Archives par mot-clé : Chuck Dixon

No Man’s Land – Tome 04

No Man’s Land est une longue saga constituée de plusieurs tomes : le volume unique Cataclysme, qui en était l’introduction, puis le récit « principal » de No Man’s Land en six tomes et, enfin, New Gotham en trois volumes. Voir la page récapitulative si besoin.
Afin d’établir des résumés et critiques plus visibles qu’un gros bloc reprenant l’ensemble de l’ouvrage, celles-ci sont divisées par les différentes (petites) histoires qui composent le tome. Le résumé est en italique sous le titre et la critique est précédée d’une petite flèche.

batman-no-mans-land-tome-4

Le Message
scénario : Alisa Kwitney | dessin : Michael Zulli
Batman : No Man’s Land Secret Files #1

Peu avant l’évacuation des citoyens de Gotham, l’un d’eux, Jason Braun, entend une voix lui demandant de délivrer un message à Oracle. Suit une dérive nocturne où l’homme va croiser Le Pingouin, Poison Ivy… et quelques autres têtes connues de la ville.

Harley Quinn Penguin Pingouin

► Voici une étrange introduction, présentant un nouveau personnage, qui n’aura d’intérêt que s’il revient ultérieurement. D’un point de vue purement rationnel, il s’agit « juste » d’un homme sombrant dans la folie de la ville, la dernière nuit où il était possible de la quitter. Avare en métaphore et proche du mysticisme, le style graphique aide à apprécier cette petite histoire qui replonge dans le passé (les débuts du no man’s land) mais s’attarde sur une personne lambda sans développement narratif réellement intéressant.

Harley Quinn
scénario : Paul Dini | dessin : Yvel Guichet
Batman : Harley Quinn #1

Poison Ivy, chargée de la récolte de fruits par Batman, découvre une étrange figure familière en costume d’Arlequin dans des décombres à Gotham. Elle décide de la soigner et écoute son histoire d’ancienne psychiatre à l’Asile d’Arkham (là où Ivy l’a connu) et son idylle avec le Joker.

Harley Quinn No Mans Land

► Cette longue histoire (48 pages) est presque la première véritable apparition de Harley Quinn dans un comic-book. Nous sommes en octobre 1999, sept ans après sa création par Paul Dini pour la série d’animation Batman, la muse du Joker a droit à sa transition vers le papier en intégrant officiellement l’arc narratif en cours de Batman, en passant par ses origines (contées ici). C’est « presque » sa première apparition puisqu’elle était déjà dans le chapitre The Batman Adventures #12 en septembre 1993 (soit pile un an après sa découverte dans le dessin animé). Mais ce chapitre est un mélange d’adaptation et de prolongement de la série de Paul Dini (et Bruce Timm), plutôt anecdotique et enfantin (disponible en français dans Batman – Les Nouvelles Aventures – Tome 2). Et puis sûr, en février 1994 est sorti l’excellent Mad Love, à la fois adaptation de l’épisode éponyme qui refermait la série, et transposition papier officielle dans un one-shot dans un récit à la double lecture. C’est donc plutôt la troisième fois que Quinn apparaît dans une bande dessinée mais véritablement la première fois qu’elle intègre le Bat-Universe des comics, sa mythologie et ses connexions avec les autres protagonistes, prenant ainsi part à la complexe mythologie du Chevalier Noir. On notera aussi au passage la couverture alternative de ce chapitre par Alex Ross, livrant toujours de sublimes compositions (cf. Kingdome Come), qui a été choisi pour illustrer ce quatrième tome de No Man’s Land.

Modifiant très légèrement des petits passages d’origin-story de Mad Love (la rencontre entre Harley et le Joker), cette histoire développe efficacement le personnage d’Harleen Quinzel. Le récit navigue d’ailleurs en perpétuelle confusion sur l’état mentale de la dulcinée du Joker et de ce dernier. Jonglant entre la folie pure et le rationalisme à propos de leur idylle, bien difficile de juger si l’un ou l’autre est réellement fou et pas conscient de ses actes. Ces éléments sont clairement les points forts de ce chapitre, s’intercalant peu après Les Fruits de la Terre (fin du volume précédent) et dans l’immense échiquier qu’est la saga No Man’s Land. On retrouve évidemment le Joker et on en sait davantage sur ce qu’il faisait récemment.

Hélas, la pauvreté graphique, oscillant étrangement entre le très cartoony (pour se rapprocher de la série d’animation ?) et un style plus classique mais mal encré et colorisé, n’aident pas à faire de ce Harley Quinn, un « must-have » et un objet culte (l’exploit de Mad Love n’est donc pas réitéré). Dommage mais pas complètement gâché pour autant car le scénariste Paul Dini, créateur du personnage, livre tout de même une histoire solide et passionnante.

*À titre anecdotique, on peut lire Nom de Zeus…

Le Roi
scénario : Ian Edginton | dessin : Jason Minor
Batman : Shadow of the Bat #89

Batman cherche  » Le Roi « , un mystérieux bienfaiteur qui a aidé les plus démunis et abandonnés. Killer Croc semble être en lien avec cette disparition.

Batman Killer Croc

► Si, une fois de plus, on s’attarde sur un personnage anecdotique, il est intéressant de constater le « bien » qui est fait dans Gotham City et, surtout, c’est la première fois depuis longtemps que Batman est au centre d’un récit. Ce qui fait… du bien aussi ! Toutefois les graphismes hideux n’aident pas à rendre cette histoire mémorable, loin de là…

Sur les quais
scénario : Janet Harvey | dessin : Sergio Cariello
Batman #569

Batman confie une mission à la nouvelle Batgirl, ravie de pouvoir montrer ses talents à celui qu’elle admire.

Batgirl No Mans Land

► Le développement du personnage de la fille de Caïn — toujours sans prénom durant cette histoire — se poursuit « lentement mais sûrement ». Apparue à la fin du deuxième tome, elle a pris la relève de l’ancienne Batgirl (Huntress qui avait revêtu la cape sans le réel aval de Batman), et permet d’obtenir une certaine dynamique intéressante. Notamment dans la relation maître-élève qui avait disparu depuis un bon moment dans les aventures du Chevalier Noir. Du reste, on poursuit, ou plutôt on stagne (mais ce n’est pas bien grave), l’évolution du no man’s land de Gotham avec toujours ses différents gangs et lieux stratégiques.

Le Retour
scénario : Larry Hama | dessin : Mike Deodato Jr.
Detective Comics #736

Bane est de retour à Gotham. Par un ingénieux système, la brute intelligente réussit à passer les ponts pourtant détruits et gardés. Bane considère que c’est SA ville et qu’il est temps de revenir y mettre de l’ordre et évidemment d’affronter Batman.

Bane No Mans Land

►Avec un excellent rythme (aucun temps mort, beaucoup d’action bien croquée), ce retour fracassant de Bane (apparu dans Knightfall, la précédente saga qui se déroulait peu avant celle-ci) est réjouissant même s’il fait surtout office d’introduction. On a hâte de voir cet antagoniste puissant œuvrer dans la ville car, s’il y a bien un ennemi du Chevalier Noir qui n’est pas dans le manichéisme primaire, c’est bien Bane.

Sous les pavés, la guerre !
scénario : Chuck Dixon / Staz Johnson | dessin : Gordon Purcell
Robin #68 à 70

Batman confie la lourde tâche à Robin (Timothy Drake) de trouver une cache dans les égouts qui contient nourritures et médicaments. Le jeune apprenti ne veut décevoir son mentor et se risque dans le dédale poisseux où plusieurs figures ennemies se côtoient… À commencer par Mangles et Mégaborg, qui manquent de peu de se noyer. De l’autre côté de Gotham, en rentrant chez elle après un footing, Stéphanie Brown est confrontée à sa mère, qui vient de découvrir le costume de Spoiler en rangeant les affaires de sa fille.

Robin No Mans Land

► Comme dans la seconde partie du tome précédent, trois chapitres constituent cette mini-histoire : les Rats, les Louveteaux, les Survivants. On y retrouve justement des têtes connues et aperçues en début du troisième volume : le duo Tommy Mangles et Mégaborg (ils sont un peu ridicules et deviennent rapidement des figurants), Otis Flannegan, le « chasseur de rats » (sauf qu’il ne les chasse pas, il les dompte), lui aussi brièvement croisé dans le tome précédent et enfin (surtout), Mister Freeze qui signe là son grand retour. Malheureusement l’ensemble ne sera pas spécialement épique mais fonctionne rudement bien grâce au travail d’écriture sur Robin, obstiné à ne pas décevoir Batman.

Une autre partie intéressante du récit se situe du point de vue Stéphanie Brown. Selon une conversation, on comprend que la jeune fille était enceinte et a avorté. En couple avec Robin (même si ce n’est pas explicitement indiqué), on prend plaisir à suivre l’avancement de cette autre justicière, même sans son costume. Un aparté plus poussé aurait été le bienvenu, de peur qu’elle soit délaissé et revienne plus tard sans forcément avoir eu un traitement aussi soigné (ou plutôt publié) que ses alliés.

Fantômes
scénario : Dennis O’Neil | dessin : Roger Robinson
Azrael #58

Azrael continue d’aider les plus démunis et les ramène au Docteur Thompkins. Mais le justicier ne cesse d’être hanté et poursuivi par ses démons intérieurs : son père, l’Ordre de St. Dumas…

Azrael no mans land

► Il est toujours difficile de lire les aventures de Jean-Paul Valley. Si le jeune homme est charismatique et que son cheminement interne est toujours plutôt bien développé (il est à la limite de la schizophrénie), la dériver avec les chevaliers mystiques, le côté sectaire et d’autres éléments ont toujours du mal à passer dans l’univers de Batman. Il aurait sans doute fallu lire tout l’arc consacré à Azrael pour pleinement être

Le Code
scénario : Bronwyn Carlton | dessin : Mike Deodato Jr. / Tom Morgan
Batman #570 | Detective Comics #737

Le Joker et Harley Quinn prennent possession d’un immeuble. Harley s’installe dans un appartement où elle découvre un code de séduction qu’elle décide de suivre à la lettre pour que son poussin montre son amour pour elle. De son côté, le Clown du Crime décide d’organiser une élection dans son territoire pour permettre « démocratiquement » de savoir qui va le diriger entre lui et Petit, un policier qui a préféré s’exiler de Gordon, préférant des méthodes plus brutales. L’objectif du Joker est multiple : retrouver sa dulcinée, montrer que Batman impose sa façon de faire alors que lui propose d’être élu, etc.

Joker Harley No Mans Land

► Le retour du duo fou, peu de temps après les premiers pas d’Harley. L’ensemble est clairement bien écrit et réjouissant, on retrouve les caractéristiques propres du couple, empruntant à la fois à la série d’animation et aux codes des comics papier (le Joker est plus violent, Harley semble plus maline). L’élection est clairement un prétexte bidon et une intrigue très secondaire. Elle permet tout de même de retrouver Huntress, qui agit en solo suite à son renvoi par Batman. Graphiquement ça tient la route et continue de montrer par petites touches des histoires différentes qui font avancer lentement mais sûrement l’intrigue, même si la globalité de la saga « stagne » toujours (elle dévoile juste les petites avancées de chaque protagonistes ou antagonistes).

