Archives par mot-clé : Jason Fabok

Batman – Trois Jokers (Three Jokers)

Annoncé (et attendu) depuis plus de quatre ans, le mystérieux titre Trois Jokers est enfin disponible en France depuis le 1er octobre 2021, soit un an après sa fin de publication aux États-Unis (Three Jokers en VO). Qu’est-ce que c’est que cette histoire de trois Jokers ? Où cela s’insère-t-il dans la mythologie de Batman ? Décryptage et critique d’une œuvre clivante, proposée dans cinq (!) éditions différentes chez nous.

[Résumé de l’éditeur]
Le secret du pire ennemi de Batman est enfin révélé : il n’existe pas un mais trois Jokers. Le Clown, le Comique, le Criminel : chacun à sa manière, ces malfaiteurs au sourire carnassier ont infligé à Batman et à ses alliés des blessures tant physiques que psychologiques. Au moment où l’on retrouve des cadavres rappelant la première affaire du Chevalier Noir contre sa nemesis, Batman, Batgirl et Red Hood mènent l’enquête pour découvrir lequel des Trois Jokers est l’original… ou s’il existe vraiment. Mais le temps est loin d’avoir guéri toutes les blessures et la confiance entre les trois justiciers est, elle, passablement entamée…

Les trois couvertures alternatives (édition limitée) incluant une carte du Joker différente chaque fois.
(Cliquez sur les images pour précommander ou sur les liens tout en bas de l’article.)

[Histoire]
Batman rentre dans sa Batcave, sérieusement blessé. Alfred le soigne et constate les nombreuses cicatrices qui parsèment le corps de son maître. Toutes causées par des affrontements avec les nombreux ennemis du Chevalier Noir. Mais la plupart d’entre elles proviennent d’une seule personne : le Joker. Ce dernier vient d’ailleurs de tuer les derniers membres d’une branche de la pègre dans Gotham…

Au même moment, en s’entraînant dans une salle de sport, Barbara Gordon entend à la télévision que le Joker a assassiné un célèbre acteur.

Enfin, peu après, en combattant des sbires du Joker, Red Hood apprend par la radio que le Joker serait dans l’usine Ace Chemical, donc « en totale contradiction avec les témoignages précédents ».

Pour James Gordon et Harvey Bullock, le Joker ne peut pas se trouver à ces trois endroits en même temps, « il est clair qu’il travaille avec deux imitateurs ».

Pourtant, trois Jokers semblent bien co-exister. Leur objectif ? Créer un « meilleur Joker » !

[Contextualisation]
Avant tout, il est primordial de contextualiser Trois Jokers (c’est très long – six paragraphes, si vous êtes familier de tout ça, passer directement au bloc critique). Si l’on peut bien entendu lire ce titre sans connaître tous les détails qui ont mené à sa création, il prend une autre dimension quand on est un lecteur assidu depuis des années. Précisons « juste » en amont qu’il fait référence à des éléments bien connus de la mythologie de Batman : Joe Chill est le tueur des parents de Bruce Wayne, Barbara Gordon a été blessée par le Joker, causant son handicap (dans Killing Joke – dont Trois Jokers se veut « en quelque sorte » (on insiste sur les guillemets) l’héritier) et Jason Todd/Robin a été tué par le Joker (Un deuil dans la famille) puis est revenu d’entre les morts en tant que Red Hood (L’énigme du Red Hood). Tout ceci fait (normalement) partie des bases archiconnues chez n’importe quel fan du Chevalier Noir, peu importe son degré de connaissance, ce sont vraiment des choses basiques, explorées en comics, jeux vidéo et animation (si vous ne les connaissez pas, il faut donc lire dans un premier temps les histoires corrélées à tout ça plutôt que s’attaquer à Trois Jokers, cela va sans dire).

Revenons au sujet principal. Retour en 2016. Geoff Johns scénarise, entre autres, la chouette série Justice League depuis la relance de tous les titres DC Comics en 2011 (la fameuse ère New52, alias Renaissance en France chez Urban Comics). Dans les derniers chapitres de cette passionnante Justice League, Geoff Johns, épaulé par Jason Fabok aux dessins (déjà à l’époque), conclut son run en apothéose avec La Guerre de Darkseid. Durant celle-ci, les super-héros deviennent des néo-Dieux. Batman profite des pouvoirs du Trône de Mobius afin d’accéder à la connaissance suprême. Il obtient la confirmation que Joe Chill est le meurtrier de ses parents et quand il demande l’identité du Joker, il apprend qu’il n’y a pas un mais… trois Jokers !

Une idée à la fois originale mais très clivante car chamboulant toute l’histoire du Chevalier Noir et son célèbre ennemi. Toutefois, il faut reconnaitre qu’il s’est effectivement dégagé trois tendances éditoriales autour du Clown du Crime ces dernières décennies qui correspondent plus ou moins à ce qu’annonce à ce moment-là le scénariste (un Joker un peu bouffon, un meurtrier anarchiste et un plus calculateur et méthodique). Bref, de sa première apparition en 1940 dans Batman #1 (disponible dans Joker Anthologie) aux nombreuses autres déjà citées.

Aparté : j’évoquais ces détails avec l’éditeur Yan Graf dans cet article sur le Clown du Crime publié en août 2016 et en tant qu’interviewé pour Le Parisien en octobre 2019 à l’occasion de la sortie du film Joker. Urban Comics en reparle évidemment en introduction dans Trois Jokers, un avant-propos intitulé Les trois visages de la folie. Il existerait donc trois Jokers et non un ! Cette surprenante révélation rencontre bien sûr son lot de détracteurs mais aussi de curieux séduits par cette audace. Dans les deux cas : les lecteurs sont impatients d’en apprendre davantage.

Problème : Geoff Johns est occupé par plein de sujets. Très occupé. Entre son implication chez Warner Bros dans la branche DC Films où il officie à la production et parfois l’écriture de l’univers partagé DC au cinéma (avec le succès et les polémiques que l’on connaît, notamment autour du fameux film Justice League de 2017), sa supervision des séries Titans, Doom Patrol et Stargirl (il co-créé carrément cette dernière car il est aussi le co-fondateur du personnage), son travail en tant qu’auteur sur la suite de Watchmen, l’ambitieux Doomsday Clock, et ses autres projets littéraires comme DC Universe : Rebirth, Shazam, ainsi que le troisième et dernier tome de Batman – Terre Un (publié cette année aux États-Unis, donc probablement en 2022 chez nous), Geoff Johns retarde énormément son Trois Jokers.

Évoqué mi-2016, il faut attendre pile quatre ans outre-Atlantique pour connaître la « suite » de ce qui était annoncé comme un grand chamboulement dans l’univers DC avec des ambiguïtés inquiétantes complémentées au retard du titre : une connexion possible avec Doomsday Clock (et donc Watchmen ?), une histoire indépendante mais que le lecteur peut quand même choisir d’intégrer dans la chronologie officielle du Chevalier Noir, etc. Entre temps, Jason Fabok signe quelques épisodes chez DC de divers super-héros : Batman (Le Badge), Swamp-Thing, Justice League vs. Suicide Squad, Superman… Quand le premier chapitre (sur trois) de Three Jokers est publié, c’est un immense succès commercial, auréolé d’une foule de couvertures alternatives. Mais quatre ans, c’est long dans le domaine des comics… Sans surprise, le titre a perdu de « son aura » depuis longtemps. Si les lecteurs sont tout de même au rendez-vous, une partie de la critique n’est pas tendre (à raison sur certains points). C’est ce que nous allons voir dans quelques instants.

[Critique]
Le premier chapitre (sur trois) annonce très rapidement la couleur : trois Jokers existent bien et le trio Batman/Batgirl/Red Hood l’apprend assez rapidement « comme si de rien était ». C’est le problème de cette introduction : normalement, le Chevalier Noir ne devrait pas être surpris par l’existence des trois Jokers car il était déjà au courant (cf. fin de série Justice League, explications qu’on vient de détailler). Bien sûr, cela permet d’embarquer un lecteur nouveau venu mais c’est un peu moyen… Il suffisait que Batgirl ou Red Hood lui demande s’il savait et que Batman reste silencieux et c’était largement suffisant ! Par ailleurs, aucun membre de la Bat-Famille ne semble très surpris par cette révélation, chacun l’accepte sans sourciller, comme si c’était banal, presque anecdotique dans leur carrière super-héroïque ! On a à nouveau droit au sempiternel flash-back de la mort des parents Wayne par Joe Chill (de prime abord c’est redondant mais ça a un intérêt par la suite) et beaucoup d’allusions à Killing Joke et Un deuil dans la famille, forcément – dont Trois Jokers est la suite spirituelle d’une certaine façon. Jason Fabok croque même quelques cases de ces deux comics cultes, tout en calquant le modèle du gaufrier tout au long des planches (neuf cases de la même taille en moyenne) – procédé qu’avait également repris Gary Frank dans Doomsday Clock, déjà scénarisé par Geoff Johns et colorisé par Brad Anderson, qui officie également (avec brio) sur Three Jokers.

