Batman – Ego

Œuvre souvent acclamée (voire considérée comme culte – pas vraiment à raison comme on le verra dans la critique), écrite et dessinée par Darwyn Cooke, Batman Ego bénéficie enfin d’une réédition (en vente le 14 janvier 2022). Le titre était sorti en 2001 chez Semic puis en 2008 chez Panini Comics accompagné du récit avec lequel il forme (plus ou moins) un diptyque : Catwoman – Le gros coup de Selina. Ce dernier avait déjà été publié par Semic en 2003, sous le nom Catwoman – Le Grand Braquage. Urban Comics le ressort également le 14 janvier sous le titre Catwoman – Le Dernier Braquage, accompagné de quelques chapitres inédits et d’autres déjà inclus dans le premier tome de Ed Brubaker présente Catwoman.

Cette critique est basée uniquement sur le récit Batman Ego de l’édition 2001 de Semic et sera actualisée début 2022 quand celle d’Urban Comics sera disponible (qui contient quatre histoires courtes de Cooke sur le Chevalier Noir en bonus : Crime Convention, Déjà Vu, The Monument et There Be Monsters).


Les couvertures respectives d’Urban Comics (2022), Panini Comics (2008) et Semic (2001).

[Résumé de l’éditeur]
Au lendemain de la dernière vague de crimes du Joker, Batman se lance à la poursuite d’un de ses sous-fifres, Buster Snibbs, dans l’espoir d’obtenir des informations sur la position de son plus fidèle ennemi. Blessé, et épuisé tant physiquement que mentalement, le Chevalier Noir sauve néanmoins in extremis le vaurien qui, paniqué à l’idée-même des représailles de son patron, met fin ses jours. Un traumatisme qui poussera Bruce Wayne dans ses derniers retranchements, aux frontières de la folie pure.

[Histoire]
Trois ans après ses premiers pas, Batman continue inlassablement de combattre le crime dans Gotham, lucide sur sa situation (il peine à changer la ville), il s’habitue tristement aux méfaits des malfrats. Le dernier en date est un massacre dans un bal de charité orchestré par le Joker. Bilan : 27 morts, le Clown du Crime arrêté et un chauffeur, Buster Snibbs, en fuite avec 400.000 dollars.

Alors que le Chevalier Noir est sur le point de stopper Snibbs, ce dernier tente de se suicider, sauvé de justesse par le justicier. Mais le calme est de courte durée, Buster Snibbs reconnaît avoir tué sa femme et sa fille, de peur que le Joker s’en prenne à elles, puis se tire une balle dans la tête, sous le regard impuissant de Batman

Traumatisé par cet évènement, Bruce entame « une plongée psychotique au cœur des ténèbres », jonglant entre son passé et son présent, où un double machiavélique, alter ego chauve-souris géante, le martèle de ses échecs et d’une morale douteuse. Le milliardaire tente de se relever…

[Critique]
Relativement court (environ soixante-dix pages), Ego est précédé d’une jolie réputation mais est-elle méritée ? Oui et non… On reviendra sur la patte graphique de Cooke, inimitable et appréciable, après s’être attardé sur le scénario. Si le titre démarre fort avec ce suicide imprévisible et sa mise en scène sanglante, la suite enchaîne certes de belles séquences psychédéliques mais un peu vaines et, surtout, avec un gros sentiment de « déjà-vu ». Bien sûr, il faut contextualiser l’année de parution de l’œuvre, l’an 2000, période où l’on a déjà évoqué la psyché de Bruce/Batman à plusieurs reprises (Killing Joke, Arkham Asylum…), flirtant avec une éventuelle schizophrénie, comme Double-Face (habilement mis en avant lors d’un passage) et son éventuel nihilisme. Relire que le Caped Crusader est responsable de la création du Joker, que le seul moyen d’en finir est de le tuer et ainsi de suite n’est guère novateur… Néanmoins, la conclusion plutôt poétique laisse une note plus enjouée au global.

L’intérêt se situe donc au niveau des planches, Darwyn Cooke imposant parfois un gaufrier neuf cases (Killing Joke à nouveau mais aussi Watchmen bien sûr et plus récemment Doomsday Clock), signant les dessins et la colorisation (en plus du scénario – son premier pour DC Comics à l’époque, bien avant son chef-d’œuvre The New Frontier (pas encore chroniqué) ou l’excellent Before Watchmen – Minutemen). On se plaît à voir son style très doux, quasiment cartoon et presque pour enfants, proche de la ligne claire européenne parfois et l’esthétique pulp’s/glamour des 50’s,  tranchant avec la brutalité des séquences d’action ou de l’emprise cauchemardesque de la créature issue de la folie de Bruce/Batman. Un alter ego impressionnant quand il est croqué en pleine page (le format Black Label devrait rendre honneur au talent de Cooke dessinateur). À ce niveau, Batman – Ego n’a pas pris une ride et « vieillit bien ».

Le problème est qu’il survole son enjeu dramatique en l’expédiant en quelques dizaines de pages seulement alors qu’il y avait énormément à dire, à faire… Néanmoins ce classicisme introspectif reste dans l’ADN de l’homme chauve-souris, pour le petit prix (16€), on aurait tort de se priver de (re)découvrir ce titre particulier. Une lecture frustrante donc malgré un voyage chromatique sympathique, on la conseillerait plutôt pour les nouveaux venus, s’intercalant aisément dans les premières années du justicier (les alliés sont absents ou figurants le temps d’une case, Alfred n’est pas là non plus).

Ce conflit intérieur semble être l’une des inspirations de Matt Reeves pour le film The Batman (prévu pour mars 2022, justifiant ainsi la nouvelle publication du comic en France) [1]. « Je voulais entrer dans la tête du personnage et m’intéresser à sa psychologie. […] Une des plongées les plus profondes se trouve dans le Batman – Ego de Darwyn Cooke, expliquait-il en août dernier. Il se confronte à la bête qu’est Batman et c’est ce genre de dualité que je recherche. Il y a beaucoup de matière avec ce qu’il essaie de faire en faisant face à sa part d’ombre et son niveau de connaissance de soi. On est capable de comprendre ses motivations, mais Batman est brisé et pourquoi il fait ce qu’il fait et les raisons qui le poussent à penser que c’est juste ont une sorte d’ancrage héroïque. Et il y a a également tellement de choses qui sont motivées par des aspects de sa personnalité qu’il ne connaît pas encore… c’est ce genre de choses qui sont très connectées à la vision de Darwyn Cooke pour Ego. » On attendra bien sûr la sortie du long-métrage pour voir si les œuvres se font écho…

[1] Sept titres semblent avoir servis de matrice pour le long-métrage de Matt Reeves, cf. la seconde newsletter de François Hercouët. Sans surprise, le classique triptyque des origines (Année Un, Un Long Halloween et Amère Victoire) mais aussi le titre sur Catwoman qui y est connecté (Catwoman à Rome), le très récent Imposter (co-écrit par le scénariste du film, Mattson Tomlin) et bien sûr cet Ego et Catwoman – Le Dernier Braquage. On note d’ailleurs qu’Urban Comics a choisi de le publier le même jour (14 janvier 2022), formant deux jolies couvertures côte à côte et se démarquant de la précédente édition (Panini Comics) qui avait rassemblé les deux récits en un seul volume.

[À propos]
Publié par Urban Comics le 14 janvier 2022. Précédemment publié chez Panini Comics (2008) et Semic (2001).

Scénario, dessin et couleur : Darwyn Cooke
Traduction : Alex Nikolavitch (à confirmer)
Lettrage : (à venir)

Acheter sur amazon.fr :
Batman – Ego (16€)
Catwoman – Le Dernier Braquage (23€)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *