Archives de catégorie : Batman

Batman – Cher détective

Batman – Cher détective ou… l’art book entièrement consacré au Chevalier Noir par Lee Bermejo (aka la compilation de couvertures variantes de la série Detective Comics de 2019 à 2022). Attention, cet ouvrage n’est absolument pas un comic book au sens habituel du terme ! Pas de bandes dessinées ici mais une succession de pleines pages de dessins de Bermejo, coupées par un texte de temps en temps avec une petite enquête. Explications.

[Résumé de l’éditeur]
Batman a reçu de nombreuses lettres par le passé. Mais celles qu’il vient de découvrir sont d’un genre différent. L’expéditeur anonyme paraît connaître intimement le Chevalier Noir, et sans attendre de réponse de sa part, semble espérer s’insinuer dans son esprit, le pousser dans ses retranchements… le faire douter. Mais qui donc se cache derrière ces énigmes épistolaires ?

[Critique]
Acheter Batman – Cher détective (Dear Detective en VO) doit se faire en connaissance de cause. L’ouvrage coûte 19 € et est très soigné, publié dans un format singulier : 21 cm de largeur sur 32 de hauteur, avec un dos toilé légèrement étendu à la quatrième et première de couverture, une couleur orange fluo incrustant le nom de l’auteur sur cette toile, un sobre effet de relief sur le titre (dit gaufrage), etc. En tout et pour tout, « l’histoire » (ou plutôt, la succession des couvertures de Lee Bermejo) s’étale sur 57 pages dont 10 contenant uniquement du texte (les fameuses « lettres » que reçoit Bruce/Batman).

On a donc davantage un art book d’une petite cinquantaine d’illustrations (en incluant une en bonus et celle de la couverture) de Lee Bermejo qu’un comic book classique. Ces illustrations (cliquez sur les images pour les agrandir) sont d’ailleurs différentes couvertures alternatives de la série Detective Comics, publiées de 2019 à 2022 (pas forcément sur tous les numéros à la suite), avant d’être compilées (aux États-Unis) début septembre 2022. Curieusement, Urban Comics a un peu tardé à le sortir en France (fin janvier 2024). Alors, qu’est-ce que ça vaut concrètement ?

Évidemment, si vous aimez le style de Bermejo (Joker, Batman – Noël, Damned…), il faut foncer ! Si vous n’êtes pas réfractaire à sa patte réaliste mais que vous souhaitiez une histoire, il faudra peut-être feuilleter en magasin (voire lire entièrement vu que ça se fait en cinq minutes…). Il y a un habile petit jeu d’énigme tout au long de la fiction, on pense d’ailleurs au Sphinx comme expéditeur de ces lettres, ou bien du Joker. En étant attentif ou en notant quelques signes codés, on peut trouver la réponse à l’ultime planche.

La progression de Batman est plutôt cohérente à quelques exceptions prêt. Il revêt son costume, rejoint Gordon, arpente Gotham, se retrouve enchaîné (on ne sait pas pourquoi ni par qui) puis libéré (on ne sait pas comment), on passe en revue quelques alliés et ennemis, etc. À noter que les couvertures/dessins ne sont pas forcément sortis dans le même ordre (aux États-Unis), par exemple le Batman prisonnier et enchaîné provient de la couverture #1040 et l’une des premières dans la version finale quand il met son masque est celle du #1041. C’est du détail, ce n’est pas très important.

Clairement, on en prend plein les rétines et ça vaut le coût/coup ! Les jeux de lumière de Bermejo (qui assure lui-même la colorisation) sont exceptionnels à bien des égards, conférant aux vêtements et costumes des effets ultra réalistes (pliure, cuir, mouvement…) à défaut d’adoucir parfois les traits assez gras de certains visages. Il faut dire que l’artiste s’était lancé dans un défi de taille en proposant un déroulé narratif atypique basé (presque) uniquement sur des couvertures variantes !

