Archives par mot-clé : Detective Comics

Batman Detective Comics – Tome 07 : Batmen Eternal

Suite et fin de la chouette série Batman Detective Comics (ère Rebirth). Le dénouement est-il réussi ? Critique.

[Résumé de l’éditeur]
Batwoman a commis l’impensable en prenant la tête de la Colonie. En réponse, le Chevalier Noir organise une réunion de crise avec les membres de la Bat-Famille pour la juger et décider quelles mesures prendre suite à sa sédition. Mais le temps est compté, car Ulysses Armstrong a un plan que Batwoman elle-même ignore et ce dernier pourrait bien causer la perte de Gotham toute entière !

[Histoire]
(Pas besoin de détails supplémentaire, le résumé d’Urban évoque pile ce qu’il faut et amorce le début du comic.)

[Critique]
Une conclusion tournée vers le registre de… la science-fiction (pour l’aspect robotique notamment). Effectivement, les chapitres mettent en avant le logiciel surpuissant « l’œil » et des Batmen robotiques contrôlés par Ulysses et son projet OMAC. Pour les fans de DC Comics, on ne peut que déchanter car cette idée a déjà été exploitée plusieurs fois (Infinite Crisis et Convergence par exemple, toutes s’inspirant déjà de la création du super soldat du futur de Jack Kirby, cf. le récit complet O.M.A.C., déjà dépoussiéré dans OMAC : L’arme ultime). Une certaine déception est de mise, surtout après avoir parcouru les aventures de l’équipe hyper attachante autour de Batman, qui brassait déjà à sa manière plusieurs registres, alternant thriller, magie, SF et presque voyages dans le temps, etc.

Si on met de côté ce principal reproche ou, mieux, si on ne connaissait pas OMAC, la bande dessinée reste globalement divertissante et apporte une fin plus ou moins satisfaisante – en fonction de son degré d’exigence, comme souvent. Les protagonistes trouvent ici une « conclusion » plutôt cohérente, Red Robin étant le plus mis en avant afin de réparer ses erreurs, ou plutôt ses obsessions maladives depuis la vision de son avenir. À ce titre, le fameux Ulysses Armstrong officie comme nouvel ennemi, sans que ce soit réellement surprenant après avoir suivi son parcours dans les titres précédents. Malheureusement, le discours est très convenu, assez oubliable… Dommage aussi que le « procès » de Batwoman soit vite balayé dès la fin du premier épisode pour se concentrer sur la suite (les errements de Red Robin, son affrontement avec Ulysses puis les conséquences globales de tout ça et ce qui gravite autour).

On apprécie en revanche l’approche de Batwoman et sa relation avec Batman, tous deux s’étant dirigés vers des chemins différents, la « nouvelle » alliance entre eux fonctionne plutôt bien, permettant de « boucler la boucle » avec ce qui était entamé dans le premier tome. La série pourra d’ailleurs être relue sous un nouveau prisme plus ou moins inédit. La présence de la Bat-Famille plus classique (Nightwing, Batgirl, Red Hood et Robin), en début d’histoire notamment, fait sens et renoue avec une autre forme de complicité bienvenue.

Au rayon des frustrations, James Tynion IV ne nous offre pas la suite de l’arc narratif entre Ra’s al Ghul et le père de Jean-Paul Valley, qui fermait le quatrième tome et promettait un « mystérieux commanditaire ». On a pourtant revu aucun des trois… Si le lectorat suivait Batman Detective Comics au rythme de ses publications mensuelles, il a probablement oublié ce « détail ». Mais quand on lit les sept tomes à la suite, impossible de ne pas y penser ! On imaginait un plan d’envergure, fomenté par Ghul et Azrael Sr., au final il n’en est rien… Sauf si la personne au-dessus d’eux était le Drake du futur mais ça paraît improbable. C’est peut-être pas grand chose pour certains fans, pour d’autres (le cas de l’auteur de ces lignes) c’est LE point noir de ce dernier volume qui générait des attentes légitimes…

Les dessins restent de bonne facture sans faire d’éclats, faute à des visages souvent peu naturels et une flopée d’artistes différents aux pinceaux comme toujours. Ici, Avaro Martinez, Javier Fernandez, Eddie Barrows, Eber Ferreira, Philippe Briones et Scot Eaton se succèdent, soit six dessinateurs aux styles assez similaires (les Batmen robotiques restent les meilleures illustrations de l’ensemble) bénéficiant d’une colorisation toujours aussi riche en tons variées, permettant l’appellation très « comic book » de l’ensemble. Comme dans les volets précédents, ce sont les visages – notamment en gros plan – qui gâchent parfois les planches, la cause à des traits faciaux grossiers. Néanmoins, la plupart des héros œuvrant sous un masque, on n’en croise pas beaucoup donc ça reste globalement de bonne facture, à l’image de l’entièreté de la série.

En somme, ce dernier tome est mi-figue, mi-raisin. La plupart des dénouements (d’arcs narratifs et d’évolutions de protagonistes) sont tenus et corrects, certains sont en revanche décevants ou inexistants. C’est d’autant plus dommage que l’ensemble de la série, à un ou deux tomes près sans compter celui-ci était vraiment une réussite, très originale, profondément attachée à sa dimension humaine et relativement inédite dans l’univers très austère et souvent calibrée du Chevalier Noir. Ne soyons pas trop sévère tout de même, rien que pour sa proposition originale, elle mérite le détour, bien plus que des sagas confuses et indigestes comme Batman Metal, ou des runs trop longs comme Batman Rebirth (malgré ses coups d’éclats bien sûr). Batman Detective Comics apporte aussi une extension alléchante à Batman Eternal mais aurait gagné en qualité si elle avait été amputée d’un ou deux volumes et suivi une direction plus passionnante dans sa dernière ligne droite.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 18 octobre 2019.
Précédemment publié dans Batman Rerbirth #21 à #24, de février à mai 2019.

Contient Detective Comics #975-981

Scénario : James Tynion IV
Dessin : Avaro Martinez, Javier Fernandez, Eddie Barrows, Eber Ferreira, Philippe Briones, Scot Eaton
Encrage : Raul Fernandez, Javier Fernandez, Eddie Barrows, Eber Ferreira, Philippe Briones, Wayne Faucher
Couleur : Brad Anderson, John Kalisz, Adriano Lucas, Allen Passalaqua

Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Stephan Boschat (studio MAKMA)

Acheter sur amazon.fr : Batman Detective Comics – Tome 07 : Batman Eternal

 
(Pas une illustration de la bande dessinée mais une couverture d’un numéro – Detective Comics #969 par Guillem March –
qui représente bien l’entièreté de l’équipe, pour le plaisir des yeux…)

Batman Detective Comics – Tome 06 : La chute des Batmen

Après un excellent tome 5, la chouette série Batman Detective Comics est dans sa dernière ligne droite. Critique de l’avant-dernier volume qui rassemble plusieurs éléments narratifs parsemés depuis le début.

[Résumé de l’éditeur]
Red Robin est enfin de retour ! Et maintenant qu’il a retrouvé sa place aux côtés de Spoiler et de ses alliés, il lutte de nouveau contre le crime. Mais le succès de Batman et de la Bat-Famille a un prix, car le Syndicat des Victimes entend les faire payer. Leur ultimatum cinglant vient de tomber : si Batman ne révèle pas son identité en direct à la télévision, les criminels de l‘Asile d’Arkham seront lâchés sur la ville.

[Histoire]
Tandis que Spoiler retrouve Red Robin – et que leur couple subit quelques tensions suite au travail acharné de Tim – plusieurs menaces prolifèrent dans Gotham. Tout d’abord une équipe de plusieurs vilains emmenés par Killer Moth. Ensuite la collaboration entre le Syndicat des Victimes et Anarky, tous deux élaborant leurs plans depuis l’Asile d’Arkham. Enfin, Gueule d’Argile se contrôle de moins en moins, son ADN « de monstre » prend le dessus sur son état humain…

Par ailleurs, Michael Akins, le maire de la ville est farouchement opposé à la croisade de mercenaires qu’emploie Batman, à commencer par Gueule d’Argile, justement, qui n’a pas sa place dans une équipe de justiciers mais devrait être enfermé avec les autres criminels.

« Vous êtes en train de militariser le concept de Batman. Ce n’est plus un seul homme qui aide une ville à accomplir ce qu’elle ne pouvait réaliser seule. C’est un groupe de cinq à dix justiciers surentraînés qui cherchent à supplanter le système de justice démocratique dans notre ville. Et plusieurs d’entre eux ont l’air d’adolescents, bordel. »
Le maire Akins à Batman.

[Critique]
Jamais un titre n’aura aussi bien résumé son récit ! La chute des Batmen montre évidemment l’effondrement des Chevaliers de Gotham (nom trouvé par Red Robin). L’équipe est pétrie de tensions, elle se scinde même en deux camps, Gueule d’Argile prend le large et redevient presque un ennemi flamboyant. Tim Drake est toujours obsédé par « l’acte » (on ignore lequel) que commettra Batwoman et qui causera le futur peu radieux où un Drake plus âgé reprendra la cape de Batman (cf. tome précédent). Batman doit composer avec la municipalité de la ville et l’Asile d’Arkham, bref le récit est riche en action et en promesses plutôt tenues ! Deux grosses ficelles à déplorer néanmoins : l’ensemble des gardes de l’asile qui sont complices avec le Syndicat et Batman qui en dégomme une centaine à lui tout seul (sans qu’on ne le voit puisqu’il y a une ellipse). C’est le seul point noir de l’ouvrage qui rassemble pas mal de pièces de puzzles narratifs évoqués depuis le début de la série.

On connecte donc les agissements (dans l’ombre) du Syndicat des Victimes et ceux d’Anarky, une alliance qui fait sens et, une fois de plus, est plutôt originale parmi les productions de comics sur le Chevalier Noir. Une idée est également esquissée : une petite ligue d’ennemis de seconde zone dirigée par Killer Moth. Séduisante sur le papier mais vite contrée par les justiciers, on espère revoir cela à l’occasion car c’était plutôt bien vu. Ce sixième tome (l’avant-dernier) met enfin en avant Gueule d’Argile.

Rappelons que chaque volume a toujours eu valeur d’introspection pour un membre de l’équipe avec un équilibre plutôt respecté : Batwoman/Kate, Spoiler/Stéphanie, Orphan/Cassandra, Azrael/Jean-Paul. Red Robin/Tim y a surtout eu droit dans l’opus précédent (même s’il était bien suivi dans le premier tome aussi) et Gueule d’Argile/Basil a eu un traitement qui était très justement écrit mais pas encore bien exploité. C’est donc réparé dans ce tome qui propose, en plus de suivre l’évolution de l’anti-héros, un très long chapitre (annual#1) dédié à ses origines. De quoi comprendre la relation qu’il avait avec celle qui deviendra Gueule de Boue et dont on nous parle depuis le tome 2.

Rétroactivement, cet épisode aurait pu (aurait du ?) être publié au tout début des aventures de cette team atypique pour une meilleure fluidité narrative. Rappelant le superbe double épisode de Batman, la série animée, consacrée au même personnage, ce chapitre est assez touchant avec ce souffle d’humanité qui parcourt la fiction (un de ses atouts depuis le début) À ce stade, seul Batwing/Luke Fox n’a pas réellement eu de chapitres dédiés, même si on le voyait beaucoup avec Jean-Paul dans le quatrième volet. Rappelons également qu’Alfred est majoritairement absent de la série, tout comme Gordon, qu’on retrouve enfin un peu plus ici.

Les séquences d’action – impressionnantes avec Gueule d’Argile – s’enchaînent avec brio et convergent vers ce qu’on nous promettait en amont. Pas de révélation majeure dans cette critique, il reste de toute façon un ultime tome pour conclure efficacement la fiction. À ce stade, les chaînons manquants sont ceux autour de la Ligue des Ombres et de l’Ordre de Saint-Dumas (cf. tomes 3 et 4), s’ils ne reviennent pas dans l’opus suivant, ils n’auront pas servis à grand chose (malgré ce qui a été évoqué un moment). Inutile d’être davantage nébuleux, La chute des Batmen tient bien ses promesses aussi et montre une équipe de plus en plus brisée, un peu ce qu’avait tenté Scott Snyder avec son Deuil de la Famille et ses faibles conséquences. Une fois de plus : à suivre sur la durée pour constater les dégâts.

Les dessins sont à nouveau signés par une myriade d’artistes, à l’exception de certains visages (des expressions faciales peu naturelles) de Joe Bennet et Eddy Barrows et leur colorisation, l’ensemble tient la route, magnifiant parfois des séquences de destruction porn, de poursuites et de combats. Le découpage s’étale souvent sur des doubles pages ou avec malice durant l’épisode de l’annual sous forme de bobines de films. Clairement, côté graphisme même si aucun style ne se démarque vraiment, on est quand même dans du bon niveau avec des palettes chromatiques riches, bref typique dans du bon comic book !

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 7 juin 2019.
Également publié dans les magazines Batman Rebirth #17 à #20 (octobre 2018 à janvier 2019)

Contenu : Batman Detective Comics #969-974 + Detective Comics Annual #1

Scénario : James Tynion IV
Dessin : Joe Bennett, Miguel Mendonça, Jesus Merino, Philippe Briones, Eddy Barrows
Encrage : Collectif
Couleurs :  Adriano Lucas, Jason Wright, Allen Passalaqua

Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Stephan Boschat (Studio MAKMA)

Acheter sur amazon.fr : Batman Detective Comics – Tome 6 : La chute des Batmen

 

 

 

 

 

Batman Detective Comics – Tome 04 : Deus Ex Machina

La série Detective Comics de l’ère Rebirth se poursuit avec une qualité hétérogène. Ce quatrième tome ne déroge pas à la règle, alternant du bon et moins bon. Explications.

[Résumé de l’éditeur]
En formant une équipe, Batman n’avait pas seulement pour but de protéger Gotham, il voulait également mettre ses alliés à l’abri d’attaques ciblées. Mais faire partie d’une équipe n’a pas que des bons côtés pour ses membres, surtout quand les fantômes de leur passé resurgissent soudain… Et l’heure est grave, puisque la Bat-Family est dans la ligne de mire de l’Ordre de St. Dumas, un groupuscule qui a formé Azrael et qui dispose d’un nouvel assassin, une intelligence artificielle nommée Ascalon. Afin de sauver ses amis, Batman va devoir se servir du plus puissant des artéfacts magiques : la Machine de Dieu. Mais cela sera-t-il suffisant pour vaincre Ascalon ?

[Histoire]
Spoiler intervient dans une prise d’otage, opérant toujours en marge de Batman et ses alliés car elle ne partage plus les mêmes convictions sur leur statut de sauveteurs (cf. tome 2).

Luke Fox et Jean-Paul Valley assistent à un match de basket quand un certain Nomoz fait irruption, sévèrement blessé. Nomoz est l’ancien mentor de Jean-Paul à l’époque où il œuvrait en tant qu’Azrael. Il prévient ce dernier de l’arrivée d’un nouvel ennemi : Ascalon.

En parallèle, au Casino de la Banquise du Pingouin, Bruce Wayne renoue avec Zatanna la sorcière, tous deux sont justement attaqués par Ascalon !

Entre l’intelligence artificielle des robots de Fox, la magie de Zatanna et la foi de Jean-Paul, c’est un affrontement de mélanges des genres étrange qui se joue !

[Critique]
Ce quatrième tome est dans la droite lignée du précédent : ni mauvais, ni excellent. Il propose de bonnes choses et de moins bonnes. Le scénario est toujours écrit par James Tynion IV, épaulé par Christopher Selba uniquement pour le premier épisode – qui montre Spoiler avant de la mettre aussitôt de côté. D’un côté il montre Zatanna (et donc la magie), d’un autre Jean-Paul Valley (et donc un mixe entre secte et religion/foi – ce qui va souvent de pair), ce dernier est le protagoniste mis en avant dans le volume, tous comme ceux d’avant mettaient une personne de l’équipe sous les radars. Cette alternance originale et intrigante fonctionne plus ou moins : parfois palpitant ou agaçant.

On apprécie explorer le passé de Bruce et Zatanna, le duo fonctionne à merveille, aussi bien dans les flash-backs, où plane l’ombre de Ra’s al Ghul, que dans le présent où la puissance de la magicienne est mise à l’épreuve ! En revanche, on a du mal avec les péripéties mi-bibliques, mi-fantaisiste d’Azrael et cette étrange culte autour de lui. Autant Jean-Paul est convaincant sous son alias civil et un bon élément en tant que justicier, autant tout ce qui l’entour dénote pas mal (une récurrence chez ce personnage créé pour la saga Knightfall à la base – et où l’on pouvait déjà faire ces mêmes reproches à l’époque – dont la célèbre armure finale a été ici modernisée, petit plaisir coupable pour les fans, cf. image tout en bas de l’article pour ceux qui veulent découvrir). On retrouve aussi le docteur Victoria October, qui surgit un peu de nulle part si on a la mémoire courte (elle était apparue dans le tome 2).

