincts. La mini-série en six chapitres La guerre Rann-Thanagar (Rann-Thanagar War) puis En bleu et noir, deux épisodes d’Action Comics (#830-831) – centrés sur Superman donc – qui introduisent la seconde série importante du volume, Unis pour le pire (Villains United), également en six épisodes. Le premier récit est écrit par Dave Gibbons (dessinateur de Watchmen) et les autres par Gail Simone (la série Batgirl de l’ère New 52).

Si le lecteur pouvait (légitimement) s’attendre à voir la « suite directe » des dernières planches du premier tome, il n’en est rien ! En effet, l’opus met directement en avant une guerre cosmique, très très brièvèment annoncée dans le volet précédent, où s’affrontent différents protagonistes plus ou moins connus : Hawkman, Hawkgirl, Hawkwoman, Adam Strange, Captain Comet, deux Green Lantern (Kyle Rayner et Kilowog), les Omega Men… Un récit haletant, intense mais complexe. On s’y perd rapidement entre les lieux et enjeux de cet affrontement titanesque, d’autant qu’on plonge dedans sans introduction ni explications, la contextualisation est expéditive (à peine quelques bulles de dialogues). Ce n’est pas très grave car on se laisse aisément emporter par les superbes dessins d’Ivan Reis (rejoints par Joe Prado et Joe Bennett) et l’ennemi imposant Onimar.

Tout va très vite (trop vite ?) dans La guerre Rann-Thanagar mais c’est justement cette situation d’urgence, ces batailles qui dépassent aussi bien les humains que le lectorat, qui fonctionnent plutôt bien, magnifiées sous la plume de Dave Gibbons. Stratégie guerrière, divinité, « politique »… le titre est dense mais intéressant à bien des égards dans cette vision du conflit. Il est difficile de savoir « qui est qui », qui provient de telle planète et s’ils agissent « bien ou mal » (il n’y a pas vraiment de « gentils ou méchants » entre les deux camps, à l’exception d’Onimar). La distance entre ces personnages de papier et le lecteur créé une barrière qui ne casse pas l’immersion mais plutôt l’empathie (on se fiche un peu de qui va survivre et pourquoi tout le monde se combat).

En somme, on ne comprend pas tout ce qui se trame dans ce space opera galactique mais au fil des chapitres l’émergence d’une crise d’envergure commence à s’assembler (ce n’est pas pour pour rien qu’on parle d’une crise infinie – difficile de toute façon de lire/découvrir ce récit en étant totalement vierge d’informations quant à « l’avenir » (et conséquences) de cette grande saga). Il semblerait que la série Justice Society of America (JSA) #20 à #25 publiée en 1999 (donc six ans plus tôt) permettait de se familiariser avec Onimar et le couple Hawkman/Hawkgirl. Surtout : la série Adam Strange en huit chapitres sortie en 2004 et 2005 servait véritablement de prologue à cette guerre Rann-Thanagar ; dommage de ne pas l’avoir ajoutée alors qu’elle est citée dans l’introduction d’Urban Comics… En plus d’Adam Strange: Planet Heist ajoutons Green Lantern: Rebirth considérée aussi comme à lire en amont.

En bleu et noir (dessiné par un John Byrne en très petite forme, scénarisée par Gail Simone) met l’accent sur le Docteur Psycho et sa mégalomanie. Comme Max Lord dans l’opus précédent, Psycho peut manipuler les esprits – ce qui donne un côté déjà-vu… Il s’essaie sur des citoyens de Metropolis au point de faire intervenir Superman et… Black Adam ! En effet, la Société Secrète des Super-Vilains dirigée par Lex Luthor compte Black Adam, Docteur Psycho, Talia al Ghul, Deathstroke et le Calculateur dans ses rangs. Les excès de zèle de Psycho ne faisant pas partie des plans de Luthor, c’est le régent du Kahndak qui est chargé de le ramener. Ce double épisode de transition est oubliable (comme l’étrange course entre Bizarro et Nega-Flash qui se déroule en arrière-plan !) mais sert surtout d’introduction à l’arc suivant.