Très vite, on comprend que les Jokers se dissocient ainsi : 1 – Le Criminel, le tout premier Joker, l’originel et la « tête pensante » qui dirige les deux autres, c’est-à-dire 2 – Le Comique, celui provenant de Killing Joke et visiblement repris dans le run de Scott Snyder et, enfin, 3 – Le Clown, celui qui a tué Jason Todd (provenant d’Un deuil dans la famille et, entre autres, des histoires avec ses fameux poissons qui rient, dans Dark Detective). Jason Fabok expliquait lui-même que Le Criminel est issu de l’Âge d’Or des comics, il correspond au tout premier Joker apparu dans Batman #1 en 1940, un génie du crime froid et méthodique (il sourit peu). Le Comique est directement repris de Killing Joke, « la version la plus inquiétante, celle du psychotique avec toujours un sourire glaçant sur le visage et certainement le plus dangereux des trois », puisé dans l’ère dite moderne des comics. Enfin, Le Clown est le Joker de l’Âge d’Argent des comics, soit des années 1956 à 1970, « le plus exubérant, à l’image des gags et autres clowneries présents dans les numéros d’époque ». Comme le remarquera d’ailleurs Jason Todd au cours de l’aventures, « ça fait une éternité que je ne l’ai pas vu jouer avec des poissons rieurs ou un jeu de cartes acérées ». « Ou une fleur qui lance de l’acide » lui répondra ledit Joker.

Ce premier épisode est probablement le moins intéressant. Il déçoit par rapport aux attentes (s’il y en avait) et va trop vite quand il faut soigner l’écriture et l’évolution de ses protagonistes ; paradoxalement, il s’attarde sur de nombreuses cases sans texte. Parfois ça fonctionne, c’est brillant d’une certaine retenue et donc émotion (les blessures de Batman en introduction), parfois ça tombe à l’eau et on aurait aimé que ces cases utilisées pour poser un décor soient plus pertinentes (le raton-laveur et le camion par exemple). Heureusement, dès le second chapitre, Geoff Johns prend enfin le temps de développer convenablement les relations entre Bruce, Jason et Barbara, conférant une humanité bienvenue qui contraste avec les dernières folies des Jokers, toujours plus violentes et sanglantes. Les trois Jokers perdent un peu en superbe au fur et à mesure qu’on les découvre (toutes proportions gardées bien sûr) mais ils restent, in fine, assez survolés… Une explication rationnelle quant à leur existence (comprendre : leur création) est fournie, plus ou moins satisfaisante selon son degré de crédulité et d’exigence. On apprécie par ailleurs la fin de chaque épisode, habile et surprenante, avec un retournement de situation inattendu, parfois désamorcé et même si l’effet tombe un peu à plat dans une lecture « à la suite » de l’entièreté de l’œuvre et non en lecture mensuelle, numéro après numéro.

La conclusion du récit prend une double tournure « humaniste », que nous sommes obligés de dévoiler un peu dans le cadre de cette critique (passez au paragraphe suivant si jamais). Batman se retrouve face à Joe Chill, candidat forcé à devenir le fameux « meilleur Joker » ! Chill sait qui est Batman et lui demande pardon. Depuis des années il est pris de remords, écrivait des lettres à Wayne qu’il n’a jamais envoyé. Les séquences autour de Chill et Bruce/Batman sont courtes mais balayent presque tout le reste tant on ressent une empathie extrême envers les deux. On en oublierait presque cette histoire de trois Jokers… La toute fin du titre, elle aussi emprunt d’un certain humanisme (encore), remet complètement en question l’essence même de Killing Joke, d’où le côté encore plus clivant de Trois Jokers. On ne la mentionnera pas ici mais c’est un aspect qu’on peut juger soit très… « beau », soit très « foutage de gueule ». L’auteur de ces lignes penche pour la première option, ne voyant dans Three Jokers qu’une histoire sortant des sentiers battus mais complètement « à part » dans la chronologie du Chevalier Noir, donc peu importe ce qu’il s’y déroule, il y a (a eu/aura) peu de véritables conséquences. La conclusion remet d’ailleurs les pendules à l’heure et permet un départ presque comme si « rien ne s’était passé » (sans surprise, un seul Joker survit et retourne à Arkham). Seul le destin de Jason Todd pourrait réellement changer mais il n’a pas eu sa propre série qui découlerait de ce qui lui est arrivé ici.

Difficile de savoir « quand » se déroule concrètement le récit (publié dans la collection DC Black Label) par rapport à la fin des New 52 et l’ère Rebirth. Plusieurs segments rentrent en contradiction avec ce qu’on a pu lire à côté dans d’autres titres (à commencer par la connaissance par Batman de la triple identité de sa nemesis et, même, de la question initiale posée sur le fameux trône de Mobius). On saura peut-être dans quelques années ce qui avait été initié en 2016 par Johns et DC Comics en fanfare et ce qu’il s’est déroulé jusqu’en 2020 pour aboutir à un récit pas forcément « sage » mais plus inoffensif qu’annoncé, se soldant par un statu quo somme toute très classique… Trois Jokers était censé être, au même titre que Doomsday Clock, un véritable chamboulement dans l’univers DC Comics. A l’arrivée, ni l’un ni l’autre n’ont révolutionné quoique ce soit (malgré leurs qualités intrinsèques). La fin de Three Jokers ouvre pourtant de nouvelles portes alléchantes, « je ne veux pas survendre la chose, mais nous avons une fin incroyable à cette histoire qui, si DC le souhaite, aura un énorme impact sur le reste [de l’univers DC] » soulignait Jason Fabok en interview. Il rappelait que Geoff Johns et lui avaient « planifié de raconter cette histoire dans la continuité [de DC], mais elle peut exister également par elle-même ». Difficile d’expliquer ce qu’il s’est passé. Peut-être que le succès de la vaste saga Batman Metal a modifié les plans de l’éditeur ? Couplé à l’accueil tiède de Doomsday Clock, au retard du projet pendant l’avancement de l’ère Rebirth et la connexion moins épique que prévue de tous ces évènements (Metal exclut) ? Pourtant, fin 2020, Johns confirmait tout de même avoir des idées de suite avec Fabok pour Trois Jokers.

En synthèse, Trois Jokers est une proposition audacieuse qui « trahit » à la fois la mythologie de Batman mais aussi un de ses titres les plus cultes et acclamés (Killing Joke). Soit ça passe, soit ça casse… Bien entendu, le lecteur vierge de toute attente, espoir ou du bagage culturel DC Comics des années précédentes a davantage de chance d’être séduit (mise à part la controverse légitime avec Killing Joke). Sous le prisme du fameux divertissement, la bande dessinée place la barre très haut entre ses dessins hyper soignés (Jason Fabok est en grande forme – on y reviendra) et ses dialogues ciselés et percutants, entre la trinité d’alliés fragilisée par les trois Jokers. Les cicatrices, physiques et psychologiques, les traumatismes, passés et présents, de Bruce, Jason et Barbara sont brillamment évoquées, couplées à cette idée d’aller de l’avant, de (se) pardonner… L’échange final entre un Joker et le Chevalier Noir est lui aussi très réussi. A sa modeste échelle, l’œuvre bouleverse – on insiste – principalement dans sa dernière ligne droite (les débuts sont au mieux maladroits, au pire paresseux et peu inspirés). Ce qu’il se déroule durant le premier tiers est fortement inégal ; malgré tout assez bien écrit pour qu’on veuille découvrir la suite, comptant aussi sur un rythme très efficace.

Néanmoins, impossible de ne pas songer à tout ce qui aurait pu découler de ce concept original et osé… Être plus ambigü sur la véracité ou non des fameux Jokers en premier lieu. Étirer son récit sur plusieurs centaines de pages plutôt que le restreindre à cent cinquante environ (Geoff Johns est plus doué sur les formats très longs). Ici, c’est trop court vu tout ce qu’il y avait à proposer (même si ça permet d’aller à l’essentiel, il y a un problème de développement dans les débuts comme déjà évoqué). Si Jason Todd est très impacté dans Trois Jokers à plusieurs niveaux, Barbara reste la boussole morale agréable mais manquant un brin de confrontations directes ou plus subtiles avec un ou plusieurs des Jokers. Bruce sort le grand jeu en fin d’ouvrage après une succession de scènes où il est plutôt en retrait voire étonnamment imperturbable. Johns réécrit également un brin l’histoire en inventant de nouvelles « dernières paroles » de Jason Todd (dans Un deuil dans la famille), répétées ici par le Joker qui l’avait tué jadis – rien de grave mais impossible de ne pas le remarquer.

L’auteur loupe aussi le coche d’une émotion plus soutenue, même s’il ne mentait pas en déclarant que la fiction « touche à un traumatisme profond de Bruce Wayne en le connectant au Joker d’une façon qui changera leur relation à jamais ». La déconstruction du mythe (du Joker) est rattrapée plus ou moins in extremis mais on a du mal à comprendre ce que Geoff Johns souhaite (souhaitait ?) faire de tout ça… « Nous tenions à raconter la meilleure histoire du Joker possible, déclarait en août 2020 le scénariste pour le site DC Comics (et traduit dans l’avant-propos du livre). Il y en a déjà tant qui sont devenues mythiques. Nous voulions qu’elle soit émouvante, surprenante et sérieuse : qu’elle montre l’effet qu’a le Joker sur les vies de ceux qu’il a blessés au cours des années. C’est une histoire de cicatrices, de traumatismes et de guérisons : de guérison effective et de guérison qui se passe mal. (…) Nous ne voulions pas seulement évoquer la relation entre le Joker et Bruce mais également celle avec Barbara (Gordon) et Jason (Todd). Pour moi, les plus grands affrontements qui ont eu lieu entre Batman et le Joker ont tous engendré d’énormes tragédies qui ont à leur tour causé des blessures profondes qui n’ont cessé de se rouvrir au gré du temps (…). Ce récit prend racine dans trois événements [et] montre comment ces trois personnages ont, chacun à sa manière, géré ces traumatismes. Certaines blessures, qu’elles soient physiques ou psychologiques, ne guérissent jamais, et cette histoire révèle comment le Joker en tire à chaque fois profit ».

Et pour ceux qui songeraient à une pirouette d’écriture façon multivers, l’auteur aborde sereinement le sujet : « Les Trois Jokers sont tout à fait réels : ce ne sont pas des échappés du multivers, de dimensions alternatives ou de quoi que ce soit s’en approchant. Le décor du récit est très réaliste, très concret. Bruce, Barbara et Jason se trouvent au centre de l’intrigue, à enquêter sur la raison d’être de ces trois Jokers. Qui sont-ils ? Que sont-ils ? Tout ceci est-il réel ? ». On peut effectivement saluer de ne pas avoir cédé à la facilité d’un monde alternatif pour justifier l’impensable. Parmi les quelques défauts, dommage de ne pas avoir mis davantage en avant Alfred et Gordon. En fonction de ses lectures de comics Batman, plus ou moins récentes, on peut aussi être dérouté par des idées communes survenues dans d’autres titres, comme par exemple le grand final au cinéma, rappelant forcément Joker War.

Côté graphisme, le duo gagnant Fabok/Anderson est sans nul doute un des points forts de l’œuvre, bénéficiant d’une homogénéité graphique évidente, d’un découpage efficace et de quelques idées bienvenues. Comme les scènes traumatiques du passé croquées en noir et blanc, silencieuses, avec uniquement des jets de sang colorisés ou encore, dans le présent, les visages effrayés ou apeurés de Barbara, ceux colériques ou perdus de Jason, celui, impassible (voire trop sage et inattendu), de Bruce/Batman… Encore une fois, le premier tiers du titre est le moins réussi (dans son scénario mais aussi dans sa partie graphique), heureusement, l’ensemble gagne en qualité au fil des épisodes. Batgirl porte un costume hyper moulant, mettant en valeur son fessier et sa poitrine opulente. Le lecteur y verra de belles courbes sympathiques ou un sexisme ambiant propre à ce genre de productions un peu lassant pour notre époque. Jason Fabok (qui encre ses propres traits) sait parfaitement poser « une ambiance » grâce à la colorisation complice de Brad Anderson. A ce sujet, le second chapitre est particulièrement macabre et réussi ! Les différents Jokers sont globalement identifiables aisément, un vrai régal pour les fans du Clown du Crime. On note aussi plusieurs références à d’anciens épisodes sur Batman, parfois très connus, parfois plus confidentiels (la cellule du Docteur Phosphorus par exemple).

En mettant de côté des attentes (légitimes), Trois Jokers reste une curiosité à découvrir qui fera probablement date dans l’histoire de Batman sans pour autant révolutionner quoique ce soit. Le titre rejoint les coups de cœur du site (malgré ses défauts mentionnés, on apprécie quand même beaucoup d’éléments qu’il fallait nuancer, aussi bien dans les dessins que dans l’écriture – rarement on aura eu autant d’échanges pertinents entre nos trois héros) et mérite sans nul doute d’être « obligatoirement » lu par les fans du Joker et du Chevalier Noir. Mais cette découverte a un prix (18€ minimum)… Rappelons qu’Urban Comics voit les choses en grand pour Trois Jokers, susceptible de toucher un très large public et de séduire les collectionneurs les plus fortunés.

En effet, en complément de l’édition classique (garnies des nombreuses couvertures alternatives en bonus en fin du livre), quatre éditions limitées sont en vente. Trois d’entre elles arborent en couvertures Batman, Batgirl et Red Hood (cf. haut de l’article et liens ci-dessous), accompagnés d’une carte à jouer montrant un des Jokers couplé au protagoniste de la couverture (photo ci-après). Soit, les mêmes cartes qui étaient offertes en V.O.. Enfin, Trois Jokers rejoint la collection Urban Limited le 3 décembre prochain avec une très belle édition agrandie et très limitée, de quoi en prendre plein la vue et profiter à fond de l’art de Jason Fabok et Brad Anderson (cf. image/lien ci-dessous).

[A propos]
Publié en France chez Urban Comics le 1er octobre 2021 (édition classique et variantes) et le 3 décembre (édition Urban Limited).

Scénario : Geoff Johns
Dessin, encrage et couvertures : Jason Fabok
Couleur : Brad Anderson

Traduction : Ed Tourriol (Makma)
Lettrage : MAKMA (Gaël Legeard et Stephan Boschat)

Acheter sur amazon.fr :
Batman – Trois Jokers (édition classique – 18€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Batman + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Batgirl + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition variante limitée Red Hood + carte – 20€)
Batman – Trois Jokers (édition ultra limitée et tirage luxueux agrandit – 49€)






Batman – Jours de colère

Jours de colère est un volume unique contenant neuf chapitres (#22 à #29 + #Annual 2) de la série Detective Comics (période New 52). Tous ont déjà été publiés dans Batman Saga (#24 au #31). En recueils aux États-Unis, il s’agit des 4ème et 5ème volumes de Detective Comics (cf. cet index). Enfin, ce tome est aussi la suite directe d’Empereur Pingouin même si la lecture de ce dernier n’est absolument pas obligatoire pour comprendre Jours de colère. Critique.

[Histoire]
Dans Gotham, plusieurs policiers sont tués par Wrath, un puissant ennemi de Batman qui lui ressemble étrangement (ses parents ont été assassinés quand il était enfant, il dispose d’une technologie avancée, d’une armure et d’un équipement hors-pairs…). Gordon et l’homme chauve-souris s’associent pour arrêter Wrath…

Dans le civil, Bruce Wayne a fort à faire avec l’entrepreneur E. D. Caldwell, sérieux concurrent. Caldwell Tech est même prêt à racheter Wayne Enterprises et fournit sa technologie au GCPD. Au sein du commissariat, Harvey Bullock n’est pas insensible aux charmes d’une nouvelle psychologue, Abigail Wilburn.

En parallèle, le Kirk Langstrom, alias Man-Bat, découvre que sa femme Francine utilise aussi son sérum de transformation…

[Critique]
À l’instar d’Empereur Pingouin, Jour de Colère séduit davantage par ses graphismes que son histoires, ou plutôt ses histoires, tant l’ensemble forme un recueil de cinq récits pas forcément liés. On débute avec l’annual et ses backs-up, intéressants mais trop éphémère (centré sur Bullock et une voleuse d’identité). Vient ensuite l’ennemi de choc, Wrath (« colère » en anglais, d’où le titre) qui apparaît rarement chez DC Comics mais on a pu découvrir (en français) sa première apparition (1984) dans le magazine DC Saga présente : Batman Vendetta. Il occupe ici une place centrale pour trois chapitres (#22 à #24) d’une écriture extrêmement pauvre. On devine très rapidement qu’il s’agit de Caldwell et la confrontation entre Batman et Wrath est expéditive.

Place ensuite au chapitre #25 qui est connecté à L’An Zéro, moment durant lequel plusieurs séries DC furent impactées pour montrer une tempête et un black-out à Gotham City. Un excellent récit centré sur Gordon à ses débuts — on note un Harvey Bullock jeune et charismatique, proche de ce qu’on voit dans Terre-Un — au moment des premiers pas de Batman. On y suit dans son back-up l’histoire très secondaire de Man-Bat, déjà amenée en filigrane depuis plusieurs chapitres et qui trouve sa conclusion, sympathique mais sans plus, dans le #26.

Suit, enfin, Gothtopia, un nouveau segment en trois chapitres (#27 à #29) qui s’était répercuté dans sept autres séries (dont Batgirl, dont son chapitre sur Gothtopia fut chroniqué dans cet article). Si Gothtopia se suffit (largement) à lui-même dans ce livre, on aurait aimé une version complète (inédite en France mais  la chronique sera bientôt sur ce site).

Gothtopia présente (de prime abord) un monde alternatif (elseworld) dans lequel Batman, en costume blanc, et Catbird (Catwoman) sont les justiciers de Gotham, ville radieuse et lumineuse. Pour épauler ce binôme de choc, Batman peut compter sur Bluebelle et Brightbat (Batgirl et Batwoman) ainsi que le Maire Copplebot et le commissaire Sionis. Très peu de crimes ont lieu dans Gotham, cité où tout le monde se sent en sécurité. Seulement… trente-six suicides ont eu lieu ces derniers temps, quelque chose cloche ! Sans surprise, une toxine de l’Épouvantail est derrière cette utopie Gothamienne…

Comme dans le tome « précédent » on retrouve des allusions à diverses séries : la même (Detective Comics) via divers chapitres (et donc d’Empereur Pingouin), Batgirl, Batman Incorporated (Grant Morrison présente Batman), Forever Evil, Batman, etc. C’est là aussi un des points faibles de l’ouvrage : beaucoup d’allusions qui perdent le lecteur néophyte. Au-delà, on l’a vu, on a surtout droit à cinq histoires, une avec Bullock/Mme X., une avec Wrath, une avec Gordon, une avec Man-Bat et une sur un faux monde parrallèle. Ensemble décousu, fortement inégal, on lorgne vers le bon et le moins bon, ce qui est… pénible. Il est tout à fait louable de vouloir proposer un contenu plus ou moins inédit en librairie mais quand celui-ci n’est pas forcément excellent, relié à trop d’autres séries (parfois indisponibles), c’est plutôt dommage. Jour de colère n’apporte pas grand chose à la mythologie de Batman, clairement. On apprécie quelques chapitres, on se régale côté dessins mais… ça ne va pas plus loin. Comme beaucoup de productions « moyennes » consacrées au Chevalier Noir.

Le découpage de cette version librairie change de celui de Batman Saga puisque le one-shot débute par l’annual (et ses deux petits back-up) centré sur Mme X. et Bullock puis se poursuit avec les chapitres #22 à #29 ; là où en kiosque, on démarrait par le #22 puis l’annual, puis le #23. Cela ne change pas grand chose et montre que le récit sur Mme X., Bullock et Wilburn n’est pas franchement utile et important.

Au scénario, John Layman (qui avait signé Empereur Pingouin) et Joshua Williamson. Aux dessins, on retrouve, entre autres, les excellents Scot Eaton, Jason Fabok, Andy Clarke, ainsi que Szymon Kudranski, Jorge Lucas et Derlis Santacruz. On retient surtout Jason Fabok, dont il s’agissait des travaux de plus en plus important au sein de DC Comics. Une classique galerie de couvertures alternatives (notamment celles du Detective Comics #27 — dont les divers backs-up ne sont pas de la partie) clôt l’ouvrage.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 5 avril 2019

Scénario : John Layman
Dessins : Scot Eaton, Jason Fabok, Andy Clarke, Szymon Kudranski, Jorge Lucas, Derlis Santacruz…
Couleurs : Jeromy Cox, Blond, Brett Smit…
Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Stephan Boschat (Studio Myrtille)

Acheter sur amazon.frJour de colère

 

Empereur Pingouin

Empereur Pingouin est un tome unique reprenant les chapitres #13 à #21 de la série Detective Comics (après le relaunch New 52). Ceux-ci ont déjà été publiés dans les magazines Batman Saga #15 à #18 puis #20 à #23. Aux États-Unis, ce volume est le troisième de Detective Comics, cf. cet index qui référence tous les épisodes de la série. En France, l’idée de le publier comme un one-shot « à part » fut risqué pour deux raisons : l’histoire poursuit (plus ou moins) ce qui a été instauré auparavant (mais aucun problème de compréhension, au contraire) et, surtout, est connectée à bon nombre d’autres séries à connaître (davantage problématique). Explications.

batman-empereur-pingouin


[Histoire]

À Gotham, le Pingouin est respecté, craint ou bien on lui obéit. Mais il n’est pas « aimé ». Pour changer cela, Oswald Cobblepot décide d’être davantage philanthrope. Il est aidé d’Ignatius Ogilvy, son fidèle homme de main plutôt malin et ambitieux, et des « Dragons Fantômes », tueurs à gage chinois qu’il a engagé pour tuer non pas Batman mais… Bruce Wayne.

De son côté, Poison Ivy mène une vendetta contre les usines polluantes. Pour mener à bien sa mission, elle a envoûté Gueule d’Argile. Parmi les entreprises à rayer de sa carte, l’une est au Pingouin. Le Chevalier Noir entend bien montrer à l’Empoisonneuse qu’elle agit mal en tant qu’éco-terroriste, même si cela le place comme défenseur indirect de Cobblepot.

Dans l’ombre, Ogilvy semble bien déplacer ses pions pour prendre possession de l’empire du Pingouin et devenir… le « Pingouin Empereur ».

Parallèlement à tous ces évènements, des fanatiques du Joker, appelée la Ligue des Sourires avec Boute-en-Train à leur tête, commet divers crimes dans Gotham

[Critique]

John Layman est le scénariste de ce one-shot (en vrai, il poursuit le run entamé par Tony S. Daniel dans deux autres volumes non publiés en France mais sans que ce soit un problème de compréhension pour débuter celui-ci). Jason Fabok illustre l’ensemble. Ancien assistant de David Finch, tous deux sont des « héritiers » de Jim Lee : traits fins, élégants, précis et réalistes, puissance et action croquées avec brio ; bref, les graphismes sont sans aucun doute l’un des points forts de l’ouvrage (colorisé par Jeromy Cox). C’est l’un des premiers travail important de Fabok et on se régale devant ces compositions. Andy Clarke dessine quant à lui tous les petits chapitres additionnels (back-up), toujours écrits par Layman. Chacun apporte un éclairage sur un personnage secondaire (tout en s’inscrivant dans la continuité des récits qui les précèdent) : Ogilvy, Poison Ivy, Gueule d’Argile, Zsazs, Man-Bat, M. Combustible… Sur ces points (les dessins et les mini-chapitres), tout est correct et réussi. En revanche, le nombre de connexions, plus ou moins importantes, à plein de séries gravitant autour du Dark Knight, empêche une immersion qualitative et, surtout, déroute sous doute les moins connaisseurs des œuvres sur Batman.

Ainsi, dès le début, une allusion est faite aux Portes de Gotham. Récit dans lequel on apprenait que les fondations de la ville résultaient de certaines familles importantes, incluant les Cobblepot et les Wayne. Plus loin, les évènements du Deuil de la Famille (et même, d’une certaine façon, les aventures de Batgirl et des Birds of Prey) occupent une place centrale durant plusieurs chapitres sans qu’on ne puisse réellement comprendre ce qui se trame si on n’a pas lu cet autre récit (que ce soit les faits se déroulant durant cet event ou leurs conséquences — la famille brisée). Citons aussi, par exemple, les séries Le Chevalier Noir (au détour d’une image de Natalya, compagne de Bruce Wayne aperçue dans cette dernière et d’une allusion à un combat contre le Chapelier Fou) et Talon, complètement inédite en VF, qui est évoquée brièvement.

Sans surprise, des mentions aux premiers chapitres de Detective Comics sont aussi de la partie, notamment sur l’histoire du Joker (il s’était fait enlever son visage par le Taxidermiste et avait bénéficié d’un certain regain de popularité dans les rues (!)). Ceux-ci n’étant pas publiés en librairie, autant dire que le novice sera perdu. Enfin, la mort de Damian Wayne — le garçon apparaissait au début du tome — est évidemment évoquée mais sans réellement la comprendre puisqu’il faut, à nouveau, se tourner vers une autre série pour les détails (et pour d’autres mentions liées à celle-ci), à savoir Batman Incorporated (et donc Grant Morrison présente Batman).

L’ultime chapitre (#21) — dessiné par Scot Eaton — permet de conclure une histoire entamée dans le chapitre #0 (cf. volume précédent) avec l’assassin Mio (devenue Pénombre) et de mettre l’agent Strode plus en avant, croisée dans deux back-up (dont l’un, une fois de plus, dans le tome précédent), ainsi qu’Harper Row (se référer à la série Batman de Scott Snyder pour savoir qui elle est, sachant que d’autres allusions sont faites à propos de séquences peu marquantes mais tout de même, notamment dans le tome 6).

Ces multiples références déconnectent clairement du fil rouge narratif (centré sur Cobblepot et Ogilvy) et débouchent sur des morceaux d’enquête ou d’action un peu sortis de nulle part (Poison Ivy ou Boute-en-Train par exemple), qui se rattachent péniblement à l’ensemble. L’ombre du Joker plane une bonne partie de l’ouvrage sans qu’il puisse être réellement exploité. Tout cela est fort dommage car le personnage d’Ogilvy est plutôt réussi. Charismatique et fin stratège, son évolution est assez prévisible mais globalement plaisante (malheureusement, il n’apparaîtra plus par la suite — ce qu’on ignore quand on découvre Empereur Pingouin). Ce nouvel antagoniste partage l’affiche avec le classique Pingouin bien sûr, même si ce dernier disparaît un bon moment à cause d’une autre série qui l’utilisait au même moment (Batman : Le Deuil de la Famille). Pénible. Enfin, c’est Man-Bat qui intervient pour le chapitre « anniversaire » #900 (le #19 du coup) et qu’on revoit aussi ensuite (et qui, logiquement, devrait être dans Jours de colère, qui est la suite directe de cet Empereur Pingouin même s’il sont vendus tous deux comme des volumes uniques — on devrait aussi revoir Mio vu la conclusion de son arc).

En synthèse, beaucoup d’ennemis, dont un nouveau, mélange d’un gangster plus conventionnel que les autres et qu’un Sphinx, qui défilent tout au long des neuf chapitres du tome et tous leurs back-up. Reste un sentiment mitigé au global, faute à l’impossibilité de suivre une série « seule » et qui aurait mérité, de toute façon, un peu plus de relief et de surprises malgré ses somptueux dessins. Une séduisante galerie de couvertures croquis ferme d’ailleurs le livre. On déconseille l’ouvrage aux nouveaux lecteurs, clairement. Pour les connaisseurs, difficile d’inciter de passer à l’achat : si vous n’êtes pas trop exigeant sur l’histoire et aimez voir une jolie parade de protagonistes, tous bien dessinés, alors foncez. Si vous préférez un récit moins décousu, plus singulier et davantage marquant, vous pouvez aisément passer votre chemin.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 6 février 2017

Scénario : John Layman
Dessins : Jason Fabok et Andy Clarke
Couleurs : Jeromy Cox
Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Laurence Hingray & Christophe Semal (Studio Myrtille)

Acheter sur amazon.frVersion française / anglaise