En somme, le mélange des genres est assez particulier, le mysticisme, voire l’ésotérisme contrebalance avec l’intelligence artificielle robotique maintes fois rabâchée (le titre originel est d’ailleurs Intelligence et non Deus Ex Machina) mais au traitement, in fine, assez convenu (avec un clin d‘œil sympathique au costume – ou plutôt l’armure – « Chappie » de Batman La Relève). Ajoutons à cela la partie avec Azrael, son gourou et ses rituels, on obtient un étrange mixe qui prend en fonction des appréciations de chacun (ici on trouve que ça marche moyennement comme expliqué). Néanmoins, l’ensemble se lit toujours aussi bien, entre un rythme prenant et un bon équilibre entre actions et dialogues. Seule l’ouverture avec Spoiler tranche avec le reste du titre puisqu’on ne la revoie pas du tout après sa rencontre avec Anarky (il faut se tourner vers le prochain tome pour découvrir leur relation).

La conclusion du titre annonce d’ailleurs de belles choses (attention aux révélations, passez au paragraphe suivant sinon) : Batman et ses alliés apprennent que Red Robin est vivant, le père de Jean-Paul (commanditaire de l’Ordre de St. Dumas) rejoint Ra’s al Ghul, ce dernier annonçant un mystérieux bienfaiteur tirant les ficelles dans l’ombre. Rappelons que le père de Zatanna, Zatara, connait aussi Ghul, sera-t-il de retour lui aussi ? Beaucoup de possibilités donc, l’occasion de reconnecter les premiers ennemis (La Colonie), les victimes (Le Syndicat), les différentes Ligues (Ombres et Assassins) et ce qu’on a vu dans ce quatrième volume. Plus que trois avant la conclusion de la série !

Un point pénible lié à l’écriture de Zatanna. Celle-ci clame ses sorts « à l’envers », c’est-à-dire que les lettres des mots sont inversés. Ainsi pour « foudre« , il y aura écrit « erduof« . Sur un mot de temps en temps pourquoi pas, mais quand il y en a plusieurs, que ceux-ci se lisent donc de droite à gauche mais que la succession des mots est, elle, soit de haut en bas, soit de gauche à droite, soit de droite à gauche, c’est usant. Ça casse complètement la lecture et ce n’est pas pratique du tout. La faute aux auteurs qui ont toujours opté ainsi pour ce personnage ainsi que la traduction française – cf. image ci-dessous.

Les dessins sont cette fois assurés par Alvaro Martinez tout au long de la fiction sauf pour le premier épisode (sur Spoiler), signé Carmen Carnero. L’homogénéité graphique est donc assurée avec un ensemble franchement réussi, offrant de belles planches (parfois double et à lire horizontalement, comme d’habitude) et une colorisation maîtrisée, avec une volonté de traits « réalistes » pour une bande dessinée offrant de la magie, des robots, des créatures et de l’urbanisme, sacrée prouesse qu’on félicite ! Au demeurant, cette saga Detective Comics reste toujours aussi plaisante par son équipe directrice atypique (le Chevalier Noir et ses alliés donc), conférant une certaine originalité bienvenue. Rien que pour ça il est quand même dommage de passer à côté malgré ses faiblesses narratives évidentes.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 24 août 2018 précédemment publié dans les magazines Batman Rebirth #11 à #14 (avril à juillet 2018).

Contient Batman : Detective Comics #957-962

Scénario : James Tynion IV, Christopher Selba
Dessin : Alvaro Martinez, Carmen Carnero
Encrage : Javier Mena, Brad Anderson
Couleurs : Karl Story, Richard Friend, Carmen Carnero, Raul Fernandez

Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Stephan Boschat (studio MAKMA)

Acheter sur amazon.fr : Batman Detective Comics – Tome 04 : Deus Ex Machina