Car Luthor mène un plan d’envergure en parallèle dans Unis pour le pire : le rassemblement de plusieurs centaine d’ennemis communs des super-héros ! Cependant, une poignée refuse de rejoindre cette ligue de vilains : Catman, Deadshot, Cheshire, Scandale, Parademon et Ragdoll. Ces « Secret Six » sont donc devenus la cible de leur anciens alliés et se retrouvent rassemblées par Mockingbird, une mystérieuse personne qui les manipule (ou plutôt les fait chanter).

La modernisation (réinterprétation) de Catman est une franche réussite, apportant une profondeur inédite pour un personnage attachant – qui devient quasiment Batman par moment (cf. dernière image de cette critique). L’on est un peu plus perplexe de l’utilisation de Captain Nazi (!) dans une séquence de torture et de ce personnage si… particulier (et donc complice et assumé des autres vilains DC).

Cette seconde partie du volume renoue avec les ingrédients phares du premier volet : une intrigue qui tient en haleine, une approche à hauteur d’homme (toutes proportions gardées – on parle de méta-humains qui ont des pouvoirs et sont violents), une conspiration menaçante, etc. La narration bénéficie d’un excellent rythme, enchaînant scènes d’action et d’autres plus posées (voire carrément figées vu les graphismes – on en reparle plus loin). Quelques rebondissements (non prévisibles) et des échanges musclées efficaces achèvent de composer le tout. Gail Simone s’en donne à cœur joie pour exhumer des anti-héros de seconde zone (elle récidivera dans la foulée avec une série dérivée et suite, Secret Six, inédite en France).

Graphiquement en revanche, cette deuxième moitié du tome n’est pas à la hauteur (surtout en comparant avec sa première). Faute à des personnages beaucoup trop « clichés » (les hommes sont super musclés, les filles super sexy), des traits trop gras et une colorisation relativement pauvre et sans effets de lumière. Dale Eaglesham en est le principal responsable (remplacé par Val Semeiks le temps d’un chapitre). Les dessins manquent de finesse, d’élégance, d’une véritable « appropriation visuelle ». C’est dommage car le point de vue « d’antagonistes parmi les antagonistes » est plutôt stimulant. En revanche, il ne faut pas s’attendre à retrouver la Justice League et la « suite » de la fin du premier opus ici aussi… Seul Superman est montré brièvement dans sa courte histoire qui n’apporte pas grand chose à l’ensemble.

En synthèse, Unis pour le pire se lit bien – l’ensemble reste globalement captivant – et poursuit ce qu’on a découvert dans le premier volume d’Infinite Crisis tout en montrant « autre chose » (une guerre cosmique et une préparation chez l’ennemi – en gros) qui seront, in fine, connectés à la saga. Si les pièces du puzzle ne s’assemblent pas ici, on reste sur un divertissement tout à fait correct et moins cérébral que le premier (plus confus dans son épopée guerrière spatiale mais ce n’est pas très grave).

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 27 février 2015.
Contient : Rann-Thanagar War #1-6, Action Comics #830-831, Villains United #1-6

Scénario : Dave Gibbons, Gail Simone
Dessin : Ivan Reis, John Byrne, Dale Eaglesham, Joe Prado, Joe Bennett, Val Semeiks
Encrage : Marc Campos, Joe Prado, Oclair Albert, Jack Jadson, Nelson, Larry Stucker, Wade Von Grawbadger, Prentis Rollins
Couleur : John Kalisz, Tanya Horie, Richard Horie, Guy Major, Sno-cone

Traduction : Edmond Tourriol (Studio Makma)
Lettrage : Stephan Boschat (Studio Makma)

Acheter sur amazon.fr :
Infinite Crisis – Tome 01 : Le projet O.M.A.C. (30 €)
Infinite Crisis – Tome 02 : Unis pour le pire (30 €)
Infinite Crisis – Tome 03 : Jour de vengeance (30 €)
Infinite Crisis – Tome 04 : Les survivants (30 €)
Infinite Crisis – Tome 05 : Crise infinie (24 €)

 


 

Batman/Catwoman

Publié au sein du Black Label (qui permet aux auteurs de sortir de la complexe chronologie du Chevalier Noir), le titre Batman/Catwoman est écrit par Tom King, à l’œuvre de la très longue série Batman Rebirth où le couple entre Bruce et Selina occupait déjà une place importante. À mi-chemin entre la « suite » de son run et une œuvre parallèle, Batman/Catwoman est séduisant par bien des aspects mais se vautre de temps en temps. Critique d’un one-shot qui s’ouvre sur… la mort du Chevalier Noir (déjà publié dans À la vie, à la mort).

