Batman – Jours de colère

Jours de colère est un volume unique contenant neuf chapitres (#22 à #29 + #Annual 2) de la série Detective Comics (période New 52). Tous ont déjà été publiés dans Batman Saga (#24 au #31). En recueils aux États-Unis, il s’agit des 4ème et 5ème volumes de Detective Comics (cf. cet index). Enfin, ce tome est aussi la suite directe d’Empereur Pingouin même si la lecture de ce dernier n’est absolument pas obligatoire pour comprendre Jours de colère. Critique.

[Histoire]
Dans Gotham, plusieurs policiers sont tués par Wrath, un puissant ennemi de Batman qui lui ressemble étrangement (ses parents ont été assassinés quand il était enfant, il dispose d’une technologie avancée, d’une armure et d’un équipement hors-pairs…). Gordon et l’homme chauve-souris s’associent pour arrêter Wrath…

Dans le civil, Bruce Wayne a fort à faire avec l’entrepreneur E. D. Caldwell, sérieux concurrent. Caldwell Tech est même prêt à racheter Wayne Enterprises et fournit sa technologie au GCPD. Au sein du commissariat, Harvey Bullock n’est pas insensible aux charmes d’une nouvelle psychologue, Abigail Wilburn.

En parrallèle, le Kirk Langstrom, alias Man-Bat, découvre que sa femme Francine utilise aussi son sérum de transformation…

[Critique]
À l’instar d’Empereur Pingouin, Jour de Colère séduit davantage par ses graphismes que son histoires, ou plutôt ses histoires, tant l’ensemble forme un recueil de cinq récits pas forcément liés. On débute avec l’annual et ses backs-up, intéressants mais trop éphémère (centré sur Bullock et une voleuse d’identité). Vient ensuite l’ennemi de choc, Wrath (« colère » en anglais, d’où le titre) qui apparaît rarement chez DC Comics mais on a pu découvrir (en français) sa première apparition (1984) dans le magazine DC Saga présente : Batman Vendetta. Il occupe ici une place centrale pour trois chapitres (#22 à #24) d’une écriture extrêmement pauvre. On devine très rapidement qu’il s’agit de Caldwell et la confrontation entre Batman et Wrath est expéditive.

Place ensuite au chapitre #25 qui est connecté à L’An Zéro, moment durant lequel plusieurs séries DC furent impactées pour montrer une tempête et un black-out à Gotham City. Un excellent récit centré sur Gordon à ses débuts — on note un Harvey Bullock jeune et charismatique, proche de ce qu’on voit dans Terre-Un — au moment des premiers pas de Batman. On y suit dans son back-up l’histoire très secondaire de Man-Bat, déjà amenée en filigrane depuis plusieurs chapitres et qui trouve sa conclusion, sympathique mais sans plus, dans le #26.

Suit, enfin, Gothtopia, un nouveau segment en trois chapitres (#27 à #29) qui s’était répercuté dans sept autres séries (dont Batgirl, dont son chapitre sur Gothtopia fut chroniqué dans cet article). Si Gothtopia se suffit (largement) à lui-même dans ce livre, on aurait aimé une version complète (inédite en France mais  la chronique sera bientôt sur ce site).

Gothtopia présente (de prime abord) un monde alternatif (elseworld) dans lequel Batman, en costume blanc, et Catbird (Catwoman) sont les justiciers de Gotham, ville radieuse et lumineuse. Pour épauler ce binôme de choc, Batman peut compter sur Bluebelle et Brightbat (Batgirl et Batwoman) ainsi que le Maire Copplebot et le commissaire Sionis. Très peu de crimes ont lieu dans Gotham, cité où tout le monde se sent en sécurité. Seulement… trente-six suicides ont eu lieu ces derniers temps, quelque chose cloche ! Sans surprise, une toxine de l’Épouvantail est derrière cette utopie Gothamienne…

Comme dans le tome « précédent » on retrouve des allusions à diverses séries : la même (Detective Comics) via divers chapitres (et donc d’Empereur Pingouin), Batgirl, Batman Incorporated (Grant Morrison présente Batman), Forever Evil, Batman, etc. C’est là aussi un des points faibles de l’ouvrage : beaucoup d’allusions qui perdent le lecteur néophyte. Au-delà, on l’a vu, on a surtout droit à cinq histoires, une avec Bullock/Mme X., une avec Wrath, une avec Gordon, une avec Man-Bat et une sur un faux monde parrallèle. Ensemble décousu, fortement inégal, on lorgne vers le bon et le moins bon, ce qui est… pénible. Il est tout à fait louable de vouloir proposer un contenu plus ou moins inédit en librairie mais quand celui-ci n’est pas forcément excellent, relié à trop d’autres séries (parfois indisponibles), c’est plutôt dommage. Jour de colère n’apporte pas grand chose à la mythologie de Batman, clairement. On apprécie quelques chapitres, on se régale côté dessins mais… ça ne va pas plus loin. Comme beaucoup de productions « moyennes » consacrées au Chevalier Noir.

Le découpage de cette version librairie change de celui de Batman Saga puisque le one-shot débute par l’annual (et ses deux petits back-up) centré sur Mme X. et Bullock puis se poursuit avec les chapitres #22 à #29 ; là où en kiosque, on démarrait par le #22 puis l’annual, puis le #23. Cela ne change pas grand chose et montre que le récit sur Mme X., Bullock et Wilburn n’est pas franchement utile et important.

Au scénario, John Layman (qui avait signé Empereur Pingouin) et Joshua Williamson. Aux dessins, on retrouve, entre autres, les excellents Scot Eaton, Jason Fabok, Andy Clarke, ainsi que Szymon Kudranski, Jorge Lucas et Derlis Santacruz. On retient surtout Jason Fabok, dont il s’agissait des travaux de plus en plus important au sein de DC Comics. Une classique galerie de couvertures alternatives (notamment celles du Detective Comics #27 — dont les divers backs-up ne sont pas de la partie) clôt l’ouvrage.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 5 avril 2019

Scénario : John Layman
Dessins : Scot Eaton, Jason Fabok, Andy Clarke, Szymon Kudranski, Jorge Lucas, Derlis Santacruz…
Couleurs : Jeromy Cox, Blond, Brett Smit…
Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Stephan Boschat (Studio Myrtille)

Acheter sur amazon.frJour de colère

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *