Archives par mot-clé : Chuck Dixon

Batgirl – Année Un

Comics Batman 08 Batgirl Annee Un[Histoire]
Barbara Gordon
, fille du célèbre commissaire, souhaite mener une double-vie. Entre un père protecteur et une société la prenant pour une « simple jeune fille fragile », elle doit faire ses preuves.

Entraînement d’arts martiaux, création du premier costume et… apparition dans un bal masqué de la police ! C’est durant celui-ci que Killer Moth décide de kidnapper Bruce Wayne. Les premiers pas de Batgirl débutent alors et l’héroïne rousse commence à se faire une petite réputation.

Batman et Robin lui proposent alors certaines épreuves pour savoir si elle est apte à devenir une justicière dans Gotham City. Par ailleurs, James Gordon suspecte l’activité nocturne de sa fille, et un nouveau criminel enflamme tout sur son passage : Firefly.

Batgirl Année Un[Critique]
À l’instar de Robin – Année Un, cet ouvrage sur la sympathique Barbara Gordon est à posséder pour connaître les débuts de cette alliée féminine. Scénarisé par le même binôme, Scott Beatty et Chuck Dixon, et moins sombre que les premiers pas du jeune prodige, cette histoire, en neuf chapitres, est très prenante. On y retrouve deux ennemis : Killer Moth (que Robin affrontait déjà, rapidement, dans son propre comic), un criminel de bas étage relativement pathétique, mais surtout Firefly, complètement fou et beaucoup plus dangereux. Pas d’ennemis plus « connus » de l’univers de Batman ici, et ce n’est pas plus mal.

Batgirl Killer Moth FireflyAinsi, le récit se concentre évidemment sur Barbara/Batgirl —dont le nom d’héroïne provient de… Killer Moth ; la belle rousse aurait préféré Batwoman. La première version de son costume était un costume original pour le bal masqué !— qui est aussi la narratrice. On a donc l’impression de lire un peu son journal intime. En plus de l’évolution d’héroïne (les erreurs, la relation avec Robin et Batman), il y a son parcours d’adolescente, tout simplement.

« Personne ne sait de quoi demain sera fait.
À part un oracle peut-être. » Batgirl

Barbara vit seule avec son père protecteur (étonnant d’ailleurs de voir Gordon si présent dans son foyer !), qui suspecte l’activité nocturne de sa fille. La colocation entre les deux découle sur des scènes originales, peu vues dans des comics sur Batman. Premiers flirts aussi pour Barbara, entre Jason Bard, collègue du paternel (qui a droit à une version revisitée dans Batman Eternal) et bien sûr Robin. Tous ces ingrédients fournissent une intrigue plutôt convenue et prévisible mais dont l’ensemble se lit avec grand plaisir. D’autant plus que peu d’ouvrages sur Batgirl sont disponibles en France.

Batgirl Barbara Gordon Annee UnLes dessins de Marcos Martin (qui officiait sur le dernier chapitre de Robin – Année Un) sont adeptes de la ligne claire, proposant ainsi un style cartoony voire enfantin, mais qui contrastent avec certains passages violents. Le découpage en peu de cases, six par planches maximum, accompagné d’une colorisation relativement vive et chaude permet d’offrir à Batgirl – Année Un une signature graphique et une cohérence visuelle impeccable. Comme d’habitude, c’est évidemment un style qui peut déplaire mais qui confère une légèreté presque obligatoire dans l’univers très sombre de Batman.

À lire en parallèle de Robin – Année Un, tant on a l’impression que les deux histoires bénéficient de peu d’écart temporel, et pour découvrir les origines de ces deux alliés, très bien écrites à quatre mains par les mêmes auteurs. L’édition propose un petit sketchbook de différents croquis préparatoires.

Batgirl Annee Un Robin Alfred[À propos]
Publiée en France chez Urban Comics le 6 février 2015.
Titre original : Batgirl : Year One
Scénario : Scott Beatty et Chuck Dixon
Dessin : Marcos Martin
Couleur : Javier Rodriguez
Encrage : Alvaro Lopez
Lettrage : Calix-Ltée, Île Maurice
Traduction : Mathieu Auverdin

Première publication originale en 2004.

Batgirl Suit CostumeAcheter sur amazon.fr : Batgirl – Année Un

Batgirl Year One Anne Un

Knightfall – Tome 4 : La Quête

Après La Chute, Le Défi et La Croisade, voici le quatrième tome de la saga Knightfall : La Quête !