[Résumé de l’éditeur]
Batman et Catwoman se sont rencontrés, sont tombés amoureux et ont eu une vie heureuse. À la mort de Batman, Catwoman règle les derniers comptes d’une vie passée à évoluer entre les ombres. Son compagnon disparu, elle a désormais toute latitude pour rendre visite, une dernière fois, à une vieille connaissance à l’humour douteux…

[Début de l’histoire]
Voir critique d’À la vie, à la mort.

[Critique]
Voilà une bande dessinée touchante et singulière, à réserver en priorité aux fans de Catwoman (ça aurait pu/du s’appeler simplement Catwoman, la mention de Batman n’est pas pertinente) et/ou à ceux qui avaient aimé le travail de Tom King (qui sera une fois de plus clivant) sur le mythique couple, ainsi qu’aux lecteurs souhaitant voir ce qu’est devenue Andrea Beaumont, personnage principal et inoubliable de l’excellent film Batman contre Fantôme Masqué (Mask of the Phantasm) – qui n’avait jamais réellement eu droit à une présence dans les comics (ni à une « suite »), à l’inverse d’Harley Quinn.

Batman/Catwoman prolonge dans un futur lointain ce qu’avait proposé le scénariste dans À la vie, à la mort, comprendre : Bruce Wayne est mort, Selina est une veuve fortunée, sa fille Helena (née de son union avec Bruce bien sûr) a pris la relève pour protéger Gotham en tant que Batwoman (et Dick Grayson est devenu le commissaire du GCPD). Passé ce constat, Selina retrouve le Joker et le tue une bonne fois pour toute… Sa vie se poursuit, entremêlée de nombreux souvenirs et, notamment, d’une filature complexe de l’époque où elle était avec Batman. Tous deux couraient après le Fantôme Masqué (alias Andrea Beaumont), elle-même poursuivant le Joker (n’en dévoilons pas davantage).

On navigue donc entre le passé et le présent (ce dernier étant donc un futur hypothétique) où Selina croise d’anciennes figures alliées ou ennemies. La fiction bénéficie d’un double fil rouge narratif (et d’une double voire triple temporalité) qui la rend palpitante. D’un côté l’évolution des protagonistes après la mort de Bruce/Batman, d’un autre l’enquête du Chevalier Noir et de la Femme Féline sur un enfant disparu, le tout entrecoupé donc par le Joker et le Fantôme Masqué et, surtout, les aléas de la vie de couple de Bruce et Selina. C’était l’un des points forts de la série Batman Rebirth (dont on retrouve quelques « extensions » ici comme la sortie entre couple avec Lois et Clark) : l’écriture si « juste » sur l’amour entre ce couple mythique. Pas besoin d’ailleurs de connaître ou avoir lu Batman Rebirth pour apprécier la BD comme un récit complet.

Tom King poursuit donc son travail et si le lecteur l’avait déjà aimé, pas de raisons qu’il n’accroche pas davantage. Batman/Catwoman s’étale sur douze chapitres, tous titrés par le nom d’une chanson (on y reviendra). Le récit s’ouvre sur un épisode à part (Batman annual #2) déjà publié (À la vie, à la mort donc) qui offre une solide introduction et contextualisation pour ceux qui ne l’avaient pas découvert auparavant. Une fois achevée, l’histoire est enrichie de trois chapitres spéciaux : Interlude, Helena et Héritage (ce dernier déjà publié dans Batman Bimestriel #13 et le cinquième et dernier tome de Batman : Detective sous le titre Histoire de fantômes). Tous proviennent de différentes séries ou publications inédites. Ces segments s’attardent sur différents moments de la vie de Selena, principalement son enfance et son parcours de voleuse, son idylle avec Bruce, sa grossesse, etc. Helena apparaît surtout quand elle fait ses premiers pas comme héroïne. Bruce est lui aux prises avec Dr Phosphorus.

En synthèse, le volume frôle les quatre cent cinquante pages mais n’est jamais indigeste, au contraire (sans oublier les traditionnels bonus : couvertures alternatives, recherches et un texte hommage à John Paul Leon (décédé en 2021 – il avait dessiné une toute petite partie d’Interlude – et est surtout connu pour l’atypique Créature de la nuit). La lecture a beau être aisée et globalement passionnante, elle n’en demeure pas moins « pénible » à plusieurs égards. Tout d’abord, l’omniprésence de chansons de Noël tout au long de la bande dessinée. Leurs titres sont aussi ceux des chapitres et leurs paroles (en anglais) occupent une certaine place en début de chaque épisode… Problème : en France la plupart de ces morceaux ne sont pas connus donc impossible de les « lire » avec leur air musical en tête ou – éventuellement – d’en saisir un double sens dans le texte. Cela gâche un peu l’immersion…

Ensuite, autre élément un peu pénible en lecture : les dialogues comportent beaucoup de mots vulgaires qui sont, comme toujours, écrit par des symboles (« Nom d’un @$@%@ », « Tout ça, c’est un @%@% de mensonge ?! »…). C’est la même chose en version originelle et peut-être qu’Urban n’a pas le droit de proposer un mot écrit alphabétiquement et donc « normalement » à la place mais c’est vite gonflant car passé le premier tiers du livre, ça prend une proportion hallucinante (presque un par planche !). Entendons-nous bien, la problématique n’est pas d’usiter d’insultes ou termes trop familiers, mais d’en utiliser trop (le cas ici, cela manque d’une certaine fluidité et d’un « son de lecture» peu agréable) et de ne pas les nommer directement.

C’est certes un détail mais c’est un peu dommage. Pour pinailler, évoquons la non lisibilité des titres des chapitres quand ils sont écrit pile au milieu de la double page qui coupe chaque épisode. Impossible d’ouvrir davantage le livre sans l’abîmer sinon. Encore une fois : ce n’est foncièrement pas grave non plus. Les seuls « vrais » défauts de Batman/Catwoman relèvent d’une certaine autre subjectivité. L’écriture autour de Selina rend de temps en temps (souvent ?) le personnage assez antipathique… C’est peut-être voulue, ou bien c’est une impression sommaire. Heureusement, la femme (dans ses jeunes années ou lorsqu’elle est âgée) est aussi (souvent ?) touchante et sonne « juste ». C’est donc probablement fait exprès mais c’est spécial… On fermera les yeux sur les capacités physiques hors-norme pour une personne qui a probablement soixante-dix ans voire davantage (sans parler du costume ridicule le temps de quelques cases).

Enfin, second élément qui fait tâche : les dessins de Clay Mann autour des femmes. L’artiste est brillant et signe ici l’une de ses meilleures œuvres (on en parle plus loin) mais – comme toujours – il ne peut s’empêcher de montrer ses corps féminins dans des postures sexuées, des tenues aguichantes, des poitrines et fessiers en avant, des costumes très moulants, etc. Si parfois ça fonctionne et fait presque sens pour la narration (Catwoman qui tourne autour de Batman, le couple qui fait l’amour…), trop souvent c’est complètement gratuit et semble relever de fantasmes adolescents… Un problème déjà soulevé (avec une analyse plus poussée qu’ici) dans Heroes in Crisis – également écrit par Tom King. Quand Mann est remplacé par Liam Sharp, ce dernier tombe également dans cette facilité mais à de rares occasion.

Même si l’on s’attarde sur ces quelques défauts (non négligeables certes), Batman/Catwoman reste une œuvre plutôt singulière dans le genre qu’on recommande (comme dit : surtout pour les amoureux de Selina et des travaux de King). Le titre offre également enfin une place de choix au Fantôme Masqué (il n’est pas obligatoire de connaître le film animé éponyme mais cela facilite grandement la compréhension). Curieusement, Andrea Beaumont n’avait jamais bénéficié d’une « seconde vie » en comics, c’est désormais le cas. Rien que pour cela il ne faut pas faire l’impasse sur Batman/Catwoman !

Difficile de détailler davantage le contenu de cette longue aventure sans gâcher un certain plaisir de découverte. Les dialogues fusent, les allers et retours entre les différentes époques également, sans qu’on s’y perde. Là-dessus, la BD est remarquable et offre une passionnante plongée au cœur d’une relation compliquée entre les convictions de chacun et les sacrifices nécessaires dans un couple. La difficulté de retrouver une certaine liberté et la quête d’un bonheur (utopique ?). C’est dans ces moments-là qu’excelle Tom King, quand il met à nu et tente de rendre plausible la réalité d’un couple fictif mais iconique et ancrée dans l’ère du temps, sans jamais dénaturer leur ADN (sauf, peut-être, Selina une fois âgée).

