Archives par mot-clé : Geoff Johns

Justice League – Tome 8 : La Ligue d’Injustice

Ligue Justice Tome 8 Ligue d'Injustice

[Histoire]
Après les évènements survenus durant Le Règne du Mal, la Ligue de Justice intègre Shazam dans ses rangs, qui se lie d’amitié avec Cyborg. Considéré comme le sauveur de la Terre, Lex Luthor, souhaite lui aussi rejoindre l’équipe mais ses membres sont réticents.

Luthor a déduit l’identité de Batman et se rend au Manoir Wayne pour en informer le principal intéressé. Il souhaite avoir l’avantage sur une proposition de partenariat économique avec les entreprises Wayne (quitte à faire du chantage). Le terrible homme d’affaires recrute également Captain Cold (ennemi de Flash normalement) pour assurer sa sécurité.

Par ailleurs, l’anneau de Power Ring a pris possession de l’esprit de Jessica, une « simple » citoyenne. Véritable entité maléfique, l’artefact contrôle directement la jeune femme qui commet des actes de destruction à son insu. Pour l’aider, c’est la Doom Patrol qui doit intervenir, petite équipe hétéroclite dont les membres sont rejetés par la société à cause de leurs « gueules cassées ».

Enfin, Superwoman, une des trois survivantes du Syndicat du Crima est emprisonnée et… enceinte !

Injustice League

[Critique]
Transition obligatoire, les chapitres de l’après Règne du Mal sont davantage contemplatifs et (un peu) moins portés vers l’action (surtout dans sa moitié initiale). Cela n’est pas une mauvaise chose, mais l’on y découvre un fourre-tout pas forcément très bien équilibré. Les membres de la Ligue de Justice se résument au trio emblématique (Superman, Batman et Wonder Woman) gravitant autour de Lex Luthor. Les autres (Flash, Aquaman…) font office de figuration. Cette façon de faire n’est pas forcément déplaisante mais on se sent un peu lésé par rapport aux autres protagonistes (un « défaut » par ailleurs récurrent sur l’ensemble de la série). Les quelques échanges entre Shazam et Cyborg fonctionnent bien et apportent une touche d’humour non négligeable.

Shazam à Cyborg :
– Qu’est-ce que vous faîtes pour vous amuser, par ici ? Parce que là, bonjour l’ambiance ! On doit bien pouvoir faire autre chose que de surveiller, non ? Il n’y avait pas de table de ping-pong dans l’ancienne tour de garde ?

– Non.
– Il vous en faut une. Sérieux. Et une piscine, aussi.
– Aquaman en voulait une.
– Tu as déjà remarqué qu’il dégageait comme un léger parfum de poissonnerie ? Ne lui dis pas que j’ai dit ça, hein ?
– T’inquiète.
– Bon. Vous avez au moins une XBox, quand même ?
– Moi, ouais. Dans mon épaule gauche.
– Sérieux ?! On se fait une partie ?

Bruce Wayne Luthor

L’ouvrage contient deux arcs : La Ligue d’Injustice (curieuse appellation) et Le Virus Amazo. Si la première est plutôt « originale » sur son histoire (centrée sur Luthor donc), elle oscille entre l’agréable et le moyen (qu’advient-il de la Doom Patrol, soudainement survenue ?). Constat surtout imputable à cause des planches de Doug Mahnke, qui manquent clairement de « style », c’est très banal, pas forcément esthétique ni extraordinaire. Les visages sonnent « faux ». La seconde est plus efficace grâce aux dessins de Jason Fabok. Ses traits sont somptueux, détaillés et léchés, se rapprochant de ceux de David Finch et de Jim Lee ; ces trois artistes ayant un style assez similaires et très efficaces. Les scènes d’action sont d’une fluidité exemplaire. Visuellement sublime.

Fabok Wonder Woman

Scénaristiquement plus faible (et très prévisible), l’aspect graphique prime quand même avant tout et relance l’intérêt de la série, qui avait tendance à se centrer beaucoup trop autour de Lex Luthor. Ce parti pris (discutable) s’avère toutefois payant puisqu’en un volume on assiste à l’ascension puis la chute de l’éternel ennemi de Superman ; bien que son sort (au sein de la Justice League) ne soit pas définitivement statué à la fin. Fin qui annonce d’ailleurs le retour de Green Lantern, dans l’apprentissage du Power Ring pour Jessica (à lire dans la série de Green Lantern à priori). L’ensemble du récit est toujours écrit par Geoff Johns (depuis le tout début de la série). L’auteur soigne son histoire et sait où il va, il est par contre dommage que certains passages lui échappent ou ne soient qu’éphémères (la Doom Patrol en est le parfait exemple, on pourrait en rajouter beaucoup d’autres, la plupart étant à suivre dans les séries d’autres super-héros, ce qui est parfois agaçant). Le fil rouge narratif principal est, en tout cas, toujours solide et passionnant, c’est l’essentiel.

« Ma Doom Patrol est un groupe de soutien pour méta-humains
incapables de devenir les dieux et les déesses qui constituent la ligue de justice. »
Niles Caulder, chef de la Doom Patrol

Le chef antipathique Niles Caulder de l’équipe des Doom Patrol n’aide pas à générer de la sympathie pour lui, voire pour ses membres, peu fouillés et débarquant un peu brusquement (Element Woman servant de lien avec les anciens chapitres puisqu’elle apparaissait en amont dans la série mais aussi dans Flashpoint et dans La Ligue de Justice d’Amérique).

Doom Patrol

Un chapitre un peu particulier vient clore ce huitième tome, il s’agit de Compte Rendu qui achevait Justice League of America, courte série conçue uniquement pour faire le lien avec la Guerre des Ligues. En quatorze chapitres (dont presque la moitié ont été publiés dans le tome 4 de Justice League pour une meilleure cohérence en France), cette ligue particulière n’a pas été bien exploitée (elle n’était qu’un prétexte à être une troisième équipe qui prendrait part à un event) et s’est terminée en se scindant en plusieurs mini-séries. Une de ses « suites » est Justice League United (inédite chez nous) se concentrant sur Le Limier Martien et Stargirl qui prennent la tête de leur nouvelle league.

Ces deux personnages sont justement au cœur de cet ultime chapitre, servant de conclusion à la fois au livre, mais aussi à la série éponyme (et qui fait donc suite au quatrième tome). Saluons le choix d’Urban de le placer ici. D’autant plus que cette « fin » n’est pas spécialement épique. Se succèdent ainsi bon nombre de dessinateurs pour dévoiler un Limier Martien bien trop impulsif et colérique qui rejoint une jolie et maline Stargirl, avant de devenir un duo s’éloignant de la Terre. Entre-temps, le lecteur découvre ce qu’il est advenu de chaque ancien membre (Katana, Green Arrow, Catwoman…).

Stargirl

La Ligue d’Injustice sonne donc comme une transition post-Forever Evil (ce qui est logique), beaucoup trop orienté sur Lex Luthor (cela peut déplaire), ne mettant pas assez en avant des membres de la Ligue de Justice et contenant trop d’annonces laissées en suspens : Owl Man, Superwoman, la Doom Patrol, les futurs métahumains (et quid de Metal Men et des autres ligues des volumes précédents ?)… Néanmoins, l’ensemble fonctionne et se lit très bien. Il devrait déboucher sur quelque-chose de plus grand, comme le prouve le dernier chapitre du Virus Amazo. Il tend vers une épopée plus cosmique (La Guerre de Darkseid — qui sera en effet le titre des deux derniers tomes de la série) et dirige vers Convergence, un nouvel évènement massif qui impactera toutes les séries (oui, encore) et pourrait même causer un relaunch (MàJ mai 2016 : c’est effectivement le cas avec Rebirth). Du côté de Batman : du mal à anticiper la suite puisque Luthor, clairement en mauvaise posture au sein de la Ligue, connaît son identité. Entre cette information et les nouvelles, découvertes dans l’œuvre, on espère que la suite et fin de la série les utilisera à bon escient.

Malgré les défauts évoqués, la série, injustement qualifiée de mainstream et/ou « destinée au grand public » (pourquoi serait-ce un défaut ? pourquoi penser que, par conséquent, ce n’est « pas bien » ? la qualité peut être au rendez-vous également, c’est le cas depuis le début de toute façon), gagne en profondeur et assure une lecture divertissante et agréable.

Batman Superman Virus Amazo

« Vois-tu, chère sœur, les criminels méta-humains tuent des centaines de personnes, chaque année.
Aucune prison sur Terre n’est en mesure de les retenir bien longtemps.
Plus de 87% des méta-humains violents s’évadent moins de trois mois après leur incarcération.
En moins d’un mois à Arkham.
Après avoir rencontré les familles des victimes, je leur ai juré que je trouverais un meilleur moyen de neutraliser ces terribles criminels.
J’ai alors cherché comment bloquer les pouvoirs méta-humains.
Le Virus Amazo a été conçu pour les inhiber temporairement.
»
Lex Luthor

Luthor

 

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 23 octobre 2015
Scénario : Geoff Johns + Matt Kindt (Compte Rendu)
Dessin : Doug Mahnke (La Ligue d’Injustice #1-4 + Le Virus Amazo Prologue), Ivan Reis (La Ligue d’Injustice #1 + Le Virus Amazo Prologue), Jason Fabok (Le Virus Amazo #1-5), Scott Kolins (épilogue La Ligue d’Injustice) et collectif (Compte Rendu)
Encrage : Scott Hanna (La Ligue d’Injustice), Christian Alamy (La Ligue d’Injustice + Le Virus Amazo Prologue) et Keith Champagne (La Ligue d’Injustice #2-4 + Le Virus Amazo Prologue) et collectif ( Le Virus Amazo Prologue et Compte Rendu)
Couleur : Rod Reis (La Ligue d’Injustice #1-2), Andrew Dalhouse (La Ligue d’Injustice #3-4-ép.), Brad Anderson ( Le Virus Amazo), Brian Miller (Hi-Fi) (pour Compte Rendu)
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Edmond Tourriol — Studio Makma

(Contient : JL #30-39 + JLA #14)
La Ligue d’Injustice (JL#30-34 + ép.) / Le Virus Amazo (prologue + JL#35-39) / Compte Rendu (JLA#14)

Power Ring Jessica

Acheter sur amazon.fr : Justice League – Tome 08 : La Ligue d’Injustice

Lex Luthor Alfred

Après les New52, voici le nouveau « relaunch » de DC Comics : REBIRTH

MàJ décembre 2016 : Urban a enfin dévoilé son programme de publication vis-à-vis de Rebirth. En gros : trois magazines, dont Batman Rebirth, et beaucoup de tomes en librairie. Plus d’informations sur leur article.

MàJ mai/juin 2016 : la critique de Rebirth, Batman Rebirth #1, Batman #1 et Detective Comics #934 est disponible.

En 2011, DC Comics relançait toutes ses séries avec un numéro #1, y compris les mémorables Detective Comics, Action Comics, mais aussi Batman, Superman, Wonder Woman…
Excepté le Chevalier Noir, la plupart des autres super-héros ont bénéficié d’un nouveau départ avec des origines narrées une fois de plus, des premières rencontres avec leurs alliés ou leurs ennemis, etc. Ce « relaunch » permettait évidemment d’attirer de nouveaux lecteurs (ce fut déjà le cas avec les multiples relancements opérés sur les différentes périodes Crisis). Intitulé New52, ce redémarrage est devenu chez nous la « Renaissance » (La Renaissance des Super-Héros, collection DC Renaissance chez Urban Comics, etc.) et un résumé très complet est disponible ici.

Plusieurs évènements se sont déroulés durant cette ère : la Guerre des Ligues, Convergence, le DC You… mais tout ceci se « termine définitivement puis renaît » avec REBIRTH.

DC Rebirth

Rebirth est donc le nouveau point de départ de l’univers DC Comics avec une nouvelle série éponyme d’un chapitre, d’autres séries « one-shots » (comportant également qu’un seul chapitre) et des séries relancées, encore une fois, au numéro #1. Chose surprenante, Detective Comics et Action Comics (respectivement les deux premières séries de 1937 et 1938 sur Batman et Superman) vont reprendre leur numérotation là elles s’étaient arrêtées avant les New52, soit #934 et #957. Histoire de fêter le 1.000ème numéro de chaque magazine. Certaines séries vont également devenir bi-mensuels, donc être publiés deux fois par mois !

Voici concrètement ce qui va être publié à propos de Rebirth, uniquement dans « l’univers Batman ».
■ One-Shot (un chapitre unique)
DC Universe : Rebirth #1 (80 pages) écrit par Geoff Johns (scénariste et architecte principal de ce relaunch) Mai 2016
Batman Rebirth #1 Juin 2016
Batgirl & the Birds of Prey Rebirth #1 Juillet 2016
Nightwing Rebirth #1 Juillet 2016
Red Hood & the Outlaws Rebirth #1 Juillet 2016
Batman Beyond Rebirth #1 Automne 2016
■ Nouvelles séries bi-mensuelles
Batman #1 Juin 2016
Detective Comics #934 Juin 2016
Nightwing #1 Juillet 2016
Harley Quinn #1 Automne 2016
■ Nouvelles séries mensuelles
Batgirl #1 Juillet 2016
Batgirl & the Birds of Prey Rebirth #1 Juillet 2016
Red Hood & the Outlaws #1 Juillet 2016
Batman Beyond #1 Automne 2016
Gotham Academy : Next Semester #1 Automne 2016

On notera donc neuf séries consacrées à l’univers de Batman, avec seulement deux sur l’homme chauve-souris en tant que personnage principal (Batman et Detective Comics), là où les autres s’axeront plus autour de figures secondaires (Batgirl, Nightwing…), d’ennemis (Harley Quinn) ou encore des univers un peu « à part » (Beyond, Gotham Academy). Il est difficile pour l’instant de savoir si toutes ses séries seront les suites de celles que nous connaissons déjà ou si elles bénéficieront d’une remise à zéro complète. Comme Gotham Academy a le sous-titre de « second semestre » et que l’ensemble des séries Batman n’avaient pas réellement été impactées lors des New52, il est fort probable qu’il en soit de même ici.

Il est évidemment trop tôt pour savoir comment Urban Comics s’adaptera à tout ceci. Les séries bi-mensuelles seront-elles toujours dans le magazine Batman Univers ? Sous quelle forme ? La qualité et le rythme de publication sur ses titres en particulier sera-t-il maintenu ? D’une manière plus globale, mettre Harley Quinn autant en avant, deux fois par mois, alors que d’autres personnages n’ont même pas une série mensuelle (Catwoman, Batwoman…) n’est-il pas risqué ? Il y aura d’ailleurs, très certainement même, de nouvelles séries qui se grefferont au fur et à mesure de la fin d’année ou en 2017.

Problème de taille en France : les New52 avaient été appelés Renaissance, qui est la traduction exacte de… Rebirth. Comment pallier ce changement ? Utiliser un autre nom ? Ignorer ce relaunch s’il n’impacte pas les séries sur Batman ?
Autre souci : le magazine Batman Univers succède à Batman Saga pour bénéficier d’un numéro #1. L’éditeur devra-t-il relancer encore son magazine sous une nouvelle appellation lorsqu’il aura terminé de publier la fin des New52 (dans un peu moins d’un an) ? Ce Rebirth ne tombe donc pas forcément bien pour Urban Comics.

Les New52 vont s’achever bientôt, avec les 52 derniers chapitres des séries relancées à l’époque, tout du moins celles qui ont survécus tout ce temps là, qui étaient aussi au nombre de 52 en 2011. C’est un « petit » moment de l’Histoire des Comics qui va s’achever. Place donc à la « deuxième » renaissance de cette ère moderne, place à Rebirth !

Source : DCComics.com

MàJ 12.05.2016

Les costumes de ce relaunch de quelques super-héros ont été révélés, concernant Batman, on peut donc voir ce dernier, ainsi que Robin, Killer Croc et Harley Quinn (cliquez pour agrandir).

Rebirth

Les couvertures de Batman Rebirth #01 et Batman #01 sont également dévoilées !

BATMAN_REBIRTH batman-1

Celle de Detective Comics #934 n’est pas tout à fait finalisée mais c’est cette illustration qui est disponible sur le site de DC Comics.

Detective Comics 934

MàJ mai/juin 2016 : la critique de Rebirth, Batman Rebirth #1, Batman #1 et Detective Comics #934 est disponible.

Batman : Terre-Un (tome 02)

Deux ans et demi après la publication de l’excellent premier volume, la suite des aventures d’un « Batman alternatif » (sur Terre-Un) est enfin disponible en France. Il est évidemment nécessaire d’avoir lu le tome précédent, d’autant plus qu’il est très accessible pour de nouveaux lecteurs. Si vous n’avez pas le temps de le relire, un long résumé introduit l’ouvrage.

Terre Un Batman

[Histoire]
Six mois après la mort d’Oswald Copplebot, l’ancien maire de Gotham City, Jessica Dent lui a succédé. La sœur jumelle du procureur Harvey Dent est une ancienne petite amie de Bruce Wayne. La mort du « Pingouin » est imputée à Batman, un récent et mystérieux justicier qui symbolise davantage la peur et l’effroi, plutôt que l’espoir et la sécurité.