La lecture est certes rapides mais la découverte de la richesse des détails des illustrations et bien plus longue (et appréciable). En somme, si l’exercice vous plaît, aucune raison de faire l’impasse sur Cher détective, en revanche, si vous vous attendiez à un contenu plus conventionnel, textuel ou au ratio plus important pour le prix, ce n’est probablement pas pour vous…

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 26 janvier 2024.
Contient : Batman Dear Detective #1
Nombre de pages : 64

Scénario, dessin & couleur : Lee Bermejo

Traduction : Jérôme Wicky
Lettrage US : Jared Fletcher
Adaptation graphique : David Laranjeira

Acheter sur amazon.frBatman – Cher détective (19 €)

Batman Showcase #2 (Batman & Robin #20-22 + 26)

[Contextualisation]
Durant le run de Grant Morrison (cf. index), la série Batman & Robin (2009-2011) met en avant les aventures de Dick Grayson et Damian Wayne en Batman et Robin. Les quinze premiers chapitres sont disponibles dans la deuxième intégrale de Grant Morrison présente Batman, le seizième dans la troisième. Les dix chapitres suivants n’ont pas tous été publiés en France. Les #17-19 forment l’arc The Sum of Her Parts, écrit par Paul Cornell, et restent inédit en VF.

Les #20-22 compilent l’histoire Dark Knight vs. White Knight, Tree of Blood, disponible justement dans ce magazine Batman Showcase #2 (sorti fin avril 2012). Traduit sous le titre L’Arbre de Sang, Chevalier Noir contre Chevalier Blanc, ce récit est écrit par Peter Tomasi et dessiné par Patrick Gleason. C’est ce duo qui reprendra la série qui conservera le même titre, Batman & Robin (2011-2015), après le relaunch DC Comics et, donc, la période New 52/Renaissance, où cette nouvelle salve suivait désormais Bruce Wayne en Batman accompagné de son fils Damian en Robin (voir critiques des sept tomes depuis l’index A à Z).

Revenons aux derniers chapitres de la première série. Les #23-25 sont écrit par Judd Winick (L’énigme de Red Hood, Des ombres envahissantes…) et mettent en avant son personnage fétiche, Red Hood, dans The Streets Run Red. Cette fiction n’a pas été publié en France. Enfin, l’épisode #26, le dernier, s’intitule Earthly Delights Scenes from a Work in Progress en VO, signé David Hine, est aussi proposé dans ce Batman Showcase, traduit par Plaisirs Terrestres, Scènes d’un work in progress. (Re)découverte de ces deux histoires qui avaient eu une courte critique au tout début du lancement de ce site, celles-ci ont été supprimées afin de tout centraliser ici.

[Résumé de l’éditeur]
Batman et Robin rencontrent un nouvel adversaire qui s’en prend aux familles des plus fameux criminels d’Arkham ! Au « Dynamic Duo » de jouer les gardes du corps des proches de leurs ennemis tout en cherchant à démasquer cet assassin ! Puis, ils seront amenés à faire équipe avec Nightrunner, l’agent français de Batman Incorporated, pour affronter les pensionnaires surréalistes du Jardin Noir !

[Critique]
Dans L’Arbre de Sang, Chevalier Noir contre Chevalier Blanc, après un moment rare et agréable (tous les fils de Bruce réunis autour de lui et Alfred pour une soirée cinéma), Dick et Damian enquêtent sur un tueur étrange dont les victimes sont des membres de la famille de célèbres résidents d’Arkham (Man-Bat, Victor Zsasz, Le Chapelier Fou…). Ce nouvel ennemi, le fameux Chevalier Blanc (Lewis Bayard de son identité civile), est à mi-chemin entre une figure de science-fiction et de fantastique. Il n’a pas de corps ni de visage précis, uniquement un ensemble physique lumineux et doré (on ne comprend pas très bien s’il s’agit d’un pouvoir acquis via le Dr. Phosphore plus jeune ou non). Il transforme même ses victimes en « anges » et nourrit une sorte d’arbre gigantesque.

Si Lewis Bayard est oubliable (il n’est d’ailleurs jamais réapparu ensuite), ses actes sont tout de même graves et marquants, tuant plusieurs innocents connectés aux grands vilains habituels, ce sera malheureusement aussi sera sans réelles conséquences – cela se déroule peu avant le fameux relaunch de DC. Tout se passe un peu trop vite et la fiction se termine un peu trop rapidement. L’intérêt se situe davantage dans la dynamique entre Batman et Robin, donc Dick Grayson et Damian Wayne, formant un duo toujours aussi sympathique, entre autres grâce au caractère du rejeton de Bruce, moins tête à claque qu’à l’accoutumée.

Surtout, les dessins de Patrick Gleason sont particulièrement réussis, à l’exception, toujours des gros plans sur visage, comme toujours. L’illustrateur semble même en forme que sur la suite de la série qu’il reprendra avec Peter J. Tomasi. En somme, ce récit en trois chapitres est anecdotique mais pas déplaisant pour autant, formant une sorte d’introduction au futur run du duo d’artistes (Tomasi sera nettement plus inspiré, cf. critiques depuis l’index).

Quant à Plaisirs Terrestres, Scènes d’un work in progress, de David Hine, c’est un voyage à la fois géographique, en France, à Paris au Louvre, avec le Parkoureur (Nightrunner en VO) et onirique, bercé d’illusions et d’improbabilités. On ne comprend d’ailleurs pas grand chose, Batman, Robin et le Parkoureur tentent de rassembler les évadés du Jardin Noir, un asile psychiatrique regorgeant de psychopathes, à l’instar de celui d’Arkham. Derrière leur évasion se cache « L’homme qui rit » (Norman Rotrig) et, parmi les fous libérés, se trouvent quatre personnages singuliers : Sœur Cristal, Le Ça, Ray Man et Parle-à-ma-peau. Le trio combat donc ces ennemis en essayant de démêler les illusions de la réalité… C’est un peu dommage qu’un chapitre conclusif d’une série soit aussi peu épique.

On savoure principalement le court dépaysement graphique – Greg Tocchini et Andrei Bressan – et quelques références chauvines dans ce one-shot assez surprenant. La référence à « L’homme qui rit » semble évidente : création de Victor Hugo dans son roman éponyme qui inspirera ensuite Bill Finger, Jerry Robinson et Bob Kane pour créer le Joker. Hugo est d’ailleurs croqué, impossible aussi de ne pas songer aux œuvres de Magritte. Les amateurs de bandes dessinées françaises pourraient y voir une (très) légère allusion à l’excellent La Brigade Chimérique, monument du genre qui met en avant les premiers super-héros du pays du siècle dernier, bien avant que les États-Unis s’emparent du sujet.

Ce second numéro de Batman Showcase (le dernier donc) servait plus ou moins de transition avant le magazine Batman Saga. On apprécie les textes informatifs sur les quatre Robin ainsi que les hommages à Jerry Robinson et Sheldon Moldoff (tous deux décédés peu avant), à priori signés par Yann Graf, éditeur spécialiste de Batman chez Urban. Il s’occupe, entre autres, du travail éditorial dans les Batman Chronicles depuis. Les épisodes de ce Showcase n’ont jamais été republiés dans un ouvrage librairie par la suite par Urban mais vu leur qualité ce n’est pas très grave. On peut se tourner vers le marché de l’occasion pour retrouve ce magazine (à moins de 2 € !) qui était assez déconnecté du premier (qui proposait la fin de la série Batman Incorporated).

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 27 avril 2012.
Contient : Batman & Robin #20-22 & 26
Nombre de pages : 96

Scénario : Peter Tomasi, David Hine
Dessin : Patrick Gleason, Greg Tocchini et Andrei Bressan
Encrage : Mick Gray
Couleur : Alex Sinclair, Artur Fujita

Traduction : Alex Nikolavitch
Lettrage : Laurence Hingray et Christophe Semal

Acheter sur amazon.fr : Batman Showcase #2 (5,60 €)




Batman – Face à Face (Face the Face)

De juin à septembre 2007, Panini Comics a publié le récit Face à Face (Face the Face en VO) dans les quatre premiers numéros de son magazine Superman & Batman (cf. index kiosque des anciens éditeurs). Une histoire écrite par James Robinson et dessinée par Don Kramer et Leonard Kirk, étalée sur huit numéros (Detective Comics #817-820 et Batman #651-654 – sortis entre mai et août 2006 aux États-Unis). Découverte d’un titre qui n’a jamais été reproposé par Urban Comics mais qui est disponible en relié en anglais, dans une première édition (septembre 2006) puis une seconde « deluxe », renommée Batman/Two-Face, en vente depuis mai 2017.

[Début de l’histoire]
Poison Ivy a pris en otage plusieurs chefs d’entreprise, responsables de ne pas limiter leur empreinte écologique.

Tandis que Gordon convoque Batman et Robin (Bruce et Tim) pour la première fois depuis leur retour à Gotham après un an autour du monde (dans la série 52 – voir contexte dans la critique), un mystérieux tueur s’en prend à différents ennemis de seconde zone.

Tout porte à croire qu’il s’agit de Double-Face, pourtant guéri…

Les justiciers mènent l’enquête dans une ville qui se réjouit de leur retour mais craignent aussi ceux des vilains.

[Critique]
Une enquête extrêmement bien rythmée, quelques rebondissements, des personnages secondaires intéressants et une évolution « parfaite » du duo Bruce/Tim et donc Batman/Robin, voilà les ingrédients du chouette Face à Face ! L’œuvre n’est évidemment pas sans défauts, à commencer par ses dessins (on y reviendra) et deux ou trois détails, mais elle est reste très efficace dans le genre polar urbain. La fiction est importante car c’est la première qui se déroule au retour à Gotham City de Batman, après son voyage autour du monde durant un an avec Dick et Tim (après les évènements d’Infinite Crisis, relatés dans la série 52 – pas encore chroniquée sur ce site).

On renoue donc avec les citoyens de la ville et le GCPD, nourris d’un nouvel espoir quand le Bat-Signal s’illumine dans le ciel. On retrouve aussi quelques ennemis habituels (Poison Ivy, Double-Face…), certains sont mentionnés (Le Pingouin…) et des très secondaires sont carrément tués ! Cela commence par KGBeast puis Magpie. Un troisième, nettement plus « célèbre » meurt aussi, un certain choc dans l’univers de Batman ! D’autant plus que cette incarnation du vilain (l’originel) ne reviendra pas à la vie « comme par magie », mais sera remplacé par d’autres personnes qui reprendront son costume.

Si le parcours d’Harvey Dent est assez balisé (d’abord guéri puis revenant à son alias maléfique Double-Face sans réelle surprise), ses pensées internes caractérisent bien le célèbre schizophrène et lui donnent de belles scènes. Tout tend à croire que Dent est coupable et cela semblerait « trop facile » si c’était le cas ; heureusement la vérité est toute autre. Sans la révéler, elle peut se révéler aussi bien déceptive que jouissive. Décevante car venant intervenir un inconnu et un ennemi très tertiaire, sympathique car peu prévisible, plausible et pouvant être anticipée si on est attentif.

Au-delà de tous ces antagonistes, Face à Face offre une très belle exposition à la relation entre Bruce et Tim ! L’écriture de James Robinson (Starman…) est soignée, montrant les qualités et défauts des deux, leur avancement réciproque dans leur vie privée et héroïque et une conclusion parfaite (qu’on détaille un peu plus loin). Les fans de Tim Drake ne doivent pas faire l’impasse sur ce titre ! Malheureusement Urban Comics ne l’a jamais réédité… Il y a de fortes chances qu’il soit dans les futurs Batman Chronicles dédiés à l’année 2006 mais cela sera donc dans très longtemps. Autre surprise : Harvey Bullock est très réussi, là aussi dans ses échanges avec le Chevalier Noir.

L’histoire propose aussi deux nouveaux alliés. Une policière, lieutenant Harper, qui n’a pas grand intérêt et ne reviendra pas vraiment ensuite. Un détective privé, Jason Bard, étonnant d’efficacité et embauché par Batman pour l’épauler dans l’investigation. De quoi offrir quelques back-ups consacrés à cet homme charismatique. Le rôle de Bard évolue différemment, il a été créé en mai 1969 et on a pu le voir, dans l’ère moderne dans Batgirl – Année Un et Batman Eternal notamment. Pour l’anecdote, dans les dialogues de la série, Batman tutoie Gordon, ce qui est assez rare dans les traductions françaises et, forcément, sonne un peu bizarrement en lecture.

Côté dessin, Leonard Kirk signe les quatre épisodes de Detective Comics et Don Kramer les quatre de Batman avec donc une alternance entre les deux lorsqu’on lit l’entièreté du titre à la suite. Heureusement, le style des deux artistes est relativement proche ainsi que l’encrage (malgré quatre personnes différentes, cf. bloc À propos). Visuellement, c’est satisfaisant sans faire d’éclat, faute à des visages parfois grossiers, principalement à cause de la colorisation de John Kalisz, probablement numérique et beaucoup trop lisse. Cela manque de relief et nuance et gâche un peu l’ambiance « film noir » qu’on pouvait un peu retrouver dans Face à face. De la même manière, trop de planches et cases sont beaucoup trop sombres. À l’instar des Derniers Jours du Chevalier Noir, on conseillerait plutôt de découvrir le titre en noir et blanc encré mais ce n’est pas possible…

En synthèse, à part la partie graphique un peu en deçà, tout le comic book est satisfaisant, s’inscrivant comme un pan assez « important » de la chronologie de Batman et la continuité, comme il s’agit de la première aventure au retour de Batman à Gotham, comme vu plus haut. Rien que pour ça, ça vaut le coup d’œil ! Citons aussi la mort d’un ennemi plutôt connu et qu’on ne reverra jamais ensuite. Mais, surtout (attention à la potentielle révélation – allez au paragraphe sinon), c’est dans Face à face que Bruce annonce à Tim qu’il va l’adopter et en faire son pupille. Un passage particulièrement touchant, avec une écriture très « juste » quant au rôle paternel de substitution, sans remplacer évidemment le vrai père de Tim (mort dans l’excellent Crise d’identité).

Face à face mériterait une réédition en librairie, aussi bien pour les fans de Double-Face, ceux de Tim Drake (à quand une collection consacrée à ce troisième Robin ? Il y a tellement de matière en VO à proposer !) ou simplement les lecteurs de Batman qui veulent une enquête palpitante, un récit bien écrit et globalement réussi. La fiction fait la part belle aussi bien aux alliés qu’aux ennemis, avec un bon équilibre. En attendant, on peut le retrouver dans le marché de l’occasion en prenant les quatre premiers numéros de Superman & Batman de Panini Comics – les suivants ont publié les runs de Paul Dini et Grant Morrison (en plus de celui de Geoff Johns sur Superman), cf. index des kiosques des anciens éditeurs.

[À propos]
Publié dans les magazines Superman & Batman #1-4 (juin-septembre 2007)
Contient : Detective Comics #817-820 et Batman #651-654

Scénario : James Robinson
Dessin : Leonard Kirk (#1, #3, #5 et #7) et Don Kramer (#2, #4, #6, #8)
Encrage : Andy Clarke (#1, #3, #5 et #7), Keith Champagne (#2), Wayne Faucher (#3, #4, #5, #6 et #8) et Michael Bair (#4, #6)
Couleur : John Kalisz

Traduction : Sophie Viévard
Lettrage : Christophe Semal

Acheter sur amazon.fr :
Batman – Face the Face [en anglais] / Deluxe Edition