Graphiquement, Lee Weeks et Michael Lark signent À la vie, à la mort, une fois de plus se référer à la critique dédiée pour découvrir les illustrations et le style épuré qui convenait à merveille à l’histoire. Clay Mann s’occupe ensuite de neuf chapitres sur douze. L’artiste excelle à tous points de vue, conférant de magnifiques compositions, nocturnes ou diurnes, surtout durant les séquences dans le passé, dans Gotham entre autres. Si on met de côté les problèmes corporels féminins évoqués plus haut, l’ensemble est sublime, les traits sont fins, élégants et très précis, bien aidés par la colorisation sans faille de Tomeu Morey.

L’atmosphère froide et souvent austère qu’il se dégage jongle avec la chaleur de l’intérieur (dans le Manoir Wayne par exemple) et tire la cohérence graphique vers le haut. Liam Sharp intervient le trois de trois épisodes (sept, huit et neuf) dans un style moins conventionnel, un subtil mélange rappelant Dave McKean (L’Asile d’Arkham…), Sam Kieth (Batman : Secrets…) ou carrément Bill Sienkiewicz (qui a signé une couverture alternative). Visuellement, l’ensemble est donc majoritairement somptueux (cf. les illustrations de cette critique, près de quarante images avaient été sélectionnées initialement, difficile de choisir !).

La distribution est complétée pour les autres épisodes bonus par John Paul Leon, Bernard Chang et Mitch Gerads (Interlude – qui aurait du être placé en dernier tant sa conclusion est« parfaite » pour définitivement refermer cet univers), Michael Larks (À la vie, à la mort), Mikel Janin (Helena) et Walter Simonson (Héritage). En résulte des styles plus ou moins différents mais cohérents (à l’exception de Simonson).

Le titre a beau être imparfait, il s’intercale parfaitement comme une lecture divertissante ET de réflexion, dans un univers à la fois familier (le passé) et novateur (le « futur ») qu’on aimerait voir développer : comment Helena combat le crime ? La séduisante proposition graphique (imparfaite elle aussi comme évoquée plus haut) épouse brillamment le propos et permet à Batman/Catwoman de rejoindre les coups de cœur du site. Attention, l’épais ouvrage coûte tout de même 35 €, la fourchette haute des prix chez Urban… À feuilleter impérativement avant l’achat donc, et à ne pas prendre si on n’est pas très fan de Selina/Catwoman. Pour les autres, aucune raison de se priver de ce titre atypique dont quelques planches prennent aux tripes.

Pour l’anecdote, une édition limitée à 500 exemplaires avec une couverture de Jim Lee (loin d’être la meilleure, à la fois de l’artiste ou de celles de Batman/Catwoman) a été proposée sur la boutique Original Comics. Cela semble très étonnant vu le discours tenu par son fondateur envers l’industrie au global et, surtout, contre Urban Comics mais bon…

Ce qui est dommage c’est que les autres versions du livre (les « normales » donc) ont le logo d’Original Comics sur la page des des crédits à la fin. Ce n’est clairement pas grave (même si pas très sympathique pour les libraires indépendants) mais si vous connaissez un peu le milieu  du « comics game » et cette boutique, c’est agaçant.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 25 novembre 2022.
Contient : Batman/Catwoman #1-12 + Special + Annual #2 + Detective Comics #1027 + 80th Anniversary

Scénario : Tom King
Dessin : Clay Mann, Liam Sharp, Lee Weeks, John Paul Leon, Bernard Chang, Mitch Gerards, Michael Lark, Mikel Janin, Walter Simonson
Encrage additionnel : Shawn Crysal
Couleur : Tomeu Morey, Liam Sharp, Mitch Gerads, Dave Stewart, Elizabeth Breitweiser, June Chung, Jordie Bellaire, Laura Martin

Traduction : Jérôme Wicky
Lettrage : MAKMA (Gaël Legrand, Coralline Charrier, Lorine Roy et Stephan Boschat)

Acheter sur amazon.fr : Batman/Catwoman (35 €)