Batman Rebirth – Tome 04 : La Guerre des Rires et des Énigmes

batman-rebirth-tome-4

[Histoire]
Bruce échange avec Selina * : avant de s’engager plus « sérieusement » dans leur relation, il tient à lui confier un lourd secret. Un secret qui pourrait bien remettre ses valeurs et modifier le sort de la relation entre Batman et Catwoman

Ainsi, le milliardaire raconte qu’à ses débuts (quelques temps après L’An Zéro), il fut au centre d’une guerre entre le Sphinx et le Joker, un conflit meurtrier qui rassemble plusieurs ennemis de Batman. Certains se sont alliés à l’Hommes-Mystère, d’autres au Clown du Crime.

Entre les rires et les énigmes, qui sortira vainqueur de cette guerre ? Comment Batman a pu l’arrêter ?

* Il n’est pas du tout obligatoire d’avoir lu les trois premiers tomes de Batman Rebirth pour découvrir celui-ci mais attention, comme l’histoire principale est sous forme de flash-back, on découvre assez rapidement la « fin » du volume trois avec notamment [attention à la révélation pour ceux qui n’ont pas lus] : la demande en mariage de Bruce à Selina !

Batman vs Sphinx vs Joker

[Critique]
De beaux dessins et une idée originale ne donnent pas forcément un « bon comic ». C’est le constat amer après lecture de ce quatrième tome de Batman Rebirth. Cette fameuse « guerre des rires et des énigmes » était évoquée discrètement dans les précédents volumes, annonçant un évènement meurtrier de grande ampleur, et ayant profondément marqué le Chevalier Noir. Malgré quelques éléments intéressants, l’ensemble a du mal à convaincre, principalement à cause d’énormes improbabilités. Explications.

Le principal problème de l’histoire, au-delà de sa crédibilité fragile, est qu’elle ne semble pas « complète ». On a l’impression d’effleurer le conflit, à travers le prisme de trois ou quatre personnages (pas forcément une mauvaise idée en soi), au lieu de suivre le point de vue de tout le monde (ça aurait été nettement plus efficace ici). C’est justement ce point précis qui est un gros souci. Du jour au lendemain, naissent deux équipes : celle du Joker, composée donc du Clown du Crime avec le Chapelier Fou, Man-Bat, Mister Freeze, le Pingouin, Deathstroke, le Ventriloque… et celle du Sphinx, où l’Homme-Mystère est accompagnée de Poison Ivy, Double-Face, Gueule d’Argile, Killer Croc, Deadshot, L’Épouvantail… On ne sait pas comment ni pourquoi. Notons qu’ils sont tous « en liberté » (!) et toute cette incroyable galerie est malheureusement reléguée à de la figuration (à l’exception de quelques planches s’attardant brièvement sur Poison Ivy — un début d’idylle avec le Sphinx est vaguement amorcé). C’est assez surréaliste et vraiment mal amené (et dommage). Idéalement, il aurait fallu un chapitre spécial sur chacun de ces antagonistes pour expliquer leur motivation et leur ralliement. Cela rappelle vaguement Le Règne du Mal mais le contexte était mieux justifié et se prêter davantage à l’histoire.

Bruce Selina

Par conséquent, il y a des affrontements totalement risibles, par exemple le duel Deadshot vs Deathstroke qui n’en finit plus et Batman qui arrive et tape les deux et voilà… Si on peut ne pas forcément s’attarder sur ce « détail », force est de constater que c’est une succession de « petits problèmes » plus ou moins similaires qui entachent fortement le récit. Toutes les blagues et les énigmes qui parsèment l’histoire ne sont pas vraiment drôles et surprenantes. La dualité entre le Joker et le Sphinx semble décousue, on peine à y croire… Un point intéressant cependant est d’avoir rendu le Joker complètement antipathique : il ne sourit et rit jamais. Son but est justement de retrouver sa folie, corrélée avec Batman, mais cela arrive trop tard et se révèle mal exploitée in fine.

Qui dit guerre, dit morts, c’est inéluctable. À écouter le Chevalier Noir (pas tellement au premier plan du récit), il y a un nombre incroyable de victimes. Problème : on ne les voit jamais. Enfin plus ou moins… Deux ou trois au détour d’une planche (et encore, on a plus l’impression qu’ils sont blessés) et, surtout, des portraits en noir et blanc de toutes ces personnes tuées mis côte à côte pour se rappeler et honorer les morts. Là aussi « ça ne prend pas », il fallait montrer la violence du conflit, il fallait montrer ces citoyens en train de mourir, il fallait montrer ces cadavres s’empiler, impossible de trouver tout cela plausible sinon…

Deadshot Deathstroke

Notons tout de même la mort d’un enfant (un « tabou » parfois abordé dans des comics, dont le très bon La Cible de Deadshot), mise en avant (mais pas dessinée) pour justifier l’évolution d’un personnage secondaire (Kite Man) dont on entendait un peu parler dans les précédents volumes. C’est un des rares autres points intéressants, qui permet une certaine pirouette scénaristique en conclusion de l’œuvre mais malgré tout ça reste bien maigre (les interludes qui lui sont consacrés cassent totalement le rythme et l’immersion — il aurait fallu, comme évoqué plus haut, peut-être tout un volume consacrant un à deux chapitres sur chaque antagoniste pour comprendre leurs motivations avant de revenir au cœur de la guerre dans un autre volume).

Parmi les autres choses surréalistes, ou à lesquelles il est difficile de « croire » : un dîner interminable au Manoir Wayne avec donc Bruce et Alfred qui accueillent… les deux clans ! Le Joker et le Sphinx, ainsi que six autres ennemis venus prêter main forte à leur leader au cas où ça tournerait mal. On se retrouve donc avec quasiment tous les ennemis de Batman au même endroit dans le manoir Wayne pour un repas mondain organisé on ne sait pas comment et durant lequel le milliardaire appelle à la paix entre les deux rivaux. C’est tellement grotesque qu’on a la désagréable sensation d’assister à une parodie !

Sphinx vs Joker

Et malheureusement, les huit chapitres (dont deux entièrement alloués à Kite Man) qui composent ce tome sont du même acabit, oscillant entre une « fausse » violence, des combats ridicules, des situations totalement improbables, des incompréhensions et incohérences majeures, des conséquences risibles, etc. Difficile d’être totalement empathique avec un protagoniste ou de plonger et adhérer complètement à cette guerre des rires et des énigmes. Cela rappelle Le Deuil de la Famille, qui avait deux niveaux de lecture : soit l’histoire principale (donc le tome 3 de la série Batman période Renaissance/New 52), soit l’intégralité avec les petits chapitres annexes (publiés dans Batman Saga) qui permettaient d’avoir le point de vue de toute la Bat-Family. On l’a déjà écrit deux fois : ce second choix ne peut être appliqué ici, reste donc l’impression d’effleurer quelque-chose qui se voulait « gravissime » et qui ne l’est pas plus que ça en fin de compte.

Le côté « pétard mouillé » est aussi de mise (à l’instar du Deuil de la Famille une fois de plus) puisque Batman annonce que la conclusion de son histoire sera décisive pour la suite de sa relation avec Selina. Un secret qu’il n’assume pas et qui remet en cause sa morale et sa personnalité. Rien que ça ? Oui en effet… C’est correct : Batman a voulu tuer une personne. Évidemment il ne l’a pas fait, mais pas parce qu’il s’est arrêté, parce que quelqu’un d’autre l’a stoppé. Et comme ce quelqu’un n’est pas n’importe qui, cela permet d’avoir une nouvelle relation pimentée entre elle et le Dark Knight. Une fois de plus : il faudra constater par la suite si ce micro-évènement aura des conséquences pour la suite (à priori non), mais saluons la petite audace d’avoir narré cela (même si ce n’est pas non plus si extraordinaire que cela puisque ça ne change en rien les bases du Chevalier Noir, éventuellement certaines fondations philosophiques mais pas plus).

Catwoman Guerre énigmes

Heureusement, restent les sublimes dessins, planches et découpages opérés par Mikel Janin (qui alterne un volume sur deux avec David Finch et qui avait donc signé le second, Mon nom est Suicide, particulièrement réussi) et son style élégant, réaliste, bien aidé grâce à la colorisation de June Chong. Quelques jeux de couleur sont sympathiques aussi, avec une dominance de vert/marron/rouge pour la team du Sphinx et une de noir/violet/bleu pour celle du Joker. Certaines séquences sont superbes — cf. les images d’illustration de cet article et celles en tout en bas — et on reconnaît humblement que toute la partie graphique est finalement le point fort de l’œuvre (ce qui ne suffit évidemment pas à en faire une bonne histoire).

Les deux chapitres « interludes » — Kite Man Begins & Kite Man Returns — sont signés Clay Mann qui propose là aussi de jolies choses, un peu plus classique (donc moins bien) que celles de son confrère mais gardant une certaine homogénéité des couleurs et ressemblances. On appréciera ou non les looks du Joker (qui ne sourit donc jamais, et ne donne pas l’impression d’être « le Joker ») et du Sphinx (avec sa chemise ouverte en permanence — sic — un attribut sexué totalement injustifié et ridicule).

La Guerre des Rires et des Énigmes est donc un (gros) ratage sur de multiples points, à commencer par des éléments fondamentaux pour une bande dessinée (et une histoire au sens large du terme) : pas du tout crédible, guère d’empathie, narration bâclée, faux enjeux, etc. Pour l’anecdote, il peut se lire en one-shot, comme un volume indépendant du reste de la mythologie de Batman. Mais on le déconseille fortement et c’est le premier réel « loupé » de Tom King depuis qu’il est à la tête de la série Batman Rebirth. Le cinquième volume, prévu pour septembre 2018, reviendra « au présent » pour proposer la suite de la conclusion du troisième tome : le mariage entre Bruce et Selina. On peut donc faire l’impasse sur celui-ci sans problème.

Guerre Blages Enigmes Joker

[À propos]

Publié en France chez Urban Comics le 18 mai 2018. Précédemment publié dans les magazines Batman Rebirth #13 à #17 (juin à septembre 2018).

Contient Batman #25-32

Poisin Ivy Sphinx

Scénario : Tom King
Dessins : Mikel Janin, Clay Mann (#27 et #30)
Encrage : Hugo Petrus, Danny Miki, John Livesay, Clay Mann (#27 et #30)
Couleur : June Chung, Gabe Eltaeb (#27), Jordie Bellaire (#30)

Traduction : Jérôme Wicky
Lettrage : Stephan Boschat (Studio MAKMA)

Guerre Enigmes Blagues

Acheter sur amazon.fr :
Batman Rebirth – Tome 04 : La Guerre des Rires et des Énigmes
Batman Rebirth – Tome 03 : Mon nom est Bane
Batman Rebirth – Tome 02 : Mon nom est Suicide
Batman Rebirth – Tome 01 : Mon nom est Gotham

Joker

Sphinx

 

Sphinx Batman Enigmes Guerre

Joker Blague Guerre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *