Archives de catégorie : Batman

Coffret DVD/Blu-Ray | Batman – Héritage

C’est sous le nom de Batman – Héritage qu’a été regroupée la trilogie de films d’animations comprenant Le Fils de Batman, Batman vs. Robin et Mauvais Sang (Bad Blood). Les trois films sont inégaux mais le coffret proposant les trois en DVD et Blu-Ray est relativement abordable (plutôt que de les acheter séparément). Chaque long-métrage dure entre 1h15 et 1h20 et le doublage en français est très correct, avec Adrien Antoine qui reprend son rôle après la saga de jeux vidéo Arkham notamment.

Comptez environ 15,99€ en DVD et 19,99€ en Blu-Ray.
(Souvent durant les soldes ils baissent à 9,99€ et 14,99€.)

 

Le Fils de Batman (2014) met en scène pour la première fois Damian Wayne, en adaptant plus ou moins fidèlement les débuts de Grant Morrison présente Batman. On y retrouve donc Talia al Ghul par exemple et un Bruce Wayne en figure paternelle. Le long-métrage est surtout intéressant pour son travail d’animation (les graphismes sont impeccables, très fins et léchés) voire son côté « adulte » (même si le suivant l’est davantage, assez sanglant même) plutôt que son récit dans lequel Damian, fidèle à lui-même, est assez insupportable (moins qu’en comics cela dit) et que la transition vers cette nouvelle situation inédite pour Bruce Wayne est particulièrement mal gérée. En gros il ramène Damian au Manoir Wayne comme si c’était normal et basta… L’intérêt se trouve donc surtout dans les scènes d’action et la mise en avant d’un ennemi peu utilisé dans l’univers de Batman : Deathstroke.

On peut bien sûr trouver le film en DVD et Blu-Ray simple mais cela reste moins avantageux que de prendre le coffret.

 

 

Batman vs. Robin (2015) est sans aucun doute le film le plus réussi de la trilogie. Son titre est trompeur puisque l’histoire se focalise sur la Cour des Hiboux et leurs Ergots, dont l’un prend Robin (Damian Wayne donc) sous son aile. L’animation est toujours très soignée et fluide et l’utilisation avec parcimonie d’une certaine 3D (notamment dans les courses-poursuite de véhicules) est efficace. Côté histoire, on est carrément dans un prolongement des comics de ce groupe d’ennemis singulier relativement récent (créé dans La Cour des Hiboux en 2011). Ces Hiboux et Ergots ont peu été utilisés dans des adaptations récentes (à l’exception d’une incursion maladroite dans Gotham), il est donc plaisant de les découvrir à l’écran. Du coup, le titre du long-métrage se justifie par la différence d’idéaux entre le père et le fils mais c’est, in fine, assez secondaire.

Là aussi, le film est en vente séparément en DVD et en Blu-Ray.

 

 

Mauvais Sang (2016), nommé aussi Bad Blood (son titre original) est le volet le moins palpitant, qui navigue entre tous les genres (aventures, science-fiction, fantastique…) sans parvenir à trouver un bon équilibre. Les personnages de Batwoman et Batwing sont particulièrement mis en avant (et c’est tant mieux) et c’est Dick Grayson (Nightwing) qui endosse la cape de Batman. L’absence de Bruce Wayne (en retrait durant tout le film et même au centre de l’intrigue puisque toute la Bat-Family enquête sur sa disparition) se ressent malheureusement un peu trop. Il manque une certaine alchimie dans tous ces protagonistes qui convergent vers une ennemie commune. Reste la satisfaction d’une trilogie terminée, inégale et plutôt destinée au public non adepte des aventures papiers du Dark Knight. Les fans devraient moins accrocher, à l’exception, peut-être, du second film.

Le Blu-Ray simple est en vente avec une figurine de Nightwing et le DVD simple est également disponible.

