Archives par mot-clé : Un Deuil dans la Famille

Batman – Trois Jokers (Three Jokers)

Annoncé (et attendu) depuis plus de quatre ans, le mystérieux titre Trois Jokers est enfin disponible en France depuis le 1er octobre 2021, soit un an après sa fin de publication aux États-Unis (Three Jokers en VO). Qu’est-ce que c’est que cette histoire de trois Jokers ? Où cela s’insère-t-il dans la mythologie de Batman ? Décryptage et critique d’une œuvre clivante, proposée dans cinq (!) éditions différentes chez nous.

[Résumé de l’éditeur]
Le secret du pire ennemi de Batman est enfin révélé : il n’existe pas un mais trois Jokers. Le Clown, le Comique, le Criminel : chacun à sa manière, ces malfaiteurs au sourire carnassier ont infligé à Batman et à ses alliés des blessures tant physiques que psychologiques. Au moment où l’on retrouve des cadavres rappelant la première affaire du Chevalier Noir contre sa nemesis, Batman, Batgirl et Red Hood mènent l’enquête pour découvrir lequel des Trois Jokers est l’original… ou s’il existe vraiment. Mais le temps est loin d’avoir guéri toutes les blessures et la confiance entre les trois justiciers est, elle, passablement entamée…

Les trois couvertures alternatives (édition limitée) incluant une carte du Joker différente chaque fois.
(Cliquez sur les images pour précommander ou sur les liens tout en bas de l’article.)

[Histoire]
Batman rentre dans sa Batcave, sérieusement blessé. Alfred le soigne et constate les nombreuses cicatrices qui parsèment le corps de son maître. Toutes causées par des affrontements avec les nombreux ennemis du Chevalier Noir. Mais la plupart d’entre elles proviennent d’une seule personne : le Joker. Ce dernier vient d’ailleurs de tuer les derniers membres d’une branche de la pègre dans Gotham…

Au même moment, en s’entraînant dans une salle de sport, Barbara Gordon entend à la télévision que le Joker a assassiné un célèbre acteur.

Enfin, peu après, en combattant des sbires du Joker, Red Hood apprend par la radio que le Joker serait dans l’usine Ace Chemical, donc « en totale contradiction avec les témoignages précédents ».

Pour James Gordon et Harvey Bullock, le Joker ne peut pas se trouver à ces trois endroits en même temps, « il est clair qu’il travaille avec deux imitateurs ».

Pourtant, trois Jokers semblent bien co-exister. Leur objectif ? Créer un « meilleur Joker » !

[Contextualisation]
Avant tout, il est primordial de contextualiser Trois Jokers (c’est très long – six paragraphes, si vous êtes familier de tout ça, passer directement au bloc critique). Si l’on peut bien entendu lire ce titre sans connaître tous les détails qui ont mené à sa création, il prend une autre dimension quand on est un lecteur assidu depuis des années. Précisons « juste » en amont qu’il fait référence à des éléments bien connus de la mythologie de Batman : Joe Chill est le tueur des parents de Bruce Wayne, Barbara Gordon a été blessée par le Joker, causant son handicap (dans Killing Joke – dont Trois Jokers se veut « en quelque sorte » (on insiste sur les guillemets) l’héritier) et Jason Todd/Robin a été tué par le Joker (Un deuil dans la famille) puis est revenu d’entre les morts en tant que Red Hood (L’énigme du Red Hood). Tout ceci fait (normalement) partie des bases archiconnues chez n’importe quel fan du Chevalier Noir, peu importe son degré de connaissance, ce sont vraiment des choses basiques, explorées en comics, jeux vidéo et animation (si vous ne les connaissez pas, il faut donc lire dans un premier temps les histoires corrélées à tout ça plutôt que s’attaquer à Trois Jokers, cela va sans dire).

Revenons au sujet principal. Retour en 2016. Geoff Johns scénarise, entre autres, la chouette série Justice League depuis la relance de tous les titres DC Comics en 2011 (la fameuse ère New52, alias Renaissance en France chez Urban Comics). Dans les derniers chapitres de cette passionnante Justice League, Geoff Johns, épaulé par Jason Fabok aux dessins (déjà à l’époque), conclut son run en apothéose avec La Guerre de Darkseid. Durant celle-ci, les super-héros deviennent des néo-Dieux. Batman profite des pouvoirs du Trône de Mobius afin d’accéder à la connaissance suprême. Il obtient la confirmation que Joe Chill est le meurtrier de ses parents et quand il demande l’identité du Joker, il apprend qu’il n’y a pas un mais… trois Jokers !

Une idée à la fois originale mais très clivante car chamboulant toute l’histoire du Chevalier Noir et son célèbre ennemi. Toutefois, il faut reconnaitre qu’il s’est effectivement dégagé trois tendances éditoriales autour du Clown du Crime ces dernières décennies qui correspondent plus ou moins à ce qu’annonce à ce moment-là le scénariste (un Joker un peu bouffon, un meurtrier anarchiste et un plus calculateur et méthodique). Bref, de sa première apparition en 1940 dans Batman #1 (disponible dans Joker Anthologie) aux nombreuses autres déjà citées.

Aparté : j’évoquais ces détails avec l’éditeur Yan Graf dans cet article sur le Clown du Crime publié en août 2016 et en tant qu’interviewé pour Le Parisien en octobre 2019 à l’occasion de la sortie du film Joker. Urban Comics en reparle évidemment en introduction dans Trois Jokers, un avant-propos intitulé Les trois visages de la folie. Il existerait donc trois Jokers et non un ! Cette surprenante révélation rencontre bien sûr son lot de détracteurs mais aussi de curieux séduits par cette audace. Dans les deux cas : les lecteurs sont impatients d’en apprendre davantage.

Problème : Geoff Johns est occupé par plein de sujets. Très occupé. Entre son implication chez Warner Bros dans la branche DC Films où il officie à la production et parfois l’écriture de l’univers partagé DC au cinéma (avec le succès et les polémiques que l’on connaît, notamment autour du fameux film Justice League de 2017), sa supervision des séries Titans, Doom Patrol et Stargirl (il co-créé carrément cette dernière car il est aussi le co-fondateur du personnage), son travail en tant qu’auteur sur la suite de Watchmen, l’ambitieux Doomsday Clock, et ses autres projets littéraires comme DC Universe : Rebirth, Shazam, ainsi que le troisième et dernier tome de Batman – Terre Un (publié cette année aux États-Unis, donc probablement en 2022 chez nous), Geoff Johns retarde énormément son Trois Jokers.

Évoqué mi-2016, il faut attendre pile quatre ans outre-Atlantique pour connaître la « suite » de ce qui était annoncé comme un grand chamboulement dans l’univers DC avec des ambiguïtés inquiétantes complémentées au retard du titre : une connexion possible avec Doomsday Clock (et donc Watchmen ?), une histoire indépendante mais que le lecteur peut quand même choisir d’intégrer dans la chronologie officielle du Chevalier Noir, etc. Entre temps, Jason Fabok signe quelques épisodes chez DC de divers super-héros : Batman (Le Badge), Swamp-Thing, Justice League vs. Suicide Squad, Superman… Quand le premier chapitre (sur trois) de Three Jokers est publié, c’est un immense succès commercial, auréolé d’une foule de couvertures alternatives. Mais quatre ans, c’est long dans le domaine des comics… Sans surprise, le titre a perdu de « son aura » depuis longtemps. Si les lecteurs sont tout de même au rendez-vous, une partie de la critique n’est pas tendre (à raison sur certains points). C’est ce que nous allons voir dans quelques instants.

[Critique]
Le premier chapitre (sur trois) annonce très rapidement la couleur : trois Jokers existent bien et le trio Batman/Batgirl/Red Hood l’apprend assez rapidement « comme si de rien était ». C’est le problème de cette introduction : normalement, le Chevalier Noir ne devrait pas être surpris par l’existence des trois Jokers car il était déjà au courant (cf. fin de série Justice League, explications qu’on vient de détailler). Bien sûr, cela permet d’embarquer un lecteur nouveau venu mais c’est un peu moyen… Il suffisait que Batgirl ou Red Hood lui demande s’il savait et que Batman reste silencieux et c’était largement suffisant ! Par ailleurs, aucun membre de la Bat-Famille ne semble très surpris par cette révélation, chacun l’accepte sans sourciller, comme si c’était banal, presque anecdotique dans leur carrière super-héroïque ! On a à nouveau droit au sempiternel flash-back de la mort des parents Wayne par Joe Chill (de prime abord c’est redondant mais ça a un intérêt par la suite) et beaucoup d’allusions à Killing Joke et Un deuil dans la famille, forcément – dont Trois Jokers est la suite spirituelle d’une certaine façon. Jason Fabok croque même quelques cases de ces deux comics cultes, tout en calquant le modèle du gaufrier tout au long des planches (neuf cases de la même taille en moyenne) – procédé qu’avait également repris Gary Frank dans Doomsday Clock, déjà scénarisé par Geoff Johns et colorisé par Brad Anderson, qui officie également (avec brio) sur Three Jokers.

Très vite, on comprend que les Jokers se dissocient ainsi : 1 – Le Criminel, le tout premier Joker, l’originel et la « tête pensante » qui dirige les deux autres, c’est-à-dire 2 – Le Comique, celui provenant de Killing Joke et visiblement repris dans le run de Scott Snyder et, enfin, 3 – Le Clown, celui qui a tué Jason Todd (provenant d’Un deuil dans la famille et, entre autres, des histoires avec ses fameux poissons qui rient, dans Dark Detective). Jason Fabok expliquait lui-même que Le Criminel est issu de l’Âge d’Or des comics, il correspond au tout premier Joker apparu dans Batman #1 en 1940, un génie du crime froid et méthodique (il sourit peu). Le Comique est directement repris de Killing Joke, « la version la plus inquiétante, celle du psychotique avec toujours un sourire glaçant sur le visage et certainement le plus dangereux des trois », puisé dans l’ère dite moderne des comics. Enfin, Le Clown est le Joker de l’Âge d’Argent des comics, soit des années 1956 à 1970, « le plus exubérant, à l’image des gags et autres clowneries présents dans les numéros d’époque ». Comme le remarquera d’ailleurs Jason Todd au cours de l’aventures, « ça fait une éternité que je ne l’ai pas vu jouer avec des poissons rieurs ou un jeu de cartes acérées ». « Ou une fleur qui lance de l’acide » lui répondra ledit Joker.

Ce premier épisode est probablement le moins intéressant. Il déçoit par rapport aux attentes (s’il y en avait) et va trop vite quand il faut soigner l’écriture et l’évolution de ses protagonistes ; paradoxalement, il s’attarde sur de nombreuses cases sans texte. Parfois ça fonctionne, c’est brillant d’une certaine retenue et donc émotion (les blessures de Batman en introduction), parfois ça tombe à l’eau et on aurait aimé que ces cases utilisées pour poser un décor soient plus pertinentes (le raton-laveur et le camion par exemple). Heureusement, dès le second chapitre, Geoff Johns prend enfin le temps de développer convenablement les relations entre Bruce, Jason et Barbara, conférant une humanité bienvenue qui contraste avec les dernières folies des Jokers, toujours plus violentes et sanglantes. Les trois Jokers perdent un peu en superbe au fur et à mesure qu’on les découvre (toutes proportions gardées bien sûr) mais ils restent, in fine, assez survolés… Une explication rationnelle quant à leur existence (comprendre : leur création) est fournie, plus ou moins satisfaisante selon son degré de crédulité et d’exigence. On apprécie par ailleurs la fin de chaque épisode, habile et surprenante, avec un retournement de situation inattendu, parfois désamorcé et même si l’effet tombe un peu à plat dans une lecture « à la suite » de l’entièreté de l’œuvre et non en lecture mensuelle, numéro après numéro.

La conclusion du récit prend une double tournure « humaniste », que nous sommes obligés de dévoiler un peu dans le cadre de cette critique (passez au paragraphe suivant si jamais). Batman se retrouve face à Joe Chill, candidat forcé à devenir le fameux « meilleur Joker » ! Chill sait qui est Batman et lui demande pardon. Depuis des années il est pris de remords, écrivait des lettres à Wayne qu’il n’a jamais envoyé. Les séquences autour de Chill et Bruce/Batman sont courtes mais balayent presque tout le reste tant on ressent une empathie extrême envers les deux. On en oublierait presque cette histoire de trois Jokers… La toute fin du titre, elle aussi emprunt d’un certain humanisme (encore), remet complètement en question l’essence même de Killing Joke, d’où le côté encore plus clivant de Trois Jokers. On ne la mentionnera pas ici mais c’est un aspect qu’on peut juger soit très… « beau », soit très « foutage de gueule ». L’auteur de ces lignes penche pour la première option, ne voyant dans Three Jokers qu’une histoire sortant des sentiers battus mais complètement « à part » dans la chronologie du Chevalier Noir, donc peu importe ce qu’il s’y déroule, il y a (a eu/aura) peu de véritables conséquences. La conclusion remet d’ailleurs les pendules à l’heure et permet un départ presque comme si « rien ne s’était passé » (sans surprise, un seul Joker survit et retourne à Arkham). Seul le destin de Jason Todd pourrait réellement changer mais il n’a pas eu sa propre série qui découlerait de ce qui lui est arrivé ici.

Difficile de savoir « quand » se déroule concrètement le récit (publié dans la collection DC Black Label) par rapport à la fin des New 52 et l’ère Rebirth. Plusieurs segments rentrent en contradiction avec ce qu’on a pu lire à côté dans d’autres titres (à commencer par la connaissance par Batman de la triple identité de sa nemesis et, même, de la question initiale posée sur le fameux trône de Mobius). On saura peut-être dans quelques années ce qui avait été initié en 2016 par Johns et DC Comics en fanfare et ce qu’il s’est déroulé jusqu’en 2020 pour aboutir à un récit pas forcément « sage » mais plus inoffensif qu’annoncé, se soldant par un statu quo somme toute très classique… Trois Jokers était censé être, au même titre que Doomsday Clock, un véritable chamboulement dans l’univers DC Comics. A l’arrivée, ni l’un ni l’autre n’ont révolutionné quoique ce soit (malgré leurs qualités intrinsèques). La fin de Three Jokers ouvre pourtant de nouvelles portes alléchantes, « je ne veux pas survendre la chose, mais nous avons une fin incroyable à cette histoire qui, si DC le souhaite, aura un énorme impact sur le reste [de l’univers DC] » soulignait Jason Fabok en interview. Il rappelait que Geoff Johns et lui avaient « planifié de raconter cette histoire dans la continuité [de DC], mais elle peut exister également par elle-même ». Difficile d’expliquer ce qu’il s’est passé. Peut-être que le succès de la vaste saga Batman Metal a modifié les plans de l’éditeur ? Couplé à l’accueil tiède de Doomsday Clock, au retard du projet pendant l’avancement de l’ère Rebirth et la connexion moins épique que prévue de tous ces évènements (Metal exclut) ? Pourtant, fin 2020, Johns confirmait tout de même avoir des idées de suite avec Fabok pour Trois Jokers.

