Archives par mot-clé : Dennis O’Neil

Un Deuil dans la Famille (+ Les Morts et les Vivants)

Récit emblématique de la mythologie du Chevalier Noir publié de 1988 à 1989, Un Deuil dans la Famille est considéré comme culte à bien des égards mais pas forcément de « la bonne manière ». Si le titre, écrit par Jim Starlin et superbement dessiné par Jim Aparo, s’inscrit évidemment comme un pan incontournable dans l’histoire de Batman, de(s) Robin, de Jason Todd et du Joker, il a rapidement « mal vieilli », principalement à cause de son contexte géopolitique (à tel point que son adaptation vidéo le supprime carrément) et tout simplement car il n’est pas de très grande qualité, in fine. Un Deuil dans la Famille, reste néanmoins à lire pour les fans de Batman et témoigne aussi d’un évènement éditorial inédit pour l’époque (les lecteurs ont voté pour le destin funeste de Jason Todd). Critique, contextualisation et explications.

À noter que le comic contient également les premiers pas de Tim Drake dans Les Morts et les Vivants, signés par d’autres pointures : Marv Wolfman (scénario), George Pérez (scénario et dessin), Jim Aparo à nouveau ainsi que Tom Grummett (dessin). C’est cet autre segment, important également dans l’histoire du Chevalier Noir, qui permet à l’ouvrage de faire partie des coups de cœur et justifie l’achat.

À gauche, la réédition 2017 avec la célèbre image iconique tirée de la tragédie de Batman et Robin.
À droite, la première édition d’Urban Comics (avril 2013) qui reprenait la couverture du troisième chapitre (Batman #428), dessinée par Mike Mignola.

[Résumé de l’éditeur]
Jason Todd, le deuxième Robin, retrouve la trace de sa mère, disparue depuis des années. Mais, au tournant, l’attend également le Joker, le pire ennemi de Batman… Le Chevalier Noir va connaître l’une des heures les plus tragiques de sa carrière. Un Batman peut-il poursuivre sa lutte sans un Robin à ses côtés ?

[Début de l’histoire – Un Deuil dans la Famille]
Suite au comportement impulsif de Jason Todd lorsqu’il endosse le costume de Robin, son père adoptif Bruce Wayne le suspend de ses fonctions de co-équipier. Batman opèrera seul le temps que le jeune homme gère mieux ses émotions.

Fou de rage, Jason déambule dans Gotham et repasse devant l’appartement de ses parents, tous deux décédés. Une voisine lui confie alors une boîte contenant quelques effets personnels des Todd. L’adolescent découvre que sa mère était en fait la compagne de son père et non sa « vraie mère biologique » ! Jason Todd enquête et identifie trois femmes susceptibles d’être sa mère biologique : une est en Israël, l’autre au Liban et la dernière en Éthiopie.

De son côté, le Joker a réussi à détourner un missile nucléaire et souhaite se lancer dans… la politique internationale ! Il compte vendre son arme à « des terroristes arabes ». Pour cela, il va au Liban.

Quant à Bruce/Batman, il est tiraillé entre retrouver son pupille qui a disparu et suivre le Clown Prince du Crime détenteur d’une arme atomique. Il choisit d’aller au Liban poursuivre sa némésis, sans se douter qu’il s’agit d’une des destinations où Jason Todd va également se rendre…

[Critique]
Il est presque sûr que chaque lecteur découvrant Un Deuil dans la Famille sait pertinemment qu’il va y lire la mort de Jason Todd, le second Robin. Entre le nom de l’œuvre, sa couverture, la préface de Jim Starlin qui en parle ouvertement et la connaissance de ce triste sort dans la culture « Batmanienne » voire populaire, difficile de partir sur une base vierge. Seuls les lecteurs de l’époque, fin 1988, on réellement vécu cette tragédie « en direct ».

Aujourd’hui, il est donc acté dès le départ que Todd va être tué par le Joker, qu’il n’y a pas d’autre issue possible (malgré son retour des années plus tard en Red Hood – on en reparlera). Aborder le comic book pose donc un problème de narration : on connaît déjà la destination, il faut donc espérer que le voyage soit réussi, soigné et « agréable ». Ce n’est malheureusement pas vraiment le cas…

Le récit se divise en quatre parties (les quatre épisodes de Batman #426 à #429), étalées en six chapitres distincts, couvrant environ 135 pages. La première partie pose les enjeux de l’histoire efficacement et rapidement ; elle élimine ensuite une menace (le Joker et son missile nucléaire) et une des trois femmes potentiellement mère biologique de Todd. La seconde partie poursuit l’enquête autour de l’identité de la mère de Todd et contient la mise à mort « très graphique » de ce Robin (on y reviendra)… La troisième partie est la douloureuse découverte du cadavre par Batman (le chapitre #428, probablement le plus réussi du livre et tristement célèbre). Enfin, la quatrième partie correspond à l’affrontement final entre le Joker, ambassadeur iranien à l’ONU, bénéficiant d’une immunité diplomatique !

L’arc se déroule peu après Killing Joke auquel le titre fait référence plusieurs fois et poursuit, ainsi, l’enchaînement de titres noirs et violents autour du Chevalier Noir publiés à la fin des années 1980, certains s’inscrivant dans sa chronologie, d’autres restant en marge : The Dark Knight Returns (1986), Année Un (1987), Killing Joke donc (1988) et juste avant Arkham Asylum (1989). À noter que les couvertures sont signées Mike Mignola, dessinateur du moyen Gotham by Gaslight dans la même période (1989) puis scénariste du très sympathique La malédiction qui s’abattit sur Gotham (2000).

Le gros souci d’Un Deuil dans la Famille se situe dès son postulat de départ : l’incursion d’une aventure de Batman (qui va, en plus, s’inscrire comme l’une des plus violentes, traumatisantes et importantes dans sa mythologie) dans un cadre géopolitique « réel » de notre propre monde, à savoir le terrorisme islamiste, le peuple chiite et autres conflits complexes au Moyen-Orient. La BD évoque carrément la prise d’otage dans l’ambassade des États-Unis à Téhéran (brillamment mise en scène et vulgarisée dans le film Argo – dont on conseille la version longue) et une alliance entre le Joker et le dictateur Khomeini ! (C’est comme si, une douzaine d’années plus tard, peu après les attentats du 11 septembre, Batman se serait rendu au Pakistan avec Tim Drake. Double Face se serait allié avec Oussama Ben Laden et aurait tué cet autre Robin par exemple.) Était-ce l’idéal de mélanger cet aspect « réel et violent » avec la mort d’un personnage « fictif et populaire » ? Était-ce vraiment nécessaire ? Ce parti pris scénaristique volontaire apporte donc un lot de bizarreries qui tranche radicalement avec ce qu’on connaissait de l’homme chauve-souris jusqu’à présent. C’est clairement casse-gueule, au mieux maladroit, au pire provocateur. Pour plusieurs raisons évidentes.