 

 

 

 

_

Batman : Le Chevalier Noir – Tome 2 (réédition intégrale)

Urban Comics réédite depuis 2018 certaines de leurs séries en compilant en moyenne deux à trois « tomes simples » en un seul, proposant ainsi un nombre réduit de livres (deux à quatre) pour avoir une série complète. C’est le cas de Batman : Le Chevalier Noir, une série initialement divisée en quatre « tomes simples » (Terreurs Nocturnes, Cycle de Violence, Folie Furieuse et De l’Argile) et republiée en 2019 sous forme d’intégrale en deux volumes (comprenant évidemment les deux premiers « tomes simples » pour l’un, les deux derniers pour l’autre). Le premier a fait l’objet d’une critique ici et le second, chroniqué ici, devrait sortir au second semestre 2019. La série s’inscrit plus ou moins en suite du one-shot La Nouvelle Aube (plutôt moyen) mais nul besoin de connaître cette histoire pour découvrir Batman : Le Chevalier Noir. À noter que la couverture à gauche (celle du troisième tome simple) est censée être celle reprise pour ce deuxième et dernier volet de la version intégrale.

En toute logique, le sommaire proposera les récits reprenant les anciennes éditions, centrés respectivement sur Le Chapelier Fou, Gueule d’Argile, Le Pingouin et Manbat :
Folie Furieuse [Batman : The Dark Knight #16-21 + Annual #1]
De l’Argile [Batman : The Dark Knight #22-25]
Sans voix [Batman : The Dark Knight #26-27]
Bestial [Batman : The Dark Knight #28-29]
L’absence des 4 chapitres bonus centrés sur les ennemis de Batman est tout à fait normal car ils sont totalement déconnectés de l’ensemble et faisaient partie du « Vilains Month ». Il s’agissait des épisodes #23.1 (Le Ventriloque), #23.2 (M. Freeze), #23.3 (Gueule d’Argile) et #23.4 (La fille du Joker) et avaient été chroniqués et ont été chroniqués dans cet article. Voir tout en bas de cette page pour plus d’explications.

 
(Les couvertures des deux « tomes simples », Folie Furieuse et De l’Argile — publiés en France en juin 2014 et août 2016 — aujourd’hui plus en stock et donc réédités sous forme d’intégrale.)

[Histoire – Folie Furieuse]
Plusieurs kidnappings sans connexions apparentes ont lieu dans Gotham. Le Chevalier Noir enquête et poursuit des malfaiteurs… Il comprend assez tôt que le Chapelier Fou est derrière tout ceci, mais dans quel but ? Il peut contrôler à distance toutes les personnes qui portent ses chapeaux, de quoi lui créer une armée docile et complice facilement…

Dans le civil, Bruce Wayne enchaîne les erreurs dans sa relation avec Natalya, ayant du mal à jongler avec sa double-vie. La femme risque de le quitter pour de bon.

[Critique]
Après avoir dévoilé une partie de l’enfance et des traumatismes de l’Épouvantail dans la seconde moitié du tome précédent (la meilleure) place à la même chose pour le Chapelier Fou. Où l’on apprend qu’enfant il avait une déficience en testostérone et qu’un médicament censé le guérir a développé « une agressivité accrue, un aspect obsessionnel et de la paranoïa ». Sans surprise, une romance avortée avec une certaine Alice a également pesé dans la balance de son destin.

Placer Jervis Tetch au centre du récit est une bonne idée, clairement, car cet antagoniste se fait plutôt rare dans les aventures de Batman, ou bien il est souvent relégué dans un rôle très secondaire voire dans des apparitions éclairs. Cela se comprend car le personnage est prisonnier de sa matrice identitaire : une version maléfique du célèbre chapelier d’Alice au pays des merveilles, qui contrôle mentalement les gens et… qui veut souvent (et « simplement ») recréer des scènes issus du classique littéraire de Lewis Caroll. Aussi bien dans les comics que les dessins animés, ou encore les jeux vidéo, il est rare que le Chapelier Fou s’éloigne de ces trois aspects. Ce qui en fait à la fois sa force (les premières fois ça fonctionne, ou bien quand il y a une certaine originalité dans ce développement — on pense par exemple à Arkham Knight, dernier opus de la saga Arkham, et notamment le niveau bonus La Saison de l’Infamie) et sa faiblesse (on a quand même vite fait le tour, on apprend rien de nouveau à chaque fois même si le voyage reste plaisant s’il y est bien mis en scène, comprendre écrit et croqué).

La narration fonctionne, entre autres, grâce à un humour particulier (jeux de mots ridicules et situations absurdes) mélangé à des séquences particulièrement macabres (on retrouve, en fin de la bande dessinée, ce qui faisait le sel de l’histoire sur l’Épouvantail). Hélas, on se perd un peu dans les versions imaginaires et réelles des protagonistes — c’est le but certes, mais ce n’est pas très fascinant, au contraire — et, surtout, on devine rapidement ce qu’il va se passer. D’un côté l’avancement du Chapelier et son armée de citoyens manipulés à distance (un élément de fiction toujours aussi « faible » en terme de crédibilité et « facile » pour s’octroyer aisément une forte main d’œuvre — donc un point toujours dommageable, que ce soit dans le cas du Chapelier (qui a systématiquement recours à cela) ou d’autres ennemis de Batman), de l’autre l’évolution de la relation de Bruce et Natalya.

A l’instar du tome précédent, on n’y croit absolument pas. Ce personnage féminin a été introduit bien tardivement et on peine à s’y attacher ; de même on a du mal à trouver crédible cette arrivée soudaine dans la vie du milliardaire et cet amour excessif qu’il lui porte (en étant prêt à raccrocher la cape pour elle !). Ce souci d’écriture n’est pas lié à ce tome en particulier mais au travail général sur toute la série, il aurait été plus judicieux de l’introduire dès le début (à la place de la mystérieuse fille lapin qui a disparu et ne reviendra plus) et de développer au fil des épisodes une véritable liaison. L’issue tragique de la jeune femme n’émeut pas plus que ça, était assez prévisible et sert juste à relancer (faiblement) le scénario.

Celui-ci est désormais signé Gregg Hurwitz et les dessins sont de Ethan Van Sciver (#16 à #18) et Szymon Kudranski (#19 à #21 + Annual #1, aka l’interlude — qui propose une jonction cohérente avec le tome précédent un soir d’Halloween mais reste assez oubliable, in fine) ; les couleurs de Hi-Fi. Le premier propose un style graphique assez classique mais efficace : traits fins, découpage dynamique, colorisation cohérente avec des compositions et travail de la lumière agréable… Un côté « mainstream » pas du tout déplaisant mais peut-être trop commun pour vraiment sortir du lot. Le second, en revanche, a clairement une « patte » artistique, proche d’un Jock (Sombre Reflet), avec ses traits anguleux et ses jeux d’ombre. L’ensemble apporte clairement une touche singulière fort appréciable !

Un sans-faute donc côté graphisme et des soucis sur l’écriture, relatif à un personnage « conceptuel » qui peine à se renouveler mais qui n’avait jamais été, paradoxalement, aussi bien modernisé, fouillé et enrichi. Il faut bien sûr ajouter l’élément (secondaire) loupé du scénario pour justifier le problème majeur de l’histoire : la relation entre Bruce et Natalya, dans laquelle le lecteur se sent aussi peu investi que Bruce.

[Histoire – De l’Argile]
Lors d’une prise d’otage, le commissaire Gordon intervient pour s’échanger contre un prisonnier. Le policier tue ensuite les ravisseurs avant de s’en prendre à Batman ! Gueule d’argile se cache bien entendu derrière Gordon et l’ennemi du Chevalier Noir prend aussi l’apparence de Natalya pour déstabiliser le justicier. Comment a-t-il su qu’il y avait un rapport entre les deux ?