En synthèse, Trois Jokers est une proposition audacieuse qui « trahit » à la fois la mythologie de Batman mais aussi un de ses titres les plus cultes et acclamés (Killing Joke). Soit ça passe, soit ça casse… Bien entendu, le lecteur vierge de toute attente, espoir ou du bagage culturel DC Comics des années précédentes a davantage de chance d’être séduit (mise à part la controverse légitime avec Killing Joke). Sous le prisme du fameux divertissement, la bande dessinée place la barre très haut entre ses dessins hyper soignés (Jason Fabok est en grande forme – on y reviendra) et ses dialogues ciselés et percutants, entre la trinité d’alliés fragilisée par les trois Jokers. Les cicatrices, physiques et psychologiques, les traumatismes, passés et présents, de Bruce, Jason et Barbara sont brillamment évoquées, couplées à cette idée d’aller de l’avant, de (se) pardonner… L’échange final entre un Joker et le Chevalier Noir est lui aussi très réussi. A sa modeste échelle, l’œuvre bouleverse – on insiste – principalement dans sa dernière ligne droite (les débuts sont au mieux maladroits, au pire paresseux et peu inspirés). Ce qu’il se déroule durant le premier tiers est fortement inégal ; malgré tout assez bien écrit pour qu’on veuille découvrir la suite, comptant aussi sur un rythme très efficace.

Néanmoins, impossible de ne pas songer à tout ce qui aurait pu découler de ce concept original et osé… Être plus ambigü sur la véracité ou non des fameux Jokers en premier lieu. Étirer son récit sur plusieurs centaines de pages plutôt que le restreindre à cent cinquante environ (Geoff Johns est plus doué sur les formats très longs). Ici, c’est trop court vu tout ce qu’il y avait à proposer (même si ça permet d’aller à l’essentiel, il y a un problème de développement dans les débuts comme déjà évoqué). Si Jason Todd est très impacté dans Trois Jokers à plusieurs niveaux, Barbara reste la boussole morale agréable mais manquant un brin de confrontations directes ou plus subtiles avec un ou plusieurs des Jokers. Bruce sort le grand jeu en fin d’ouvrage après une succession de scènes où il est plutôt en retrait voire étonnamment imperturbable. Johns réécrit également un brin l’histoire en inventant de nouvelles « dernières paroles » de Jason Todd (dans Un deuil dans la famille), répétées ici par le Joker qui l’avait tué jadis – rien de grave mais impossible de ne pas le remarquer.

L’auteur loupe aussi le coche d’une émotion plus soutenue, même s’il ne mentait pas en déclarant que la fiction « touche à un traumatisme profond de Bruce Wayne en le connectant au Joker d’une façon qui changera leur relation à jamais ». La déconstruction du mythe (du Joker) est rattrapée plus ou moins in extremis mais on a du mal à comprendre ce que Geoff Johns souhaite (souhaitait ?) faire de tout ça… « Nous tenions à raconter la meilleure histoire du Joker possible, déclarait en août 2020 le scénariste pour le site DC Comics (et traduit dans l’avant-propos du livre). Il y en a déjà tant qui sont devenues mythiques. Nous voulions qu’elle soit émouvante, surprenante et sérieuse : qu’elle montre l’effet qu’a le Joker sur les vies de ceux qu’il a blessés au cours des années. C’est une histoire de cicatrices, de traumatismes et de guérisons : de guérison effective et de guérison qui se passe mal. (…) Nous ne voulions pas seulement évoquer la relation entre le Joker et Bruce mais également celle avec Barbara (Gordon) et Jason (Todd). Pour moi, les plus grands affrontements qui ont eu lieu entre Batman et le Joker ont tous engendré d’énormes tragédies qui ont à leur tour causé des blessures profondes qui n’ont cessé de se rouvrir au gré du temps (…). Ce récit prend racine dans trois événements [et] montre comment ces trois personnages ont, chacun à sa manière, géré ces traumatismes. Certaines blessures, qu’elles soient physiques ou psychologiques, ne guérissent jamais, et cette histoire révèle comment le Joker en tire à chaque fois profit ».

Et pour ceux qui songeraient à une pirouette d’écriture façon multivers, l’auteur aborde sereinement le sujet : « Les Trois Jokers sont tout à fait réels : ce ne sont pas des échappés du multivers, de dimensions alternatives ou de quoi que ce soit s’en approchant. Le décor du récit est très réaliste, très concret. Bruce, Barbara et Jason se trouvent au centre de l’intrigue, à enquêter sur la raison d’être de ces trois Jokers. Qui sont-ils ? Que sont-ils ? Tout ceci est-il réel ? ». On peut effectivement saluer de ne pas avoir cédé à la facilité d’un monde alternatif pour justifier l’impensable. Parmi les quelques défauts, dommage de ne pas avoir mis davantage en avant Alfred et Gordon. En fonction de ses lectures de comics Batman, plus ou moins récentes, on peut aussi être dérouté par des idées communes survenues dans d’autres titres, comme par exemple le grand final au cinéma, rappelant forcément Joker War.

Côté graphisme, le duo gagnant Fabok/Anderson est sans nul doute un des points forts de l’œuvre, bénéficiant d’une homogénéité graphique évidente, d’un découpage efficace et de quelques idées bienvenues. Comme les scènes traumatiques du passé croquées en noir et blanc, silencieuses, avec uniquement des jets de sang colorisés ou encore, dans le présent, les visages effrayés ou apeurés de Barbara, ceux colériques ou perdus de Jason, celui, impassible (voire trop sage et inattendu), de Bruce/Batman… Encore une fois, le premier tiers du titre est le moins réussi (dans son scénario mais aussi dans sa partie graphique), heureusement, l’ensemble gagne en qualité au fil des épisodes. Batgirl porte un costume hyper moulant, mettant en valeur son fessier et sa poitrine opulente. Le lecteur y verra de belles courbes sympathiques ou un sexisme ambiant propre à ce genre de productions un peu lassant pour notre époque. Jason Fabok (qui encre ses propres traits) sait parfaitement poser « une ambiance » grâce à la colorisation complice de Brad Anderson. A ce sujet, le second chapitre est particulièrement macabre et réussi ! Les différents Jokers sont globalement identifiables aisément, un vrai régal pour les fans du Clown du Crime. On note aussi plusieurs références à d’anciens épisodes sur Batman, parfois très connus, parfois plus confidentiels (la cellule du Docteur Phosphorus par exemple).

En mettant de côté des attentes (légitimes), Trois Jokers reste une curiosité à découvrir qui fera probablement date dans l’histoire de Batman sans pour autant révolutionner quoique ce soit. Le titre rejoint les coups de cœur du site (malgré ses défauts mentionnés, on apprécie quand même beaucoup d’éléments qu’il fallait nuancer, aussi bien dans les dessins que dans l’écriture – rarement on aura eu autant d’échanges pertinents entre nos trois héros) et mérite sans nul doute d’être « obligatoirement » lu par les fans du Joker et du Chevalier Noir. Mais cette découverte a un prix (18€ minimum)… Rappelons qu’Urban Comics voit les choses en grand pour Trois Jokers, susceptible de toucher un très large public et de séduire les collectionneurs les plus fortunés.

En effet, en complément de l’édition classique (garnies des nombreuses couvertures alternatives en bonus en fin du livre), quatre éditions limitées sont en vente. Trois d’entre elles arborent en couvertures Batman, Batgirl et Red Hood (cf. haut de l’article et liens ci-dessous), accompagnés d’une carte à jouer montrant un des Jokers couplé au protagoniste de la couverture (photo ci-après). Soit, les mêmes cartes qui étaient offertes en V.O.. Enfin, Trois Jokers rejoint la collection Urban Limited le 3 décembre prochain avec une très belle édition agrandie et très limitée, de quoi en prendre plein la vue et profiter à fond de l’art de Jason Fabok et Brad Anderson (cf. image/lien ci-dessous).

