Archives de l’auteur : Comics Batman

Batman – The World

Annoncé en mai dernier afin de sortir simultanément dans le monde entier autour du 18 septembre 2021 (jour du fameux Batman Day – même si cette date ne correspond historiquement à rien de précis lié au Chevalier Noir), l’ambitieux Batman – The World est disponible en France. Dans ce comic, quatorze équipes créatives différentes provenant de quatorze pays différents œuvrent pour livrer une anthologie autour du célèbre Caped Crusader. Chaque équipe s’étale sur une dizaine de planches pour livrer sa version du détective.

Côté US, c’est le tandem Brian Azzarello/Lee Bermejo (Joker, Damned…) qui ouvre le bal et signe la couverture « classique » de l’œuvre. La France est représentée par Mathieu Gabella et Thierry Martin pour une histoire se déroulant au Louvre. Chaque pays bénéficie d’une couverture variante limitée, dessinée bien sûr par l’illustrateur qui s’occupe de son segment national. Projet atypique réussi ou pétard mouillé ? Décryptage.

Couverture classique (g.) et variante (dr.) signée par le français Thierry Martin, rendant bien sûr hommage à Année Un.

[Résumé de l’éditeur]
Le champ d’action de Batman ne se limite pas à Gotham City ! Le Chevalier Noir a juré de rendre la justice partout où l’on a besoin de lui, et ses enquêtes l’ont conduit plus d’une fois aux quatre coins de la planète. Retrouvez dans cet album des aventures du plus grand des super-héros sur tous les continents !

[Histoire — le nom du pays est en gras suivi du titre de chaque épisode en italique]
Aux États-Unis (Ville globale), Batman se rappelle ses nombreux combats. Il livre un message sur le Dark Web pour démotiver les criminels voulant venir à Gotham. En France (Paris), il poursuit Catwoman au Musée du Louvre. La féline veut-elle voler une œuvre d’art ? En vacances en Espagne (Fermé pour les vacances) sur les conseils d’Alfred, Bruce Wayne doit déconnecter et profiter des plaisirs simples de la vie, sans son costume. A Rome, en Italie (Ianus),  Batman affronte Cesare/Ianus, être tourné vers le passé et le futur, façon Janus, le Dieu romain aux deux visages. Bruce, de son côté, est en vacances avec Julie.

Espagne

Dans les Alpes Bavaroises, en Allemagne (Des lendemains qui chantent), le Joker convoque des activistes radicaux écolos pour tenter de le rejoindre. En République Tchèque (La messe rouge), Batman enquête sur plusieurs suicides. La piste le mène à Praque où un certain Koval semble pratiquer d’étranges expériences. A Moscou, en Russie (Mon Bat-Man) un dessinateur s’interroge tout au long de sa vie sur l’existence réelle de Batman, super-héros qu’il croque régulièrement… Le Chevalier Noir se rend à Ankara, en Turquie (Le Berceau), après des indices trouvés à Gotham suite à plusieurs meurtres commis par une mystérieuse organisation. Bruce cherche le fameux « Berceau de l’humanité » pour trouver des réponses… Le taux de criminalité est anormalement bas à Varsovie. Une personne semble indiquer à la police en temps réel ou en avance des crimes. Bruce se rend donc en Pologne (Défenseur de la ville) afin d’élucider ce mystère qui pourrait être utile à Gotham.

France

En voyage d’affaires au Mexique (Funérailles), Bruce pense apercevoir un appel à l’aide d’une jeune femme ; à moins qu’il ne s’agisse d’une légende locale ? Au Brésil (Où sont passés les héros ?), Batman enquête sur l’argent de la filiale de Wayne Enterprises qui disparaît sur place comme par magie. Il est accompagné de Lucius Fox. A WayneTech à Séoul, en Corée du Sud (Muninn), Batman endosse une nouvelle armure pour aider une employée à prouver l’innocence de quelqu’un de sa famille. En Chine (Batman et Panda Girl), Bruce déjeune dans un restaurant dont la serveur est fan de Batman. Enfin, au Japon (La valeur d’un héros), à l’ère Edo, la police poursuit un dessinateur qui croque un certain Batman et influe sur la population…

Chine

[Critique]
Sacré morceau que cette anthologie à la fois déroutante et passionnante. Comme souvent dans cet exercice de style, les points forts deviennent les points faibles de l’œuvre, forcément inégale et décousue. Explications.