Tout d’abord, la fiction s’inscrit automatiquement « à un instant T » et, de facto, sera difficilement intemporel. Elle passera moyennement l’épreuve du temps, faute à ce renvoi d’actualité très précis dans laquelle on l’identifie. Ensuite, mêler de véritables crimes et situations tragiques au sein d’une œuvre puisant – normalement – dans l’imaginaire (sans pour autant ne pas être plausible ou réaliste bien sûr), lui enlève toutes ses fonctions « escapistes » visant à ouvrir une parenthèse fictive pour ses héros de papier. Enfin, et c’est un certain paradoxe, le risque de complètement casser « la suspension volontaire de l’incrédibilité » est très élevé. Impossible de mettre de côté les maladresses ou défauts d’une œuvre qui permettent de se plonger dedans en acceptant ces écarts pour une saine lecture ou compréhension. Mélanger un univers fantasmé avec des éléments particuliers du notre est un pari risqué. Comme dit : ici ça ne « prend pas ». Batman n’avait jamais affronté des « vrais » terroristes et le Joker ne s’était jamais immiscé au Moyen-Orient pour flirter avec eux. Le nommer ambassadeur « de la République Islamique d’Iran » est une idée plutôt naze (assez choquante au demeurant mais pas interdite donc pourquoi pas – autant lui accorder une immunité diplomatique (car cet élément est intéressant en revanche) mais venant d’un autre pays, imaginaire). Cela aurait pu fonctionner mais il aurait fallu un filtre nettement plus « réaliste » que ce qui est proposé ici (le loufoque et excentrique Joker à l’ONU, carrément ?! Allons bon…). On dirait presque une blague de mauvais goût… du Joker ?

C’est bien dommage car certaines choses fonctionnent très bien au demeurant, l’idée d’une mère biologique de Jason, un certain retournement de situation peu prévisible, la mise à mort du jeune pupille, l’audace (et le choc) d’acter le décès dans la mythologie du Chevalier Noir, la relation Bruce/Jason pour laquelle l’empathie du lecteur est mise à rude épreuve (impossible de ne pas avoir envie de gifler Jason puis l’instant d’après de le réconforter, impossible aussi de ne pas apprécier les moments d’accalmie entre les deux, voire leur complicité).

Malheureusement, ces bons éléments souffrent d’un rythme en demi-teinte où chaque chapitre ne peut s’empêcher de démarrer par un récapitulatif des précédents… Plombant d’entrée de jeu l’histoire au demeurant haletante mais parfois pénible à suivre. Les pensées subjectives ou narratives répétant ou expliquant l’action – comme beaucoup de titres de l’époque – accentuent également cette certaine « lourdeur ». Et bien sûr, tout ce qui était évoqué en amont vient aussi gâcher cette immersion (le contexte géo-politique, les lieux, etc.). Pire : dans ce qui se doit d’être austère, quelques éléments risibles (le BatPlane et autres dialogues moyennement convaincants) mettent à mal un récit déjà bien « pesant ». Il ne faut/fallait pas s’attendre à une mort programmée et organisée par le Joker, dans le but de rendre fou le Chevalier Noir, non, il s’agit « sommairement » d’une succession de combat dans le cadre qu’on connaît avec un Clown devenu un étrange terroriste… Au-delà de la qualité intrinsèque du titre, force est de constater que la déception est de mise, même si on avait peu d’attente quant à l’exécution de Robin. Faute aussi (en France tout du moins) à une faible propositions de matériel édité gravitant autour de l’époque Jason Todd en Robin ; difficile d’être extrêmement attaché à ce protagoniste – que beaucoup liront/découvriront pour la première fois ici – même si les quatre chapitres arrivent à bien cerner sa personnalité, remaniée depuis quelques temps en coulisse et causant son impopularité croissante (voir explications plus bas).

En piochant dans les quelques bonnes idées distillées, il y avait de quoi rendre l’œuvre davantage « indispensable ». Elle l’est d’une certaine manière bien sûr, on parle tout de même de la mort de Robin/Jason Todd (cela reste un moment charnière dans la mythologie de Batman, aux longues conséquences) mais manque le coche pour être à la fois incontournable ET un bon comic book. Reste tout de même les superbes planches de Jim Aparo, très en forme, instaurant de belles compositions, aux visages expressifs, aux scènes d’anthologie comme presque l’entièreté de l’épisode #428 avec l’homme chauve-souris déambulant dans les décombres de l’explosion tout en se remémorant ses souvenirs avec Jason puis la découverte du cadavre, dans une pleine planche inoubliable (cf. bas de cette page). Un chapitre qui fait partie des meilleurs de toute l’histoire du Chevalier Noir, sans aucun doute, l’un des plus marquants.

L’illustrateur signe de belles séquences qui ont nourri la postérité (on retient aussi davantage la mort hors-champ de Jason avec le pied-de-biche du Joker que ce dernier en tunique iranienne ou le duo dynamique frappant des terroristes). Seule la colorisation, très propre et « fonctionnelle » au demeurant – assurée par Adrienne Roy – est un peu trop « vive » et dénote avec la dramaturgie mise en scène.

La mort de Jason Todd n’est pas « complètement » issue de l’esprit du scénariste Jim Starlin et du responsable éditorial de l’époque Dennis O’Neil – adepte de remanier les figures iconiques de DC « aux bouleversements sociaux de l’époque ». En effet, ce sont les lecteurs eux-mêmes qui ont eu la possibilité de voter pour sceller le sort de Robin, ils sont complices de ce meurtre ! O’Neil revient longuement sur cet évènement inédit dans une passionnante préface rédigée en avril 1990. Il évoque le parcours éditorial de Robin, d’abord avec le personnage du flamboyant Dick Grayson. Arrivé dans Detective Comics #38, en 1940, un an à peine après la création de Batman, le jeune prodige évolue aux côtés de son mentor jusqu’en 1983 avant de s’émanciper et devenir Nightwing. Il est remplacé dans la foulée (Detective Comics #524) par Jason Todd, imaginé par Gerry Conway et Don Newton. Tous deux « ne cherchaient pas à innover [mais] à combler un vide », d’où la biographie assez proche de Grayson… « Leur ordre de mission était simple : trouvez-nous un nouveau Robin, et sans faire de vagues » précise Dennis O’Neil.

Trois ans plus tard, en 1986, l’auteur Max Allan Collins veut améliorer Jason Todd et propose de faire de lui un gosse des rues avec des parents criminels, une opposition à Batman en somme. Malheureusement, ça ne prend pas. De moins en moins populaire, le nouveau Robin – initialement simple décalque du précédent – devenu trop impulsif voire antipathique, n’était plus vraiment « accepté » dès l’instant où il commençait à avoir sa propre personnalité (!). Au lieu de le retirer des comics, il est décidé de possiblement le tuer. C’est là qu’intervient l’expérience « le coup de téléphone ». Simple, efficace. Comme Todd était peu apprécié, le staff éditorial de DC Comics (incluant O’Neil) opte pour une mécanique inédite : le public va décider si Robin va vivre ou mourir. « Nous placions Jason dans une explosion, et donnions deux numéros de téléphone aux lecteurs [en quatrième de couverture de Batman #427]. S’ils appelaient le premier, ils votaient pour la survie de Jason. S’ils appelaient le deuxième, Robin ne s’en sortait pas vivant. » Apparemment, 5.343 personnes ont voté contre et 5.271 pour, soit plus de 10.600 lecteurs qui se sont prêtés au jeu durant 36 heures (du à 20h), récoltant seulement 72 voix d’écart entre les deux choix ! La réception de ce procédé fut clivante, ce système interactif était jugé intéressant et audacieux par certains, cynique et dégueulasse pour d’autres (incluant Frank Miller !) voire… truqué (sans compter les critiques à propos du numéro de téléphone qui était surtaxé – 0,50$ l’appel) ! La légende raconte qu’O’Neil a lui-même appelé pour sauver Jason. Deux versions du chapitre #428 furent établies au cas où. Une des planches – dans laquelle Batman annonce que Robin est vivant – fut même dévoilée/recyclée bien plus tard, en 2006 dans Batman Annual #25, en évoquant le retour de Todd par un échange des lignes temporelles (illustration visible dans l’édition d’Urban Comics).

Une mort dans les comics est rarement « définitive ». Todd n’y fit pas exception mais pour le meilleur cette fois. Il réapparait en 2003, près de quinze ans après sa disparation, dans l’excellent Batman – Silence (Hush). Même s’il s’agit de Gueule d’Argile qui a pris son apparence, le doute plane… On ignore aussi si, à ce moment précis, le retour « définitif » est prévu ou si c’était simplement un clin d’œil à un « vieux » protagoniste un peu oublié. Néanmoins, cette apparition a des allures de prophétie car dans L’Énigme de Red Hood, grande saga publiée dès fin 2004 (entamée dans #Batman 635) et qui s’étalera tout au long de l’année 2005, on scelle pour toujours le retour de Todd, qui officie en costume et sous un heaume écarlate et se fait appelé Red Hood – nom emprunté au premier costume de l’homme qui l’a tué : le Joker.

En 2010, le segment Red Hood : The Lost Days (Jours Perdus, inclut dans L’Énigme de Red Hood) lève le voile sur la résurrection de Jason. Le jeune homme devient un antagoniste, tantôt mercenaire indépendant, tantôt allié à la Batfamille mais aux méthodes radicales. Il a sa propre série, Red Hood and the Outlaws notamment (disponible en deux tomes chez nous) et occupe une place de choix dans le superbe jeu vidéo Arkham Knight (sous le masque du Chevalier d’Arkham) – rôle repris dans la bande dessinée éponyme mais malheureusement annulée après un tome par Urban Comics. Red Hood/Jason Todd apparaît dans divers titres et ses échanges avec Damian Wayne sont souvent jubilatoires – tous deux étant nettement plus radicaux que leurs aînés ! Citons également l’adaptation vidéo d’Un Deuil dans la Famille où l’on peut retrouver le personnage dans un film interactif où plusieurs cheminements narratifs sont possibles, reprenant des extraits d’une autre adaptation : Batman et Red Hood : sous le masque rouge. Une expérience originale qui permet de renouer un peu avec le système de vote mis en place des années plus tôt.

Retour au comic book. Malgré tous les défauts évoqués, Un Deuil dans la Famille est important dans la mythologie de Batman. Il est donc primordial de le connaître, de le lire… mais à quel prix ? Heureusement, un autre récit complète celui-ci, justifiant finalement l’achat (23€) et le nombre de pages (un peu moins de 300 au total) : Les Morts et les Vivants. C’est dans cette histoire qu’apparaît Tim Drake pour la première fois car le staff DC Comics (y compris O’Neil) comprend que Batman sans Robin ne fonctionne pas. Mais pas question de réitérer les erreurs commises avec Todd, il faut soigner l’arrivée de ce nouveau Robin.

« Comment créer Robin 3 sans générer l’hostilité qui avait pourri la vie de Jason ? » interroge le responsable éditorial (toujours dans la préface). Grâce à Dick Grayson. Si Todd était l’usurpateur alors il fallait lier Tim à Dick, « que Robin 3 recevait l’approbation de son prédécesseur ». Pour cela, Marv Wolfman était l’auteur providentiel : depuis dix ans il travaillait sur Dick et avait co-créé New Teen Titans avec George Pérez. Ainsi, Tim Drake fait ses premiers pas dans une saga publiée dès 1989, aussi bien dans The New Titans (#60-61) que la série classique Batman (#440-442), onze numéros après la mort de Todd, soit moins d’un an plus tard. Critique ci-après.

[Début de l’histoire – Les Morts et les Vivants]
Après la mort de Jason Todd, Bruce Wayne sombre de plus en plus… Brisé et anéanti, il enchaîne les envolées nocturnes sous son masque de Batman, plus violent que jamais. Alfred tende de le soigner et essaie de raisonner son maître, en vain.

En parallèle, le milliardaire se fâche avec Dick Grayson. Ce dernier disparaît quelques temps de ses fonctions au sein des Titans. Grayson s’est simplement éclipsé au cirque Haly, implanté en ville et en bien mauvais état.

Dans l’ombre, un mystérieux jeune homme suit discrètement Bruce, Batman, Dick et Nightwing. Il a bien compris la double identité de chacun et, depuis le meurtre de Todd, souhaite que Dick redevienne Robin afin que Batman redevienne plus stable.

En parallèle, Double-Face est de retour à Gotham City, bien décidé à tuer le Chevalier Noir…

[Critique]
Comment « remplacer » Robin sans doublonner avec Dick Grayson et Jason Todd ? En créant un nouveau personnage proche des deux autres tout en étant différent… C’est le pari réussi de Marv Wolfman qui préfère d’entrée de jeu concevoir un Robin qui ne cherche pas à voler la vedette à Batman mais « simplement et banalement » à l’épauler, à le canaliser. Quand il créé Tim Drake (Tim pour… Tim Burton, qui préparait alors sur son film !), le scénariste Wolfman (habitué à travailler sur les Titans et surtout sur Dick – qui signe une introduction rédigée en 2011) ne lui appose pas de traumatismes : ses parents sont en vie (tout du moins pour l’instant…), sa famille et ses amis n’ont pas de problèmes en particulier. En cela, Drake n’a rien d’un écorché (comme Todd) ni de revanche à prendre ou de deuil à surmonter (comme Grayson).

Le jeune adolescent bénéficie immédiatement d’un capital sympathie élevé : c’est un excellent détective, il voue une admiration sans faille au duo de justiciers qu’il a vu évoluer, etc. Seule ombre au tableau : il s’agit encore d’un garçon aux cheveux bruns. Quitte à concevoir un « Robin 3 », pourquoi ne pas le démarquer physiquement ? Pour que les ennemis de Batman ne comprennent pas qu’il s’agit d’un autre acolyte ? On chipote mais c’est un petit peu dommage.

Côté histoire, co-écrite avec George Pérez (qui dessine aussi, on y reviendra), on navigue cette fois entre deux périples : l’un suivant Dick puis Tim, l’autre Batman et Double-Face. Quand tout le monde se rencontre et converge vers les premiers pas de Drake en Robin, c’est… réjouissant ! Assister à cet instant mythique et particulièrement réussi rehausse le niveau qualitatif de l’ensemble de l’ouvrage. Car si Un Deuil dans la Famille souffrait de nombreux défauts, Les Morts et les Vivants, lui, en a peu : le rythme est très bien dosé, la narration haletante, l’intrigue assez surprenante, les personnages sont attachants, on retrouve la « charmante » Gotham et d’autres éléments inhérents à l’ADN de Batman. La sempiternelle interrogation « d’utiliser » un enfant ou un adolescent dans la croisade du justicier trouve une certaine réponse mais continue de hanter l’homme chauve-souris – qui restera terriblement marqué et affecté par la perte de Todd, dont il s’estime responsable.

Les cinq épisodes se dévorent et les quelques incursions côté Titans (la bande dessinée jongle entre deux séries, The New Titans et Batman) sont très accessibles et ne gênent en rien la lecture si on n’est pas familier de cet (autre) univers. Seul le costume de l’époque de Nightwing a mal vieilli, le reste est toujours passionnant. Double-Face est plutôt soigné même si, là aussi, cela fait un peu redite par rapport à Grayson qui affrontait Dent à ses débuts (cf. Robin – Année Un). On apprécie également la présence soutenue d’Alfred, qui vient même prêter main forte au combat !

Côté dessins, on retrouve Jim Aparo pour les trois chapitres de Batman, rien à redire, l’artiste découpe avec maestria ses scènes d’action et offre de belles expressions sur les visages de ses personnages avec une fluidité et lisibilité exemplaires. Seules quelques cases sont assez pauvres en décors (déjà dans le titre précédent) mais c’est compensé par la vivacité de séquences moins contemplatives. George Pérez et Tom Grummett travaillent en binôme sur les deux épisodes de The New Titans (deux et demi si on inclut quelques pages d’un prologue issues de la même série mais croquées par Aparo). Les artistes parviennent à conserver une homogénéité graphique très appréciable, aussi bien au niveau des traits que de l’atmosphère visuelle globale. Ils sont grandement aidés par la colorisation d’Adrienne Roy (qui officiait déjà sur le titre précédent avec Aparo). En ultime bonus : un court chapitre dessiné par Lee Weeks et écrit par James Robins, À marquer d’une pierre blanche (Legends of the Dark Knight #100) qui montre Todd enfiler son costume de Robin pour la première fois puis sa mort… La sublime image de fin (l’avant-dernière de cette critique sur fond blanc) reste dans les mémoires.

En synthèse, le livre Un Deuil dans la Famille EST indispensable dans la chronologie de Batman pour ces deux évènements majeurs (la mort de Jason Todd et l’arrivée de Tim Drake – qui sera le premier Robin a bénéficié d’une série à son propre nom de justicier, avant de devenir Red Robin, cédant sa place à Damian Wayne) MAIS ne peut pas être considéré comme un incontournable à posséder impérativement du fait de la qualité moyenne de sa première histoire. C’est tout le paradoxe de la fiction : elle demeure importante et aura plusieurs conséquences sur l’évolution du Chevalier Noir mais elle n’est pas un chef-d’œuvre… Classons là tout de même dans les coups de cœur du site, principalement pour Les Morts et les Vivants et son statut particulier de son autre titre dans la culture « Batmanienne » !

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 26 avril 2013 puis réédité le 31 juillet 2017.
Précédemment publié chez Semic en 2003.

Scénario : Jim Starlin, Marv Wolfman, Georges Pérez
Dessin : Jim Aparo, Geroge Pérez, Tom Grummett
Encrage : Mike DeCarlo, Bob McLeod, Romeo Tanghal
Couleur : Adrienne Roy, Lovern Kindzierski

Traduction : Alex Nikolavitch
Lettrage : Stephan Boschat – Studio Makma

Contient Batman #426-429 (Un Deuil dans la Famille) puis Batman #440-442, The New Titans #55 et #60-61 (Les Morts et les Vivants), Legends of the Dark Knight #100

Acheter sur amazon.fr : Batman – Un Deuil dans la Famille (23€)




No Man’s Land – Tome 06

No Man’s Land est une longue saga constituée de plusieurs tomes : le volume unique Cataclysme, qui en était l’introduction, puis le récit « principal » de No Man’s Land en six tomes et, enfin, New Gotham en trois volumes. Voir la page récapitulative si besoin.
Afin d’établir des résumés et critiques plus visibles qu’un gros bloc reprenant l’ensemble de l’ouvrage, celles-ci sont divisées par les différentes (petites) histoires qui composent le tome. Le résumé est en italique sous le titre et la critique est précédée d’une petite flèche.

batman-no-mans-land-tome-6

Ground Zero
scénario : Jordan B. Gorfinkel / Greg Rucka | dessin : Greg Land
Batman : No Man’s Land #0

La vie à Gotham et, surtout, celle de Bruce avant le décret définitif du no man’s land. Le milliardaire est alors en excursion européenne (à Monaco) pour « jouer » le playboy mais il déteste ça. Huntress, quant à elle, profite de l’absence du Chevalier Noir pour arborer un nouveau costume, celui de Batgirl (sans l’accord donc de Batman). Elle adore la puissance que lui procure son alias héroïque et la peur qu’elle peut instaurer avec. Mais Wayne est bien décidé à revenir dans SA ville et utiliser ses planques, des mini « batcaves » qu’il a conçu dans tout Gotham suite à sa défaite face à Bane quelques temps avant (cf. Knightfall). L’occasion pour lui d’observer également les premiers pas de Huntress en tant que Batgirl pour juger si elle est apte à le porter.

Bruce Wayne No Mans Land

► Retour aux débuts de la saga avec ce chapitre introductif assez long et plutôt plaisant. Il vient répondre à plusieurs interrogations : l’état de Wayne quand il n’était pas à Gotham (une visite de Talia As Ghul et une agression physique semblent avoir déclenché la motivation du milliardaire pour revenir) et l’évolution de Huntress en Batgirl avec Batman qui le sait dès le début (ce qu’on pouvait suivre durant les premiers tomes et qui était un mystère de prime abord puisqu’on ne savait pas qui était cette nouvelle Batgirl). L’occasion de voir l’ennemie Ferak, copie conforme de Poison Ivy en version plus « mutante » (et forte à priori). Logique : c’est une plante créée par Ivy nous apprend Wayne.

Batgirl No Mans Land

Certains détails sont également pertinents, outre le traumatisme de la défaite face à Bane, régulièrement rappelée, le choix d’une autre ceinture, comportant plus de pochettes, est le genre d’anecdote continuant à contribuer à un certain « réalisme » dont nous fait part la saga depuis le début. Une bonne chose donc. En bref, ce Ground Zero se veut comme une bonne introduction, rappelant le chemin parcouru depuis le début et dynamitant d’entrée de jeu ce sixième et ultime tome.

Idylle de Plomb
scénario : Chuck Dixon | dessin : Scott McDaniel
Nightwing #38-39

Dick Grayson est toujours en convalescence chez Barbara Gordon. Les deux anciens amants ont une nouvelle relation particulière… En même temps, des soldats semblant appartenir au GCPD attaquent le repaire d’Oracle.

Barbara Dick Oracle Nightwing

► Ces deux chapitres centrés sur Nightwing permettent de voir son évolution aussi bien d’un point de vue sentimental (avec Barbara et… Huntress !) que physique (la tour de l’horloge est hors-service). Sans temps mort et avec des dialogues plutôt convaincants, Idylle de Plomb pêche par ses graphismes trop cartoony et aux traits bien trop gras (avis aux amateurs d’Ed McGuiness, le style de McDaniel s’en rapproche). Côte super-héroïne costumée, on a bien du mal à comprendre les motivations de Huntress puis son soudain revirement de situation. Le « flic » Petit reste quant à lui fidèle au personnage déjà croqué en amont dans de précédents tomes. Un petit scénario intéressant donc, mais une faiblesse au niveau des dessins.

Une curieuse alliance / Dettes
scénario : John Ostrander | dessin : Jim Balent
Catwoman #76-77

Le Pingouin a récupéré Catwoman, blessée et affaiblie. Lorsqu’elle se réveille, Copplebot lui propose une alliance : elle travaille pour lui et il la paie très cher. Sa mission : voler les biens de Luthor qui a débarqué dans Gotham et est bien préparé à chambouler la ville et la rebâtir à sa façon.

Catwoman Le Pingouin No Mans Land

► Deux chapitres résolument modernes dans leur traitement graphique (avec une superbe couverture pour le numéro #76) et scénaristique. Il faut se remémorer le tome 3 de No Man’s Land pour retrouver Mercy, l’une des ennemies de Catwoman mais, surtout, une des fidèles alliées de… Luthor. Elle sera au centre de la seconde partie (la moins réussie) et permettra une revanche originale à Kyle. Une conclusion avec Deadman achèvera ce deuxième chapitre d’être vraiment « moyen ». Cela ne gâche pas la qualité de l’ensemble puisque la première partie est excellente, on y trouve une Catwoman maline, sexy (il n’y avait pas besoin de rendre ses seins énormes et de la montrer presque nue, dommage…), espiègle et indépendante. Toute l’essence du personnage est là, tiraillé entre « le bien et le mal » (qu’on retrouve aussi sur la fin). En bref c’est la conclusion de l’arc sur Catwoman, une histoire globalement bien écrite et dessinée. Quelques écarts fleurant avec le registre fantastique ou le voyeurisme gratuit mais une jolie performance où tous les ingrédients clés de la féline voleuse ont été réunis : relation ambigüe avec Batman, collaboration avec l’ennemi, traîtrise et manipulation, combats intenses, solitude et tristesse, etc. Un récit très marquant dans la mythologie des comics sur Catwoman.