[Critique]
Gregg Hurwitz écrit à nouveau cette suite (ainsi que les deux histoires suivantes, cela conserve une certaine cohérence). Alex Maleev s’occupe des dessins, avec une ambiance polar et glauque efficace.

C’est évidemment au tour de Gueule d’Argile d’avoir droit à ses flash-backs contant les origines du monstre. Rarement mis en avant (même si le personnage jouit d’une nouvelle popularité depuis la série Detective Comics Rebirth — et qu’on ne peut que conseiller le double épisode qui lui est consacrée dans la série animée de 1992), il est plutôt bien croqué (narrativement et graphiquement). On y apprend que l’acteur raté a hérité d’une substance argileuse, source du pouvoir de transformation, par… le Pingouin. Qui devient donc son créancier.

Quelques connexions discrètes avec la série Batman (et son tome 6 notamment), la présence du chien Titus (surtout vu dans la série Batman & Robin), et des apparitions de deux membres des Birds of Prey de l’époque : Condor et Black Canary. De quoi élargir un peu l’univers du Caped Crusader dans cette série, très centrée sur Batman et ses ennemis. Du reste, ce segment sur Gueule d’Argile est dans la continuité des deux précédents : simple, efficace, divertissante, bien dessinée. Si on est peu exigeant, pas de raisons de ne pas accrocher.

[Histoire – Sans voix]
Dans un pays inconnu et visiblement du tiers-monde, une femme perd son travail. Elle vit démunie avec sa mère et ses deux enfants mais ne peut subvenir à leurs besoins. Sont dernier né meurt. Son autre fille se fait enlever. La famille converge vers Gotham dans les entrepôts du Pingouin

[Critique]
Comme son titre l’indique plus ou moins, Sans voix ne contient aucun dialogue ! C’est le tour de force de ces deux chapitres, qui se « lisent » (ou plutôt se regardent) sans avoir besoin de texte. Cela rappelle un excellent épisode de Requiem, lorsque Batman est en deuil et où le scénariste avait usé du même effet. Ici, l’ensemble est efficace, même s’il reste anecdotique mais met en avant la cruauté du Pingouin et, comme toujours dans la série, une certaine violence excessive. Hurwitz poursuit donc son traitement anglé sur un ennemi emblématique du Chevalier Noir mais dessiné, cette fois, par Alberto Ponticelli qui instaure un style réaliste qui se marie bien avec cette idée de dialogue absent.

[Histoire – Bestial]
Man-Bat
est de retour, plus violent que jamais. Les soupçons de Batman se portent évidemment sur Kirk Langstorm mais il s’avère que c’est son père, Abraham, qui utilise désormais le sérum le transformant en chauve-souris géante.

[Critique]
À l’instar de l’épisode précédent, deux chapitres sont bien trop courts pour vraiment marquer les mémoires. Dommage car l’aura de ce nouvel antagoniste est plutôt puissante et effrayante. Pourquoi pas l’utiliser plus tard pleinement qu’ici en légère introduction… Hurwitz achève ainsi son petit run, cette fois dessiné par Ethan Van Sciver (qui s’occupait de l’histoire sur le Chapelier Fou) qui réussit à dévoiler un monstre bourré de détails.

> Conclusion (à propos de l’entièreté de la série qui fut annulé au bout de 29 chapitres).

Quatre tomes simples inégaux (le meilleur est le deuxième, puis le troisième, le quatrième et enfin le premier) et donc deux intégrales inégales aussi, chacune comptant un bon segment et un autre plus moyen. Difficile de conseiller l’achat du coup. Rien de révolutionnaire dans Le Chevalier Noir si ce n’est l’accent mis sur des ennemis normalement secondaires. D’un point de vue éditorial, on peut s’étonner que cette série ne fut pas incruster dans les magazines kiosque de Batman à l’époque, elle y aurait davantage eut sa place plutôt que de bénéficier du prestige de librairie directement. Mais il en faut pour tous les goûts, et il est vrai que le côté « divertissement violent simpliste » séduit forcément une cible, habituée ou non aux aventures du Caped Crusader. Même si Greg Hurwitz n’est pas un nom très connu ou qui fait vendre, on aurait plutôt imaginé une saga type « Greg Hurwitz présente… » et un enchaînement de 6 petits volumes (L’Épouvantail en deux parties, idem pour Le Chapelier Fou, puis un pour Gueule d’Argile et un dernier pour le Pingouin — dont il avait déjà signé le one-shot La Splendeur du Pingouin — et Man-Bat). Ou bien carrément un intégrale sur cela (un peu comme ici certes, mais sans la première histoire, déconnectée des autres et indéniablement la plus faible).

> Complément : à propos des 4 chapitres « 23 » bonus.

Comme évoqué en haut de l’article, 4 chapitres bonus centrés sur les ennemis de Batman (déconnectés de la série) faisaient partie du « Vilains Month ». Il s’agissait des épisodes #23.1 (Le Ventriloque), #23.2 (M. Freeze), #23.3 (Gueule d’Argile) et #23.4 (La fille du Joker) et ont été chroniqués dans cet article.

23.1 Le Ventriloque n’a pas été publié en France. Le récit est centrée sur Shauna la ventriloque et Ferdie son étrange pantin, qui proposent un spectacle à Gotham, dans un des rares lieux avec de l’électricité. Confus et très étrange, ce chapitre se poursuit dans la série Batgirl…

23.2 Mr Freeze a été publié dans le magazine Forever Evil #06. L’ennemi de glace profite du chaos régnant à Gotham pour régler de vieux comptes avec un ancien docteur d’Arkham. Son passé et ses motivations sont également évoqués, faisant écho au récit Batman : Annual #1 – Premières Neiges, publié dans Batman Saga #10.

23.3 Gueule d’Argile a été publié dans Batman Saga Hors-Série #05 et est complètement anecdotique, le récit De l’argile présent dans le second intégrale rend mieux hommage au personnage.

23.4 La fille du Joker a été publié en France dans le quatrième tome de la série Catwoman. Cette « fille » du Joker ne l’est pas vraiment, elle a juste récupéré son fameux masque de visage (voir Le Deuil de la Famille) et l’a endossé. Ancienne adolescente aux goûts morbides, elle sombre davantage dans la folie avec ce visage. Elle trouve refuge dans une grotte et va essayer de se l’approprier car de nombreux habitants sont descendus y vivre vu le chaos dans Gotham. Malheureusement il y a une hiérarchie machiste qui y règne. Cette « Fille du Joker » reviendra dans le chapitre #24 de la série Catwoman.

[À propos]

Publié en France chez Urban Comics au second semestre 2019 (date à définir).

Scénario : Gregg Hurwitch
Dessins : Ethan Van Sciver, Szymon Kudranski, Alex Maleev et Alberto Ponticelli.
Encrage : Divers
Couleur : Hi-Fi

Acheter sur amazon.fr :
Batman – Le Chevalier Noir : Tome 1

 

 

 

 

Batman : Le Chevalier Noir – Tome 1 (réédition intégrale)

Urban Comics réédite depuis 2018 certaines de leurs séries en compilant en moyenne deux à trois « tomes simples » en un seul, proposant ainsi un nombre réduit de livres (deux à quatre) pour avoir une série complète. C’est le cas de Batman : Le Chevalier Noir, une série initialement divisée en quatre « tomes simples » (Terreurs Nocturnes, Cycle de Violence, Folie Furieuse et De l’Argile) et republiée en 2019 sous forme d’intégrale en deux volumes (comprenant évidemment les deux premiers « tomes simples » pour l’un, les deux derniers pour l’autre). La série s’inscrit plus ou moins en suite du one-shot La Nouvelle Aube (plutôt moyen) — la couverture de l’intégrale provient d’ailleurs de celle d’un chapitre de ce récit — mais nul besoin de connaître cette histoire pour découvrir Batman : Le Chevalier Noir.

Le sommaire propose trois récits reprenant les anciennes éditions :
Terreurs Nocturnes [Batman : The Dark Knight #1-7]
En Pleine Folie [Batman : The Dark Knight #8]
Cycle de Violence [Batman : The Dark Knight #10-15 + #0]
L’absence du chapitre Batman : The Dark Knight #9 est logique, celui-ci était totalement déconnecté de la série puisqu’il était relié à la saga La Nuit des Hiboux et fut publié dans le magazine Batman Saga #10 (en mars 2013) et fut brièvement chroniqué dans cet article récapitulatif.

(Les couvertures des deux « tomes simples », Terreurs Nocturnes et Cycle de Violence — publiés en France en octobre 2012 et août 2013 — aujourd’hui plus en stock et donc réédités sous forme d’intégrale.)

[Histoire – Terreurs Nocturnes]
Plus de trois cent détenus d’Arkham s’évadent ; tous ont injecté un certain sérum (ressemblant à celui de Bane) et sont devenus des montagnes de muscles. Une mystérieuse fille en lingerie et costume de lapin semble connectée à ces libérations et nouveaux pouvoirs des ennemis de Batman

Ce dernier s’efforce donc de combattre tour à tour ses antagonistes habituels : Double-Face, le Joker, Gueule d’Argile, l’Épouvantail, Deathstroke, etc. On ignore qui se cache réellement derrière la toxine décuplant les forces de ces vilains. L’aide de Flash (et même de Superman) ne sera pas de trop !

Dans le civil, Bruce Wayne fait la connaissance de Jaina Hudson, une étrange complicité se noue entre eux. Quant au GCPD, il semble que le commissaire Gordon soit plus est moins la touche et c’est le lieutenant Forbes qui s’occupe de l’investigation de l’évasion ; ce dernier a clairement une dent contre le Chevalier Noir.

[Critique]
Terreurs Nocturnes accumule les défauts et qualités « classiques » de certains comics banals de super-héros (incluant donc ceux sur Batman). Explications.

L’histoire est très basique, on enchaîne des affrontements entre « le gentil mais violent Batman » et « les très très méchants et très très musclés ennemis ». En somme : pas trop de subtilité, du combat bien bourrin comme il faut. Une approche assez primaire mais qui gagne en intérêt au fil des chapitres pour une révélation finale assez étonnante ! Avant celle-ci, on s’ennuie parfois tant les clichés s’accumulent et l’ensemble manque d’une certaine finesse. L’extrême « virilité » (de Batman, de Bruce Wayne même, et de ses ennemis quasiment surhumains) va malheureusement de pair avec le traitement des personnages féminins. Jaina Hudson ne cache pas son intérêt « sexuel » envers Bruce Wayne (« Bénis soient les bonnes nouvelles et les dessous en dentelle. » lui dit-elle au restaurant) ; la jeune fille costumée en « lapin blanc » et en lingerie (un corset, un string et des bas pour habillement) est elle aussi réduite à un objet de fantasme, y compris pour… Alfred ! « J’espérais que le lapin blanc puisse s’enticher d’un justicier d’âge mûr mais raffiné. » évoque le majordome sans retenu. Un contraste détonnant avec l’habituelle production récente des récits sur Batman.

In fine, ce sont ces deux écritures « simplistes » qui empêchent d’apprécier pleinement le récit (pour ceux qui y sont sensibles évidemment, les moins exigeants y trouveront leur compte). Les hommes sont donc des brutes musclées et les femmes une surenchère sexuée de leurs atouts. Sans forcément évoquer un prisme féministe, c’est tout de même flagrant… et du coup vraiment dommage de proposer cela pour des lecteurs jeunes ou adultes, surtout en pleines années 2010.

