Archives de catégorie : Justice League

Infinite Crisis – Tome 01 : Le projet O.M.A.C.

Après Crisis on Infinite Earths (1985-86) puis Crise d’identité (2004), la nouvelle « crise DC Comics » (cf. index) a été publiée en 2005-2006. En France, après une distribution un peu complexe par Panini Comics dès 2006, alternant kiosque et librairie, Urban Comics a proposé la série et ses nombreux titres annexes à partir de 2014 dans une saga en cinq volumes (Infinite Crisis donc) et une seconde en quatre tomes (52, constituée de la longue série éponyme qui se déroule après). Geoff Johns fut l’un des architectes de ce nouveau chamboulement avec en particulier Greg Rucka sur ce premier tome. Découverte d’un récit majeur et d’un crossover ambitieux ; incontournable ?

[Résumé de l’éditeur]
Quand Blue Beetle, justicier peu considéré par ses pairs de la Justice League, enquête sur la mise en faillite de sa compagnie, celui-ci découvre un complot visant à annihiler toute la population métahumaine de la planète. Pire, ce projet OMAC risque de porter un coup fatal aux liens unissant Superman, Wonder Woman et Batman, et de se répercuter sur l’ensemble des justiciers.

[Introduction d’Urban Comics]
Pour une meilleure compréhension, il convient de copier/coller l’introduction du premier tome proposée par Urban Comics (le résumé de l’éditeur est suffisant au demeurant car il revient déjà sur le début de l’histoire, c’est-à-dire l’épisode spécial Countdown to Infinite Crisis #1, renommé Compte à rebours en français. Le reste du volume est constitué de deux autres récits qui y font directement suite : la mini-série Le projet O.M.A.C. (OMAC Project #1-6) entrecoupée par Sacrifice, (compilant quatre chapitres principalement issus des séries sur Superman (Superman #219, Action Comics #829, Adventures of Superman #642) et Wonder Woman #219).

Aux quatre coins de l’univers…

Superman, Batman, Wonder Woman, Flash, Green Lantern… les nombreux super-héros de l’univers DC ont, depuis leur création, partagé des aventures communes, tout d’abord dans les pages d’All-Star Comics, au sein de la Société de Justicie, puis dans celles des séries World’s Finest (qui associait Superman et Batman), Justice League of America (la célèbre Ligue de Justice) ou The Brave and the Bold (où se succédaient différents tandems de héros). Au fil du temps et des évolutions éditoriales, ces récits d’alliances entre héros et vilains se sont faits plus riches et plus complexes, aboutissant à la création d’un véritable « univers DC » avec ses cités imaginaires, ses planètes extraterrestres et, surtout, son histoire, rythmée par les Crises (cf. index du site) que surmontèrent de concert l’ensemble de ces personnages.

En 2005, les scénaristes Geoff Johns, Judd Winick, Greg Rucka, Gail Simone, Dave Gibbons et Bill Willingham sont réunis sous la supervision éditoriale de Dan DiDio pour élaborer une vaste saga qui durera un an, se déroulera en plusieurs mini-séries et récits complets, et touchera l’ensemble des titres de la maison d’édition. Le récit, foisonnant, démarre le plus simplement du monde, par l’enquête d’un super-héros de second plan, Ted Kord dit Blue Beetle, qui découvre une machination visant la population surhumaine de la planète. Dans ce premier chapitre, narré en « compte à rebours », le lecteur explore, via l’enquête de Beetle, les méandres de l’univers DC : des bas-fonds des villes où se terrent les mystiques ou autres super-vilains, aux planètes lointaines où des armées de différents mondes se livrent une guerre sans merci.

Le fond de l’intrigue reste néanmoins résolument humain, et une  révélation dramatique va déclencher une prise de conscience au sein  de la trinité héroïque de Superman, Batman et Wonder Woman. Ces trois héros vont se retrouver face à leurs contradictions : la puissance de Superman, le code d’honneur de Wonder Woman  et l’esprit stratégique de Batman se retournant contre eux pour  devenir des armes aux mains d’ennemis mystérieux.

Les auteurs vont ainsi puiser dans l’histoire « post-Crisis » de DC Comics (après 1986 et la refonte de leur univers) les bases du confit qui va les animer. Les visions de Superman évoquent ainsi ses ennemis passés mais également son plus grand échec : quand il dut se résoudre à tuer trois Kryptoniens renégats d’une dimension parallèle. Wonder Woman, elle, garde tout son calme quand elle s’oppose à l’Homme d’Acier, mais cette confiance en soi inébranlable, héritage de son éducation amazone, la fera franchir une limite de façon irréversible. Quant à Batman, sa méfiance persistante envers ses équipiers va le conduire à l’irréparable, mettant en danger la vie même de ceux qu’il aime.
Enfin, la Ligue de Justice elle-même va devoir assumer ses exactions  passées : le lavage de cerveau du Dr Light et d’autres super-vilains,  suite à l’agression de leurs amie, Sue Dibny (voir Justice League – Crise d’identité).
Ce sont les doutes et les faiblesses de ces surhommes trop humains qui vont constituer le principal moteur de ces cinq tomes. Au terme de ceux-ci, les héros et leur univers se verront modifiés à jamais…

[Critique]
Ce premier tome d’Infinite Crisis réussit un sacré tour de force en brassant tous les genres (aventure, thriller, drame, science-fiction…) avec un rythme sans faille (on ne s’ennuie jamais) et de nombreux rebondissements (peu prévisibles) tout en mettant en avant une galerie de protagonistes assez vaste mais sans jamais perdre le lecteur – aussi bien fan de longue date que le nouveau venu. Bref, c’est une excellente bande dessinée qui inaugure une saga (et une crise) de façon alléchante !

L’introduction captive d’emblée en usitant des techniques simples mais efficaces. D’abord l’empathie envers Ted Kord (second Blue Beetle) – à l’instar de Ralph Dibny (Extensiman) dans Crise d’identité, qu’on conseille de lire de base mais qui permet de comprendre pourquoi les relations sont tendus entre certaines personnes ici – qu’une majorité de lecteurs va probablement découvrir dans ce titre. On s’attache aisément à ce justicier de seconde zone (délaissé voire méprisé par les demi-dieux qui l’entoure) qui plonge au cœur d’une énigme. C’est justement le second point passionnant : les mystères, les meurtres… Qui se cache derrière tout cela ? On le sait assez rapidement : Max Lord à la tête de l’organisation Checkmate (qu’il a détourné de ses buts initiaux). Mais les apparences sont trompeuses et tout n’est pas aussi simple que cela.

Brillant homme d’affaires, Maxwell Lord cache un pouvoir surpuissant : il peut manipuler mentalement n’importe qui (ce qui lui cause des saignements de nez). Pourtant, le leader de Checkmate voue une haine envers les méta-humains et prévoit leur mort multiple grâce au fameux projet O.M.A.C. Derrière cet acronyme (Organisme Métamorphosé en Armée Condensée) se cache en réalité « l’Œil », un puissant satellite d’espionnage conçu par… Batman (et bien sûr l’inspiration du titre éponyme de Jack Kirby) ! Tout ceci est assez vite révélé dans le comic book. Fruit d’une réflexion (notamment car Bruce Wayne a découvert ce qu’il s’était passé durant Crise d’identité – on y revient toujours – et sait qu’une partie des justiciers a franchi une limite) et d’une conception technologique extraordinaire, « l’Œil » est détourné par Max Lord qui avance avec ses soldats (les fameux « pions » de l’échiquier / Checkmate) et son pouvoir en complément !

Une triple menace extrêmement dangereuse qui cause donc du tort aux super-héros. Si Blue Beetle est assassiné (ce qui est dévoilé sur la couverture du livre (illustrée par Jim Lee et Alex Ross) et dans les résumés – c’est un peu dommage mais on le sent venir assez vite), c’est qu’il commençait à découvrir la vérité… De quoi rendre fous les meilleurs détectives qui ne comprennent pas ce qu’il se passe réellement. Incluant Batman lui-même qui peut peut compter sur la complicité de Sasha Bordeaux, son ancienne garde du corps et amante. Une femme créée et découverte dans New Gotham (rapidement dans le moyen premier tome et davantage dans le troisième et au cœur de la chouette saga Meurtrier et Fugitif – pas encore chroniquée sur ce site). Il n’est absolument pas important de ne pas connaître Sasha en amont.

Cette longue histoire (et investigation) est donc au cœur de ce premier tome où les personnages principaux sont surtout Blue Beetle puis Batman, Sasha et Max Lord, complémentés par Superman et Wonder Woman (Booster Gold et quelques Green Lantern sont de la partie aussi – l’héritage de la Justice League International en somme avec Guy Gardner, Fire…). L’homme d’acier est d’ailleurs au centre d’un récit intercalé, Sacrifice, qui le suit quelques jours durant lesquels il semble ne plus être lui-même. Pire : Superman a combattu Batman et l’a gravement blessé ! Clark Kent ne se souvient de rien…

Le puzzle (cérébral notamment, vaguement émotionnel) s’assemble au fil des chapitres, étalés sur près de trois cent pages. Entre une certaine audace (et prise de risque), le titre peut décontenancer par ce qu’il ose mais aussi par son absence de moments plus légers – même Crise d’identité avec quelques remarques humoristiques pour désamorcer un peu les situations, ce n’est pas le cas ici où la tonalité globale est sombre. Les menaces sont multiples et dangereuses, imprévisibles ; la fiction est jonchée de plusieurs cadavres et de tournures dramatiques inéluctables, des choix extrémistes, qui mettent à mal l’ADN de la figure héroïque.

Seule une partie de la conclusion semble un peu trop rapidement exécutée, un brin soudaine et manquant d’une dimension épique mais ce n’est pas très grave. Le récit arrive à emporter le lecteur aisément qui n’a qu’une envie : lire la suite une fois la dernière page tournée (même si la BD trouve une certaine « extension » à la fin grâce à des fiches de personnages fournies, sur Blue Beetle, Booster Gold, Green Lantern III, Fire, Sasha Bordeaux et Max Lord – sans compter les habituels bonus comme les couvertures alternatives, etc.).

À ce stade, Infinite Crisis n’a pas (encore) de réels enjeux cosmiques ou liés au multivers, on sent la ramification mais ce n’est pas dérangeant. On est davantage dans un polar de science-fiction voire un « techno thriller » (intelligence artificielle, nanotechnologies, satellite d’espionnage, conspiration…) enrobé par les traditionnels figures de DC Comics, à commencer par la Trinité, de plus en plus déshumanisée (ou désenchantée, c’est selon) – là aussi un aspect peut-être clivant pour certains.

Même si le titre remonte à 2005 il n’a pas pris une ride (à deux ou trois rares exceptions près) et demeure intemporel, résolument moderne (voire toujours tristement d’actualité) ! Il faut bien sûr savoir suspendre sa crédulité pour apprécier pleinement tous ces enjeux et des séquences un peu « faciles » (la manipulation mentale, une solution toujours un peu aisée pour justifier ce que l’on veut, l’avancée technologique parfois improbable, etc.). Il ne s’agit pas vraiment de défauts tant l’écriture est maîtrisée – haletante – avec une (petite) réflexion sur les limites héroïques (une introspection plus ou moins prononcée – à nouveau la morale mais aussi les erreurs d’icônes déifiés). Les seuls réels « points faibles » (on insiste sur les guillemets) seraient plutôt à trouver du côté des graphismes (on en parle plus loin).

Au niveau des crédit, c’est un sacré festival. Sur Compte à rebours on retrouve au scénario Geoff Johns, Greg Rucka et Judd Winick. Un trio de valeurs sûrs. Johns est devenu incontournable en parallèle de cette saga et également par la suite sur ses nombreux travaux : Geoff Johns présente Green Lantern / Superman / Flash, Batman – Terre Un, Flashpoint, DC Universe Rebirth, Doomsday Clock, Trois Jokers, Justice League… Rucka avait notamment magnifié l’univers du Chevalier Noir dans Gotham Central (on lui doit aussi plusieurs chapitres de No Man’s Land et ses suites dont New Gotham et Meurtrier et Fugitif, déjà évoqué plus haut, cf. cet index, mais aussi Joker – L’homme qui rit par exemple). Winick a signé, entre autres, L’Énigme de Red Hood et les premiers tomes de Catwoman. Trois auteurs habitué à Batman donc, et ça se ressent tant il occupe une place importante.

Comme annoncé plus haut, les dessins sont inégaux mais globalement de bonne facture, malgré un manque flagrant d’homogénéité graphique et des visages parfois peu élégants. Rags Morales, Ed Benes, Jesus Saiz, Ivan Reis et Phil Jimenez en sont les responsables pour cette introduction d’environ soixante-dix pages ! Heureusement, la mini-série Le projet O.M.A.C. conserve une cohérence visuelle. Greg Rucka signe l’intégralité des textes et Jesus Saiz les dessins, épaulé par Cliff Richards pour les trois derniers chapitres (tous colorisés par Hi-Fi). En revanche, les quatre épisodes de Sacrifice provenant de quatre séries différentes, on enchaîne sur (presque) quatre équipes artistiques différentes… Dans l’ordre (avec chaque fois le scénariste puis le dessinateur) : Mark Verheiden et Ed Benes (Superman #219), Gail Simone et John Byrne (Action Comics #829), Greg Rucka et Karl Kerschl ainsi que Derec Aucoin (Adventures of Superman #642), Greg Rucka et Rags Morales, Davis Lopez, Tom Derenick, Georges Jeanty et Karl Kerchl (cinq au total pour un seul chapitre !). Total de l’ensemble : douze dessinateurs, quinze encreurs additionnels et huit coloristes…

Cela n’empêche pas de reconnaître « qui est qui » (merci les costumes côté super-héros et le peu de têtes différentes côté humain) ni d’avoir quelques segments graphiques enlevées (souvent éclatées sur une double page) mais ça reste un brin dommage. Néanmoins, ce solide premier tome remplit toutes ses promesses (tout en en annonçant de nouvelles) et se relève donc incontournable dans la mythologie de DC (donc dans notre rubrique coups de cœur). Attention tout de même, à voir ce que donneront les quatre prochains volumes qui formeront donc l’entièreté d’Infinite Crisis. En attendant, cette salve d’ouverture est prometteuse et on en redemande !

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 12 septembre 2014.
Contient : Countdown to Infinite Crisis #1, OMAC Project #1-6, Superman #219, Action Comics #829, Adventures of Superman #642 et Wonder Woman #219.

Scénario : Greg Rucka, Geoff Johns, Judd winick, Gail Simone…
Dessin : Jesus Saiz + collectif (voir critique)
Encrage : Collectif
Couleur : Hi-Fi + collectif

Traduction : Edmond Tourriol (Studio Makma)
Lettrage : Stephan Boschat (Studio Makma)

Acheter sur amazon.fr :
Infinite Crisis – Tome 01 : Le projet O.M.A.C. (30 €)
Infinite Crisis – Tome 02 : Unis pour le pire (30 €)
Infinite Crisis – Tome 03 : Jour de vengeance (30 €)
Infinite Crisis – Tome 04 : Les survivants (30 €)
Infinite Crisis – Tome 05 : Crise infinie (24 €)

 

Heroes in Crisis

Nouvelle « crise » de DC Comics (cf. index des « crisis ») et – surtout – récit complet accessible, Heroes in Crisis n’atteint pas la maestria et l’émotion d’Identity Crisis (Crise d’identité) mais s’avère assez original malgré tout, offre une enquête passionnante et reste une proposition visuelle soignée et agréable (non sans défauts). Découverte.

[Résumé de l’éditeur]
Au cours de leurs nombreuses aventures et combats, il n’est pas rare que des événements catastrophiques surviennent dans la vie des plus grands super-héros. Ceux-ci peuvent avoir alors besoin d’une période de convalescence afin de se reconstruire autant physiquement que psychologiquement et le Sanctuaire, un endroit secret où ils peuvent se réfugier, symbolise ce havre de paix pour des héros traumatisés. Mais ce secret se retrouve exposé au grand jour après qu’une violente tuerie s’y produit.

[Histoire]
Les super-héros ont créé un lieu de repos isolé au fin fond du Nebraska : le Sanctuaire. Dans cet havre de paix pour héros traumatisés, les tourments et confessions de chacun sont anonymes ; le stress et la violence du quotidien y sont évacués.

Un jour, plusieurs super-héros sont retrouvés morts dans cet endroit : Roy Harper, Wally West, Poison Ivy… La Trinité (Batman, Superman et Wonder Woman) arrive trop tard…

L’enquête se tourne vers deux suspects : Booster Gold et Harley Quinn.

Lois Lane reçoit les vidéos de confession au Sanctuaire de plusieurs super-héros par une source anonyme et décide de les mettre en ligne sur le site du Daily Planet.

[Critique]
Tom King aime aborder l’approche « psychologique » et (post)traumatique de ses personnages – probablement car il a lui-même vécu cela lors de sa carrière à la CIA (sept ans dans le contre-terrorisme en Afghanistan et en Irak) ou via des retours de ses collègues. Il l’a injecté dans d’autres de ses œuvres récentes : brillamment dans Mister Miracle, inégalement dans son run de Batman Rebirth. Ici, il s’est attaqué ici au même filtre de fragilité et failles humaines à travers plusieurs héros de DC. Le résultat est plutôt convaincant même s’il manque d’une certaine solidité dans ses fondations. En effet, le fameux Sanctuaire – excellente idée au demeurant – n’avait pas été évoqué en amont alors qu’il aurait pu être un socle narratif alléchant s’il avait été mis en place depuis plusieurs années (un peu comme la Forteresse de solitude de Superman).

Il est mentionné pour la première fois par Poison Ivy et Booster Gold dans Batman Rebirth – Tome 06 : Tout le monde aime Ivy (auquel Heroes in Crisis propose quelques échos). Cela reste donc bien maigre d’une part et réservé aux lecteurs complétistes d’autre part. Toutefois, un avant-propos éditorial contenant des citations du scénariste permet de comprendre la création et la notion symbolique et carthathique du Sanctuaire. Le Sanctuaire, proche d’un joli pavillon de campagne, est pourvu d’une IA et d’une famille d’androïdes pour accueillir les fragiles surhommes mais il n’y a « rien » de concret pour les aider, à part ce confessionnal moderne. C’est donc un peu dur à « accepter » mais bon… pourquoi pas.

On suit plusieurs axes narratifs plus ou moins intéressants durant neuf chapitres. L’enquête de la Trinité pour retrouver le coupable dans un premier temps, corrélés aux fuites communes des deux suspects activement recherchés, Booster Gold et Harley Quinn. Chacun est en plus persuadé d’avoir vu l’autre accomplir le massacre ! On ignore pourquoi ces deux figures de DC ont été autant mises en avant mais ça fonctionne bien, surtout quand ils sont rejoints par deux autres héros secondaires pour former deux duos inédits avec Blue Beetle pour le premier et Batgirl pour la seconde. Enfin les témoignages « face caméra » de bon nombre de personnages lorsqu’ils étaient dans le Sanctuaire (et dont les enregistrements sont aussitôt supprimés – même Batman l’avoue) ponctuent la narration (cassant parfois une certaine immersion).

Ces confessions sont toujours développées en neuf cases sous formes de gaufrier, une mise en page qui rappelle volontairement Watchmen (cité d’ailleurs dans le fameux avant-propos) et, plus récemment, Doomsday Clock. Ces segments sont à la fois passionnants mais aussi un peu frustrants car ils gâchent un certain rythme imposé et ne sont jamais « complets » (comprendre qu’on pourrait avoir un monologue de vingt pages sur les désillusions et la culpabilité de Batman (au hasard) mais qu’on est toujours cadenassé dans ce format de neuf cases…). Quelques exemples ci-dessous (cliquez pour agrandir).


Néanmoins l’ensemble se lit plutôt bien avec un bon équilibre (surtout dans sa première partie, la seconde étant plus soutenue et bavarde – parfois moins palpitante, quand elle se concentre sur des têtes vraiment trop secondaires, comme Gnarrk). On a par contre un peu de mal à imaginer que tous les  héros de DC Comics sont passés dans le Sanctuaire (et que tous ont joué le jeu de parler à une caméra) et, surtout, qu’ils ont parfois porté une tenue blanche et un masque pour préserver leur anonymat (façon secte !) – un détail qui dénote furieusement avec l’idée d’une paix commune, d’un non jugement et d’une solidarité entre les justiciers (on a presque l’impression qu’ils ont tous quelque chose à cacher…). Il ne faut pas non plus s’attendre à de l’action épique, on est davantage dans un registre à hauteur d’homme, sans réels conflits violents.

Qu’est-ce qui pose foncièrement problème ? Deux choses qui sont liées uniquement en fonction des connaissances et attentes du lecteur. C’est certes cliché d’avancer cela, surtout pour une critique d’un comic book, mais Heroes in Crisis est sans doute le meilleur exemple pour le justifier. Tout d’abord, il y avait « l’évènement » annoncé. Marketé, teasé, sublimé. Une nouvelle « crise ». Après Crisis on Infinite Earths, Crise d’identité, Infinite CrisisFinal Crisis, Flashpoint, DC Universe Rebirth, Doomsday Clock (cf. cet index)… cette histoire fut indiquée avant sa mise en vente comme un (grand) bouleversement dans la chronologie de DC, au même titre que les exemples cités. In fine, on se rapproche davantage vers un Crise d’identité (Identity Crisis) plutôt qu’un réel chamboulement extraordinaire, cosmique ou autre. L’avenir nous le dira… Comme souvent : si le lecteur n’a pas d’attente particulière, il n’aura donc pas de déceptions et sera sans doute conquis par ce récit singulier (le cas de l’auteur de ces lignes).

Enfin, le second point qui a fait polémique est l’identité du coupable. Attention, ce paragraphe et le suivant vont en parler, allez à celui sous l’image (de Batman) pour ne pas lire la révélation. Le « simple » connaisseur de l’univers du Chevalier Noir et un peu de DC, via la Justice League ou quelques « crises » évoquées plus haut ne sera pas forcément décontenancé (dans le sens où le personnage ne sera pas un pur inconnu) de découvrir que Wally West est responsable des morts dans le Sanctuaire. En revanche, la justification de ses actes peut paraître maladroite (voire illogique, surtout quand on parle de quelqu’un qui peut voyager dans le temps, comme… Booster Gold – n’y avait-il pas autre chose à produire ?). L’homme a pété les plombs et causé accidentellement sa tuerie ; puis il a rassemblé les cadavres (incluant le sien en allant dans le futur) pour faire croire à une mise en scène macabre, tout en laissant deux suspects derrière lui (Booster et Harley donc). Cet aspect ne colle pas avec la personnalité « bienveillante et altruiste » (même s’il n’est pas un saint – ça n’a jamais été un psychopathe) du neveu de Barry Allen et, surtout, trahit d’autres promesses laissées entendre par l’éditeur (et donc à nouveau des attentes/déceptions pour ceux qui les suivent assidument). En effet, Wally avait disparu durant l’ère New 52 (Renaissance en VF) et est revenu au début de Rebirth (il était même au cœur de DC Univers Rebirth) mais… il n’a pas du tout été utilisé ensuite (ou très peu) si ce n’est pour cette tragédie qui le place dans un sale rôle.

Autant dire que les fans de l’univers Flash ont déchanté (inutile de dire que si vous aimez Wally, vous n’aimerais pas Heroes in Crisis – c’est un peu comme si du jour au lendemain Tim Drake tuait ses amis involontairement puis maquillait l’accident en meurtre tout en faisant accuser Dick Grayson ou Damian Wayne, une aberration donc !). Néanmoins, la description de la solitude extrême de West par Tom King puis sa rage extrême accidentelle sont relativement bien écrites pour que le lecteur « y croit ». De plus, dans une situation similaire, en stress total, il est possible de réagir de la sorte (ne pas paniquer et « ré-organiser » les meurtres pour y échapper), tout en gardant donc paradoxalement un sang-froid exemplaire pour ne pas se faire prendre. Le débat fait rage chez les fans, certains crient à la trahison suprême, d’autres à l’audace. Personne ne reste indifférent en tout cas ! On ignore si c’est suite aux critiques mitigées et négatives ou aux polémiques sur Wally mais plus tard, on apprendra que ce sont des ennemis des bolides écarlates qui auraient manipulé Wally West, cf. la deuxième partie de l’article sur Le prix, aventure commune de Flash et Batman qui eu des « extensions » dans Flash Rebirth et Infinite, cassant ou réhabilitant ce qui était proposé dans Heroes in Crisis !

Outre la résolution de l’intrigue, un brin rapide et, comme vu, assez clivante, la plume de Tom King sonne « juste » dans ses dialogues et dans ses expositions d’enjeux et d’enquêtes. On regrette que la Trinité soit mise de côté au bout de quelques chapitres, se recentrant sur Harley Quinn et Booster Gold (les « deux vrais personnages principaux » du titre) et leurs acolytes. La lecture est aisée et ne s’éparpille pas trop, à l’exception (comme vaguement évoqué plus haut) des explications longues et un brin complexe en fin de récit. Ce n’est pas bien grave. Le scénariste arrive à injecter une certaine émotion et, chose de plus en plus rare dans les comics, une sincère empathie pour l’ensemble de sa galerie d’humains déifiés ou tristement « normaux ». Ce n’est pas le meilleur travail de King mais ce n’est pas non plus le pire. Il y a tout de même une forme de cynisme (imputable à l’éditeur Dan Didio) voulant se débarasser de têtes très secondaires, de désacraliser quelques figures mythiques et de moduler radicalement l’ADN de personnages – c’est en cela que le titre, au-delà des polémiques – séduit davantage des connaisseurs moins aguerris que des passionnés de longue date ; c’est le jeu d’une certaine manière, toujours draîner un public plus large…

Heroes in Crisis aurait probablement gagné à être allongé de quelques épisodes (un introductif sur l’origine du Sanctuaire, un entièrement constitué des confessions et un conclusif mieux équilibré) – c’est pourtant ce qu’a visiblement imposé l’éditeur suite au succès des ventes, la fiction a bénéficié d’un voire deux chapitres supplémentaires, ajoutant diverses confessions sous forme de caméo (un peu fourre-tout et moins pertinentes il est vrai) et étirant sa conclusion inutilement. Ça contribue à avoir ce rythme en demi-teinte mais, encore une fois, ce n’est pas très grave, ça n’empêche pas le titre d’être vraiment singulier et se démarquer du reste des productions du genre. L’exploration d’une certaine fragilité, l’obligation de « prendre sur soi » ou encore d’être simplement « mal » sont des points cruciaux et assez rares dans le domaine, c’est donc très agréable de suivre tout cela, même si c’est parfois maladroit, survolé, conceptuel… Une introspection atypique peu abordée en général (on pourrait écrire des analyses multiples sur Heroes in Crisisqui garde nos gardiens dans Watchmen (encore), qui aide nos super-héros en proie aux doutes et à la fragilité ?) qui fait pencher la balance vers le positif malgré ses problèmes évidents (ceux évoqués et ceux ci-après).

Graphiquement, Clay Mann livre une belle performance, oscillant entre des cases et planches contemplatives et d’autres pas forcément portées sur l’action mais dont les découpages permettent d’avoir une dynamique fluide entre les interactions des personnages et l’avancement de l’investigation. Il est rejoint le temps de quelques flash-back par d’autres talentueux artistes (aux dessins et à l’encrage) comme Travis Moore, Lee Weeks, Mitch Gerads et Jorge Fornés.

Les couleurs sont assurées par l’inépuisable Tomeu Morey, livrant une palette épurée conférant une atmosphère très « comic book » (plein de variantes chromatiques) mais en restant dans une certaine retenue, en phase avec le deuil. L’introduction d’Heroes in Crisis jette aussi un froid, le massacre est balancé sans filtre, de façon brute et sans retenue ; à l’image de « l’échec » de cette construction de la Trinité, prise au dépourvu et impuissante (King évoquait s’être inspiré des tueries en milieu scolaire (le Sanctuaire) où les parents tentent de se relever ensuite (la Trinité) et où la société subit ses terribles actes sans initiative de résolution).

En revanche, on peut pointer du doigt des icônes féminines sexualisées gratuitement par Clay Mann (Lois Lane, Batgirl et Harley principalement). Entendons-nous bien, il n’y a aucun problème à croquer de façon « sexy » un protagoniste (masculin ou féminin) mais le dessiner dans des poses aguichantes avec des costumes extrêmement moulants casse complètement la dramaturgie recherchée. Par exemple, dans les deux premiers tomes de Catwoman (La règle du jeu et La maison de poupées) cela faisait partie du « package » de la femme fatale féline mais dans Heroes in Crisis ça ne va pas du tout avec la tonalité du registre abordé, plus sombre et triste.

Ici pour Batgirl, montrer sa blessure qui l’a rendu handicapée (dans Killing Joke) relève davantage d’une contribution presque érotique où la poitrine et les fesses sont mises en avant… Sans parler de Lois Lane en petite culotte qui se demande à Clark comment elle peut « l’aider ». Tom King a réussi à faire modifier une couverture de Poison Ivy qui la montrait morte mais avec poitrine légèrement apparente et son fessier relevé (!) – cf. images tout en bas de l’article, un peu tronquées pour éviter un indice majeur, et ses tweets de l’époque. Le but de cette critique n’est pas de parler de la représentation des femmes dans des univers fictifs (l’art doit-il être corrélé à un certain progressisme sociétal ? vaste débat…) ou d’éveiller des consciences mais dans le cas présent, impossible de ne pas remarquer cet aspect gênant (si le sujet intéresse, il y a eu un bon billet argumenté et imagé chez les confrères de DC Planet).

Heroes in Crisis bénéficie d’une homogénéité visuelle alléchante qui ajoute un cachet non négligeable à une œuvre imparfaite qui divise inéluctablement son lectorat (principalement en fonction de ses attentes/connaissances). Malgré les défauts évoqués, on apprécie ce titre et le classons même dans les coups de cœur du site. Pour l’anecdote, entre chaque chapitre on retrouve le logo du Sanctuaire ensanglanté, étonnamment le sang ne coule pas au fil de l’aventure (il s’agit de la même image à chaque fois), renforçant encore l’hommage à Watchmen. Ce logo au propre est d’ailleurs apposé au dos du livre.

Chaque épisode s’ouvre aussi sur une image d’un dossier revenant sur des évènements mythiques de DC : la mort de Superman, la colonne brisée de Batman par Bane, le meurtre de Jason Todd… (cf. ci-dessous, cliquez pour agrandir). Là aussi un enrichissement textuel voire une connexion avec le Sanctuaire n’auraient pas été de refus.

Entre les morts (même s’il y a eu des retours/résurrections depuis), un coupable clivant (plus ou moins réhabilité tardivement), un carnage et une nouvelle tragédie, le terme de crise/crisis est-il approprié ? Oui, plutôt. Même si le crossover semble parfois forcé et que les conséquences n’impacteront que deux ou trois titres/séries, Heroes in Crisis marque tout de même à sa façon l’univers DC – mais bien moins que les précédentes citées plus haut (initialement, la bande dessinée devait banalement s’appelait Sanctuary). On pourrait hiérarchiser les crises en deux catégories : les majeures et les mineures (cf. index des « crisis »). Celle-ci appartiendrait à la seconde mais permet d’être accessible à un large public – il semble d’ailleurs que c’est davantage le lectorat non connaisseur de DC qui a prisé Heroes in Crisis, là où les fans habituels ont déchanté – et d’offrir une approche « mature » et inédite au genre (comme Crise d’identité – nettement plus réussi au demeurant). C’est toujours ça de pris, on aurait tort de s’en priver !

Avec le temps, plusieurs « suites » ou en tout cas extensions de cette histoire ont été publiées, principalement dans des séries sur Flash. Cela a réhabilité certains éléments de la fiction tout en interrogeant sur la « réelle » véracité de quelques révélations apportées à posteriori, et donc rétroactivement (étaient-elles réellement prévues ou c’est suite aux retours critiques d’Heroes in Crisis ?). C’est à découvrir dans la seconde partie de l’article sur Le prix, aventure commune de Flash et Batman.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 15 novembre 2019
Contient : Heroes in Crisis #1-9

Scénario : Tom King
Dessin et encrage : Clay Mann, Travis Moore, Lee Weeks, Mitch Gerads, Jorge Fornés
Couleur : Tomeu Morey, Arif Prianto, Mitch Gerads

Traduction : Jérôme Wicky
Lettrage : Moscow Eye

Acheter sur amazon.fr :
Heroes in Crisis (24 €)
Heroes in CrisisThe Price and other stories (uniquement en anglais – 20,95 €)



Avez-vous lu le titre dans l’image ci-dessus ?

Ci-dessous la première version de la couverture du septième chapitre avec une Poison Ivy morte,
qui n’a pas plu à Tom King et a demandé une seconde version à Clay Mann.

Justice League – Crise d’identité (Identity Crisis)

Chef-d’œuvre intemporel, Crise d’identité est probablement l’un des titres de DC Comics qui met le plus « l’humain » au cœur de son récit. En explorant le deuil, les relations familiales et, entre autres, les dilemmes moraux derrière le filtre des super-héros, la fiction emporte son lecteur dans une enquête-fleuve palpitante (et peu prévisible) et une révolution dans la mythologie et la chronologie de DC. Explications.

[Résumé de l’éditeur]
Sue Dibny la femme d’Extensiman, l’un des membres de la Ligue de Justice, a été assassinée. Le meurtrier a pu déjouer les systèmes de sécurité installés par les plus grands héros de la Terre. L’enquête menée par les justiciers va mettre à jour un complot au sein même de la Ligue et un terrible secret concernant leur traitement des super-vilains !

[Début de l’histoire]
Opal City. Firehawk et Extensiman, alias Lorraine Reilly et Ralph Dibny surveillent un coffre à l’abandon, lieu de rendez-vous potentiel de malfrats. Le justicier vétéran raconte à la jeune femme sa relation amoureuse avec sa femme Sue.

Quand une agression a lieu entre criminels peu après, Ralph est appelé par Sue, en train de se faire agresser. Le super-héros arrive trop tard à son domicile : sa femme a été tuée, son corps à moitié carbonisé.

En marge de l’enterrement, tous les super-héros enquêtent sur le coupable. Pour une poignée d’entre eux, Green Arrow, Extensiman, Hawkman, Atom, Black Canary et Zatanna, le doute n’est pas permis : le responsable du meurtre est forcément le Dr. Light. Ce dernier avait violé Sue Dibny il y a des années et, pour oublier ce douloureux épisode, une action radicale avait été commise…

[Critique]
S’il y avait une rubrique « les indispensables Justice League » sur ce site, aucun doute que Crise d’identité trônerait fièrement en haut du classement (à défaut il est dans les coups de cœur) ! Ce titre coche (quasiment) toutes les cases d’une excellente bande dessinée : elle est accessible pour tous (même si on ne connaît pas la vaste galerie de personnages en scène), elle tient en haleine (qui est le coupable ?) et arrive à toucher plusieurs fois le lecteur avec des émotions fortes.

Pour cause : plusieurs morts ont lieu, mécaniquement le deuil est au centre du scénario, d’autres drames sont montrés (dont un viol), le discours à répétition sur la proximité et l’amour entre proches et familles fonctionne bien, les émouvantes typologies de relations (amoureuses, père/fils, amicales…) parsèment le titre avec justesse. En ajoutant le danger « réel » d’une menace inéluctable qui échappe à la logique des meilleurs enquêteurs, la fiction se lit d’une traite.

Parmi les nombreux protagonistes de Crise d’identité (seule lecture du premier chapitre peut être un peu déconcertante pour un néophyte), Green Arrow est peut-être celui qui revient le plus. On suit tour à tour son point de vue, celui d’Atom, Batman, etc. mais l’archer d’émeraude joue un rôle important. Car si Extensiman introduit l’ouvrage par sa tragédie (sa femme est tuée et – on l’apprendra plus tard – avait été violée dans le passé), il reste en recul durant la suite. Il faut dire que ce super-héros, Ralph Dibny de son identité civile, n’est pas très connu des fans de DC (surtout en France).

Ses pouvoirs (il peut étendre sa peau) rappellent ceux de Plastic Man. Normal, ce dernier était né en 1941 chez Quality Comics et DC Comics l’a racheté en 1956 avant de l’injecter dans de nouvelles aventures sur papier à partir de 1966. Entre-temps, l’auteur John Broome et le dessinateur Carmine Infantino créent Elongated Man (le nom VO d’Extensiman) dans les aventures de Flash en 1960, sous l’impulsion de l’éditeur Julius Schwarts (à qui on attribue la co-création du héros) – qui ignorait que Plastic Man avait rejoint l’écurie DC. Depuis, entre Red Richards des Quatre Fantastiques (chez Marvel – et dont la compagne se nomme aussi Sue) et le pirate Luffy (en manga), les pouvoirs d’élasticité ne manquent pas !

Malgré tout, impossible de ne pas s’attacher à Ralph et Sue, un couple enjoué, amoureux et sympathique. Une dimension humaine qu’on retrouvera martelée dans de nombreux dialogues entre des parents et leurs enfants, des conjoints séparés ou ensemble, etc. En frappant « là où ça fait mal », comprendre chez les proches des super-héros, le coupable sème un sentiment d’effroi et de terreur chez ces êtres faillibles – car les super-pouvoirs ne permettent pas de protéger tout le monde, tout le temps. Il y a une vague de « vulnérabilité » qui s’abat sur chacun. Clark Kent s’empresse de passer davantage de temps chez ses parents par exemple, Tim Drake (Robin) hésite à laisser son père seul lorsqu’il agit en costume, Atom ne veut plus non plus s’éloigner de son ex-femme, etc.

Et quand Lois Lane reçoit un avertissement, le doute n’est plus permis : le mystérieux responsable des crimes odieux connaît les identités des différents justiciers. De quoi semer le trouble et éliminer un à un tous les suspects (différentes équipes poursuivent des vilains, peu importe leur degré de dangerosité), tous se mobilisent mais toutes les pistes tombent à l’eau. Dans l’ombre, le Calculateur semble tirer quelques ficelles mais tout est plus compliqué qu’il n’y paraît… L’angoisse et la tension sont palpables et ne laissent aucun répit aux protagonistes (et au lecteur).

Au-delà de la « simple » enquête criminelle (palpitante, enchaînant fausses pistes et rebondissements), le récit se permet de questionner les limites d’intervention des super-héros. On l’apprend bien vite (dans le second chapitre), les « réservistes » de la Justice League (les membres secondaires, pas toujours présents ou qui restent en retrait ou sur place une fois une mission terminée) ont franchi une ligne rouge il y a quelques années. Retour en arrière.

Après le viol de Sue par le Dr. Light (ennemi normalement de cinquième zone), une scission s’est produite : Green Arrow, Black Canary et Green Lantern (à l’époque Hal Jordan – avant les évènement liés à Parallax, Emerald Twilight et Zero Hour) ont fait face à Hawkman, Atom et Zatanna. Flash (Barry Allen) apporta son soutien à l’une des deux équipes et… il fut décidé à la fois de rendre amnésique le Dr. Light mais aussi de moduler discrètement son cerveau afin de modifier sa personnalité. Un choix radical et dangereux, assimilé à de la lobotomie, qui met à mal l’éthique du camp du Bien.

Un secret bien gardé qui remet en cause le combat (et l’honneur) des justiciers. Pire : il se pourrait que la manipulation mentale eut lieu d’autres fois, et pas que sur des ennemis mais inutile d’en dévoiler davantage, le titre étant déjà fort en surprises. En synthèse : pas de manichéisme ici mais une réalité crue et insondable. De quoi faire vaciller les héritiers de Flash et Green Lantern, Wally West (sorte de boussole morale de l’équipe) et Kyle Rayner, et peut-être même Superman et Batman… Un point de non retour tabou complètement inédit dans l’évolution de DC Comics et qui aborde une couche de maturité à un titre déjà bien sombre dont il convient de dévoiler une autre victime (révélation au paragraphe suivant, passez à celui d’après sous l’image de Deathstroke sinon).

En plus de la mort de Sue Dibny, Firestorm décède également ainsi que Captain Boomerang (son fils lui succède et reprend son alias, avec des pouvoirs de super-vitesse en complément de son agilité et maniement des boomerangs). Mais on retient surtout Jack Drake, le père de Tim (le troisième Robin), qui succombe durant le récit… Pour Bruce Wayne et Tim Drake, c’est donc une nouvelle tragédie qui surgit, comme un écho (guère original) à ce qui était arrivé à Dick Grayson avant et bien sûr au célèbre milliardaire. Orphelin, Drake sera adopté par la suite par Bruce (comme Dick en son temps). Crise d’identité aura donc un impact très important dans la mythologie de Batman et, d’une manière générale de DC. Ajoutons la disparition d’Atom après l’aventure et quelques autres changements plus ou moins primordiaux.

Initialement romancier de polars (Délit d’innocence, Mortelle défense, Chantage, Les millionnaires, Jeu mortel et Mort avec retour), le scénariste Brad Meltzer avait fait ses armes chez DC Comics juste avant Crise d’identité sur Green Arrow en 2002 (The Archer’s Quest, inédit en France) – ce n’est donc pas anodin qu’il ait repris Oliver Queen ensuite. Le jeune artiste (trente-quatre ans durant la publication du comic book) avait été marqué à l’âge de sept ans par le sauvetage de la Ligue par Extensiman dans Justice League of America #150 (publié en 1978) ! Spécialiste du thriller juridique et politique, il est même consultant pour le FBI et la NSA pour anticiper des attaques contre les États-Unis en 2006, tout en poursuivant l’écriture de quelques chapitres spéciaux chez DC Comics ou plusieurs séries (sur Justice League of America notamment et la huitième saison de Buffy contre les vampires).

En somme, Meltzer est un auteur venant typiquement du « milieu littéraire hors comics » avec une spécialisation dans un genre qu’il maîtrise à la perfection et qu’il injecte à sa manière chez des super-héros populaires en réussissant un coup de maître, noir et captivant (qu’il ne réitérera jamais) ! Même si, étonnamment, Crise d’identité est tout de même clivant chez certains lecteurs, considérant la fiction soit trop triste et sombre (meurtres, viols, lobotomies, tragédies multiples – et pour ajouter un peu de pathos, une des victimes attendait un enfant…), soit trop éloignée de l’ADN de l’éditeur (fini la légèreté et l’angélisme global qui primait durait des décennies) – sans compter la complexité (d’apparence seulement) d’y faire évoluer des personnes parfois peu connues ou oubliées. Malgré tout, le titre possède quelques moments un peu plus légers qui apporte une pause salutaire. Certains comparent l’œuvre à Watchmen, c’est un peu présomptueux même s’il y a des thématiques communes voire des segments graphiques (la fameuse photo de la ligue brisée).

Côté dessin, Ralph « Rags » Morales s’est échauffé sur plusieurs épisodes de la JSA et Hawkman avant d’attaquer Crise d’identité. C’est peut-être là le seul « point faible » du titre (on insiste sur les guillemets). Non pas que les coups de crayon de Morales soient mauvais mais les gros plans sur des visages et l’aspect « figé » de quelques scènes d’action cassent un peu l’ensemble. Bénéficiant d’un encrage de Michael Blair et d’une colorisation inégale d’Alex Sinclair, les planches sont parfois magnifiques mais, hélas, parfois un peu « cheap ».

Si la richesse chromatique est à saluer (pas de doute, nous sommes bien dans un comic book – l’orgie de couleurs dénote d’ailleurs avec la tonalité du propos mais c’est ce résultat hybride qui est si singulier et plaisant, comme pour Mad Love d’une certaine façon), elle est à déplorer sur les faciès et des ombrages de peau un peu étranges… Bien sûr, ces quelques défauts visuels n’entachent pas la qualité de l’ensemble mais évitent peut-être au livre d’être LE chef-d’œuvre ultime universel. On retient quelques moments iconiques : la mort de Sue dans les bras de Ralph, la scène de l’enterrement (cf. bas de la critique), Batman et Robin soudés, etc. De même, aussi bien graphiquement que scénaristiquement, il y a une sorte de déification (assumée) de Superman et Wonder Woman (et même Batman) : on les voit moins, parfois que leurs symboles, pour mieux faire comprendre qu’ils sont presque hors-jeux de tout cela. En résulte de superbes séquences et planches.

L’édition d’Urban Comics est relativement garnie. En plus des sept chapitres de la série principale, un épisode provenant de JSA (le #67) est intercalé entre les chapitres cinq et six. Interlude – L’autopsie est scénarisé par le prolifique Geoff Johns (avant qu’il signe Infinite Crisis et de nombreux titres phare chez DC : Doomsday Clock, Trois Jokers, Batman – Terre Un, Flashpoint, Justice League, Flash, Superman…) et dessiné par l’immense Dave Gibbons (Watchmen…) – malheureusement l’encrage et la couleur ne sont pas à la hauteur du talent de Gibbons mais ce n’est pas très important (cf. image ci-dessous).

Ce complément, comme son titre l’indique, revient sur l’autopsie de Sue et la première « révélation » de l’identité du coupable (dont le nom n’est pas révélé à ce moment-là). Pas forcément indispensable dans l’entièreté de l’histoire, ce chapitre permet d’offrir une sorte de « répit » avant la dernière ligne droite et complémente bien le reste.

Durant Crise d’identité, l’on rappelle au lecteur une ancienne péripétie durant laquelle « la société secrète des super-vilains » (sic) a réussi à se retrouver dans le corps des super-héros de la Justice League (et vice-versa) ! Cette histoire, intitulée Mascarade, avait réellement été publiée, dans trois chapitres de Justice League of America (#166-168), en 1979 ! Écrit par Gerry Conway (très productif chez DC et Marvel – la mort de Gwen Stacy chez Spider-Man, c’est lui) et dessiné par Dick Dillin (décédé peu après, en 1980, après une longue décennie à carburer pour tous les super-héros de DC Comics), cf. image ci-dessous. Clairement, Mascarade s’accorde mal après la lecture d’un récit nettement plus moderne, c’est un bonus sympathique mais qui n’a pas vraiment d’intérêt, peut-être qu’en l’enlevant ça aurait rendu le livre encore plus impactant, débarrassé du superflus peu pertinent en se concentrant sur l’essentiel ?

Enfin, Dans les coulisses de Justice League – Crise d’identité, revient longuement et textuellement sur l’envers du décor. Les deux auteurs derrière l’œuvre dévoilent foule de détails. On apprend quels acteurs ont inspiré Morales pour ses visages et corps (Brad Pitt par exemple !) mais, surtout, le processus de création, les envois de script, les inspirations pour certaines cases, les détails cachés mais cruciaux, et ainsi de suite. Une seconde lecture passionnante en quelques sorte ! La préface du livre a été rédigée par Joss Whedon, à l’époque où il n’était pas encore blacklisté du milieu.

Un point (anecdotique) à propos de la couverture. C’est Michael Turner (le sympathique Fathom, et l’incontournable Witchblade…) qui signe les couvertures des épisodes. Urban a choisi celle qui met en avant des super-héros qu’on peut juger de prime abord « secondaires » (il manque la célèbre trinité) mais qui sont au cœur du récit et, surtout, qui semblent cacher quelque chose – ce qui correspond bien à l’intrigue de Crise d’identité, in fine. C’est la favorite de Meltzer d’ailleurs, où l’on peut voir les yeux fermés de Barry et « les autres qui crèvent le quatrième mur en nous défiant avec leur secret ».

Néanmoins, trois autres couvertures, peut-être davantage plus « commerciales » sortent du lot (et, subjectivement parlant, sont plus soignées et jolies – cf. ci-dessous), sans compter celles reprises avec un filtre écarlate pour les nombreuses réimpressions en 2004 et 2005 face au succès du comic et aux ventes exceptionnelles (près de 300.000 préventes uniquement pour les deux premiers épisodes !). Toutes sont également proposées à la fin du livre.

Crise d’identité est donc un récit complet et accessible, incontournable pour n’importe quel fan de DC Comics. Malgré la grande galerie de protagonistes, la solide histoire – touchante voire bouleversante – peut se savourer qu’on soit néophyte ou passionné de longue date (on l’apprécie forcément davantage dans ce second cas mais ce n’est pas freinant). Haletante course contre la montre et habile crossover inaugurant une nouvelle « crise » mémorable et poignante, la bande dessinée enchaîne les tragédies et marque à jamais aussi bien ses héros de papier que son lecteur. Culte.

Les « suites » (et conséquences) d’Identity Crisis sont à trouver dans Flash mais surtout dans Countdown to Infinite Crisis, JSA et The OMAC Project. Ça tombe bien, tout ça est compilé dans le premier tome d’Infinite Crisis – Le projet O.M.A.C. (cf. le guide des crises DC Comics). Inutile de préciser que les relations seront tendues entre certains…

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 25 janvier 2013.
Contient : Identity Crisis #1-7, JSA #67 et Justice League of America #166-168

Scénario : Brad Meltzer, Geoff Johns, Gerry Conway
Dessin : Rags Morales, Dave Gibbons, Dick Dillin
Encrage : Michael Blair, James Hodgkins
Couleur : Alex Sinclair, John Kalisz, Jerry Serpe

Traduction : Edmond Tourriol (Studio MAKMA)
Lettrage : Stephan Boschat (Studio MAKMA)

Acheter sur amazon.fr : Justice League – Crise d’identité (30€)

Illustration de Morales qui recouvrait le coffret de l’édition US Absolute avec Extensiman au centre
et donc au dos du recueil qui fait la jonction entre les « réservistes » et la ligue (en couverture et en quatrième de couverture).