Jeu de Pouvoir
scénario : Larry Hama | dessin : Rick Burchett
Batman : Legends of the Dark Knight #121

Batman enquête dans un quartier où Mister Freeze semble régner…

Batman Torture Tue

► Le style de Rick Burchett rappelle indéniablement celui de Darwyn Cooke. Cela permet d’y voir une histoire aux allures « enfantines » mais aux propos plus « adultes », ce qui détonne toujours et est particulièrement efficace. Mais ici, le côté sombre et mature du récit n’est évoqué que partiellement : la mort de Nora — femme de Victor Fries — et le sauvetage des œuvres d’art par ce dernier afin de les préserver du désastre causé par le no man’s land. L’idée n’est malheureusement qu’effleurer et il faudra absolument la développer. Ne reste qu’un très long affrontement, presque onirique entre l’homme de glace et l’homme chauve-souris. Une petite mention est faite à Robin (voir plus haut) mais on ne sait pas comment Mister Freeze s’est échappé pour redevenir libre. Un court chapitre plutôt réussi mais qui aurait méritait de s’étendre sur un autre.

Le Gouffre aux Chimères
scénario : Larry Hama | dessin : Paul Gulacy
Batman : Legends of the Dark Knight #122 | Batman : Shadow of the Bat #90

Le Chevalier Noir s’allie à Lynx, une antagoniste borgne redoutable. Ensemble ils vont combattre une triade asiatique qui exploite les plus démunis. Ces derniers sont des esclaves chargés de pédaler en continue pour fournir de l’électricité à des chefs mafieux.

Batman Lynx No Mans Land

► Quand baissent les chimères… et un bel exemple pour la jeunesse sont les deux titres de cette histoire un peu anecdotique puisqu’elle fait intervenir un personnage peu connu et pas forcément charismatique. On retient surtout un flash-back en France et la dernière planche annonçant un plan d’action de Bane. L’ensemble est assez moyen d’un point de vue graphique et Batman semble être un roc imbattable. Des échanges avec Lynx sont par contre intéressants, comme celui-ci : « Je combats le crime et je suis un détective. Je ne me considère pas comme un héros. Ce n’est pas un métier… c’est une appellation… que décerne la postérité. »

Conclusion : Si chaque tome de No Man’s Land poursuit un certain schéma pré-établi avec brio (de multiples petites histoires faisant intervenir des héros, des antagonistes, des ennemis, des inconnus… partiellement ou sur deux à trois chapitres), la formule semble s’essouffler un petit peu. En effet, l’ensemble a toujours été hétérogène quant à la qualité graphique (c’est à nouveau le cas ici mais une tendance tout de même en dessous de ce qu’on a connu) mais toujours homogène côté scénario. L’écart se creuse dans ce quatrième tome puisqu’on a du très bon (toutes les histoires avec le Joker, Harley Quinn, Bane et éventuellement Mister Freeze) et du moins bon voire franchement pas mauvais (les errances d’Azrael, Killer Croc et Le Pingouin).

En constat général, les deux tiers de l’œuvre sont quand même excellents (scénaristiquement parlant) mais l’autre tiers se révèle plus que moyen. L’équilibre qualitatif devient un peu plus fragile. Néanmoins, la saga continue de passionner, à défaut de vraiment s’émanciper vers un échappatoire logique et une certaine légèreté faite d’espoir et de clarté. Recommandé tout de même donc.

Acheter sur amazon.fr

No Man’s Land – Tome 03

No Man’s Land est une longue saga constituée de plusieurs tomes : le volume unique Cataclysme, qui en était l’introduction, puis le récit « principal » de No Man’s Land en six tomes et, enfin, New Gotham en trois volumes. Voir la page récapitulative si besoin.
Afin d’établir des résumés et critiques plus visibles qu’un gros bloc reprenant l’ensemble de l’ouvrage, celles-ci sont divisées par les différentes (petites) histoires qui composent le tome. Le résumé est en italique sous le titre et la critique est précédée d’une petite flèche.

batman-no-mans-land-tome-3

En dessous de tout
scénario : Chuck Dixon | dessin : Staz Johnson
Robin #67

Dans les égouts de Gotham City, un étrange duo — Tommy Mangles et Mécaborg (un homme musclé et une tête humaine sur un corps androïde sans bras ni jambes attaché dans son dos !) — sème la terreur contre les plus démunis s’aventurant dans cette cachette improbable. Robin et Nightwing s’y engouffrent en amont, dans les endroits les plus éloignées de la surface, afin de rejoindre Gotham City. Les deux justiciers ont été rappelés par Batman. Mais une personne proche des rats semble aussi surveiller ces lieux si particuliers…

Robin Nightwing No Mans Land

► Une entrée en matière portée sur l’action, on se dit que les « hostilités » vont véritablement commencer dans ce tome. Les précédents présentant davantage la situation sous de multiples points de vue avec quelques affrontements divers. Il est donc temps d’accélérer un petit peu l’ensemble. Malheureusement ici, trois problématiques se succèdent : l’impression d’une jonction manquante (on avait quitté Robin peu avant interdit de séjour à Gotham — la simple explication de « Batman nous a rappelé » est un peu faiblarde), deux voire trois ennemis assez ridicules (grosse peur de retomber dans l’effet Knightfall qui voyait se succéder divers antagonistes risibles ou peu connus), des graphismes réussis dans l’ensemble mais avec une coloration trop vive et des cases parfois ratées (cf. illustration ci-dessous). Nightwing est méconnaissable tant son humour est « méchant » envers Robin, il ne génère aucune empathie. Par contre, l’histoire avance, un peu plus vite, et la fin confirme qu’il y a une suite « directe » (moins de petits chapitres éparses que les volumes précédents).

L’Assemblée
scénario : Greg Rucka | dessin : Mike Deodato Jr.
Batman : Legends of the Dark Knight #120

Une bonne partie des alliés de Batman se rassemble chez Oracle à sa demande : Nightwing, Robin et Azrael rejoignent donc les deux justiciers. La fille de Caïn, quasiment muette (découverte à la fin du volume précédent) est également présente. Après de brèves retrouvailles, le Chevalier Noir et Nightwing rendent visitent à Batgirl et découvrent son identité (Batman la connaissait déjà). Entre-temps Gordon et le Chevalier Noir ont échangé quelques mots (et même un poing !) sans déboucher sur une possible alliance.

Batman Batgirl Identity No Mans Land

► Une « assemblée » de courte durée mais qui fait chaud au cœur ! Même si les protagonistes n’ont pas le temps de beaucoup échanger, cela fait « du bien » de les voir réunis. La partie la plus importante du chapitre est bien sûr l’identité de Batgirl (c’est très bien vu et plutôt surprenant !) et son échange avec Batman, insensible comme jamais. Il faudra faire à sa manière sinon on ne collabore pas avec lui, point.

« Je pensais pouvoir… Je pensais avoir besoin de travailler seul.
Un ‘retour aux sources’. J’avais tort. Personne ne peut y arriver seul.
Le No Man’s Land est trop grand. Trop sombre.
La seule façon de ramener la lumière à Gotham, c’est de travailler ensemble.
»
Batman à ses alliés.

Batman Alliance No Mans Land

Les dessins jouent à fond la carte d’agréables enveloppements et autres flottements provoquées par les capes des super-héros, une façon de faire très esthétique et jolie. Un récapitulatif sur la fille de Caïn est le bienvenue : elle n’a pas de nom, son père est un assassin et l’a élevée pour en faire une tueuse parfaite. Elle s’est rebellée et s’est enfuie, a trouvé Oracle et apprend depuis cinq mois. De quoi s’y retrouver avec la temporalité et lever quelques zones d’ombre sur le chapitre qui fermait le volume précédent. Enfin, cette histoire se termine sur un changement historique et important dans la mythologie du Dark Knight : la fille de Caïn devient officiellement la nouvelle Batgirl !

Scratch-Test
scénario : Dennis O’Neil | dessin : Roger Robinson
Azrael : Agent of the Bat #56-57

Azrael est avec Leslie Thompkins quand Batgirl ramène une victime qui a pris une balle d’un pistolet. En remontant la piste de l’agresseur, quelques indices mènent à Nicholas Scratch, l’homme responsable de la loi déclarant Gotham no man’s land. Batman missionne le justicier, accompagné de sa nouvelle allié, de lui apporter Scratch.

Azrael Scratch No Mans Land

► Un affrontement clairement attendu : Azrael VS Scratch. On voit enfin Scratch en action, décrit comme un charismatique leader, il apparaît ici comme un (autre) ennemi plutôt ridicule, sorte de punk-leader (rappelant « vaguement » ce que faisait Bane dans The Dark Knight Rises). Si Scratch n’avait été qu’un énième ennemi à la tête d’un clan sur un territoire, alors l’ensemble passerait plutôt bien, mais d’avoir fait de cet antagoniste un personnage si « puissant » (dans ses descriptions en amont et dans sa responsabilité du no man’s land — responsabilité qui n’a jamais été montré en image mais uniquement par résumé éditoriale dans le premier tome) pour finalement qu’il soit traité de façon si simpliste est assez décevant (on est en droit d’avoir certaines attentes et exigences dans ce cas présent).

On retient tout de même quelques qualités : un duo intrigant et atypique (Batgirl & Azrael) et un développement intéressant de la « schizophrénie » d’Azrael, avec une présence plus forte de son alter ego Jean-Paul Valley (accompagné de la voix de la sagesse via Leslie Thompkins). Un bon point (involontaire ?) : l’arc narratif sur Scratch semble être terminé à la fin de cette petit histoire qui, bien que très bien dessinée, souffre de nombreuses cases manquant cruellement de décors ou bénéficiant d’un pauvre fond coloré. Toutefois, cet ensemble, même s’il n’est guère réussi et convaincant, permet de faire avancer les choses efficacement.

Un petit garçon perdu
scénario : Scott Beatty | dessin : Pascal Alixe
The Batman Chronicles #17

Aaron Langstrom est le fils du couple de scientifiques Francine et Kirk Kangstrom, alias « Man-Bat », qui se transforme littéralement en chauve-souris géante. Aaron a, par conséquent, lui aussi l’apparence d’une chauve-souris tout en étant un enfant. Il a été capturé et sa mère demande de l’aide au Pingouin — elle n’a pas vu son mari depuis le séisme et propose ses services de docteur en échange. Le Chevalier Noir s’en mêle…

Man Bat No Mans Land

► Antagoniste aussi emblématique que discret, Man-Bat n’apparaît ici que par l’intermédiaire de sa femme, au centre du récit, et de ses deux enfants. Une originalité supplémentaire que de les mettre en avant dans cette nouvelle histoire toujours un peu en marge de l’ensemble. Cette concentration sur des rôles secondaires au détriment de faire avancer les enjeux cruciaux et principaux est extrêmement intéressante mais un poil « agaçante » car elle donne l’impression de stagner. Néanmoins, sous le prisme de comparaison avec Knightfall, c’est nettement plus réussi et passionnant ici.

Ne zappez pas
scénario : Dafydd Wyn | dessin : Eduardo Barreto
The Batman Chronicles #17

Jenkin Yates a réussi à conserver presque intact son studio de transmission d’information et sa caméra. Il présente et filme l’intérieur de Gotham pour montrer au public externe ce qu’il se déroule au sein du no man’s land.

No Mans Land Yates

► Anecdotique de prime abord, cet aparté « journalistique » prend un sens intéressant lors de sa fin et l’incursion du Chevalier Noir qui voit dans cette transmission vidéo une possible puissante arme. À nouveau si cela procure une sensation un peu « éphémère » (de lire plusieurs petits bouts d’histoires), on comprend la connexion entre chacune d’entre elles et, surtout, on espère, les voir se lier et converger vers un aboutissement plus concret et utile.

Crise d’Identité
scénario : Chris Renaud | dessin : Graham Nolan
The Batman Chronicles #17

Batman se fait arracher son masque par Killer Croc lors d’un affrontement entre les deux. Dans l’ombre, le Dr Kryder reconnaît le visage de Bruce Wayne. Ce médecin travaillait à l’Asile d’Arkham, notamment sur le cas Harvey Dent et son obsessionnelle dualité interne. Qu’il retrouve aussi chez Wayne/Batman, forcément… Mais l’heure n’est plus aux études mais à la survie : l’identité secrète du justicier de Gotham est peut-être la clé de sortie pour Kryder. Il décide donc de retourner voir son ancien patient : Double-Face.

Two Faces No Mans Land

► À nouveau une petite excursion intéressante d’un point de vue d’un « civil » lambda mais pas si commun que cela. Prétexte encore une fois à montrer un des ennemis de Batman avec un petit angle novateur mais très expéditif. Une curiosité qui aurait mérité d’être développé sur plusieurs chapitres (après tout, le secret de l’identité de Batman est un fil rouge narratif qui peut générer beaucoup de tensions et retournements de situations !).

La Grande Évasion
scénario : Chuck Dixon | dessin : Scott McDaniel
Nightwing #35 à #37

Lyle Bolton, alias Double-Tour se réjouit de punir et enfermer « les méchants » dans la prison de Blackgate, véritable forteresse dont on ne s’évade pas et devenue, depuis le séisme et le décret no man’s land, un véritable « enfer sur terre ». Aidé de KGBeast, Double-Tour mène la vie dure aux détenus, qu’il considère comme des déchets. Batman charge Nightwing d’infiltrer la prison, d’en reprendre le contrôle et de mettre un terme aux agissements violents et néfastes du binôme carcéral impitoyable qui emploie également les frères la gâchette.

Nightwing No Mans Land

► Trois chapitres composent cette histoire centrée sur Nightwing : Le ventre de la bêteGagner du temps et La grande évasion. Une fois de plus (à l’instar d’Azraël un peu plus haut), si l’on se réjouit de suivre un point de vue très particulier, on reste dubitatif face à cette profusion d’antagonistes plus ou mois nouveaux, plus ou moins ridicules, plus ou moins crédibles. Le tout dessiné de façon trop « cartoony » pour réellement saisir la menace et le danger ambiant (alors que, clairement, les deux/trois dernières planches nous montrent un Nightwing complètement usé, épuisé et blessé – un côté peu vu auparavant).

Mais il y a tout de même de belles choses dans ce récit. Tout d’abord on comprend vite que venir à Gotham n’est pas si simple et facile que ce que l’on peut penser pour Nightwing. En établissant des petites références à Blüdhaven, on comprend aisément qu’en venant à Gotham, Nightwing délaisse sa ville prise d’assaut par un million de Gothamiens venus camper devant. Les chapitres s’attardent d’ailleurs sur un certain Nite-Wing, un jeune homme qui s’est livré à la police locale en clamant être le justicier masqué éponyme. Un commissaire le prend sous son aile et accepte qu’il travaille indirectement pour lui. Le nom de Roland Desmond est évoqué dans la liste des personnes à surveiller et a l’air d’être un futur ennemi « important ». Cela aura peut-être lieu dans le tome 6 (le dernier de la saga) puisque la dernière case de cette histoire mentionne « à suivre dans le tome 6 ». C’est à dire dans trois tomes, ce qui est assez « loin » !

On retrouve rapidement quelques têtes connus, comme Black Mask, le Dr Crane (l’Épouvantail), Jervis Tetch (Le Chapelier Fou), Firefly et le Ventriloque. D’autres antagonistes sont un peu nazes, comme évoqué plus haut, aussi bien parmi les prisonniers, donc les ennemis habituels du Chevalier Noir, que parmi les gardiens de prison entourant déjà les très spéciaux « Double-Tour » et « KGBeast ». Ainsi on découvre Le Dynamiteur et deux cow-boys, Tom  et Tad, alias « les frangins la gâchette » (qui ne sont pas sans rappeler ceux déjà intervenus dans Knightfall – à vérifier si ce sont bien les mêmes).

Du reste, Nightwing est plus sympathique qu’en début du tome et ce périple se laisse lire tout de même, ne serait-ce que pour statuer où se situent certaines figures emblématiques (la galerie de vilains) et, encore et toujours, la « façon de faire » à Gotham dans cette nouvelle aire sauvage et, presque, abandonnée.

Les Fruits de la Terre
scénario : Greg Rucka | dessin : Dan Jurgens
Batman : Shadow of the Bat #88 | Batman #568 | Detective Comics #735

Au début du no man’s land, Gueule d’Argile rend visite à Poison Ivy dans un parc de Gotham où la nature a repris ses droits. L’empoisonneuse a même pris sous son aile plusieurs enfants abandonnés. Le monstre de boue propose un marché à Ivy pour devenir riche en vendant fruits naturels.
Six mois plus tard, côté GCPD les tensions s’accumulent et les hommes de Gordon se scindent en deux clans : ceux qui le suivent et ceux qui vont faire régner la loi à leur façon (radicale et extrême, quitte à tuer pour survivre). Batman rend visite au Pingouin pour un interrogatoire.

Poision Ivy Gueule d'Argile No Mans Land)

► Une autre aventure en trois chapitres, très plaisante, qui s’attarde sur Poison Ivy, qui était plutôt mentionnée jusqu’ici, et sur Gueule d’Argile. D’un point de vue mythologie, il est fait mention que Bruce a fait construire de nombreuses bat-caves sous la ville lorsque Dick le remplaçait en tant que Batman (mention au très bon tome Le Fils Prodigue). Les Fruits de la Terre est sans aucun doute l’histoire la plus joliment dessinée de toute l’œuvre. Le duo Ivy/Argile fonctionne bien (et n’est pas si complice que ce qu’on pourra croire) et sera plus ou moins repris dans divers comics plus ou moins réussis par la suite, le très récent Dark Knight – The Last Crusade par exemple ou le plus anecdotique et peu convaincant Un Homme à Terre.

Côté scénario la trame narrative globale avance bien, Batman avait un accord avec Le Pingouin, il en a désormais un avec Poison Ivy. Huntress fait son retour et s’allie avec un personnage plutôt inattendu (et c’est, paradoxalement, une entreprise évidente). Un antagoniste à priori méconnu est en Colombie et est sollicité pour venir à Gotham. Gordon avait bel et bien un pacte avec Double-Face et en scelle un nouveau (au détriment de Renée Montoya). Enfin, Batman avait des données collectées sur Gotham et ses habitants et va devoir les récolter de nouveau en faisant appel à Catwoman (un autre récit en trois chapitres lui est consacrée et se déroule juste après ceux-ci).

Bref, on avance plutôt bien, par le prisme d’un lieu et quelques personnages secondaires, comme auparavant, mais cette fois à échelle beaucoup plus vaste grâce à quelques échanges et deux ou trois cases supplémentaires. Simple mais efficace. À presque mi-chemin de la saga, il était temps que cela évolue dans ce sens, pile à temps. Attention à ne pas retomber sur un schéma narratif répétitif (même si plaisant) juste après.

La Mission
scénario : John Ostrander | dessin : Jim Balent
Catwoman #72 à #74

À Manhattan, Catwoman est conviée à voler un bijou. Il s’agit d’un piège tendu par Batman qui l’attire dans la foulée à Gotham et lui demande de dérober d’importantes données informatiques pouvant aider à la reconstruction de la ville. Ces données sont… à New-York, fortement gardées par une équipe spéciale à la solde de Bruce Wayne.

Catwoman Batman No Mans Land

► À nouveau trois chapitres (La Mission, Miss Direction et Un Petit Détour) centrés sur la féline voleuse. La première moitié est clairement excellente, toute la caractérisation de Catwoman (sa relation avec Batman, son rapport à la ville, ses vols et le goût du jeu) sont parfaitement exposés et bien développés. La suite se gâte un petit peu. Catwoman et ses sbires affrontent les gardiens payés par Bruce (les « Durs des durs » — sic) dotée de pouvoirs surnaturels : télépathie, pyrokinésie, etc. Cela donne à l’histoire un petit côté « Mission : Impossible » voire Suicide Squad mais tout s’enchaîne trop vite et chaque membre n’a pas le temps d’être pleinement dévoilé. Ensuite, c’est l’ennemi Maxie Zeus, qui pense être la réincarnation de la divinité, qui fait son entrée. Là encore c’est assez expéditif, ce qui est dommage car ce Zeus est peu connu, souvent « ridicule », c’était l’occasion rêvée de lui apporter plus de consistance. Malgré tout, quelques choix de Catwoman font la part belle aux personnages et cette mini-histoire est clairement « à suivre ».

On retient aussi, entre autres, une réflexion intéressante pensée par Selina  : « Des hélicoptères équipés de projecteurs, des bateaux de patrouille, des soldats le long du périmètre… avec ce qu’ils payent pour tenir tout le monde à l’écart de la ville, ils auraient aussi vite fait de la reconstruire ». Ce genre de propos correspond souvent à ce qu’un lecteur peut se dire quand il cherche une certaine cohérence dans un récit. Dans le cas présent et depuis le début de l’histoire (même les anciens tomes), la bande dessinée en regorge. Parfois cela ne suffit pas comme « explication » mais de voir que les protagonistes s’interrogent sur ce genre d’aspect est clairement un élément bienvenu. On apprend aussi que Wayne est à priori en Europe et injoignable là-bas après s’être fait ridiculiser aux États-Unis (sans doute en tentant, en vain, de sauver Gotham par les voies légales classiques).

Il est fait plusieurs fois mentions du meurtre de Selina Kyle par Catwoman quand celle-ci se présentait aux élections locales (elle aurait jetée un cadavre de quelques jours du haut d’un immeuble en faisant croire que le cadavre était celui de Selina) ! Une note éditoriale aurait été la bienvenue sur ce sujet, à priori tiré d’une histoire inédite en France. De même, les nombreuses allusions à la période Knightfall pourraient être mentionnés d’un simple « Voir tel livre de notre collection » comme le fait pourtant habituellement l’éditeur. En somme, ces chapitres sont un régal pour les fans de Catwoman mais le faible développement des nombreux personnages secondaires ou antagonistes empêchent d’être une réussite totale. Sortir un peu de Gotham est aussi agréable et permet d’avoir une certaine « aération » nécessaire. À l’instar de l’histoire précédente, celle-ci fait aussi avancer « à grand pas » la trame générale, ce qui n’est pas déplaisant.

Conclusion : Encore une fois, ce nouveau volet de No Man’s Land est une réussite qui se concentre toujours sur des petites histoires différentes liées à l’avancement de chaque personnages ou groupe de protagonistes. Si l’effet, arrivé à la moitié de la saga, commence à atteindre une certaine saturation, la dernière ligne droite du tome (trois fois trois chapitres, soit plus de la moitié de l’œuvre), dévoile une certaine accélération, aussi bien pour chaque héros que pour la trame narrative générale.

Comme toujours, les graphismes souffrent légèrement d’une non-homogénéité mais ce n’est pas problématique. La situation inédite à Gotham continue d’être passionnante et les questions morales, un peu en retrait ici, aboutissent à de sincères réflexions. On regrette par contre, la vaste galerie de seconds couteaux peu charismatiques voire franchement ridicules, avec une première place pour Scratch, qui était pourtant prometteur et qui jouit d’un « pouvoir » pourtant féroce (c’est en partie à cause de lui que le décret no man’s land a été adopté — sans que l’on sache bien pourquoi et comment puisque cette jonction, se déroulent entre Cataclysme et le premier tome de No Man’s Land, est manquante dans la saga). De nombreux chapitres promettent une suite directe dans les prochains volets (notamment sur Nightwing et Catwoman), en route donc pour le tome 4 !

Acheter sur amazon.fr

Cataclysme

batman-cataclysme

[Histoire]
Gotham City, 19h03, un tremblement de terre d’intensité 7.6 sur l’échelle de Richter détruit la ville. Les immeubles s’effondrent, les incendies font rage, des citoyens innocents meurent dans les décombres ou sous l’eau…

Les différents justiciers (Batman, Nightwing…), les héros du quotidien (Gordon, Bullock…) et même les antagonistes pas forcément du bon côté de la loi (Catwoman, Azraël…) font face à une menace naturelle, sans précédent, bien plus grave qu’à l’accoutumée.

Chacun aide comme il peut et affronte cette épreuve, aussi injuste soit-elle et face à laquelle il ne peuvent concrètement « rien faire ».

Batman Cataclysme Gotham City

[Critique]
Ouvrage assez conséquent de 462 pages, Cataclysme se divise en seize chapitres et plusieurs interludes, ainsi qu’un court prologue et épilogue. Chaque chapitre provient d’une série différente du Batverse (comme pour Knightfall) : Batman, Detective Comics, Shadow of the Bat, Catwoman, Nightwing, etc. (détails dans la section À propos). Certains sont même inédits pour cette version française, à savoir Azrael #40, Catwoman #57, Robin #52 et Batman Arkham Asylum – Tales of Madness #1, qui sont parfois volontairement « coupés » pour rester focaliser sur l’histoire principale.

On y suit donc les points de vue de différents protagonistes durant cet évènement majeur, très important dans la mythologie du Chevalier Noir. En effet, Cataclysme poursuit la « chute » psychologique (et même physique) de Bruce Wayne/Batman après Knightfall, Legacy et Contagion. Ces deux derniers sont (étrangement) inédits en France et narrent la propagation du virus Ébola dans Gotham City. Peu après il y a donc ce tremblement de terre qui vient mettre à mal un peu plus le(s) justicier(s) avant de se poursuivre dans la grande saga No Man’s Land. En effet, et c’est à la fois la force et la faiblesse de Cataclysme, il s’agit avant-tout d’une introduction à No Man’s Land (série complète en six tomes). Celui-ci peut donc se lire comme un volume unique (one-shot) mais sous-entend clairement une suite que le lecteur souhaite logiquement découvrir.

Batman Cataclysme Nightwing Harold Alfred

L’intérêt de Cataclysme se situe dans la multiplicité des regards vers cette catastrophe, quasiment tous débutants (dans la première partie du livre tout du moins) juste avant que ne se déclenchent les premières secousses. Nightwing songe en premier lieu à savoir si Barbara Gordon est vivante, Robin, alias Timothy Drake, (en voyage en Europe) est dans un avion quand le tremblement de terre se produit et s’inquiète avant tout pour son père, Batman est tiraillé entre secourir les citoyens, empêcher une évasion de prisonniers de Blackgate et (plus ou moins) conserver son identité secrète (le Manoir Wayne s’est effondré sur la Bat-Cave), et ainsi de suite.

À ce titre, les meilleurs moments concernent, contre toute attente, des inconnus : un chapitre consacré à des gangsters chargés d’aider des passants coincés sous des décombres et un condamné à mort (à Blackgate) qui clame son innocence à son avocate peu avant son exécution. Le tremblement de terre vient lui apporter le miracle dont il avait besoin pour ne pas être tué puisque celui-ci lui permet de s’échapper. Le duo composé d’Huntress et Spoiler apporte un peu de nouveauté, d’ailleurs toute l’évolution d’Huntress au cour de l’ouvrage est intéressante. Le personnage souhaite s’émanciper des justiciers « classiques » en n’hésitant pas à tuer certains criminels. Un choix que ne cautionne évidemment pas le Dark Knight. Un chapitre centré sur Catwoman, très prenant, se concentre sur la peur et la solitude de Seline Kyle ; son individualisme mêlé à la forte empathie pour des êtres en détresse sont très bien écrits.

Batman Cataclysme Spoiler Huntress

Les autres épisodes se suivent et sont plus ou moins « classiques » (par rapport à la catastrophe subit), il y a même une certaine répétition mais qui n’est pas soporifique ou agaçante (contrairement à des passages de Knightfall, notamment les tomes 3 et 4, assez indigestes).

On note un certain fil rouge dans la seconde moitié de l’œuvre avec un homme (le Maître-Secousses – sic) clamant être responsable du tremblement de terre et souhaitant une rançon de la part de la ville afin qu’il ne déclenche pas un séisme encore plus meurtrier. De prime abord, ce nouvel ennemi paraît bien ridicule, d’autant plus qu’il demande de l’argent (re-sic) mais une fois son identité révélée, cela fait sens et est même plutôt bien trouvé.

Batman Cataclysme Maitre Secousses

La galerie des ennemis classiques de Batman fait ici de la figuration (Double-Face, le Pingouin, Bane, Poison Ivy…) intervenant en personnage très secondaire le temps de quelques planches, exception faite du chapitre divisé en trois parties se déroulant à l’Asile d’Arkham avec le Joker, le Sphinx, l’Épouvantail et Killer Croc notamment.

C’est justement une question qu’on se pose dès le début de Cataclysme : quid des « méchants » durant cette catastrophe ? Nous avons nos réponses, promettant de rudes aventures à la Bat-Family pour la suite de l’histoire.

Batman Cataclysme Joker Vilains

Le récit mentionne un nombre conséquent de victimes (blessés et morts) et en montre quelques-unes mais clairement pas assez pour véritablement s’émouvoir ou « prendre une énorme claque ». Les morts ne sont pas aux abonnés absents mais au vu de la tragédie, l’impact aurait été plus fort pour le lecteur d’afficher, ou suggérer, davantage de cadavres (suggérer par dessin et non par texte, comme cela est fait plusieurs fois). Cela rappelle un peu les reproches qui avaient été fait à propos de la fin du film Man of Steel (à raison). On s’étonne d’ailleurs de l’absence de Superman pour la rescousse et l’aide qu’il aurait pu apporter (lui ou la Justice League), nulle mention dans le scénario alors qu’il y a (logiquement) une explication plausible à cela.

Le scénario est écrit à plusieurs mains, avec une nette dominance pour Chuck Dixon et Doug Moench (déjà aux manettes des années plus tôt sur Knightfall). Les dessins se suivent et ne se ressemblent pas (dans leur style) mais aucun ne dégage un esthétisme plus important que d’autres (éventuellement Rick Taylor pour Arkham Asylum : Tales of Madness #1) ; il n’y a pas non plus de planches « ratées », globalement la cohérence se tient pour savoir qui est qui, pour découvrir les ruines de Gotham. L’intérêt se situe davantage dans l’histoire pour Cataclysme : une tension palpable, des héros impuissants face aux forces de la nature, des échos très personnels pour certains protagonistes, etc.

Batman Cataclysme Batman

Proposer Cataclysme comme un one-shot est un poil mensonger, de même que sa couverture, très graphique et réussie certes (signée Bill Sienkiewicz) mais peu représentative de l’œuvre. Prenant et plutôt original, ce début d’une nouvelle saga de Batman est clairement efficace et abouti. Les auteurs prennent leur temps (parfois un peu trop mais l’équilibre est plutôt « juste ») et on a envie de lire la suite.

NB : Alfred chantonne Mon amant de Saint-Jean en nettoyant l’argenterie. Une enquête est en cours pour savoir si cette référence à Edith Piaf était dans la version originelle ou non. C’est important.

Batman Cataclysme Pingouin

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 21 mars 2014
Premières publications originales en 1998.

Contient :

Batman #553-554 (écrit par Doug Moench et dessiné par Klaus Janson)
Shadow of the Bat #73-74 (écrit par Alan Grant et dessiné par Mark Buckingham)
Detective Comics #720-721 (écrit par Chuck Dixon et dessiné par Graham Nolan)
Nightwing #19-20 (écrit par Chuck Dixon et dessiné par Scott McDaniel)
Azrael #40 (écrit par Dennis O’Neil et dessiné par Roger Robinson)
Catwoman #56-57 (écrit par Devin Grayson et dessiné par Jim Balent)
Robin #52–53 (écrit par Chuck Dixon et dessiné par Staz Johnson)
Batman Chronicles #12 (écrit par Devin Grayson, Klaus Janson, Chris Renaud et Kelley Puckett et dessiné par Marcos Martin, Klaus Janson, Alex Maleev et Rick Burchett)
Batman Blackgate : Isle of Men #1 (écrit par Doug Moench et dessiné par Jim Aparo)
Batman : Huntress/Spoiler #1 (écrit par Chuck Dixon et dessiné par Eduardo Barreto)
Batman – Arkham Asylum : Tales of Madness #1 (écrit par Alan Grant et dessiné par Rick Taylor)

Lettrage : Stephan Boschat (Studio Makma)
Traduction : Jean-Marc Lainé
Adaptation Graphique : Pascal Chirat

Batman Cataclysme Wayne

Acheter sur Amazon : Batman – Cataclysme

Batman Cataclysme Catwoman