Dans la ville, un mystérieux « croco-tueur » assassinerait des personnes dans les égouts et un terroriste surnommé le Sphinx piège des citoyens et les tuent s’ils ne répondent pas correctement à ses énigmes. Gordon est bien déterminé à enquêter sur tout cela et sait qu’il peut compter sur ce nouveau Chevalier Noir qui sévit, même s’il est encore un piètre détective, et sur Harvey Bullock, qui noie toujours une bonne partie de ses angoisses dans l’alcool.

Batman Killer Croc[Résumé]
Ces « origines revisitées » sont toujours de grande qualité et permettent de découvrir, en plus d’une version parfois altérée des personnages, une époque finalement devenue « rare » avec un Batman travaillant en solo (comprendre : sans Robin, Batgirl ou d’autres alliés super-héroïques). Ce second volume continue de montrer les premiers pas d’un Caped Crusader encore inexpérimenté, bien trop impulsif et sans talent d’enquêteur. Mais Alfred et Gordon, l’encouragent et le perfectionnent.

Désormais habitué à la nouvelle « version » d’Alfred, on constate moins de « surprises » résolument originales dans l’ouvrage : le Sphinx ressemble à ses dernières moutures modernes, Harvey Dent est un procureur déjà colérique (Double-Face interviendra très certainement dans le prochain tome), Gordon devient incorruptible, le Chevalier Noir s’améliore à tout point de vue (la Batmobile ne tardera pas à pointer le bout de son nez, on ne serait pas étonné non plus que l’homme endosse une armure au lieu de conserver son simple costume en tissu). Bref, nous arrivons, lentement mais sûrement, vers un statu quo déjà plus commun, plus familier.

Batman Terre Un Riddler SphinxMais tout ceci n’est absolument pas un défaut. Bien au contraire, on navigue dans un univers que l’on connaît déjà un peu plus, mais toujours avec grand plaisir. Un temps fort de ce second tome est l’épisode consacré à Killer Croc, alias Waylon Jones. Pour une fois, l’homme-crocodile est extrêmement humanisé et sa maladie de peau, l’ichtyose, un peu mise en avant. Il a ainsi l’apparence de ses premières apparitions dans les comics de Batman (en 1983). Cela contribue, à nouveau, à rendre l’ensemble de la bande dessinée très « plausible et crédible ». Une sensation accrue par la faillibilité du Chevalier Noir, aussi bien dans ses choix que dans ses équipements (encore une fois : son costume et son masque, tous deux finalement « simplistes », renforce cet aspect). Les nombreux plans sur les yeux bleus de Bruce Wayne et, logique, de Batman, soignent aussi ce côté réaliste et très humain. De son côté, le Sphinx reste énigmatique, sa nature même, tout le long du récit et n’apparaît physiquement que vers la fin. Même s’il parsème ses énigmes dès le début et que ses menaces interviennent régulièrement, cet homme-mystère n’est finalement et malheureusement pas très développé.

Batman Blue EyesGary Frank dessine à nouveau cet opus, son trait réaliste et la colorisation aux teintes alternant les tons chauds et froids (tout simplement pour les séquences en intérieur/extérieur et jour/nuit) confèrent une luminosité hors-pair et définissent à merveille cet univers Terre-Un dont un troisième et dernier tome est prévu. On peut supposer, sans trop prendre de risques, que l’ultime volet montrera Double Face et Catwoman (Selyna Kyle faisant partie du casting surprise de cet ouvrage), et très certainement Batgirl puisqu’on voyait Barbara Gordon dessiner son costume à la fin du premier épisode et qu’elle n’est pas apparue cette fois-ci. Notons les clins d’œil éphémère à la mère de Jonathan Crane (l’Épouvantail), au père de Tim Drake (le troisième Robin) et au père de Black Lightning (super-héros DC Comics peu connu du grand public), ainsi qu’à Sal Maroni et le duo de flics Montoya et Allen (déjà figurants dans le premier). À lire absolument.

Batman Terre Un Alfred[À propos]
Publiée en France chez Urban Comics le 26 février 2016.
Titre original : Batman Earth-One
Scénario : Geoff Johns
Dessin : Gary Frank
Encrage : Jonathan Sibal
Couleur : Brad Anderson
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Alex Nikolavitch
Première publication originale le 6 mai 2015.

Batman Terre Un Gordon► Acheter sur amazon.fr :
Batman : Terre-Un (tome 02)
Batman : Terre-Un (tome 01)

Batman Terre Un