Reprenons dans l’ordre chaque épisode pour en dresser une courte critique. Dans le premier chapitre, Lee Bermejo est en très grande forme et montre des Batman imposants/impuissants face au Pingouin, à Man-Bat, Bane, Poison Ivy, le Joker, etc. cet aspect graphique est le seul réel intérêt du titre qui introduit l’ensemble. L’épisode au Louvre est plutôt malin, inattendu et agréable, servi par une colorimétrie presque en niveaux de gris d’où s’échappent quelques couleurs de façon intelligente. L’histoire en Espagne est assez jolie, presque muette et « triste », on est proche d’une BD indé. Malheureusement, son dénouement (prévisible) montre une énième parenthèse sympathique mais bien trop courte. Le segment italien est oubliable et sans réel intérêt.

Brésil

La proposition germanique est très réussie, sur le fond et sur la forme. Le style léché et numérique est original et la thématique écologique un point de départ intéressant – incompréhensible d’avoir pris le Joker et non Poison Ivy pour cela, on attend toujours LE récit phare sur ce sujet d’actualité brulant avec la célèbre empoisonneuse. Une pique sur Trump et quelques dialogues savoureux servent l’ensemble, malgré une protagoniste dont on devine trop facilement l’évolution à cause d’un détail graphique évident. La parenthèse en République Tchèque est inintéressante au possible et très convenue. Heureusement, celle en Russie relève le niveau, faisant intervenir tout une longue vie d’un personnage croisant de multiples Batman et (un peu) de politique (mur soviétique, etc.). Assez touchant et bien fichu. Le segment en Turquie est lui aussi réjouissant, faisant enfin intervenir la Bat-Famille (même si uniquement « vocalement »), la Batmobile des films de Burton et des dessins plus proches des comics du haut du panier (allez, osons : le style est élégant mix de Sean Murphy et Jock). On peine d’ailleurs à trouver l’épisode « indépendant » tant il semble s’inscrire dans le run moderne du Chevalier Noir (!) et gagnerait à être enrichi – fort d’une connexion habile et intrigante avec un élément phare de la mythologie de Batman introduit ces dernières années. Le séjour en Pologne démarre bien mais se conclut abruptement pour être, in fine, anecdotique.

L’histoire au Mexique est, elle aussi, assez banale mais graphiquement superbe dans sa seconde partie. Quant à l’excursion brésilienne, c’est peut-être celle qui sort le plus le lecteur de sa « zone de confort » tant elle évoque les inégalités sociétales du pays sans qu’aucune solution, même super-héroïque, ne puisse résoudre quoique ce soit. Le détour à Séoul n’est pas très palpitant malgré sa proposition graphique sympathique. Idem pour la Chine, probablement l’écriture la plus pauvre de toute l’anthologie (le scénario est pourtant signé par deux personnes !), du niveau collège… Dommage car les dessins étaient plutôt originaux. La police d’écriture est modifiée pour ce chapitre, donnant l’aspect d’un scan-trad amateur mal travaillé… Bizarre. Enfin, le voyage au Pays du Soleil Levant qui achève ce fameux tour du monde est entièrement en noir et blanc, découpé comme un manga (mais se lit bien de gauche à droite) ; il rappelle clairement Batman Ninja pour une séquence courte et pas très originale…

Allemagne

Si l’intention de l’ensemble est tout à fait louable (mais aussi mercantile, inutile de se voiler la face), elle manque d’un fil rouge narratif solide qui lierait toutes ces petites histoires entre elles… Réduit à une dizaine de planches, l’exercice aurait été plus solide si chaque épisode s’était étalé sur une vingtaine de pages, le nombre « classiques » d’un chapitre de comic-book. Injecter une partie culturelle de chaque nation représentée est là aussi une idée plaisante mais qu’on survole, cadenassé par ces bribes narratives trop courtes pour s’en imprégner pleinement. Reste tout de même quelques jolies choses, les segments français, espagnols, allemands et turques, éventuellement brésiliens et russes et celui de l’introduction pour le plaisir des yeux (Lee Bermejo). Résultat : sept sur quatorze, soit la moitié de bons. Et donc la moitié de moins bons… Même si cela relève bien sûr de la subjectivité. Difficile donc de conseiller ou non l’achat de Batman – The World

Si l’ouvrage permet aux lecteurs de découvrir de nouveaux artistes et les suivre, ou bien de s’ouvrir à la culture (sommairement étalée) d’autres pays, alors le pari est gagné, car c’est aussi ça l’enjeu d’une certaine façon. Étonnamment pour la France, les biographies et bibliographies des deux artistes sont peu fournies (chaque épisode est introduit par une présentation de l’équipe créative derrière). On y apprend le parcours du scénariste Mathieu Gabella sans réellement évoquer ses œuvres phares, seule La Chute est mentionnée ! En quatrième de couverture, La Licorne était citée. On ajoute volontiers 3 souhaits, La Guerre des boutons et surtout Idoles. Idem pour le dessinateur Thierry Martin où l’on évoque principalement Dernier Souffle (déjà nommé au verso du livre) et un album à venir sur Mickey chez Glénat (il a déjà produit Mickey All Stars en 2019)… Un peu maigre alors qu’on pouvait ajouter, entre autres, son adaptation de Roman de Renart, sa série Myrmidon ou encore son travail sur l’actualité ou l’histoire. Il est aussi étonnant que DC Comics fit appel à ce duo relativement « peu connu » en France. Attention, cela n’est pas une critique négative – d’autant que leur chapitre fait partie du haut du panier de l’anthologie – mais quelques noms plus prestigieux auraient peut-être été un argument marketing plus solide. Peu importe, tant mieux pour ces deux artistes français d’avoir contribué à leur manière à enjoliver Batman et marquer l’histoire !

Italie

Voici les équipes artistiques complètes classées par pays puis scénariste, dessinateur et coloriste s’il y a (s’il n’y a pas c’est le dessinateur qui s’en est occupé) :
– États-Unis : Brian Azzarello, Lee Bermejo
– France : Mathieu Gabella, Thierry Martin
– Espagne : Paco Roca
– Italie : Alessandro Bilotta, Nicola Mari, Giovanna Niro
– Allemagne : Benjamin von Eckartsberg, Thomas von Kummant
– République Tchèque : Stepan Kopriva, Michael Suchanek
– Russie : Kirill Kutuzov & Egor Prutov, Natalia Zaidoya
– Turquie : Ertan Ergil, Ethem Onur Bilgiç
– Pologne : Tomasz Kolodziejczak, Piotr Kowalski, Brad Simpson
– Mexique : Alberto Chimal, Rulo Valdes
– Brésil : Carlos Estefan, Pedro Mauro, Fabi Marques
– Corée du Sud : Inpyo Jeon, Park Jaekwang & Junggi Kim, Park Jaekwang
– Chine : Xiaodong Xu & Xiaotong Lu, Kun Qiu, Nan Yi
– Japon : Okadaya Yuichi

France

[A propos]
Publié en France chez Urban Comics le 17 septembre 2021.

Scénario : collectif
Dessin : collectif

Traduction : Xavier Hanart
Lettrage : MAKMA (Sarah Grassart, Sabine Maddin, Gaël Legeard et Stephan Boschat)

Acheter sur amazon.fr :
Batman – The World
(édition classique – 18€)
Batman – The World
(édition variante limitée FR – 20€)

Chine

Corée du Sud
Pologne

Batman – White Knight • Harley Quinn

Nouvelle incursion dans le MurphyVerse, c’est-à-dire l’univers de Batman en marge de la continuité classique et débuté dans l’excellent titre White Knight. Après la suite moins réussie, Curse of the White Knight, et avant le troisième (et normalement dernier) volet intitulé pour l’instant Beyond the White Knight, découverte du volume sobrement nommé Harley Quinn qui, comme son nom l’indique, propose un segment sur l’ancienne compagne du Joker. Que vaut ce tome « 2.5 » ?

[Résumé de l’éditeur]
Bruce Wayne est toujours enfermé en prison, payant pour ses exactions envers la ville de Gotham et tentant de se racheter aux yeux de ses anciens alliés. Mais il a à présent noué une relation de plus en plus forte avec son ancienne ennemie, l’ex-compagne de Jack Napier, Harleen Quinzel. Jeune maman, celle-ci est contactée par le GCPD pour l’épauler sur une affaire qui va faire remonter à la surface les souvenirs encore vivaces de son passé de criminelle.

[Histoire]
Harleen Quinzel raconte à ses deux jeunes jumeaux comment elle a rencontré et aimé leur père, Jack Napier. Les deux se sont trouvés bien avant d’être Harley Queen et le Joker…

Dans Gotham City, un tueur en série s’en prend à d’anciennes vedettes de cinéma et peint leur cadavre en noir et blanc. Duke Thomas et le GCPD/GTO (dirigé par Renee Montoya) ont besoin d’Harleen en tant que consultante afin de comprendre qui se cacher derrière ses crimes. Le Joker étant mort depuis deux ans, la piste de Neo-Joker (la rivale d’Harley) semble prometteuse.

Pendant ce temps, Bruce Wayne, toujours en prison, soutient son amie Harleen comme il le peut et leur relation prend un nouveau tournant…

[Critique]
Batman – White Knigt • Harley Queen
(BWKHQ) se déroule deux ans après Curse of the White Knight et en est clairement la suite, même si elle est centrée sur Harleen. Tous les évènements des deux précédents volumes sont à connaître avant d’entamer la lecture de celui-ci. En synthèse : difficile de s’attaquer au comic-book indépendamment sans connaître l’univers White Knight, qu’a créé dans le titre éponyme Sean Murphy (qu’il a écrit et dessiné). Il participe à l’écriture de « l’histoire » (comprendre la trame narrative globale) avec sa femme, l’auteure Katana Collins, qui signe intégralement le scénario. Murphy dessine uniquement les couvertures des chapitres et délaisse à Matteo Scalera l’entièreté des six épisodes que forme ce BWKHQ. Cette « nouvelle » équipe artistique assure brillamment cette relève temporaire, ajoutant même certaines qualités graphiques absentes de la série-mère (on y reviendra).

Ce tome « 2.5 » est incontestablement une réussite (non sans défauts, comme souvent, mais clairement on retient volontiers davantage le positif que le négatif). Tout d’abord il y a le plaisir de renouer avec le MurphyVerse et découvrir cette extension inédite qui fait avancer les choses et se concentre sur plusieurs personnages secondaires en plus d’Harleen. C’est une excellente chose. Ainsi, on revoit la Neo-Joker, curieusement absente dans le tome précédent, et on s’attarde enfin davantage sur la relation entre Bruce et Harleen (un des points forts du volume précédent également qu’on aurait aimé plus fouillé, c’est chose faite – toute en délicatesse).

Impossible de ne pas s’attacher à cette itération de Quinn, davantage apaisée que l’image iconique qu’on se fait d’elle. La jeune femme est dépassée par son rôle de mère, levant quelques tabous et assumant même la difficulté du quotidien voire du bonheur d’avoir des enfants ! Entre le deuil de Jack (qu’elle a tué à la fin de Curse…), la romance platonique avec Bruce (aka « Oncle Bruce » pour ses jumeaux) en prison et sa curieuse rédemption dans le GCPD, l’écriture d’Harleen est extrêmement soignée et réussie. Ses fidèles hyènes servent le récit à plusieurs reprises et, de facto, sont également attachantes.

Entre un certain humanisme qui se dégage de l’ensemble (le discours de Bruce – dans les flashs-back ou au présent – n’a jamais été aussi enthousiaste pour tirer les gens vers le haut, ça fait du bien !) et deux thématiques universelles, le deuil et l’amour, délicatement travaillées sans tomber dans le pathos ou le cliché, BWKHQ gagne à être lu tant il propose un voyage élégant et parfois surprenant. Le lecteur revisite en effet quelques morceaux de la mythologie de Batman, comme Robin/Jason Todd battu par le Joker (on ignore si dans cet univers le Clown est allé jusqu’à tuer le second Robin – à priori non). Todd devenu Red Hood puis… directeur de prison ! Le personnage est malheureusement survolé, on le voit à peine. Tout comme Ivy (et l’anecdotique figuration du Chapelier Fou), parmi les célébrités de la galerie d’alliés ou d’ennemis du Chevalier Noir qui n’avaient pas encore eu droit à leur traitement dans White Knight.

Néanmoins, on se régale de voir  Simon Trent « en chair et en os en bande dessinée ». Qui ça ? Simon Trent, le fameux acteur qui joue « le Fantôme Gris » (The Gray Ghost), introduit dans le formidable épisode Le Plastiqueur fou dans Batman, la série animée (S01E18). Trent avait brièvement l’honneur de rejoindre les comics comme professeur à la Gotham Academy (dans la série du même nom) mais cette fois l’hommage est plus puissant. Quelle belle idée ! Elle fait complètement sens dans le déroulé de l’enquête – des meurtres de l’Age d’or du cinéma à Gotham – et permet de séduire aussi bien les fans de Batman que les nouveaux venus. Pour l’anecdote, c’est Adam West (incarnant Batman à la télé dans les années 1960) qui doublait Trent dans l’unique épisode de la série d’animation, c’était l’obligation souhaitée par la production. Bref, la mise en abîme et l’hommage se répercutent enfin élégamment en comics !

Comme évoqué, il y a pourtant quelques éléments un peu moyens dans le récit. Des nouveaux personnages pas vraiment mémorables, un peu cliché… Incluant Hector Quimby, très présent et volontairement suspect. La motivation des « méchants » et leurs identités sont elles-aussi passables (on les découvre assez tôt). Dommage de ne pas avoir pioché dans des têtes connues pour dynamiser une fois de plus les versions « différentes » de la continuité classique de Batman. On retombe donc dans un travers classique d’ennemis interchangeables et vite oubliables ; malheureusement… Cela ne marquera donc pas le titre mais ce n’est pas grave cette fois car on retient ce qu’il y a autour. Ainsi, on peut dresser un parrallèle intéressant avec un autre comic-book récent : Joker/Harley : crime sanity. Dans ce dernier, la proposition graphique prenait le pas sur l’écriture et l’enquête en elle-même avec Harleen profileuse. Ici, l’ex compagne du Clown est dans un rôle assez similaire mais c’est son évolution qui prend le dessus, son attachement, l’empathie grâce au talent de Katana Collins (couplé au travail du dessinateur Matteo Scalera et la colorisation de Dave Stewart, évidemment), romancière qui signe sa première BD ici. Pour chipoter, on peut pointer du doigt l’étrange « facilité » avec laquelle Harleen est acceptée et intégrée au GCPD, comme si elle n’avait jamais été réellement une criminelle plus tôt (c’est « un peu » le cas)…

C’est ce qu’explique Katana Collins en avant-propos pour justifier l’orientation polar psychologique et un mystère basé sur les relations humaines. « A l’époque on regardait la série Mindhunter, et c’est un peu comme ça qu’est née Harley la détective. […] Harely n’a jamais su qui elle était, elle oscille toujours entre de nombreuses personnalités, entre être une docteurs ou un arlequin. Maintenant c’est une mère. Elle peur s’adapter à tout. » Il était important qu’elle et Jack « ne se rencontreraient pas à Arkham. Ils ne se sont pas rencontrés en tant que le Joker et Harley, mais comme Jack et Harleen. » « Le cœur de l’histoire, ce sont les gens. C’est un mélange d’interactions humaines et d’émotions » ajoute Matteo Scalera, grand fan de Sean Murphy et ami proche du dessinateur. Scalera a essayé d’utiliser les angles de vue de Sean Murphy, combinés à son propre style.

Une formule gagnante tant les planches et les traits globaux rappellent en effet ceux de Murphy – gardant ainsi une certaine cohérence graphique dans l’univers – tout en proposant une touche plus « douce », moins rugueuse et « carrée/virile » de son maître. Cela ajoute indéniablement cette humanité évoquée plusieurs fois. Difficile de la retranscrire, c’est à la fois du ressenti (donc de la subjectivité) et du factuel (objectivité), observée entre autres par davantage de scènes « du quotidien » mixée à des émotions sur des visages peut-être plus expressifs que dans WK et CotWK. Scalera est le dessinateur de l’excellente série Black Science (disponible aussi chez Urban Comics), si le style vous a séduit, foncez dessus (ou, à l’inverse, si vous le connaissez et appréciez déjà, vous apprécierez son incursion batmanesque) !

On retrouve des allusions/hommages au film Batman de Burton (entre autres lors de la « création » de Napier en Joker) et des découpages pleine page qui sont un régal pour les yeux. La même équipe artistique avait signé un chapitre inédit dans Harley Quinn Black + White + Red (presque entièrement en noir et blanc, avec des touches écarlates). Cet épisode est inclus en fin d’ouvrage, se déroulant un peu plus tard que l’histoire principale, c’est donc un complément pertinent. Croquis, couvertures alternatives… sont au programme (habituel) des bonus de l’édition. L’ouvrage sort aussi en noir et blanc, à l’instar de ses deux prédécesseurs, en édition limitée.

Batman – White Knight • Harley Quinn poursuit la revisitation visionnaire du Chevalier Noir sous le prisme d’une Harley Quinn complètement différente de son image habituelle et c’est un vrai plaisir à lire ! Le livre rejoint même les coups de cœur du site et devient un indispensable pour tous les fans de la muse du Joker.

[A propos]
Publié en France chez Urban Comics le 29 octobre 2021.

Contient Batman: White Knight presents Harley Quinn #1-6 + Harley Quinn : Black + White + Red #6

Histoire : Katana Collins, Sean Murphy
Scénario : Katana Collins
Dessin : Matteo Scalera
Couleur : Dave Stewart

Traduction : Benjamin Rivière et Julien Di Giacomo
Lettrage : MAKMA (Sabine Maddin et Stephan Boschat), Moscow Eye

Acheter sur amazon.fr :
Batman – White Knight • Harley Queen (édition classique – 18€)
Batman – White Knight • Harley Queen (édition noir et blanc limitée – 20€)

 

Joker/Harley : criminal sanity

[Résumé de l’éditeur]
Profiler de renom, Harleen Quinzel est embauchée par le GCPD pour enquêter sur une vague de crimes particulièrement sordides. Mais elle est elle-même hantée par une affaire passée lorsque sa colocataire a été sauvagement assassinée par le tueur en série surnommé le Joker.

[Histoire]
Cinq ans après le meurtre de sa colocataire par le Joker (qui a disparu ensuite), la docteure Harleen Quinzel (qui préfère être appelée Harley) aide régulièrement James Gordon et la la police de Gotham en tant que consultante (psychiatre judiciaire & analyste comportementale – selon sa carte de visite). Maddox, à la tête du GCPD ne supporte pas Harleen malgré les résultats brillants de la jeune femme, qui donne des cours en complément à l’université.

Quand un nouveau tueur en série sévit dans la ville, laissant des mises en scène macabres avec des bouts de corps recousus entre eux, Quinzel est persuadé que le Joker est de retour…

« Après le meurtre d’Edie, le Joker s’est évaporé.
Il est devenu le croque-mitaine de Gotham,
un monstre que chacun redoutait sans jamais l’avoir vu
mais il n’a rien d’une légende. Moi, je le trouverai.
»
Harleen Quinzel

[Critique]
Voici une œuvre (issue du Black Label) plutôt alléchante, singulière mais que partiellement réussie. « Partiellement » à cause de plusieurs raisons, autant sur la forme que le fond. Explications.

Avant d’analyser le scénario, il convient de parler en premier lieu des dessins. Ainsi, l’histoire « au présent » est presque exclusivement en noir et blanc, croquée sous un trait réaliste par Mico Suayan (voir plus loin pour le détail des crédits de l’équipe artistique) ; on est assez proche de la patte de Lee Bermejo (impossible de ne pas penser à son Joker, surtout dans sa version inédite en noir et blanc). L’ensemble est donc superbe, indéniablement, et une touche de couleur est parfois ajoutée sur des éléments importants (les cheveux et le sourire du Joker par exemple, donc un peu de vert et de rouge). Les flash-backs sont, quant à eux, entièrement en couleur et dans un style assez différent car on a carrément l’impression de voir… un roman photo ! Notamment dans les deux premiers chapitres (sur neuf), dessinés par Mike Mayhew, avant qu’il cède (heureusement) sa place à Jason Badower (qui restera dans un style réaliste mais moins prononcé, heureusement).

En résulte donc au début un étonnant style hybride, mi-ridicule, mi-troublant. C’est l’un des points clivants de l’œuvre, si cette approche graphique inédite (cf. illustrations de cette critique) vous rebute, inutile d’aller plus loin, même si ce serait dommage car, comme expliqué, elle s’atténue au fil des épisodes après le départ (sans explications) de Mayhew au profit de Badower. Si vous y êtes réceptifs vous serez évidemment conquis. Dès le troisième chapitre les deux pattes graphiques s’entremêlent, perdant volontairement le lecteur pour savoir s’il lit des séquences se déroulant « actuellement » ou si elles datent d’il y a plusieurs années, notamment autour du Joker. On devine d’ailleurs aisément, grâce/à cause de certains flash-backs qui il est et les clichés s’empilent sur son enfance (maltraitée, évidemment…) : père alcoolique et violent, mère biologique décédée, etc. On flirte avec la caricature ou la série télévisée policière ad nauseam – également dans les dialogues au GCPD.

Néanmoins, cette itération du Joker est très éloignée de ce qu’on a l’habitude de lire/voir : ici l’homme est intelligent, froid, malin, manipulateur. Moins charismatique qu’à l’accoutumée, il sourit rarement et ne rit jamais. Une approche austère qui sied mal au personnage iconique, rappelant parfois la débandade du quatrième tome de Batman Rebirth (La Guerre des Rires et des Énigmes) dans lequel le Clown faisait littéralement la gueule tout le temps. On pense aussi au côté moins fou furieux et (en apparence) plus calme du Joker du titre éponyme déjà cité (écrit par Brian Azzarello) voire, pourquoi pas, celui du film The Dark Knight. L’angle choisi pour ce one-shot (profilage réaliste) rappelle également le très mauvais Joker – Killer Smile, où l’on peut reprendre mot pour mot cet extrait de la critique qui fonctionne aussi : « difficile de « reconnaître » le Joker. Il pourrait être Double-Face, le Sphinx ou un tueur en série « quelconque » que ça ne changerait pas des masses l’histoire ».

Mais ici, ce n’est pas le Clown qui fait la part belle à Joker/Harley : criminal sanity, c’est évidemment Harleen Quinzel. C’est elle que le lecteur suit assidument et qui ne ressemble pas à la célèbre psychiatre que l’on connaît déjà. Et cette fois, en revanche, c’est très appréciable ! Le personnage est plutôt bien écrit, son travail de spécialiste des comportements criminels sonne « juste » (grâce aux nombreuses recherches effectuées durant deux ans par l’autrice Kami Garcia et l’aide de son consultant le Dr Edward Kurz – on y reviendra).

Contrairement à ce qu’on peut penser de prime abord, nous ne sommes pas dans une origin-story qui montrerait l’évolution d’Harleen en Harley, séduite par le Joker puis complice amoureuse (pour cela, il y a le très bon Harleen, lui aussi publié sous le « prestigieux » Black Label). Cela diffère, une fois de plus, de ce qu’on a l’habitude de voir et ce n’est pas plus mal. Leur relation reste plus ou moins intéressante mais manque d’un soupçon d’âme ou d’authenticité (à défaut de proposer des choses plus épiques à côté). Au-delà, demeure une longue enquête passionnante mais un brin convenue et sans grandes surprises ou retournements de situations… C’est hélas l’autre point faible du titre, auquel on peut ajouter sa fin abrupte, mi-figue mi-raisin. Pour peu que vous soyez déjà connaisseur du côté profilage ou des tueurs en série, on n’apprend pas grand chose.

Ne vous attendez pas non plus à croiser Batman, il est mentionné deux fois, on sait juste qu’il a disparu il y a plusieurs années (de quoi alimenter toutes sortes de théories méritant d’enrichir ce « nouvel univers » de la mythologie du Chevalier Noir). Seul Gordon est une figure familière de l’ensemble en complément d’Harley et du Joker, avec quelques figurations anecdotiques de temps à autre (Victor Zsasz, Crane en directeur d’Arkham, etc.). En somme, y avait-il besoin d’apposer le filtre « Gotham » à une histoire policière qui, in fine, pouvait s’en passer et interchanger ses noms de protagonistes ? Clairement pas mais c’est une jolie proposition néanmoins, principalement grâce aux somptueuses planches, leurs compositions et découpages appréciables, et à Harleen, plutôt attachante.

Le récit s’étale sur un peu plus de 280 pages, répartis en neuf chapitres (les huit de Joker/Harley : Criminal Sanity entrecoupés à la moitié par Joker/Harley : Criminal Sanity Secret Files #1, qu’on détaille dans le paragraphe suivant). Kami Garcia signe l’entièreté du scénario, qu’elle considère comme « un thriller psychologique avec du suspense » (ce qui est assez vrai). Elle est accompagnée du Dr Edward Kurz comme consultant, de quoi ajouter une caution « expert médical » à l’ensemble (lui-même est profileur et psychiatre judiciaire, à l’instar d’Harleen dans la fiction ; « il travaille dans un établissement pour les criminels malades mentaux », nous explique un entretien en début du livre –  à lire après la BD plutôt). Kami Garcia est principalement connue pour ses romans young adult et notamment sa saga Sublimes Créatures. Chez DC Comics, on lui doit aussi les deux titres Teen Titans publiés chez Urban Link (comics à nouveau à tendance jeunes adultes et au format plus petit) : Raven et Beast Boy – tous deux favorablement accueillis par la critique.