Le Monde de l’Autre Côté
scénario : Chuck Dixon | dessin : N. Steven Harris
Robin #73

Jack Drake, père de Timothy, a joué de ses relations pour médiatiser la disparition de son fils perdu dans Gotham City. Batman voit cette soudaine mise en avant de la ville dans la presse de bonne augure, permettant d’accélérer les mouvements et décisions politiques liés à l’évolution du no man’s land. Tim (Robin) vit très mal cette médiatisation mais ne sait comment réagir face à la détresse de son paternel. Des agents fédéraux sont missionnés pour s’infiltrer dans Gotham et récupérer Tim.

Robin No Mans Land

► On continue de conclure les arcs par personnage. Ce chapitre sur Robin est plutôt prévisible et, surtout, pas très bien colorisé — à priori en numérique (c’était les prémices de cette technique) — tout est « fade » et presque uniformisé, dommage… Ce n’est clairement pas la meilleure histoire du tome, elle nécessite d’ailleurs un petit épilogue. Mais, et c’est là l’importance, on « sent » que pour la mythologie du troisième Robin, il y a un certain cap de franchi (qui s’accroîtra, cinq ans plus tard, dans l’excellent Crise d’identité).

Évacuation
scénario : Dennis O’Neil | dessin : Roger Robinson
Azrael : Agent of the Bat #60

Azrael et Batgirl sont chargés d’affronter le Joker par Batman.

Joker Azrael

► Un autre arc qui ne va pas tarder à se terminer, en tout cas on l’espère vu la fin risible de ce chapitre. Seul intérêt : l’alchimie éphémère entre la nouvelle Batgirl quasiment muette et Azrael. C’est sans réel surprise ni même intérêt, dommage… Qui plus est la majorité des fonds de case de couleur uni n’aident pas à rendre cette histoire plus palpitante et prenante malgré la présence du Joker.

Tour de Passe-Passe
scénario : Greg Rucka | dessin : Sergio Cariello
Batman #573 | Detective Comics #740

312ème jour du no man’s land : Luthor annonce en fanfare ses travaux pour reconstruire Gotham. Il trouve inacceptable et moralement condamnable ce qu’il s’est passé. Sans surprise, le Chevalier Noir n’en croit pas un mot et devine de sombres desseins derrière cet altruisme louche. Robin est chargé de surveiller Huntress et Petit (un ancien flic devenu très radical). Luthor peut compter, lui, sur les services de Bane pour assurer sa sécurité, que ce soit face à Batman mais aussi face… au Joker !

Batman vs Luthor

► Nettement plus passionnant que les derniers chapitres, ces deux nouveaux redonnent un coup de fouet à l’intrigue général avec la rivalité entre Luthor et Batman, les plans de chacun d’eux, la place de Bane dans tout cela, etc. Les dimensions politiques et économiques occupent davantage une place centrale, malgré quelques éléments confus. On notera aussi un amusant jeu de rôle entre Batman et Barbara appelant Lucius Fox, sous l’identité de Bruce et d’une masseuse. Graphiquement réussi (traits précis, cadrage hors-norme, découpage rythmé…) on apprécie aussi les séquences avec le Joker et le Pingouin, même si les « conclusions » avec ces deux derniers sont un peu expéditives.

On retrouve aussi un problème de cohérence puisque Robin (Timothy Drake) est présent ici alors qu’il a été évacué hors de la ville deux chapitres plus tôt (il s’agit en fait d’une curiosité éditoriale puisqu’il aurait sans doute fallu placer le chapitre sur Robin plus tard mais cela gâcher certainement la lecture de l’ensemble — le dernier chapitre du livre confirme que Tim fait des allers-retours dans la ville, ce qui n’était pas réellement explicite ici ; pourquoi pas). De la même manière, en étant pointilleux, on a du mal à comprendre pourquoi Luthor continue de s’adjoindre des services de Mercy plus qu’elle enchaîne défaite sur défaite sans que cela énerve son patron. Cette dernière a d’ailleurs l’occasion de tuer le Joker mais ne le fait pas préférant le laisser fuir car il a sans doute « compris le message » (sic) !

Fin de partie
scénario : Greg Rucka / Devin Grayson | dessin : Damion Scott / Dale Eaglesham
Batman : Legends of the Dark Knight #126 | Batman #574 | Detective Comics #741

Un mois. C’est le délai qu’il reste aux (derniers) habitants de Gotham pour rebâtir la ville pour que le décret no man’s land soit levé. Avec approbation du président des États-Unis, Lex Luthor s’occupe en grande partie de cette reconstruction. Les médias sont braqués sur lui, son image est extrêmement positive. En plus de LexCorp, Bruce Wayne Enterprises met évidemment aussi du sien, ainsi que les labos S.T.A.R., le Corps des Ingénieurs de l’Armée (et les citoyens de la ville). L’espoir renaît. Dans l’ombre, le Joker est irrité que ça évolue en ce sens : fini l’anarchie et les territoires contrôlés par des fous furieux. Dans Gotham, Noël se prépare…

Huntress no mans land

Douce nuit, sainte nuit… Tendre et à point puis Cet enfant sur la paille endormi sont les titres de ces trois chapitres qui se lisent d’une traite et se suivent directement. Huntress (en pleine rédemption) surveille Billy Petit, sombré dans la folie et paranoïa – en découlera le second chapitre, particulièrement réussi et haletant (un plan habile du Joker, un peu invraisemblable mais ça passe, un Petit dépassé et effrayant et une Huntress extrêmement touchante) -, la plupart des ennemis sont en prison ou peu dangereux (la chute du Pingouin, bien que soudaine, en est un bon exemple), seul le Joker reste donc LE fou furieux à arrêter en dernier parmi la galerie de vilains. Sur ce point, les dernières planches sont glaçantes. Toute la folie du Clown du Crime est montrée « à nouveau ». Bien sûr, l’ennemi revient souvent, mais il « marque » rarement la mythologie du Chevalier Noir dans des histoires qui laissent trace, à l’exception de la mort de Robin. Et bien, là aussi il tue un personnage (secondaire certes, mais important). Le Joker retrouve donc de « sa superbe » tout en étant détestable au plus haut point. Si No Man’s Land était déjà assuré de laisser une trace marquante dans la chronologie (et l’histoire) de Batman, cet ultime meurtre et méfait du Joker définit comme « culte » cette saga, ou tout du moins sa conclusion. Difficile de ne pas être touché, ému ou choqué en voyant certaines cases et les scènes qui suivent le crime. Le plaisir sadique du lecteur est aussi « récompensé », car il apparaissait surréaliste, dans le contexte extrêmement violent, perdu et sauvage de la ville, qu’il n’y ait pas plus de victimes (parmi les protagonistes connus) que cela (pas mal de figurants le sont tout de même). Seul reproche de cette fin de partie : la non-homogénéité des dessins. Il est normal d’avoir plusieurs dessinateurs différents (ici deux) dans ce genre de cas (3 chapitres de 3 séries différentes) mais les deux ont un style tellement différents que ça casse un peu l’immersion. Eaglesham va dans le réalisme pur et sale, là où Scott a un trait plus « cartoony », un chouilla dommageable mais ça passe quand même vu que le scénario prend le dessus aisément.