Mais — heureusement ! — il y a, comme évoqués plus haut, quelques éléments de l’histoire bienvenus car non prévisibles (même s’ils arrivent tardivement) et qui laissent présager du bon pour la suite ! Et puis, surtout, il y a les dessins de David Finch (qui signe également le scénario co-écrit avec Paul Jenkins). Les planches sont sublimes : les héros et vilains sont brillamment croqués, fidèles aux meilleures productions comics modernes. Le découpage permet de vibrer au même rythme que le Chevalier Noir, particulièrement dans ses affrontements. Brutal. Implacable. Cet axe graphique (assez proche du travail de Jim Lee par exemple) gagne en profondeur grâce à l’encrage de Richard Friend (la galerie de bonus montrant les crayonnés de Finch et les encrages noir et blanc des couvertures par Friend sont superbes). La mise en couleur par Alex Sinclair et Jeromy N. Cox enjolivent encore plus l’ensemble (sauf pour certains visages). On peut juste déplorer un côté parfois trop gras pour les plans « de corps » tant il y a une musculature imposante qui manque de finesse.

Terreurs Nocturnes avance en terrain plus ou moins connu. Des connexions avec le reste de la chronologie de Batman (il a été dévoilé que Wayne finançait Batman — référence à Batman Incorporated de la saga Grant Morrison présente Batman qui se déroule juste avant et en parrallèle, Gordon subit les conséquences de Sombre Reflet…) sans que cela gâche la compréhension (la série a été lancée au moment du premier relaunch (New 52) et est donc parfaitement accessible à tous). La plupart des ennemis sont représentés et en action, une partie de la Justice League vient même à la rescousse et la Bat-Family fait office de figuration (ce n’est pas problématique). Une nouvelle enquête et un nouvel antagoniste complètent les affrontements épiques. Sur tous ces points, l’ensemble est quand même très réussi (pour peu, comme on le disait, de ne pas être trop exigeant). Si l’ensemble narratif n’apparaît guère moderne (et rappelle pour les connaisseurs le jeu vidéo Arkham City qui lorgnait vers le même script — qui connu également une adaptation en librairie — et les séquences avec Bane sont clairement pompées sur Knightfall), il séduit quand même grâce à sa fin (qui donne vraiment envie de découvrir la suite) et il est sublimé par ses dessins. En synthèse : de belles planches et une histoire un peu simpliste (qui enchaîne les stéréotypes grossiers) mais qui permet de passer mine de rien un agréable moment sans chercher une grande réflexion. La forme l’emporte donc sur le fond…

[Histoire – En Pleine Folie]
Des citoyens de Gotham se sont entretués dans une rame de métro. Le Chevalier Noir enquête et se retrouve rapidement face aux jumeaux Tweedledum et Tweedledee.

James Gordon est forcé de voir une psy s’il veut conserver ses fonctions.

[Critique]
L’accent était tellement forcé sur « le lapin blanc » (aussi bien textuellement que graphiquement via le nouveau personnage féminin mystérieux — elle n’est pas présente dans ce chapitre malgré sa présence sur la couverture), qu’on ne pouvait que supposer que le Chapelier Fou n’était pas étranger à tout ça. Il apparaît évidemment ici mais finalement plutôt déconnecté de ce qu’on a vu avant. On reste dans un petit récit très classique : Tetch veut provoquer l’anarchie en manipulant les esprits. Rien de novateur dans tout cela… même si ça s’incruste bien dans l’histoire entamée précédemment puisque le Dark Knight n’avait pas encore affronté cet ennemi.