Aux dessins, on retrouve majoritairement deux artistes : Mico Suayan pour les passages en noir et blanc (un habitué des anti et super-héros auxquels il confère son style froid, réaliste et détaillé ; il a bossé, entre autres, sur différentes séries dont Batman, le Chevalier Noir, Superman, Arrow, Bloodshot Reborn, Punisher, Moon Knight…) et Jason Badower pour ceux en couleur (il est absent uniquement sur le premier chapitre, avant qu’il remplace définitivement Mike Mayhew ; Badower travaille principalement sur des couvertures chez DC et sur des concept-arts pour le cinéma et la télévision). Mike Mayhew est, comme on le soulignait plus haut, présent le temps des deux premiers épisodes. C’est lui qui signe les séquences du passé proche du roman-photo (qui sont donc différentes par la suite après son départ et sonnent davantage comics, tant mieux) ; sa maîtrise du photoréalisme peut être observée chez Marvel (Mystique, She-Hulk, The Pulse, Fear Itself), DC Comics (différents titres de Justice League) et Star Wars.

Côté couleur, Annette Kwok est crédité à partir du troisième chapitre (Mahyew s’en occupant sur les deux précédents apparemment). Le « dossier secret » au milieu du comic-book (en réalité Joker/Harley : Criminal Sanity Secret Files #1) est à nouveau écrit par Kami Garcia mais aussi par le Dr Edward Kurz. On retrouve les trois dessinateurs précités ainsi que la coloriste mais aussi deux nouveaux artistes : David Mack et Cat Staggs. Cet interlude est composé des notes de Quinzel, des rapports de police, de coupures de journaux, de mails, etc. pour un résultat doublement passionnant : les textes bien sûr, mais aussi les différentes formes graphiques qui la composent incluant cette fois des aquarelles aux couleurs vives agrémentées de poésie (probablement signées par les deux derniers dessinateurs précités).

Quelques références au monde du Chevalier Noir parsèment l’ouvrage, un figurant se nomme Paul Timm, hommage à peine déguisé à Paul Dini et Bruce Timm (les créateurs de Harley Quinn, à qui on doit donc l’excellente Batman, la série animée), le Joker de Lee Bermejo et Brian Azarello, déjà évoqué, etc. Le beau livre (format luxueux du Black Label oblige) se termine par la galerie de couvertures, classiques et variantes. Un entretien avec la scénariste Kami Garcia ouvre aussi le comic, comme souvent on suggère de le lire après la bande dessinée pour éviter des révélations.

Joker/Harley : criminal sanity est inégale par bien des aspects évoqués plus haut mais reste à découvrir principalement pour sa proposition graphique hors-norme (digéré et passé ses deux premiers épisodes surtout) et son propos plus ou moins inédit. Si les styles de dessins vous séduisent assez et que vous n’êtes pas à cheval sur la personnalité du Joker, alors le comic-book devrait vous plaire, extrêmement proche d’un polar à la forme soignée et au fond sale, violent et réaliste. Si ce n’est pas votre tasse de thé ou que vous attendez que le récit vous surprenne « réellement », faîtes l’impasse sans problèmes, ce n’est ni révolutionnaire, ni incontournable dans la mythologie de Batman, ou plutôt du Joker et d’Harley.

« Cinq choses permettent de transcender la médiocrité du quotidien :
une intelligence supérieure,
des livres pour l’alimenter,
des outils pour les suppléer lorsque c’est nécessaire,
beaucoup de préparation et une résolution sans faille.
Anéantir son adversaire sans combattre
est l’aboutissement ultime de l’art de la guerre.
Rien de tel que les réseaux sociaux pour y parvenir. »

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 20 août 2021.

Scénario : Kami Garcia
Dessin : Mico Suayan et Jason Badower (et Mike Mayhew, voir article)
Couleurs : Annette Kwok

Traduction : Julien Di Giacomo
Lettrage : Moscow Eye

Acheter sur amazon.fr : Joker/Harley : criminal sanity (29€)