Archives de catégorie : Bat-Billet

Interview François Hercouët (Urban Comics) et Siegfried Würtz (« Qui est le Chevalier Noir ? »)

Pour la rédaction de l’article Pourquoi, 80 ans après sa création, Batman fascine toujours autant (pour le journal l’actu), je me suis entretenu avec François Hercouët, le directeur éditorial d’Urban Comics, et Siegfried Würtz, auteur du très bon livre Qui est le Chevalier Noir ? Batman à travers les âges (chez Third Éditions, cf. essais et encyclopédies sur Batman). Ces échanges ont eu lieu avant la sortie du film The Batman.

L’interview de François s’est déroulée par téléphone, permettant de rebondir sur ses réponses et amenant à suffisamment de matière pour la constitution du papier. Celle de Siegfried a été effectuée par échange mails, proposant là aussi beaucoup de texte. Étant limité au nombre de caractères dans le journal, les propos de Siegfried ont (malheureusement) été considérablement réduits, c’est pour cela qu’ils sont restitués ici. Ceux de François ont davantage été injectés dans l’article mais quelques passages m’ont semblé pertinents pour être également reproduits sur ce site – avec son aimable autorisation – mais sous une autre forme. Seuls les morceaux « inédits » sont donc présents ici (les autres, axés sur les éléments qui caractérisent Batman et le travail des auteurs de comics, ont été synthétisés dans l’article de l’actu).

Part. I • François Hercouët, le directeur éditorial d’Urban Comics

Durant la conversation, François a expliqué sa fonction et son rôle au sein d’Urban Comics, directeur éditorial mais aussi interlocuteur pour la communication, animateur d’une équipe éditoriale et évidemment lecteur assidu pour choisir ce qui va être publié en France. Il suit aussi attentivement la chaîne du livre (traduction, maquette, lettrage…). Il a lui-même détaillé tout ce travail dans sa première newsletter – qu’on recommande activement !

Quand on lui demande si DC Comics « impose » de publier certains titres en France, le passionné répond par la négative. « On travaille en bonne intelligence, on ne nous impose rien à part quelques impératifs sur des dates de sortie pour des lancements internationaux, comme pour Batman – The World [mis en vente en septembre 2021 simultanément partout dans le monde] ou Batman Imposter [sortie en relié fin février 2022, au plus proche des États-Unis et juste avant le film The Batman] ; des titres que nous comptions publier de toute façon. »

« On ne se justifie plus trop après dix ans, poursuit le passionné. On met en avant des noms d’auteurs aussi gros que celui de Batman [Grant Morrison présente Batman, Paul Dini présente Batman, etc.]. Au début, nous avions plusieurs discussions avec DC Comics pour justifier ce choix : l’importance dans la culture française des noms des artistes, surtout dans un milieu où les bandes dessinées franco-belges sont prédominantes sur le marché. »

Le saviez-vous ? Batman représente « seulement » 15% de la production d’Urban Comics ! « Je me suis amusé à faire le calcul, détaille François Hercouët, nous avons publié 173 albums différents de Batman depuis 2012, soit 1,5 Batman par mois. On nous reproche souvent de ne sortir QUE du Batman, alors qu’il ne constitue que 15% de nos titres en fait ! » Les meilleures ventes ? Les neuf albums de la série Batman de Scott Snyder et Greg Capullo. « On en a vendu plus de 500.000, dont 100.000 pour le premier tome », ajoute le directeur éditorial. Et cela ne concerne que les tirages classiques, pas les éditions spéciales ou opérations commerciales. Un exploit dans le milieu.

Quand on lui demande les trois titres qui représentent, selon lui, la quintessence” de Batman, François Hercouët n’hésite pas. « D’abord Année Un, forcément, indémodable. Ce n’est peut-être pas très original comme choix mais c’est un titre incontournable que j’affectionne beaucoup. Ensuite je dirais… White Knight. Même le “MurphyVerse” d’une manière générale. Il y a une sorte “d’adultisation” de Batman, la série animée, un univers riche et accessible. D’ailleurs, White Knight est devenu la nouvelle porte d’entrée pour découvrir Batman, il se vend mieux qu’Année Un ! Enfin, je ne dis pas ça pour faire de la promo, mais Batman Imposter rejoint cette sélection. Il y a une dimension psychologique forte, une certaine modernité et un art des dialogues très travaillé, j’ai adoré ! » On ne peut que le rejoindre sur cette sélection qui contient trois des neuf comics qu’on juge indispensables.

Si le marché des comics est en progression d’une manière générale (+ 20% visiblement), il reste un marché de niche. « Batman reste un point d’entrée de référence (avec Spider-Man), détaille Hercouët, et on en vend beaucoup, surtout quand il y a un film MAIS il ne faut pas penser que chaque spectateur devient lecteur de comics. Ce serait déjà bien si chaque spectateur devenait lecteur (rires) ! » Il est en effet illusoire de croire qu’à chaque film de super-héros, cela va augmenter considérablement les nouveaux lecteurs (qui se renouvellent, certes, mais pas forcément grâce aux films) et les pérenniser. « Toutefois, il faut nuancer : c’est le lecteur de BD franco-belge classiques qu’il faut amener à se tourner vers les comics, c’est pour cela que nous effectuons des promotions [les opérations estivales à 4,90€ par exemple mais aussi la future collection Nomad – non dévoilée au moment de l’interview]. » Un vieux débat qui permet de mieux comprendre la stratégie de l’éditeur, lucide sur la situation et motivé pour rendre accessible ses livres à un lectorat déjà existant (celui du franco-belge).

François a également eu la gentillesse de répondre à deux questions spécialement pour le site, notamment à propos de deux séries de comics Batman dont le statut était inconnu. Ainsi, Batman – The Dailies bénéficiera bien d’un troisième et dernier tome en 2023. « Le premier a très bien fonctionné, explique Hercouët, à la fois Madeleine de Proust et à la fois un objet singulier, proche d’un documentaire. Le second s’est vendu plus faiblement, on avait prévu le troisième et dernier dans la foulée mais ce sera finalement pour l’année prochaine. »

La série Batman – Arkham Knight est (sans surprise) définitivement abandonnée. « On a publié le premier tome au moment de la sortie du jeu vidéo [décembre 2015], ensuite on a eu un encombrement de planning, ça a été compliqué. Nous voulions proposé la suite avec un code de téléchargement du jeu mais ça n’a pas pu se faire et finalement on a abandonné. C’est l’un de nos rares loupés, j’en ai conscience, j’espère qu’on ne nous en voudra pas trop… ».

Immense merci aux équipes d’Urban Comics pour la mise en relation et bien sûr à François Hercouët pour son temps, sa disponibilité, sa réactivité et sa gentillesse !

(Dessin représentant François, signé par le célèbre Dustin Nguyen !)

Part. II • Siegfried Würtz, auteur de Qui est le Chevalier Noir ? (Third Éditions)

Pourquoi Batman continue de fasciner plus de 80 ans après sa naissance ?
Plusieurs facteurs expliquent cette fascination intacte (malgré des hauts et des bas). Déjà, Batman est l’un des premiers super-héros et a donc frappé les esprits avant l’explosion de la concurrence. En outre, il se fonde sur des archétypes fictionnels très populaires et efficaces. Mais surtout, Batman représente une forme d’idéal physique, mental et moral, au point que cet homme dénué de pouvoirs peut présider à la table des dieux, et se faire craindre et admirer par des êtres infiniment plus puissants que lui. Enfin, son histoire fait écho à notre peur la plus profonde, celle de la solitude, et montre comment une personne ayant traversé le pire peut convertir ses malheurs en force pour le monde entier. Son obscurité est ainsi aussi moderne que sa vocation est lumineuse. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que personne n’a retouché son origin story après 80 ans, parce que malgré le passage du temps et l’évolution du medium super-héroïque, elle continue de nous toucher.

Que peut apporter un nouveau film à l’icône ?
Toute réappropriation de Batman est intéressante parce que ceux qui tiennent à l’exploiter expriment souvent une résonance personnelle entre son parcours et leur monde intérieur. C’est aussi ce qui fait qu’après des milliers de comics et une dizaine de films, on est toujours aussi curieux d’une nouvelle incursion par un auteur doté d’une personnalité forte : on fait confiance à Matt Reeves et à son équipe pour donner forme à leur vision particulière de façon au moins authentique et originale.

Il y a énormément d’adaptations de Batman (cinéma, jeux vidéo, séries…) comment se démarquer du lot ?
Chaque medium vient avec ses propres contraintes mais aussi sa propre diversité formelle, et plus pragmatiquement, sa nécessité de se distinguer du reste pour éviter toute accusation de plagiat. Je pense donc que, spontanément, les autrices et auteurs de Batman dans ces différents arts ont conscience des écueils à éviter, de la nécessité de proposer quelque chose de neuf, et idéalement de personnel, parce que personne n’a tout à fait la même vision de Batman, les mêmes lectures, les mêmes sentiments vis-à-vis de lui, de ses aventures, de son combat et de sa vocation.

Quels comics représentent pour toi “la quintessence” de ce qu’est Batman ?
Ce que j’aime le mieux chez Batman, c’est qu’il soit un “signifiant mobile”, plus peut-être que n’importe quel autre super-héros ; dans le sens où on peut lui prêter de multiples significations sans trahir le personnage. Je défends donc l’idée qu’il n’a pas réellement de “quintessence”, ou alors dans des récits si classiques que je trouverais dommage de les recommander particulièrement. Cependant, je peux conseiller trois comics permettant de saisir synthétiquement une grande partie de la richesse du chevalier noir. The Dark Knight Returns de Frank Miller, Batman – Ego de Darwyn Cooke et, pour tricher un peu, les formidables anthologies Black and White. Chaque histoire courte est écrite par une équipe différente avec une liberté relativement absolue de trait et de ton, de sorte qu’en cent pages, on a pu appréhender Batman sous une dizaine de formes différentes, qui sont toutes Batman et n’ont pourtant rien à voir les unes avec les autres. [Le troisième et dernier tome des anthologies en noir et blanc est prévu en 2022.]

Est-ce que les comics Batman reflètent une part de notre société en puisant dans notre actualité/politique afin de raviver continuellement une flamme chez des lecteurs ? Ou, au contraire, la fiction s’en démarque pour être davantage dans la fantaisie” et rester intemporel ?
Cela dépend. Certains comics puisent dans notre actualité sociale et politique quand la force d’autres est de nous livrer une puissante fiction escapiste. Le pire, ce sont sans doute les comics exploitant mal l’une de ces deux ambitions, par exemple prétendant livrer un message politique fort si didactique et naïf, ou si noyé dans un event polycéphale, qu’ils auraient mieux fait de s’abstenir de se croire plus adultes et plus mûrs qu’ils ne le sont. On a ainsi eu bien des exemples dernièrement au cinéma de la promesse aguicheuse d’une méditation sociale et politique, plutôt bien menée d’abord, et finalement évincée pour rentrer dans le moule d’une formule hollywoodienne ne disant plus grand chose du monde réel, avec (à des degrés divers) The Batman, Captain America : Civil War, The Dark Knight Rises, Black Panther, Joker Pour revenir aux bandes dessinées, les meilleures fictions super-héroïques sont ainsi pour moi celles qui parviennent à assumer complètement la dimension indéniablement politique du super-héros tout en livrant (et même : pour livrer) une fiction forte.

Comment renouvelle-t-on Batman sans lasser son lectorat ?
En le confiant à des autrices et auteurs qui ont quelque chose à dire et/ou à raconter. Attention, ce n’est pas une recette pour vendre plus de Batman : on sait bien que le public n’est pas toujours friand de réinventions et préfèrera souvent un millième combat contre le Joker à quoi que ce soit d’un peu différent. Mais même ce marché peut être revitalisé par une réinvention piquante. C’est sans doute en partie ce qui explique la popularité du Black Label (dont je suis très friand) : donner carte blanche à des équipes pour travailler sur Batman dans un one-shot et hors continuité est sans doute l’un des plus beaux cadeaux que l’on puisse faire à Batman pour lui éviter l’arthrite à laquelle la continuité paraît parfois le condamner.

Merci à Siegfried Würtz pour sa grande réactivité et sa sympathie également ! On recommande son ouvrage, très complet et sourcé, qui balaye l’évolution de Batman à travers les âges (351 pages, 29,90€).

Article « Pourquoi, 80 ans après sa création, Batman fascine toujours autant » (pour le journal l’actu )

J’ai travaillé de 2007 à 2009 pour les journaux pour enfants et adolescents Mon quotidien et l’actu. Je collabore de temps à autre encore avec leur rédaction. Un article sur Batman m’a été demandé pour début mars sous l’angle « pourquoi il séduit toujours autant après tant d’années ? ». J’y fais intervenir François Hercouët, le directeur éditorial d’Urban Comics, ainsi que Siegfried Würtz, l’auteur de l’excellent ouvrage Qui est le Chevalier Noir ? – n’ayant pu utiliser l’entièreté des entretiens, rendez-vous sur cet article pour les découvrir ainsi que quelques informations comics.

Suite à un retard de publication (l’article devait initialement être publié le 2 mars pour la sortie du film le même jour), le papier se retrouve dans le même numéro que l’interview de Robert Pattinson ! Le quotidien l’actu (disponible uniquement sur abonnement) est à destination des 13-18 ans, d’où l’obligation de synthétiser au maximum. Néanmoins je suis ravi d’avoir pu orienter l’article sur les comics et même avoir pu placer des couvertures pour l’illustrer. Bonne lecture (cliquez sur les images pour les agrandir) !

Participations médiatiques fin février/début mars 2022

Pour surfer sur la sortie du film The Batman, j’ai été sollicité pour écrire dans plusieurs médias ou sites mais aussi enregistrer un podcast ! Comme toujours, mon angle est de vulgariser l’approche comics afin de donner envie à des non connaisseurs de plonger dedans, tout en livrant quelques anecdotes (idéalement les « moins connues ») sur les films et les bandes dessinées.