C’est cette fois Joseph Harris qui écrit ce chapitre et Ed Benes qui le dessine. À nouveau : c’est là le point fort puisque les planches sont particulièrement réussites avec en prime d’agréables jeux d’ombre. Seuls des fonds de cases sans décors à part une couleur font tâches. Pour les plus intéressés, Robert Hunter et Jack Purcell s’occupent de l’encrage, tandis que Jeromy N. Cox reste à la colorisation. En conclusion : un chapitre anecdotique donc mais toujours agréable à regarder (mais pas spécialement à lire).

[Histoire – Cycle de Violence]
Bruce Wayne
est en couple avec la pianiste ukrainienne Natalya Trusevich (qui ignore sa double-identité). Leur relation est loin d’être parfaite et le milliardaire peine à se remettre en question.

James Gordon et Batman sont à la poursuite d’un mystérieux Croque-Mitaine qui enlève des enfants et les relâche complètement métamorphosés. Il s’agit évidemment de l’Épouvantail qui kidnappe aussi le commissaire…

Le Chevalier Noir, plus remonté que jamais, compte bien l’affronter.

[Critique]
Une conquête féminine qui débarque de nulle part… voilà qui commence mal ! La musicienne Natalya est en effet déjà avec Bruce depuis un petit moment visiblement et a même ses quartiers (et son piano) dans le Manoir Wayne. Elle reproche au milliardaire de ne pas s’investir au quotidien ; leur couple ne mène à rien vu qu’il ne fait pas d’efforts — plusieurs dialogues du genre confirment donc que la relation existe depuis longtemps. C’est d’autant plus étonnant que, quelques chapitres plus tôt, Wayne semblait conquérir une autre personne : Jaina Hudson (qui était narrativement mieux introduite en tout cas). Natalya est bien vite éclipsée, au même titre que Jaina Hudson et même du « lapin blanc » des épisodes précédents (vont-elles revenir dans les suivants ?).

« Qu’est-ce qu’elle a cette ville ?
Toujours à nous mettre sous le nez
un miroir déformant qui nous renvoie
nos propres peurs. » James Gordon

À la fin de la lecture il y a clairement un manque de cohérence entre le premier et le second tome (rassemblés ici dans l’intégrale donc). En éclipsant cette « mauvaise écriture » sur la vie civile de Bruce Wayne et la « non-suite » entre les deux histoires, le reste est tout de même relativement réussi. Encore une fois, ce qui fait la part belle au récit est bien sûr les dessins, toujours de David Finch. L’ambiance plus sombre, plus gore, plus sale est brillamment croquée. Il faut dire que l’affrontement épique entre l’Épouvantail et l’homme chauve-souris est au cœur de Cycle de Violence. Un ennemi de choix pour laisser libre court à son imagination et une vision noire de l’ensemble. Sans surprise, le questionnement de la peur revient sans cesse, alternant les flash-backs réciproques du justicier et de son ennemi (étrangement communs). La solitude est mise à rude épreuve, noyau dur des tourments de chacun.

Du reste, on retrouve autant d’action que d’incohérences ou de réel intérêt à la réflexion. En synthèse, cette seconde partie s’avère plus maîtrisée mais toujours très classique dans son traitement. Rien de vraiment novateur dans tout cela. In fine, à l’instar de la première moitié de l’ouvrage, c’est avant tout la partie graphique qu’il faut privilégier pour apprécier pleinement ces aventures du Chevalier Noir. Anecdotiquement, on notera quelques connexions avec Damian Wayne et la série Batman & Robin ainsi que des allusions au célèbre Killing Joke.

[À propos]

Publié en France chez Urban Comics le 11 janvier 2019.

Scénario : David Finch, Paul Jenkins et Gregg Hurwitch
Dessin : David Finch
Encrage : Richard Friend
Couleur : Sonia Oback

Interlude dessinée par Mico Suayan et Juan Jose Ryp

Acheter sur amazon.fr :
Batman – Le Chevalier Noir : Tome 1