[Histoire]
Jean-Paul Valley sème toujours la terreur dans Gotham City, sous le masque, ou plutôt l’armure de Batman, qu’il peaufine sans cesse. Gordon ne le soutient plus dans ses actions radicales et beaucoup trop violentes pour un justicier.

Le tueur en série Abattoir va sévir et Batman/Azrael va avoir du mal à l’arrêter, préférant sauver des innocents au lieu de le poursuivre. Mais ses démons intérieurs le guident de plus en plus vers une voie d’assassinat…

Bruce Wayne et Alfred tentent en vain de trouver une issue de guérison possible. Le Dr Shondra a été kidnappée par le Dr Asp et ce dernier va la pousser à utiliser ses pouvoirs télépathiques pour tuer à distance.

Voir ci-dessous pour les détails des chapitres.

 Knightfall est une saga qui se découpe en trois parties distinctes :
KnightFall : Broken Bat (tome 1 : La Chute) et Who Rules the Night (tome 2 : Le Défi)
KnightQuest : The Crusade (tome 3 : La Croisade) et The Search (tome 4 : La Quête)
KnightsEnd : (tome 5 : La Fin)
Deux préludes sont disponibles :
La Lame d’Azraël (qui introduit Jean-Paul Valley)
La Revanche de Bane (narrant ses origines)
Enfin, trois épilogues concluent la série :
Aftermath (tome 5 : La Fin)
Prodigal (Le Fils Prodigue)
Troika (Le Fils Prodigue)

[Index détaillé disponible sur cette page.]

[Histoire détaillée]

Ce quatrième tome propose l’arc KnightQuest : The Crusade (La Croisade), ainsi que la suite et fin de KnightQuest : The Search (La Quête), et se compose de la façon suivante (attention chaque chapitre est sobrement résumé mais il y a donc un risque de dévoiler certains éléments majeurs de la saga) :

___ Suite de Knightquest – The Crusade [La Croisade], entamé à la fin du volume précédent

• La Croisade – Chapitre #16 (Shadow of the Bat #24) : Sans Titre (The Immigrant – Rosemary’s Baby)
Azrael enquête sur un trafic de bébés, enlevés aux démunis et revendus dans la ville.
[Scénario : Alan Grant / Dessin : Vince Giarrano / Couleur : Adrienne Roy]

• La Croisade – Chapitre #17 (Batman #505) : Liens du Sang (Blood Kin)
Azrael piste le tueur en série Abattoir, qui tue les membres de sa famille, même les liens de sang les plus éloignés. Par ailleurs, Jean-Paul Valley prend conscience du travail de détective à faire en amont et à la volonté non pas de punir mais protéger en premier lieu.
[Scénario : Doug Moench / Dessin : Mike Manley / Couleur : Adrienne Roy]

• La Croisade – Chapitre  #18 (Shadow of the Bat #25) : Sans Titre (Joe Public: The Birth of a Hero)
L’Homme-Corrosif s’échappe de sa prison. Capable de générer de l’acide, le mutant souhaite tuer Kadavre. Azrael et un nouvel héros, capable d’absorber puis relâcher les pouvoirs de son adversaire, se dresseront face à lui.
[Scénario : Alan Grant / Dessin : Bret Blevins / Couleur : Adrienne Roy]

• La Croisade – Chapitre #19 (Batman #506) : Les Malfaisants Maniaxés (Malevolent Maniaxe)
Azrael/Batman poursuit Abattoir, le tueur en série intéresse aussi un nouveau mercenaire, Ballistic, ainsi qu’un trio musical criminel…
Scénario : Doug Moench / Dessin : Mike Manley / Couleur : Adrienne Roy]

• La Croisade – Chapitre #20 (Batman #507) : Ballistic (Ballistic)
Ballistic s’associe plus ou moins avec Batman, les deux cherchent encore le fameux Abattoir.

Scénario : Doug Moench / Dessin : Jim Balent / Couleur : Adrienne Roy]

La Croisade – Chapitre  #21-22 (Shadow of the Bat #26-27): Sans Titre (Creatures of Clay – Diary of a Lover/Child’s Clay)
Dame d’Argile attaque Azrael/Batman et Gueule d’Argile enlève le cousin éloigné d’Abattoir. La relation amoureuse des deux monstres est révélée.
[Scénario : Alan Grant / Dessin : Bret Blevins / Couleur : Adrienne Roy]

• La Croisade – Chapitre #23 (Detective Comics #674) : Puissance de Feu (Out-Gunned)
Le tueur d’élite GunHawk et sa femme « Bunny » tuent une personne à 1.800 mètres de distance. Azrael/Batman enquête et suit la trace du couple fan d’armes à feu en tout genre.
[Scénario : Chuck Dixon / Dessin : Graham Nolan / Couleur : Adrienne Roy]

• La Croisade – Chapitre #24 (Batman #508) : Restes mortuaires (Mortal Remains)
Azrael/Batman retrouve la trace d’Abattoir. Il est bien décidé à affronter une ultime fois le tueur en série. Mais Robin est lui aussi en chemin…
[Scénario : Doug Moench / Dessin : Mike Manley / Couleur : Buzz Setzer]

• La Croisade – Chapitre #25 (Batman : Shadow of the Bat #28) : Titre inconnu (Commissioner Gordon : The Long Dark Night)
Gordon est à bout. Il sait que le Batman n’est plus le même, celui-ci a été trop loin : il a laissé mourir un criminel. Jean-Paul n’éprouve aucun état d’âme.

[Scénario : Alan Grant / Dessin : Bret Blevins / Couleur : Adrienne Roy]

• La Croisade – Chapitre #26 (Detective Comics #675) : Duel à minuit (Midnight Duel)
Jean-Paul a à nouveau conditionné et améliorer son armure, véritable canonnière vivante. Il retrouve GunHawk dans un hôpital. Le tueur y a laissé sa femme blessée et retient en otage le personnel.
[Scénario : Chuck Dixon / Dessin : Graham Nolan / Couleur : Adrienne Roy]

___ Suite de Knightquest – The Quest [La Quête], débutée à la fin du tome deux et continuée à la fin du trois.

• La Quête – Chapitre #6-7 et conclusion (Legends of the Dark Knight #59-61) : La Proie #1-3 (Quarry)
Bruce Wayne et Alfred enchaînent les visites chez les médecins, tous sont formels : la guérison est quasiment improbable. Refusant d’admettre cette fatalité, Bruce continue tout de même son modeste combat. Par conséquent Alfred démissionne et retourne au Manoir Wayne, il demande à Jean-Paul d’aider son maître.
Le Dr Shondra, toujours prisonnière du Dr Asp, est forcée d’utiliser ses forces mentales pour tuer des personnes à distance. Son enfance explique alors son lien avec Asp : tous les deux étaient frères et sœurs adoptés.

[Scénario : Dennis O’Neil / Dessin : Eduardo Barreto / Couleur : Digital Chameleon]

___ Reprise et fin de Knightquest – The Crusade [La Croisade]

• La Croisade – Conclusion (Robin #7) : Le tournant ! (Turning Point)
Timothy Drake hésite à dire à Bruce à quel point Jean-Paul est devenu dangereux. En effet, après sa guérison, Wayne envisage de rester en retraite de Batman. Mais lorsqu’il comprend ce qu’il se passe, il se doit de faire une remise en forme rapide…
[Scénario : Chuck Dixon / Dessin : Tom Grummett / Couleur : Adrienne Roy]

[Critique]
Après un troisième tome qui était plus que moyens (mais dont certains chapitres relevaient un peu le niveau), ici rien n’est vraiment passionnant. La Croisade est vraiment la partie la plus longue et la plus ennuyeuse de toute la saga Knightfall. Des tonnes de planches pour voir l’évolution dramatique et radicale de Jean-Paul, qui paradoxalement a bien du mal à retrouver des ennemis de bas étage. Ses doutes et questionnements, notamment par rapport au combat qu’œuvrait Bruce Wayne sont sans doute les moments narratifs les plus intéressants mais cela reste très maigre. Le personnage sous son armure ne génère guère d’empathie, à l’inverse de Jean-Paul « l’humain » mais qui est malheureusement trop peu présent.

La bonne idée de cette suite est d’instaurer un fil narratif grâce au tueur en série Abattoir (sic). Il y a donc un côté un peu plus feuilleton plutôt que des suites de mini-histoires sans lien. Les deux chapitres les plus attachants sont ceux sur Gueule et Dame d’Argile. Leur triste romance est vraiment réussie. Le couple mi-monstrueux mi-humain est l’un des rares passages (avec la conclusion du tome) qui procure un peu de plaisir, malgré des dessins assez laids. En effet, rien d’extraordinaire non plus dans ce tome, il y a toujours ce côté old-school, tantôt nostalgique et agréable, tantôt kitch et hideux au possible. L’armure de Batman n’arrange en rien l’aspect graphique du volume, avec son côté futuriste.