[A propos]
Publié en France chez Urban Comics le 1er octobre 2021 (édition classique et variantes) et le 3 décembre (édition Urban Limited).

Scénario : Geoff Johns
Dessin, encrage et couvertures : Jason Fabok
Couleur : Brad Anderson

Traduction : Ed Tourriol (Makma)
Lettrage : MAKMA (Gaël Legeard et Stephan Boschat)

Acheter sur amazon.fr :
Batman – Trois Jokers (édition classique – 18€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Batman + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Batgirl + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Red Hood + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition ultra limitée et tirage luxueux agrandit – 49€)






Batman – Un deuil dans la famille | Un film interactif

Nouveau film d’animation DC Comics sur Batman, Un deuil dans la famille n’adapte pas vraiment la bande dessinée du même titre mais propose au spectateur de choisir la voie à emprunter et ainsi créer une petite dizaine d’histoires (assez courtes) différentes. Critique et explications.

[Histoire]
Batman se rend dans un entrepôt où Robin (Jason Todd) a été kidnappé et frappé par le Joker. Le bâtiment est truffé d’explosifs. Le Chevalier Noir se remémore quelques souvenirs avec son second side-kick, impulsif et tête brûlée. Arrivera-t-il à le sauver ?

[Critique]
Le résumé est volontairement court puisque le film propose trois choix scénaristiques après cette introduction. Le spectateur peut ainsi faire sauver Robin par Batman, laisser Robin s’en sortir seul ou bien faire mourir celui-ci (même si on sait déjà qu’il renaîtra en tant que Red Hood, car c’est le cheminement de la mythologie et chronologie classique du personnage).

Sans détailler tous les embranchements possibles (passez au paragraphe suivant sinon), notons que deux d’entre eux suivent un chemin assez balisé. Jason Todd tué montre son retour en Red Hood (piochant dans quelques extraits du film Batman & Red Hood : Sous le masque rouge pour illustrer cette orientation mais sans en faire une redite complète, pas d’inquiétude). Quant à Jason Todd vivant et s’en sortant par lui-même, cela le mue en vengeur violent, détestant son ancien mentor, avec un costume inspiré par Silence (dans lequel Gueule d’Argile reprenait éphémèrement l’identité de Todd). La troisième option est de loin la plus intéressante car elle débouche sur d’autres voies passionnantes. Ainsi, si Batman sauve Robin, le Chevalier Noir meurt dans la foulée. De ce sacrifice, au spectateur de choisir si Jason Todd attrape le Joker ou le tue. En fonction de cela, Bruce Wayne peut revenir à la vie grâce à Talia al Ghul par exemple. Tout le monde peut aussi mourir… Jason peut devenir fou et finir à Arkham, affronter Double-Face ou le Joker, redevenir « bon et humain » ou sombrer davantage dans la violence.

Un destin tragique ou une rédemption ? A vous de le découvrir (difficile de savoir ce qu’il va se passer en fonction de certains choix). En une session d’une bonne heure on peut, de toute façon, découvrir toutes les histoires possibles puisque dès que l’une d’elle se termine le film nous propose de revenir au moment d’un choix du passé. Cette façon de faire (rappelant l’épisode interactif Bandersnatch de l’excellente série Black Mirror disponible sur Netflix) est toujours un pari risqué. A mi-chemin entre le film et le jeu vidéo, le spectateur n’est plus tout à fait passif. Par ailleurs la notion de film est peut-être exagéré car, in fine, de ces choix possibles naissent sept courts-métrages différents (ce qui est annoncé sur la jaquette pour ne pas induire en erreur le potentiel acheteur), d’une moyenne de dix minutes chacun (64 minutes environ est-il précisé). Néanmoins le temps de tout regarder, revenir en arrière, hésiter, reprendre en cours, on est occupé un peu plus longtemps.

Difficile de conseiller ou non Un deuil dans la famille tant il s’inscrit dans un registre particulier : film d’animation interactif d’une part, proposant plusieurs courts-métrages aux destins radicalement différents d’autre part. Bien sûr des changements n’impactent pas forcément toujours la suite de l’histoire, dévoilant la même avec quelques variantes (de costumes notamment) mais toujours avec une conclusion inédite. Cette façon de faire est donc à la fois la force et la faiblesse de cette animation atypique. On est plutôt conquis sur ce site, car le comic-book éponyme a affreusement mal vieilli et tout le côté géo-politique n’aurait vraiment pas été intéressant et crédible à l’écran. Par ailleurs, lors de la publication de la bande dessinée écrite par Jim Starlin à la fin des années 1980 (toujours pas chroniquée sur le site), ce sont les lecteurs qui devaient appeler un numéro de téléphone pour sceller le sort de Jason Todd. Une audace pour l’époque qui permet d’être plus ou moins réutilisée avec ce format spécifique. On aurait aimé des narrations plus longues, des moyens-métrages de trente minutes et encore plus de choix, peut-être une prochaine fois si cet essai fonctionne bien ?

Côté animation, on est dans le haut de gamme de ce que propose DC habituellement : plutôt soigné sans être trop minimaliste. On constate d’ailleurs une dimension particulièrement violente et même gore (décapitation, flux de sang…). Outre Jason Todd, Batman et le Joker, Double-Face et Talia al Ghul sont un peu mis en avant. Même si ça n’explore pas des masses ces autres protagonistes, il est toujours appréciable de les croiser au détour de ces what if ? Le doublage français reprend ses voix habituelles depuis quelques années : Emmanuel Jacomy en Batman et Marc Saez en Joker. Gabriel Bismuth-Bienaimé joue Robin/Jason Todd (il doublait Damian Wayne dans Batman Ninja). En VO, pour rester cohérent avec les doubleurs du film Batman & Red Hood, pas de Kevin Conroy (habituel Batman) ni de Mark Hamill (Joker) mais Bruce Greenwood (Batman), John DiMaggio (Joker) et Vincent Martella (Jason Todd/Red Hood) qui officiaient donc sur cette œuvre d’animation à sa sortie en 2010 !

En synthèse, si ce format spécial vous séduit, il n’y a pas à hésiter, s’il vous rebute aucune raison d’y aller. Le Blu-Ray propose quatre autres courts-métrages, sur Adam Strange, le Phantom Stranger, Sergent Rock et Death, chacun durant un petit quart d’heure. On se retrouve donc avec une heure d’animation complémentaire ! Total de l’ensemble : un peu plus de deux heures (sans compter les commentaires audio en bonus). Le tout est proposé dans un bel écrin grâce à un fourreau en carton qui entoure le boîtier plastique du Blu-Ray avec une superbe affiche/couverture (cf. haut de l’article). Pour 14,99€ c’est tout à fait correct. Notons que ce film interactif est visiblement inclus dans un coffret collector comportant quatre aux films d’animations sur Batman et que ce dernier coûte seulement 20€ (voir liens ci-après la vidéo bande-annonce) ! Attention par contre, la sortie en DVD n’est pas prévue.

NB : tous les films d’animations sur Batman sont recensés sur cette page.

Acheter sur amazon.fr :
Batman – Un deuil dans la famille | Un film interactif (Blu-Ray) 14,99€
Batman – Un deuil dans la famille (Comic) 23,00€
Batman – L’énigme de Red Hood (Comic) 35,00€
Batman – Coffret Blu-Ray Collector 20,00€
(Un deuil dans la Famille + Batman Ninja + Year One + Gotham by Gaslight + The Dark Knight Parties 1 & 2)

Étude de cas : Le Joker

Suite à mon interview dans le magazine Ciné Saga en début d’année 2016, leur rédaction m’a demandé d’écrire une étude de cas sur le Joker pour leur quatorzième numéro (1), sorti en août 2016. L’article devait s’étaler sur quatre pages avant de s’étendre à huit, tant il y a de choses à raconter. Retour sur la création du Clown du Crime, son évolution à travers les comics et son essor dans la culture populaire, grâce au cinéma, aux dessins animés et aux jeux vidéo. Avec des interviews de Yan Graf, éditeur chez Urban Comics, et Pierre Hatet, mémorable doubleur du Joker sur plusieurs supports artistiques.
(Rédigé en juin 2016, donc avant la sortie du film Suicide Squad. ///// Cliquez sur les couvertures pour accéder aux critiques.)

Joker Heath Ledger The Dark Knight

Qui rira le dernier ?

Des bandes dessinées américaines aux films en passant par les jeux vidéo et les séries d’animation, le Joker est partout, tout le temps. Il fascine, autant que Batman, depuis trois quarts de siècle. Retour sur sa création, son évolution et ses nombreuses apparitions.

Le 21 juillet 1866, Victor Hugo débute, à Bruxelles, l’écriture d’un nouvel ouvrage : L’Homme qui rit. Presque trois ans plus tard, le roman philosophique est publié en France. Le personnage principal, Gwynplaine, est un saltimbanque défiguré, mutilé au niveau de la bouche notamment, donnant l’illusion d’un sourire forcé en permanence. En 1928, le réalisateur d’origine allemande Paul Leni dévoile son adaptation cinématographique muette avec Conrad Veidt dans le rôle de Gwynplaine. Bill Finger, le co-créateur de Batman et son principal scénariste à ses débuts, donne en 1940 une photographie de l’acteur (en noir et blanc) à Bob Kane, le dessinateur désormais crédité comme concepteur du Chevalier Noir. L’encreur de l’époque, Jerry Robinson, propose une carte à jouer d’un Joker pour finaliser la création. L’ennemi le plus célèbre et iconique de Batman est né, la paternité étant attribué aux trois artistes. En extrapolant, on peut affirmer que d’une certaine façon, c’est le fruit de l’imagination d’un des écrivains français les plus célèbres et réputés qui a servi de base embryonnaire au désormais incontournable Joker.

Image 01
L’acteur Conrad Veidt et la première apparition du Joker
dans Batman #1 en 1940 (dessiné par Bob Kane & Jerry Robinson)

Bill Finger lui apporte des origines en 1951 (dans Detective Comics #168) en créant le fameux Masque Rouge, plus connu sous son nom originel : Red Hood (qui sera repris en 1989 dans Killing Joke et modernisé en 2014 par Scott Snyder dans Batman #0 puis dans l’arc L’An Zéro). Le mythe dit que l’inspiration du fameux heaume rouge, brillant et lisse est venue à nouveau d’un écrivain français réputé : Alexandre Dumas. C’est la dernière partie du livre Le Vicomte de Bragelonne, publié de 1847 à 1850, qui fermait la trilogie entamée avec Les Trois Mousquetaires, qui aurait fourni au scénariste de comics sa matière brute : il y est en effet question du fameux Homme au masque de fer.

Une absence totale de moralité

image-02Plus de 75 ans après sa création, le Clown du Crime est devenu un personnage à part entière de la culture populaire. Outre sa perpétuelle apparition dans les bandes dessinées Batman et Detective Comics, parmi les titres les plus emblématiques, durant plusieurs décennies, c’est à la fois l’écriture du personnage, sa psychologie atypique, son absence totale de moralité et son essor à travers d’autres supports artistiques qui ont contribué à sa renommée. Il fascine et séduit autant qu’il repousse et effraie. Miroir déformé d’un héros solitaire et sombre, il se veut fantasque et coloré. Certains le considèrent comme fou, d’autres l’estiment habile manipulateur, doué d’une rare intelligence.

Dès sa création pour le premier numéro de la série Batman en 1940 (le justicier est né un an avant dans le numéro #38 de Detective Comics), ses auteurs souhaitaient un ennemi « fort » et qui laisserait une trace pour cette nouvelle publication. Bien malin, l’éditeur, DC Comics, décida de ne pas tuer le Clown dès sa première apparition (chose très fréquente à l’époque pour les ennemis de Batman). Fou furieux, manipulateur, tueur sans remords : la première version du Joker, jusqu’en 1942, est, quelque part, assez proche de l’imaginaire collectif. Il « s’assagit » ensuite jusqu’en 1954, devenant un « simple » bouffon trouvant un attrait aux farces et attrapes, tout en restant cet ennemi flamboyant et unique.

Dès lors, le Comics Code Authority, organisme de censure, contraint indirectement à une disparition du Joker (mieux que d’avoir eu une version trop ringarde et aseptisée), remplacé par des monstres de science-fiction ou fantastiques, afin de coller avec le registre de genre du Batman de l’époque. Cela durera près de quinze ans. L’Arlequin de la Haine continue de défier le Goliath de Gotham à travers les planches et connaît un regain de popularité en 1966, grâce à la série télévisée  de ABC, où l’acteur Cesar Romero lui prête ses traits. Du pur nanar dans lequel le terrible ennemi paraît bien ridicule. Mais cela lui permet d’accroître son aura et de se faire connaître par davantage de personnes.

[Couverture de Detective Comics #69 par Jerry Robinson en 1942. L’’une des rares montrant le Joker tenant des armes à feu.]

La mort de Robin

C’est en 1989 que le Joker acquiert définitivement son statut de Némésis culte. Deux raisons à cela. La première se joue outre-Atlantique, au Pays de l’Oncle Sam, dans les chapitres #426 à #429 (décembre 1988 à janvier 89) de la série Batman : le Joker tue Robin. Il s’agit alors du deuxième Robin, alias Jason Todd, qui succéda à Dick Grayson (un nom un peu plus connu du « grand public » puisqu’il était le Robin originel devenu un super-héros à part entière sous l’alias Nightwing). Dans cette histoire, intitulée Un Deuil dans la Famille (publié pour la première fois en France en 2003 puis réédité en 2013 par Urban Comics, l’éditeur actuel des aventures du Dark Knight), ce sont les lecteurs eux-mêmes qui ont scellé le sort du second side-kick de Batman à travers un vote massif organisé par DC Comics ! Une drôle de façon de faire pour l’époque mais qui restera dans l’histoire de la bande dessinée américaine.

Comics Batman 10 Un Deuil dans la Famille Comics Batman 20 The Dark Knight Returns  Comics Batman 22 Arkham Asylum

Si cette mort, d’une violence inouïe, accentue le statut de méchant du Joker et marque à jamais la mythologie de Batman, l’histoire n’est paradoxalement pas la plus emblématique du Caped Crusader. Jim Starlin, son scénariste, met en scène un Batman au cœur de la politique et du Moyen-Orient. Il faut attendre 2002 pour entrevoir le retour de Jason Todd, dans l’excellent ouvrage Hush, écrit par Jeph Loeb, avant de le voir se concrétiser dans Under the Red Hood, sous la plume de Judd Winick, en 2005 (tous deux disponibles chez nous sous les titres Silence et L’Énigme de Red Hood, toujours chez Urban Comics). La mort de Robin survient après trois années de publications où le Joker a littéralement pris un tournant radical.

En effet, dans les comics, aux États-Unis tout du moins, le Joker est devenu une entité résolument sombre, violente et menaçante. Pire qu’à l’accoutumée. Il y a donc eu, en 1989, Un Deuil dans la Famille mais les prémices de cette version extrêmement dérangeante sont apparus en 1986, dans The Dark Knight Returns de Frank Miller (Sin City, 300…). On y découvrait, dans un futur hypothétique, un Joker incapable de vivre, totalement dépressif, depuis la disparition (volontaire) de Batman. Le Clown retrouve goût à la vie uniquement lorsque le Chevalier Noir refait son apparition. C’est dans ce comic book, que Miller suggère (en premier) la mort de Robin par la main du Joker. L’artiste polémique récidivera quinze ans après dans The Dark Knight Strikes Again, une suite nettement inférieure, où il fera carrément de Dick Grayson… le Joker !

Un Joker au sommet de la folie

batman killing jokeAprès The Dark Knight Returns, qui deviendra culte et constituera un pilier du monde des comics, sort en 1988 Killing Joke, de Brian Bolland et Alan Moore (Watchmen, V pour Vendetta…). Le Joker est alors au sommet de sa folie : il kidnappe Gordon, l’humilie, tire sur sa fille Barbara (Batgirl), et est ainsi responsable de son handicap (elle deviendra Oracle en étant condamnée à rester sur un fauteuil roulant). Cette version extrêmement noire (et désormais reniée par Moore) sous-entend même que le Joker aurait violé la fille du commissaire… Une adaptation animée sort ce mois-ci (MàJ : le 3 août 2016). Dans la foulée, Grant Morrison écrit son formidable Arkham Asylum, publié en 1989, qui vient accroître l’aura maléfique du Joker. Les méandres et errances de Batman dans le célèbre asile, où il a peur de céder à sa propre folie face à un Joker plus survolté que jamais.

Le même auteur laisse entendre dans Batman #663, à travers des bribes de la thèse d’Harleen Quinzel, que le Joker n’a pas de personnalité propre ni d’ego mais plutôt des « super-personnalités ». Cette plongée au cœur de la folie dans Arkham Asylum inspirera le jeu vidéo éponyme qui sera mis en vente pile vingt ans après.Comics Batman 28 Joker Anthologie Dans cet autre média, le Clown du Crime occupe une place prépondérante. S’inspirant des comics précités et récupérant les doubleurs des dessins animés (Mark Hamill en VO, Pierre Hatet pour la VF), la saga Arkham sera un succès critique et public.

Il faut attendre 2005 pour lire une nouvelle version de la première apparition du Joker, soixante-cinq ans après sa naissance. Elle est intitulée L’Homme qui rit (The Man Who Laugh en version originale), nom qui évoque clairement l’œuvre de Victor Hugo et le film de 1928 (qui bénéficia, pour l’anecdote, d’un passable remake français fin 2012, avec Marc-André Grondin dans le rôle-titre). Dans cette histoire, Gordon et Batman alternent les monologues intérieurs (de la même façon que Batman : Année Un, par Miller) et son auteur, Ed Brubaker, distribue la carte de la folie en modernisant à peine son socle d’inspiration : l’énigmatique Joker annonce des morts à la télévision, celles-ci ont lieu aux heures dites, comme dans Batman #1 de 1940. Les deux sont à (re)lire dans l’indispensable Joker Anthologie, toujours chez Urban Comics.

« Il incarne la peur des clowns maléfiques »

« Le Joker touche des publics différents, à des degrés divers et pour des raisons diverses. Pour le public plus jeune, il incarne la peur des clowns maléfiques : leur côté étrange, leur maquillage…, souligne l’éditeur Yan Graf qui a travaillé sur cet ouvrage. Mais le Joker est aussi un symbole d’anarchie, poursuit-il. Les personnages de méchants charismatiques sont légion dans la culture populaire et ces dernières années, les assassins insensibles ou psychopathes ont remporté les faveurs du public. Ils produisent une sorte de fascination/répulsion et depuis longtemps, on sait que le spectateur ou le lecteur aime se placer dans les pas d’un meurtrier. Le Joker est l’un de ces personnages flamboyants qui vivent sans repère moral, il est celui qui rejette toutes les règles ou toutes les valeurs sur lesquelles on bâtit une société civilisée. De plus, il ridiculise les autorités, à commencer par Batman. C’est le fou de la cour du roi mélangé à un artiste de la mort. Sa complexité en fait un personnage aux multiples facettes. »

joker-dessin-anime

C’est donc avec quatre œuvres cultes publiées entre 1986 et 89, The Dark Knight Returns, Killing Joke, Arkham Asylum et Un Deuil dans la Famille, que le lectorat des aventures de l’homme chauve-souris découvre non pas un nouveau visage ou une nouvelle version du Joker mais un stade jamais atteint auparavant en termes de danger. L’ennemi emblématique, qui avait déjà tué auparavant, devient un miroir menaçant. Il s’en prend directement à l’entourage de Batman. On découvre une psyché le voulant proche de l’homme chauve-souris, voire indispensable. Sans Batman, il n’existerait pas. Mais sans le Joker, Batman n’existerait-il sans doute pas non plus ? À cette interrogation, Tim Burton viendra ajouter son grain de sel, ou plutôt son grain de folie.

the_joker_cesar_romero

La seconde salve qui fait grimper le Joker sur les hautes marches de la culture populaire (après cet enchaînement de comics noirs) est bien entendu l’interprétation magistrale de Jack Nicholson dans le film réalisé par Tim Burton en 1989 et sobrement intitulé Batman. Ce n’est pas la première fois que le Joker apparaît à l’écran : Cesar Romero le jouait, comme évoqué plus haut, dans la célèbre série débutée en 1966 avec Adam West, qui s’acheva deux années après, au bout de trois saisons suivi d’un film nanar devenu culte par la force des choses, principalement par son côté kitch. Le Joker était donc déjà connu d’une partie de la population (en plus des lecteurs réguliers des bandes dessinées, bien sûr, sans oublier les quelques produits dérivés de l’époque) mais il n’avait jamais été montré aussi sombre et menaçant, hors productions papiers.

C’est d’ailleurs avec le long-métrage de Burton que la « Batmania » va réellement commencer, surtout en France. Pour surfer sur le succès, le film bénéficiera évidemment d’une suite (Batman Returns/Le Défi — davantage dramatique et à l’esthétique gothique très soignée, avec un style plus Burtonien que jamais, qui a déplu aux producteurs) et surtout la création d’un nouveau et formidable dessin animé. Le Joker y est particulièrement mis en avant et doublement accessible (aux enfants et aux adultes). Les jeux vidéo et l’arrivée des comics en France favorisent une fois de plus le développement du personnage.

Jack Nicholson campe un Joker mythique

jack_nicholson_the_jokerJack Nicholson, 52 ans à la sortie du film, n’a plus rien à prouver en tant qu’acteur. Il a reçu un Oscar pour son rôle dans Vol au-dessus d’un nid de coucou en 1975 et surtout, il a déjà offert une incarnation de la folie pure dans le célèbre film de Stanley Kubrick sorti en 1980 : Shining. Le quinquagénaire vole la vedette au Chevalier Noir, fadement interprété par Michael Keaton. Grand succès critique et public, avec 400 millions de dollars de recettes, cette nouvelle mouture de Batman au cinéma, résolument plus sombre (en adéquation, donc, avec les comics de l’époque), dévoile au monde entier le génie du Joker. Si le film a vieilli par bien des aspects, la performance de Nicholson, son terrible visage et ses inoubliables costumes, font encore mouche.

Dans l’esprit des gens, le Joker EST Jack Nicholson. Il ne peut en être autrement. Un truand de base considéré comme fou, qui deviendra littéralement et physiquement le Joker après un jet de produit chimique reçu dans le visage, et évidemment sa célèbre chute dans une cuve d’acide, le tout causé par Batman lui-même. L’homme veut semer un certain chaos dans la ville, sans raison aucune. Il est plutôt « comique » avec des sautes d’humeur violentes, forcément. Il possède même une certaine élégance. Offense suprême : il a lui-même tué les parents de Bruce Wayne, lorsqu’il s’appelait Jack Napier et était âgé d’une vingtaine d’années (une « trahison » pour les fans des aventures sur papier puisqu’il a été maintes fois confirmé que Thomas et Martha Wayne succombent sous le feu de Joe Chill). C’est donc le (futur) Joker qui va créer Batman, avant que celui-ci ne contribue à la naissance du Joker. Ce dernier lance dans le film : « Je vous ai fait ! » Ce à quoi le célèbre justicier répond : « Tu m’as fait en premier. » L’existence de l’un va de pair avec l’autre, la boucle est bouclée.

Presque vingt ans plus tard, le regretté Heath Ledger personnifie le Clown du Crime dans une version se voulant très plausible, dans le second opus de la trilogie de Christopher Nolan. The Dark Knight, sorti en 2008, fait suite à Batman Begins dont la fin annonçait la venue à Gotham dudit Joker. Les fans hurlent et déchantent : personne d’autre que Nicholson ne peut jouer le Joker.

Mark Hamill (Luke Skywalker) est fan

image-14-pierre-hatetEntre-temps il y a eu l’excellente série animée de Bruce Timm et Paul Dini. Le Joker était doublé par Mark « Luke Skywalker » Hamill pour la version originale, un rôle qu’il a rempli dans bon nombre d’autres productions d’animations ou encore dans la célèbre saga de jeux vidéo Arkham (tout du moins, dans les trois du studio de Rocksteady : Arkham Asylum, Arkham City et Arkham Knight — en France c’est Pierre Hatet qui s’en est chargé sauf, comme le célèbre Jedi, pour Arkham Origins, où Stéphane Ronchewski, le doubleur de Heath Ledger a officié à sa place — dans chaque jeu le Joker est remarquablement mis en avant). Mark Hamill confiait : « Dans toute ma carrière, il est le personnage le plus stimulant, gratifiant et plaisant que j’ai eu à incarner. » En France, c’est donc la voix de Pierre Hatet qui s’impose en très peu de temps. Cet acteur de théâtre, connu pour être la voix française du Doc Brown de la trilogie Retour vers le Futur, juge « formidable ce qu’a fait Mark Hamill. Mais je ne m’en suis jamais inspiré et je l’ai peu écouté… »

Déclaration plus surprenante encore : « Je ne savais pas vraiment qui été le Joker quand j’ai commencé à le doubler. En revanche, je connaissais  »L’Homme qui rit » de Victor Hugo grâce au théâtre. C’est d’ailleurs grâce à mes performances de comédien sur scène que j’ai été choisi pour devenir la voix du Joker. » Une voix désormais indissociable du personnage dans l’imaginaire des petits et des grands. « Des enfants me reconnaissent et me demandent de faire un rire ou le célèbre ‘‘Mon Batounet’’ encore aujourd’hui,  confie Pierre Hatet dans sa résidence parisienne avec sourire. J’ai découvert le Joker sur papier il y a deux ans grâce à un ouvrage,  »Joker Anthologie ». Personne ne m’a guidé pour trouver LA voix et je n’ai pas non plus cherché à connaître le personnage dans les bandes dessinées. Quand j’aborde un doublage, je suis comme un acteur qui rentre dans un rôle. J’ai essayé de trouver une vérité dans le Joker, je l’ai ensuite imposée et tout s’est fait naturellement. »

joker-arkham-asylum

Le comédien n’a malheureusement pas été convié à doubler le Joker dans Suicide Squad (MàJ : c’est Paolo Domingo qui l’a fait) ni dans le dessin animé Killing Joke (MàJ : Marc Saez s’est attribué le rôle), tous deux sortant cet été. « Une pétition a circulé sur Internet (MàJ : à découvrir sur ce lien, et lire cet article —même s’il est approximatif par bien des aspects— pour mieux comprendre). On ne m’a pas appelé, j’attends que le téléphone sonne… J’ai bien conscience, en toute modestie bien sûr, d’avoir marqué plusieurs générations, alors je le redoublerai avec plaisir. Je suis très attaché au personnage. » Sur la folie du Joker, Pierre Hatet a son hypothèse : « À mon avis, il est intelligent et calculateur, c’est le Prince du Crime face au Prince de la Vertu. C’est un méchant jaloux. Par opposition à Batman, le Prince de la Justice, dont le Joker admire la pureté et l’honnêteté, le Clown deviendra le Prince du Mal. »

[Pierre Hatet, fière voix de la version française du Joker à son domicile © Thomas Suinot ]

Batman et le Joker, unis à jamais

Durant plusieurs décennies, du côté des comics, maints auteurs se sont interrogés  sur l’identité réelle du Joker. Pas son identité civile mais son vrai but, sa véritable interaction avec Batman. Pour certains artistes, il est tout simplement le double version maléfique de l’homme chauve-souris. L’un ne peut vivre sans l’autre. L’un est responsable du destin de l’autre. Ils sont le miroir d’une même personnalité, chacune correspondant à un extrême. Une vision particulièrement soulignée dans Killing Joke et dans le moins connu Batman : Secrets, de Sam Kieth.

    Batman Secrets Batman le deuil de la famille Batman 4 L'An Zero 1ere partie Batman Mascarade Endgame Fini de Jouer Tome 7

Plus récemment, c’est Scott Snyder qui évoquera cette confrontation quasi fraternelle, à travers les tomes 3 à 5 puis 7 de la série Batman (chez Urban Comics à nouveau). Soit dans Le Deuil de la Famille, L’An Zéro puis Mascarade. Entre 2011 et 2015, le scénariste a livré une version moderne du Joker tout en gardant l’esprit d’origine. En mai et juin 2016, à la fin de la série Justice League, juste avant que l’éditeur DC Comics n’opère un nouveau relaunch, nommé Rebirth (une opération visant à repartir de zéro dans ses séries), on a appris qu’il n’y avait pas un mais trois Jokers différents depuis que Batman est devenu le justicier de Gotham City…

Le Dark Knight profite donc de sa nouvelle série (tout juste publiée aux États-Unis et qui arrivera très certainement début 2017 en France) pour enquêter sur cette révélation, plutôt cohérente et très excitante. L’éditeur Yan Graf la trouve amusante car « elle valide le découpage choisi dans Joker Anthologie, qui mettait en valeur l’évolution du personnage à travers différentes phases, de maitre chanteur assassin à tueur en série en passant par braqueur de banque déluré ! ».

Heath Ledger fait taire les « haters »

the-dark-knight-the-joker-heath-ledger-batmanRetour en 2008 : la performance d’Heath Ledger vient à bout des haters. Christopher Nolan avait d’ailleurs prévenu avant la sortie du film : son Joker serait finalement très sérieux. On revient à l’inévitable question qui hante les fans : le Joker est-il un fou doué d’une intelligence sans faille, ou bien d’un génie intelligent avec « quelques » accès de folie, une folie passagère ? Feint-il d’être fou ? A-t-il une logique ? Le mystère demeure dans chaque œuvre qui le met en avant. Son identité ? Comme dans la plupart des livres, il la modifie selon son bon vouloir.

On note toutefois qu’ici, le Joker se maquille lui-même et que son sourire provient de cicatrices (causées par son père ou lui-même, nul ne sait), tandis que chez Tim Burton et dans la majorité des comics, la peau du Joker est définitivement blanche et ses cheveux verts (après la plongée dans l’acide). Ledger sera oscarisé à titre posthume, éclipsant totalement le travail de ses collègues. Dans The Dark Knight, le Joker se rapproche d’un anarchiste terroriste, trouvant en Batman un défi à sa hauteur. Il va lui prouver que le monde peut basculer dans la folie, dans le chaos, du jour au lendemain, qu’on abrite en chacun de nous un fou et que l’unique intérêt de la vie et de le laisser s’échapper… Ce « style » et le look de cette version du Joker sont repris par  Lee Bermejo (scénariste et dessinateur) dans sa bande dessinée au titre simpliste : Joker.

Coup de tonnerre en avril 2015 : la première photo du Joker version Jared Leto pour Suicide Squad est mise en ligne. L’annonce de la présence du talentueux acteur dans le célèbre rôle avait moins décontenancée qu’à l’époque de Ledger, chacun ayant retenu la leçon. En revanche, la photo dévoilant un Joker couvert de tatouages et avec des dents argentées fait immédiatement rager les éternels haters. Les premières vidéos atténueront un peu ces critiques. Faut-il rappeler que dans certains comics le Joker est tatoué (comme dans All Star Batman : le jeune prodige, de Jim Lee et Frank Miller) ? Il ne paraît pas non plus illogique qu’il se soit fait refaire une mâchoire que Batman lui a cassée de nombreuses fois ?

Jared Leto proposera quelque chose de différent

Cette troisième version cinématographique (quatrième en comptant le nanar de 1966) développe le même schéma que dans les comics : le Joker est à l’unisson de la folie. Et il existe plusieurs formes de folie, la différence d’approche entre Nicholson et Ledger en étant la plus belle preuve. Nul doute que Leto, sous l’égide de David Ayer (Fury) pour son escadron de la mort, apportera quelque chose de novateur, qui se retrouvera cristallisé dans l’esprit commun. On murmure déjà qu’il apparaîtra dans les autres productions cinématographiques de DC Comics : le film The Batman porté par Affleck et peut-être même dans Justice League, prévu pour fin 2017.

Le mythe se réinvente sans cesse, comme dans toutes les bonnes variations d’un même thème occulté pendant des décennies. « À ce stade, il est comme Jésus, estime Jared Leto. Une icône. Un mythe. Il s’agit de se montrer à la hauteur. » L’acteur a envoyé en cadeau un rat à Margot Robbie durant le tournage. Elle y joue sa muse : Harley Quinn. Autre offrande, pour Will Smith (Deadshot) : des préservatifs usagés… Une rumeur démentie par le principal intéressé un an après la sortie du film ; on évoque plutôt un magazine pornographique à la place. Moins trash mais irrévérencieux quand même. Jared Leto a sa façon bien à lui de déstabiliser ses partenaires hors écran ! « Au départ je suis retourné à la source et j’ai lu autant de comics que je le pouvais. Mais je devais dépasser cela. Car, à chaque nouvelle incarnation, le personnage s’est redéfini. À chaque fois, l’essence du Joker est là mais elle change. Après avoir compris cela, il fallait passer à la transformation physique, expliquait plus sérieusement, le chanteur de Thirty Seconds to Mars. C’était un honneur de me voir proposer un tel rôle. Le Joker est dans la culture populaire depuis plus de 75 ans. Je suis le dernier en date à l’interpréter, avec de glorieux prédécesseurs. Il fallait que je prenne des libertés, que j’expérimente des choses. Le réalisateur m’a autorisé à lâcher prise, ça n’a pas de prix ! »

jared-leto-joker

« Sans Batman, le crime n’est plus amusant ! », clame le Joker dans un épisode de la série d’animation, sous la plume de Paul Dini. Une citation qui ouvre l’excellent beau livre « Tout l’art du Joker » (encore et toujours chez Urban Comics). Un crime peut-il être amusant sans Batman ? Selon la série télé Gotham (Fox), oui. Une version brouillonne du Joker est apparue dans la deuxième saison, donc à l’époque où Batman n’existait pas (le feuilleton met en avant les débuts de Gordon à Gotham City). Un certain Jérôme a tout pour être le futur Joker (outre le look et d’autres éléments, il annonce ses morts à la télévision, comme dans le tout premier comic book) mais, sans en dévoiler trop, il ne participera finalement qu’à l’ébauche de celui-ci. « La création du Joker est une histoire beaucoup plus large et épique que ne le réalisent les gens. À mesure que la série avancera, ils verront comment une mythologie est née, comment une sorte de comportement culturel a été créé, menant au Joker lui-même. Jérôme est la graine de ce dernier », soutenait Bruno Heller, le showrunner de la série.

Le Joker se réinvente à sa façon, sensiblement différent à chaque nouvelle apparition artistique, sous une forme ou une autre. Son identité reste un mystère. Son but ultime est-t-il de répandre la folie ou de défier encore et toujours Batman ? C’est fou, après plus de trois quarts de siècle, on ne sait toujours pas vraiment qui il est mais il continue — et continuera — de fasciner un bon bout de temps. Pierre Hatet n’hésite pas à citer Victor Hugo : « L’Homme qui rit est un homme mutilé, on lui a mis au cœur un cloaque de colère et de douleur, et sur la face un masque de contentement. » On s’en contentera encore des années avec plaisir.

image-07-tout-lart-du-joker image-09-joker image-13-sombre-reflet-tome-02

.

_____________________

.

cine-saga-14Cet article est initialement paru dans Ciné Saga #14, en août 2016 (pages 32 à 39).
Couverture ci-contre ainsi qu’un aperçu ci-dessous de la mise en page de l’ensemble de l’article, qui a été légèrement modifiée pour la version imprimée .

Quelques mises à jour ( « MàJ ») ont été ajoutées pour la reprise sur le site en novembre 2016.
Deux brefs ajouts ont également été rédigés en plus (la mention de la BD Joker et la dernière phrase de conclusion — que j’aimais beaucoup et qui avait été enlevé dans le magazine).
Les images et photos d’illustration ne sont pas forcément les mêmes pour avoir, ici, une plus belle unité visuelle.

Un petit encadré « À savoir » indiquait ceci : Thomas Suinot est le fondateur et unique rédacteur du site www.comicsbatman.fr. La plupart des livres mentionnés dans cet article sont chroniqués sur ce site.

Un « Top 10 des plus grands méchants des comics » était avant cet article (pages 16 à 21). Le Joker y avait la première place avec ce petit texte, de Raphaël Nouet : Que serait Batman sans le terrible Joker ? La principale arme du plus grand des méchants est son cerveau, contaminé par une folie par moments contagieuse. Lui ne rêve pas de gouverner la Terre ou d’anéantir l’univers, simplement – et c’est déjà beaucoup ! – de faire souffrir son prochain. Le Mal dans toute son horreur, dont la carrière est décortiquée dans les pages 32 à 39 […] suivi d’une nouvelle mention de mon nom et du site.

.

article-cine-saga-etude-joker.

_____________________

.

(1) — J’ai également rédigé, pour ce même numéro, un article sur Star Wars : Rogue One ainsi qu’une interrogation sur le renouvellement, possible ou non, de la Science-Fiction au cinéma.

Depuis juillet 2016, j’écris régulièrement pour le magazine Ciné Saga et sa déclinaison orientée série (Séries Saga). Niveau comics, j’ai évoqué Walking Dead dans un numéro thématique à la célèbre série télé avec des zombies. Le reste est à découvrir sur mon site personnel, avec les titres de mes contributions pour chaque magazine avec parfois la lecture des articles.

Je suis extrêmement fier de cette étude de cas. C’est une très belle « récompense » que m’a offert le travail effectué sur ce site depuis bientôt cinq ans. Grâce à mes articles, j’ai pu en écrire un sur ma passion, publié dans un magazine édité à 30.000 exemplaires et disponible partout en France ! Même si j’ai déjà eu de nombreuses publications « papier » par le passé, je ne peux que me réjouir de celle-ci, qui a évidemment une forte importance.

Un très très grand merci à Pierre Hatet et Geneviève, ainsi qu’à Clémentine et Yan Graf d’Urban Comics. Disponibles, chaleureux et réactifs, nul doute que cet article n’aurait pas eu la même « qualité » sans eux. Merci à Raphaël sans qui rien n’aurait été possible, et à Franck pour sa relecture et ses corrections.

Une version plus allégée de cette étude a été publiée sur Le Huffington Post le 18 décembre 2016.

joker-ha