Dons de l’esprit
scénario : Dennis O’Neil | dessin : Roger Robinson
Azrael : Agent of the Bat #61

Prolongement de Fin de partie en adoptant cette fois le point de vue d’Azrael et Batgirl, missionné par Batman pour retrouver les bébés kidnappés par le Joker. Le nouveau duo de justiciers en profite pour découvrir les traditions de Noël.

Batgirl Azrael

► Si les errances de Jean-Paul Valley ont toujours été un peu redondantes voire ennuyeuses, celles-ci, proposées comme les dernières (pour cette saga) sont plutôt plaisantes. On a clairement envie de savoir ce que va donner la relation Cassandra Cain/Jean-Paul Valley. Ce dernier contraste toujours autant avec l’univers « classique » de Batman mais c’est suffisamment bien écrit (dans ce chapitre) pour qu’on soit pris d’empathie pour le presque schizophrénique justicier. Placer cette histoire après les trois chapitres précédents est un peu dommage (elle « dévoile » le plan du Joker mais aurait pu s’insérer avant, quitte à casser la dynamique de Fin de partie au moment où celle-ci se déroule, pour mieux clore l’ensemble avec la conclusion épique et tragique qu’on vient juste de lire avant).

Ce n’est qu’un au revoir
scénario : Greg Rucka | dessin : Pablo Raimondi
Batman : Shadow of the Bat #94

31 décembre, dernier jour de l’année, dernier jour du no man’s land, un enterrement se déroule à Gotham City… Puis Batman et Oracle reprennent le travail, il apparaît que Luthor a mené habilement son jeu puisqu’il a racheté des propriétés de la ville pour 0,4% du prix du marché en trafiquant des documents. Mais Bruce Wayne était sur le coup grâce à Lucius Fox.

Batman VS Lex Luthor

► Conclusion douce-amère de toute la grande saga No Man’s Land. Touchante mais avec quelques éléments pas forcément tout à fait résolus (on ignore si Luthor est réellement à l’origine du cataclysme, ce qui était sous-entendu à une époque). Le reste semble assez « classique » pour une fin et un renouveau mais efficace pour conclure ce dernier tome : on y retrouve chaque héros, quelques choix finaux (Dick se dirigeant vers Helena plutôt que Barbara), des cases sans texte, etc. Et ça fonctionne suffisamment pour avoir eu le sentiment de lire un grand arc maîtrisé.

Conclusion : C’est un peu de cliché de dire que cette fin est avant tout un nouveau départ mais c’est assez vrai (la « suite » se nomme New Gotham et est à découvrir en trois tomes). Nettement plus passionnante que Knightfall, à qui elle est souvent comparée, cette très longue histoire aura eu le mérite d’apporter un statu quo extrêmement original et une plongée dans la survie et l’anarchie pour bon nombre de protagonistes. Un quasi retour à l’ère « primitif » avec une qualité d’écriture plutôt élevée malgré un côté « stagnant » régulier. Certains épisodes se révélant (forcément) moins passionnants que d’autres (Azrael, une partie de ceux de Catwoman et Robin sont parfois de moindre intérêt) mais la majorité se lit avec plaisir. On pense notamment aux évolutions des héros (Huntress et Batgirl), aux doutes des autres (Batman en premier) et aux folies des ennemis plus ou moins connus, avec le point d’orgue de ce volet grâce au Joker. Ce qui est à déplorer relève des dessins : une armée d’artistes différents livrent (forcément bis) un ensemble hétérogène. Si on se prête à nouveau au jeu de la comparaison, on observe que les planches de No Man’s Land vieillissent bien mieux que celles de Knightfall, elles sont plus modernes et même si parfois les styles sont radicalement différents, l’ensemble reste cohérent.

Difficile donc de trouver les « bons mots » pour évoquer six tomes (sept en vrai), même s’ils ont été lus « à la suite » (vivement recommandé), il y a sans doute quelques éléments qui peuvent échapper au lecteur (et au critique) mais le ressenti général est vraiment possible. Bien sûr, comme souvent, tout n’est pas parfait. C’était évoqué plus haut : peu de morts « réelles » parmi les emblématiques personnages de la mythologie de Batman, une année complète en no man’s land qui paraît surréaliste mais paradoxalement fascinante. Il y a un avant et un après cette saga qui est considérée comme culte à juste titre. C’est donc un gros coup de cœur et un conseil de lecture indispensable. Les deux derniers tomes sont sans doute les plus réussis !

Acheter sur amazon.fr

batman conclusion no mans land

No Man’s Land – Tome 05

No Man’s Land est une longue saga constituée de plusieurs tomes : le volume unique Cataclysme, qui en était l’introduction, puis le récit « principal » de No Man’s Land en six tomes et, enfin, New Gotham en trois volumes. Voir la page récapitulative si besoin.
Afin d’établir des résumés et critiques plus visibles qu’un gros bloc reprenant l’ensemble de l’ouvrage, celles-ci sont divisées par les différentes (petites) histoires qui composent le tome. Le résumé est en italique sous le titre et la critique est précédée d’une petite flèche.

batman-no-mans-land-tome-5

Chemin de fer souterrain
scénario : Steven Barnes | dessin : Paul Ryan
Batman : Legends of the Dark Knight #123 | Batman : Shadow of the Bat #91

Un certain « pavé » tente de consolider une zone en assurant protection et sécurité à ses habitants. Affublé d’un brassard du logo du Chevalier Noir, cet ancien agent de police (Bock) agit en effet avec l’aval de Batman ; ce dernier lui donne un coup de main de temps en temps. Bock s’engage dans un combat dans l’arène du Pingouin pour marchander avec lui…

no mans land pavé

► Deux chapitres composent cette histoire qu’on peut qualifier « d’introductive » à ce cinquième volume. Comme beaucoup de ses prédécesseurs, la situation à Gotham reste « la même » (comprendre : « stagne ») et on continue de suivre les (petites) évolutions de différents protagonistes. Ici, c’est donc un ancien policier, rapidement attachant, et le Pingouin qui sont mis en avant. Les apparitions de Batman, le Joker et Robin sont les bienvenues et permettent de resituer leur état des lieux à chacun (pas « en quête » particulière, etc.). Après un premier chapitre d’exposition, le second est résolument tourné vers l’action et fonctionne bien, avec une certaine touche d’humanité (y compris chez Copplebot !) et de noirceur. Une scène finale s’attarde sur des soldats étant à l’extérieur de Gotham (ils gardent les entrées/sorties possibles) et reconnaissent l’injustice que subissent les citoyens. Un point de vue qui manquait clairement jusqu’ici et qui mériterait d’être exploré par la suite, ne serait-ce que pour montrer une multitude de réflexions bien loin d’un manichéisme primaire. En somme, ce « chemin de fer souterrain » est une bonne entrée en matière.

« Il m’a appris qu’on n’attaque pas le corps de son adversaire, mais son cœur et son âme. On frappe pour ternir sa lumière, afin que son ombre intérieure enfle et vienne le consumer. »

Soirée en ville
scénario : Chuck Dixon | dessin : Mat Broome
Batman #571 | Detective Comics #738

Dans les souterrains de Gotham, Bane contraint une jeune femme à s’allier à lui. Il lui confie qu’il a préparé un plan en secret car il travaille pour quelqu’un, dont il ignore le nom, et qui a des ambitions pour les lendemains de Gotham. De leur côté Batman et Robin ont aussi le sentiment qu’une personne venue de l’extérieur manipule les évènements de la ville.

Bane répand la terreur en ville et signe ses assassinats par des cartes de deux de pique, pour « faire croire » que Double-Face sont derrière tout cela. Un jeu qui ne dupe pas Le Pingouin qui convie carrément le Chevalier Noir et son acolyte pour aider Harvey Dent…

Bane No Mans Land

► Le Caveau et Le Vandale sont les noms des deux chapitres de ce qui est peut-être le premier réel gros tournant dans la saga depuis des lustres. On insiste, un peu trop souvent, sur l’idée d’un homme de l’ombre (qu’on peut déjà imaginer si l’on connaît modestement la mythologie de Batman ou de DC Comics). Même si c’est assez soudain, c’est clairement une étape bienvenue pour No Man’s Land (dont le côté stagnant n’est plus à prouver). Cette transition est tout de même écrite avec une certaine habilité. Employer Bane est une bonne chose, c’est un ennemi intelligent, il le prouve en expliquant qu’il conserve l’illusion que la personne pour qui il travaille est son patron mais in fine ce sont ses intérêts qu’il sert. De la même manière, en refusant d’agir sur certains points, Batman prouve, lui aussi, son intelligence, pour recueillir certains indices importants. Globalement, l’histoire se tient (malgré le personnage féminin débarquée de nulle part) mais aurait dû être avancée plus tôt pour gagner en fluidité sur l’ensemble des tomes (même si cette piste d’une personne de l’ombre avait déjà été évoquée discrètement par le passé). On retrouve Chuck Dixon derrière le scénario, c’est un habitué de Bane puisqu’il a créé le personnage et l’a émancipé lors de la saga Knightfall (des allusions y sont faites). Aux pinceaux, Mat Broome se démarque en proposant un découpage très rythmé, des traits modernes et un ensemble plutôt élégant et agréable. Du tout bon donc.

Capitaine d’Industrie
scénario : Chuck Dixon | dessin : Rafael Kayanan
Batman : Legends of the Dark Knight #124

Le criminel Shanks promet à chaque citoyen qui le rémunère en argent ou bijoux un passage secret permettant de quitter Gotham. Batman recherche Danny Flowers, qui a justement emprunté cette soi-disant voie de sortie. Pour enquêter, le Chevalier Noir utilise son alias de Malone l’allumette.

Batman Malone l'allumette

► L’intérêt de ce chapitre est « double ». La première est l’incursion d’un côté über « primaire » de citoyens piégés dans un tunnel qui deviennent limite des zombies. Si l’on ne flirte pas vraiment avec le registre fantastique (et tant mieux), cette petite originalité fait plaisir à voir. L’autre intérêt est de constater « enfin » une réflexion qu’on peut légitimement se faire : si l’argent (et les bijoux) n’a pas de valeur durant le No Man’s Land, on peut imaginer qu’une fois la situation débloquée, la monnaie redeviendra synonyme de fortune. Si quelques personnes souhaitent en conserver pour « plus tard », cela semble logique. C’est donc un aspect que l’on découvre ici, brièvement certes, mais cela valait le détour. Et permet d’aboutir sur une case finale assez glaçante. L’idée effleurée d’un potage privé pour marchander est également intéressante. Du reste, on retient des dessins corrects mais sans plus et un Batman utilisant son identité de Malone l’allumette, un alias qu’on retrouve dans d’autres aventures du Dark Knight — dont des plus récentes comme Batman Eternal.

Avis de Tempête
scénario : Devin K. Grayson | dessin : Dale Eaglesham
Batman : Shadow of the Bat #92

Superman revient à Gotham City mais en tant que civil. Il veut aider quelques citoyens mais aussi vérifier qu’un attentat terroriste par drone ne va pas se produire. Son chemin croise celui de Batman.

Batman Superman No Mans Land

► Le retour de l’Homme d’Acier apporte une certaine « pause » légèrement rafraichissante et avec un peu d’humour. Concrètement, elle n’apporte pas grand chose mais permet de réexpliquer les raisons de l’absence de Superman dans Gotham. Ce dernier était déjà intervenu par le passé (voir les volumes précédents) mais ses actions se soldaient par un échec. Batman avait déjà averti son collègue de la Justice League que seul lui pouvait aider SA ville et comprendre les façons d’être des humains (comprendre « néfastes »). Graphiquement on oscille entre l’excellent (des cases fourmillent de détails, des visages sont parfois d’une grande complexité) et le mauvais (têtes pas crédibles, contours brouillons…). Pénible du coup, et assez paradoxal mais tant pis.

On retient toutefois une tirade de Batman relativement puissante et efficace, à découvrir ci-dessous.

Batman Superman No Man s Land

Jurisprudence
scénario : Greg Rucka | dessin : Damion Scott
Batman #572 | Detective Comics #739

L’Encaisseur est un sbire de Double-Face, il apporte à son boss la prisonnière Renée Montoya, enfermée avec son frère. Harvey Dent, visiblement sous le charme de Renée, va aussi kidnapper Gordon pour… lui faire son procès !

Double Face Montoya

► Cette histoire apporte enfin une résolution d’intrigue entamée plus tôt (voir volumes précédents) notamment entre les agissements de Gordon envers Double-Face. On comprend que le commissaire a tenté de faire affaire (un pacte de défense mutuelle) avec l’ancien procureur, par l’intermédiaire de Renée Montoya (qui a donc été capturée à ce moment-là et gardé captive durant cinq mois). La première partie est un peu confuse de prime abord avec des éléments peu contextualisés, le personnage de l’Encaisseur (aperçu durant Knightfall et Le Fils Prodigue) qui revêt une certaine importance avant de disparaître, etc.

L'Encaisseur Double Face

La seconde, le procès de Gordon, est nettement plus intéressante, aussi bien par son découpage original durant les témoignage que par une habile écriture sur la culpabilité de Gordon puis sa défense. Rarement la schizophrénie de Dent n’aura été si bien dépeinte — à travers lui ou bien via un dialogue des parents de Montoya. En somme c’est une véritable incursion méta (le faux procès à l’intérieur du no man’s land à l’intérieur de Gotham) qui est proposée avec brio ! Original et d’une parfaite continuité avec l’ensemble de la saga, tout en amorçant un certain virage pour montrer qu’on ne va plus trop « stagner ». Deux critiques négatives cependant : Jurisprudence arrive un peu tardivement pour saisir les anciennes connexions des récits passés (ce n’est pas très grave lorsqu’on lit l’intégralité de la saga à la suite) et les dessins ont un côté cartoony par forcément idéal pour « prendre au sérieux » ces deux chapitres. Malgré cela, à mi-chemin de ce cinquième tome c’est clairement une réussite.

Le Roi Lézard
scénario : Chuck Dixon | dessin : Staz Johnson / Gordon Purcell
Robin #71-72

Killer Croc va prendre sa revanche après sa défaite face à Black Mask et aux policiers. L’homme-lézard, ou plutôt le Roi Lézard, reprend petit à petit des quartiers de la ville. De son côté, Robin (Timothy Drake) se reposer à la Batcave avec Alfred. Le jeune prodige ignore comment il expliquera à son père son absence soudaine. Dick panse aussi ses plaies mais avec Barbara, et Stéphanie Brown, dont la mère avait découvert son costume d’Oracle, est consignée à domicile. Mais toute la Bat-Family communique entre elle et se soutient.

Robin No Mans Land Killer Croc

► Une coopération inédite entre le Pingouin et le GCPD, le « retour » des justiciers — Robin est au centre du récit mais revoir brièvement Alfred, Dick, Stéphanie et Barbara fait plaisir — et Killer Croc plus puissant que jamais (il pend ses victimes). Une petite histoire qui se lit très bien et qui continue cette mouvance auquel nous habitue le volume depuis le début. Seul regret côté dessin où l’ensemble pêche un peu et retrouve ce côté très années 80/90 à l’inverse des chapitres précédents. On notera également la fin, très intéressante (qui se terminera dans le tome 6) avec un bel accent mis sur la relation père-fils entre Tim et son paternel.

Retrouvailles
scénario : Greg Rucka | dessin : Rick Burchett
Batman : Legends of the Dark Knight #125

Gordon et Batman se revoient enfin en privé et règlent leur compte. Gordon ne digère toujours pas l’absence notoire du Chevalier Noir au début du no man’s land et le Dark Knight est prêt à lui révéler son identité secrète pour rétablir la confiance brisée.

Gordon VS Batman

► Il est utile de se remémorer pourquoi il y a cette tension entre les deux mythiques partenaires. C’est ce que fait subtilement Rucka en rappelant un contexte temporel mais le lecteur doit surtout se souvenir que cette fameuse absence a eu lieu « avant » le premier tome de la saga, quand Bruce Wayne tentait alors d’agir à l’extérieur en jouant de ses influences. Une disparition de Batman qui a engendré également une perte de repères et d’espoir. Clairement, le texte aurait dû aller davantage en ce sens au lieu de passer par de nombreuses cases muettes — qui fonctionnent quand même très très bien. De plus, les traits de Burchette rappellent ceux de Darwyn Cooke, combiné avec un texte « adulte », ça fait toujours mouche. Même si certains visages sont clairement ratés. Un chapitre de transition important.

Monnaie d’échange spirituelle
scénario : Devin K. Grayson | dessin : Dale Eaglesham
Batman Chronicles #38

Le docteur Leslie Thompkins, aidée de Mikey — ancien sbire de Black Mask —, récupère le criminel Zsasz. Dans sa zone « neutre » d’aide aux blessés, Thompkins voit défiler aussi bien de terribles criminels, comme Killer Croc, que des alliés du Chevalier Noir, dont Huntress, Batgirl et lui-même. Un véritable défi moral est en jeu : pour sauver Zsasz, il faut une transfusion sanguine. Batman refuse.

batman thompkins no mans land

► Cet excellent très long chapitre permet de retrouver Mikey — introduit dans le premier tome de la saga avec brio — et évidemment Thompkins, qui était présente surtout dans les histoires précédentes liées à Azraël. C’est à la fois la force et « faiblesse » de l’histoire : se remémorer d’anciens morceaux de récits, parfois publiés très longtemps en amont. Revoir Batman au « centre » du scénario est réjouissant, d’autant plus que le détective est en déroute morale total, à nouveau à cause du contexte du no man’s land (en résulte une belle tirade ci-après de Thompkins). L’amour quasi maternel du docteur sur le Chevalier Noir est extrêmement touchant, au même titre que sa volonté de sauver des vies sans juger ses patients. Thompkins est aussi le personnage principal et cela permet de proposer un chapitre intense et quelque peu dramatique. Unité de temps (quelques minutes/heure), unité de lieu (la zone dite « neutre » de Thompkins) mais multiples unités d’action dans ce petit théâtre gothamien où se croisent autant d’ennemis que d’alliés que d’antagonistes. Où le manichéisme primaire ne peut pas avoir lieu, c’est clairement sur ce terrain qu’il faut jouer. Malheureusement, pas d’issue tragique (dans le sens où cela aurait été une vraie surprise et un culot monstre) mais cela n’empêche pas de prendre plaisir à lire ces planches aux dessins convenus mais efficaces.

« Essaie de voir par mes yeux le monde dans lequel nous vivons et le rôle qu’on y joue. Tu n’es pas le seul à défendre un système de croyances, tu sais. Je te suis reconnaissante de tout ce que tu fais pour cette ville. Mais je n’approuve pas la façon dont tu t’y prends. Tu es infantile et entêté dans ta colère. Et plus que jamais, j’ai peur de n’avoir rien réussi à t’apprendre. Et surtout, j’ai peur… de descendre à ton niveau plutôt que de t’élever au mien. »
[Leslie Thompkins à Batman/Bruce Wayne]

Les Règles du Jeu / Le retour du pèlerin
scénario : John Ostrander / Dennis O’Neil | dessin : Jim Balent / Roger Robinson
Catwoman #75 | Azrael : Agent of the Bat #59

Catwoman est sévèrement blessée après sa mission confiée par Batman (voir fin du tome 3). Elle se rappelle alors de son enfance dans un cirque où elle a appris à devenir acrobate et voleuse de talent. Après une reprise en main, elle se met en route pour retourner à Gotham. Là-bas, le Chevalier Noir a chargé Azraël de venir en aide à la femme féline si besoin.

Catwoman no mans land

► Une fois de plus il faut se souvenir de l’ancienne histoire centrée sur Catwoman qui remonte à deux volumes plus tôt. Ces deux chapitres signent aussi le retour d’Azrael sans ses errances psychologiques internes parfois pénibles. Au contraire le second chapitre est la même histoire de son point de vue et de celui d’un antagoniste. Passé deux ou trois planches trop identiques, l’intérêt s’accroît puisque Batman récupère des données informatiques confidentielles (on ignore de quoi il s’agit) et ses deux alliées (Catwoman et Azraël) semblent appeler à de nouvelles « quêtes » chacun. De quoi rester sur sa fin mais avec la certitude que la « suite » sera dans le tome suivant, qui est le dernier. Globalement bon avec des dessins très corrects, particulièrement sur les plans larges de la ville dévastée.

Rassemblement
scénario : Greg Rucka / Paul Ryan | dessin : Bill Sienkiewicz
Batman : Shadow of the Bat #93

Tel un jeu, toutes les pièces de l’échiquier de Gotham se rassemblent ou se croisent. Les alliés d’un côté, les antagonistes de l’autre, les ennemis autour… Chacun prêt à un plan particulier : une mystérieuse femme protégée par Bane, elle-même en lien avec Le Pingouin, attendant un individu, tous épiés par Robin qui communique avec Oracle tandis que Batman conjoint Gordon, Batgirl et Azraël à une mission, Huntress s’éloigne de la Bat-Family et le Joker et sa muse Harley Quinn attendent le Chevalier Noir…

joker harley quinn no mans land

► Sans révéler le fameux élément attendu depuis un bon moment, cet ultime chapitre est carrément jouissif. On a « enfin » le sentiment que tout est en place pour la dernière ligne droite. Suivre tour à tour quasiment tous les personnages principaux est salutaire, cela ne livre pas forcément une conclusion « épique » du tome (dans les faits il ne se passe pas grand chose) MAIS on a hâte de lire la suite et fin. Tout est bien dessiné en plus, c’est une histoire idéale pour achever la lecture d’un tome très réussi !

Conclusion : avant-dernier volume de la saga, ce cinquième tome de No Man’s Land est sans aucun doute le plus abouti et le meilleur jusqu’ici. Pas un chapitre est inintéressant ou comporte d’éléments ratés ou dispensables, bien au contraire. Sa fin motive à se procurer l’ultime dernier tome. L’ensemble est fluide et frôle le sans faute, on peut déplorer quelques notes éditoriales qui auraient resituer le contexte de certains chapitres (Mikey qui était dans le tome 1, l’histoire de Catwoman du tome 3, etc.) mais si on lit toute la saga à la suite ça ne pose pas vraiment de problèmes. Quoiqu’il en soit, les auteurs, Greg Rucka en premier, ont mis la barre très haute en dévoilant une galerie de vilains iconoclastes et richement illustrée et mise en avant (plus que Batman). Quasiment un must-have donc !

Acheter sur amazon.fr