Le retour de Bruce Wayne semble être, comme dans le tome précédent, le seul élément qui fait avancer concrètement l’histoire. Mais hélas la facilité narrative de sa guérison est clairement ridicule et beaucoup trop « facile ». Seul le chapitre de conclusion, avec Timothy Drake, promet enfin une suite digne de ce nom tellement la série s’était essoufflé sur les tomes trois et quatre. Ces deux livres reprennent donc La Quête et La Croisade, en les ayant mélangé un peu, et ce sont clairement deux arcs mal écrits et peu passionnant. Sans aucun doute

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 6 septembre 2013.
Titre original : Knightfall
Scénario : Chuck Dixon et Doug Moench [Voir le détail par chapitre ci-dessus]
Dessin : Graham Nolan et Mike Manley [Voir le détail par chapitre ci-dessus]
Couleurs : Adrienne Roy [Voir le détail par chapitre ci-dessus]
Encrage : Scott Hanna, Joe Rubinstein, Eduardo Barreto, Steve George, Dick Giordano
Lettrage : Christophe Semal et Laurence Hingray
Traduction : Alex Nikolavitch
Adaptation Graphique : Nicolas Cardheilac
Titres originaux des chapitres : voir le détail par chapitre ci-dessus
Première publication originale dans contient Batman #505-508, Shadow of the Bat #24-27, Detective Comics #674-675, Legends of the Dark Knight #59-61, Robin #9 d’octobre 1993 à avril 1994.

Acheter sur Amazon : Batman • Knightfall – Tome 4 : La Quête
Découvrir la saga Knightfall sur la boutique en ligne.

Robin – Année Un

Cet ouvrage est composé de deux histoires qui se suivent. L’Épreuve de Force (Batman Chronicles : The Gauntlet en version originale), déjà publiée dans un hors-série paru chez Semic en août 1999, sous le titre Le Défi ; puis les quatre chapitres de Robin : Année Un (Robin : Year One) qui s’ajustent parfaitement dans la continuité.

Robin Annee Un[Histoire — L’Épreuve de Force]
Batman pense que Robin peut enfin l’accompagner dans ses sorties nocturnes pour combattre le crime. Pour cela, il lui impose un dernier et ultime test : le jeune rouge-gorge doit passer une nuit seul dans Gotham City, face à quelques criminels locaux.

[Histoire — Robin : Année Un]
Les premiers faits d’armes du Dynamique Duo ! Dick Grayson jongle entre son école le jour et son costume la nuit mais Alfred désapprouve la décision d’inclure un adolescent dans la croisade de son maître. Un avis partagé par Gordon qui souhaite protéger un enfant de tous les dangers qu’il s’apprête à affronter.

En ville, plusieurs jeunes filles sont enlevées par Le Chevalier Fou. Les raisons semblent impliquer un homme politique, connaissance de Bruce Wayne. Par ailleurs, Double Face comprend que le nouvel allié de Batman peut également être son talon d’Achille…

Robin Annee Un Epreuve de Force[Critique]
En voilà une bonne surprise ! Un récit presque indispensable en termes « d’origines » de l’univers du Dark Knight. En effet, il y avait d’abord Batman – Année Un, qui avait imposé une nouvelle mythologie, un côté sombre et torturé dans une ambiance polar. Les auteurs de Robin – Année Un ont repris cette idée. Le premier récit, L’Épreuve de Force (voir tout en bas la couverture originale avec un léger changement), plonge en effet le lecteur dans un univers très proche de l’œuvre de Miller, aussi bien graphiquement que scénaristiquement. Évidemment, Robin en slip prête à sourire, une photo de femme nue définie comme étant de la pornographie aussi, mais tout ceci donne l’illusion (volontaire ?) que la bande dessinée est sortie dans la foulée de Batman – Année Un, soit en 1987. Hors, elle a été publiée dix ans après : en 1997 !

La suite de l’ouvrage qui compose le plus gros du volume, à savoir les quatre chapitres de Robin : Year One, sont dessinées de façon plus « cartoon », ce qui peut clairement rebuter un lecteur. N’hésitez pas à feuilleter l’ouvrage avant pour vous donner une idée. Ce style rappelle un peu celui de Darwyn Cooke (Before Watchmen : Minutemen). Mais pour autant, l’écriture n’en est pas moins sombre : enlèvement de jeunes filles, meurtres, scènes « parfois insoutenables »… le contraste est saisissant et le rendu global original. Léger reproche : Urban Comics a choisi une police de caractère pas forcément lisible pour les textes du narrateur (Batman puis Alfred), notamment pour la lettre E, voir ci-dessous (cliquez pour agrandir).

Robin Anne Un BatmanSelon l’introduction, l’affrontement entre Robin et Double-Face est un souvenir qui hantera longtemps le jeune sidekick, notamment dans Le Fils Prodigue, quand Dick endossera le costume de Batman. Raison de plus pour découvrir ce comic. Néanmoins il n’est pas sans quelques légers défauts : outre l’aspect graphique évoqué qui peut décontenancer, on peut trouver dommage l’utilisation du Chapelier Fou et de Mister Freeze. L’un est dans son éternel délire d’Alice au Pays des Merveilles, en transformant les jeunes filles enlevées pour lesquelles il touche de l’argent, et l’autre réclame une rançon contre des poches de sang. Bref, on sent une sous-exploitation des personnages, un peu trop cliché et œuvrant uniquement dans un but vénal, c’est dommage. À l’inverse, Double-Face est effrayant tout le long de l’histoire. C’est sans doute un des meilleurs ouvrages qui lui rend hommage. Toute sa folie explose et c’est… glaçant.

Autre bon point : la narration omni-présente d’Alfred. Le célèbre majordome tient en effet un journal dans lequel il fait part de ses doutes et inquiétudes. On y découvre de jolies tournures : « Monsieur Richard porte un bien lourd fardeau sur ses jeunes épaules : les soucis de l’adolescence associés à ceux de la croisade de Monsieur Bruce. Je me demande s’il se rend compte de la nonchalance avec laquelle il abandonne sa jeunesse. Et si, au bout du compte, il estimera que ça en valait la peine. » La relation entre Alfred et ses deux « enfants » et le rapport entre Bruce et Dick sont très émouvants, chose rare dans les comics consacrés à Batman ! Le récit revient souvent sur l’optimisme du rouge-gorge et ce que cela implique : Bruce Wayne qui sourit, un côté plus « léger » (en apparence) et cela fait vraiment du bien, cette fraîcheur naïve est la bienvenue dans le monde toujours très sombre de l’homme chauve-souris.

Robin Annee  Un Two FaceLes histoires ne mettent pas en scène l’accident qui tua les parents de Dick, elles commencent quand Bruce l’a déjà adopté. Ce n’est pas plus mal, ça permet d’enchaîner rapidement avec du concret – malgré la confusion des noms des truands et leurs buts qui parsème le comic. On retrouve, entre autre, Chuck Dixon au scénario, qui avait participé à la saga Knightfall. Certes son récit est moins percutant que le Batman – Année Un, sans doute aussi à cause du style de dessin choisi, mais cette histoire du Jeune Prodige n’en demeure pas moins des plus intéressantes.

La colorisation accentue les tons pastels, proches d’un dessin animé, pour Robin : Year One. Le premier récit est plus dans le traditionnel old-school avec des couleurs moins vives mais tout aussi efficaces pour représenter une ambiance. Les nombreuses scènes de nuit ou d’intérieur sont ainsi extrêmement bien rendues, notamment dans la Bat-Cave ou lors d’un cambriolage. Il y a par ailleurs quelques jeux d’ombres et des planches successives sans texte, qui permettent d’admirer le dynamisme réalisé. Peu de bonus pour clore le livre : deux pages de croquis. Un grand format agréable à prendre en main, une lecture passionnante et le début du fameux duo, que demander de plus ?

Robin Annee Un Alfie[À propos]
Publiée en France chez Urban Comics le 5 septembre 2014.
Titre original : Batman Chronicles : The Gauntlet et Robin : Year One
Scénario : Bruce Canwall (L’Épreuve de Force), Scott Beatty et Chuck Dixon (Robin : Année Un #1)
Dessin : Lee Weeks (L’Épreuve de Force), Javier Pulido (Robin : Année Un #1-4), Marcos Martin (Robin : Année Un #4)
Couleur : Matt Hollingsworth (L’Épreuve de Force), Lee Loughridge (Robin : Année Un #1-4)
Encrage : Robert Campanella (Robin : Année Un #1-4)
Lettrage : Calix-Ltée
Traduction : Mathieu Auverdin

L’Épreuve de Force avait déjà été édité par Semic, dans le dixième hors-série du magazine Batman en août 1999, sous le titre Batman – The Gauntlet – Le Défi.

Première publication originale : Batman Chronicles : The Gauntlet (1997) et Batgirl/Robin Year One (Robin : Year One #1-4 — 2000-01).

Robin Annee Un Gauntlet DefiDe gauche à droite : la couverture originale, celle de Semic et enfin celle d’Urban Comics. On remarquera que les yeux de Batman ont été supprimés pour faire une immense ombre du Dark Knight ( et ainsi enlever, peut-être, le côté trop menaçant que cela imposait ?).

► Acheter sur amazon.fr : Robin – Année Un