Archives de catégorie : Bat-Family

Robin & Batman

Robin & Batman est un one-shot sur les débuts de Dick Grayson. Accessible, bien écrit et bien dessiné, on le conseille grandement ! Critique.

[Résumé de l’éditeur]
À la mort de ses parents, Dick Grayson a été recueilli par le milliardaire Bruce Wayne, ignorant la double-identité de son bienfaiteur. À force d’exercices et d’entraînements intensifs, le garçon gagnera sa place et prendra part à la croisade du Chevalier Noir. Mais leur relation n’a pas toujours été simple. Dick reste avant tout un jeune orphelin, un être brisé, victime d’un mal-être profond et perclus de doutes. Au cœur d’une ville sinistrée par la criminalité, l’adolescent devra traverser bien des obstacles avant de devenir le tout premier Robin.

[Début de l’histoire]
Tandis que Dick accompagne Batman dans ses premières missions (sans revêtir dans l’immédiat son costume de Robin), le jeune garçon se montre impulsif et irresponsable. Le Chevalier Noir le stoppe alors dans son début de croisade, le considérant immature.

Vexé, Grayson a du mal à accepter et poursuit tout de même son périple sans se préoccuper de Batman. Il suit d’ailleurs ce dernier dans les égouts de Gotham, au risque de croiser Killer Croc

[Critique]
Voici une œuvre touchante, très accessible, un récit complet et court (trois chapitres d’une quarantaine de pages) qui complémente efficacement Robin – Année Un. Les fans de Dick Grayson seront donc aux anges mais les férus de Batman ne sont pas oubliés pour autant. Dans Robin & Batman (qu’est-ce que ça fait bizarre de le lire/dire dans cet ordre !), on suit évidemment le jeune Dick dans ses premiers pas de justicier, sous l’ombre grandissante de son nouveau tuteur à la sévérité implacable.

C’est là l’un des points forts du titre, au-delà du taciturne Batman (Bruce apparaît moins), c’est avant tout Alfred qui officie comme figure paternelle bienveillante, n’hésite pas à se rendre à l’école de Dick – la Gotham Academy –, à le tirer vers le haut et tenter de le protéger, en vain, face à son maître, quitte à insulter ce dernier ! Cette filiation entre les trois hommes procure une certaine émotion, vers la conclusion du récit notamment. L’aventure, bien que rapide, est assez marquante, découpée grosso modo en trois actes, comme les trois épisodes qui la composent.

Le premier reste assez classique pour exposer ses enjeux et croquer ses protagonistes : Dick est un brin arrogant et impulsif, rappelant ses futurs « frères » Jason et bien sûr Damian. C’est dans son discours subjectif que l’ADN de Grayson ressort : sa soif de vie, son côté lumineux, sa rencontre avec Superman et les Titans en devenir. Ce qui est le cadre du second chapitre, extrêmement coloré (on y reviendra) durant lequel Dick fait connaissance avec la Ligue de Justice et leurs jeunes équipiers, avec qui il sympathise aisément puis partent en missions secrètes.

Cette parenthèse solaire cache pourtant un second enjeu lors des douze ans du garçon, qui reste au service de Batman avant tout ; difficile d’en dire davantage sans divulgâcher. En filigrane, Killer Croc cherche à retrouver Robin dont il connaît le costume, ayant été dans le même cirque mais comme une bête de foire. Une idée originale permettant de mettre en avant un antagoniste souvent très secondaire – on aurait aimé une exploration plus « empathique » envers lui mais ce n’est pas bien grave. C’est (aussi) autour de Croc que graviteront d’autres enjeux narratifs. De quoi mettre à l’épreuve la confiance dans le récent dynamique duo et consolider leur relation.

Pas grand chose à reprocher au scénario, jonglant habilement entre quelques surprises non prévisibles et des dialogues très efficaces dans le trio relationnel que forment Dick, Bruce et Alfred. L’auteur Jeff Lemire est capable chez Batman et la Justice League de bonnes choses (Justice League – Tome 5 : La Guerre des Ligues) comme de moins bonnes (Joker – Killer Smile). On conseille  surtout ses aventures de Green Arrow dans l’excellent run de la période New 52 (disponible en deux tomes intégrales) et, chez Marvel, on le retrouvait sur Wolverine dans la très bonne série Old Man Logan période post Secret Wars. Des titres qu’on recommande donc, en complément de Gideon Falls, création indépendante (disponible chez Urban Comics). Bref, pour Robin & Batman, Lemire livre ici un excellent travail.

Côté dessin et colorisation, on retrouve le style atypique de Danny Nguyen. Déjà connu pour son sympathique Little Gotham puis Les Contes de Gotham notamment mais aussi Streets of Gotham (troisième volet de la série Paul Dini présente Batman). Il signe aussi avec Jeff Lemire la passionnante série Descender et sa suite Ascender. Son approche « douce », épurée et parfois distillée, à peine encrée, couplée à une colorisation aquarelle tantôt volontairement inachevée (au détriment des fonds de cases et décors), tantôt fortement détaillée offre une patte visuelle alléchante, presque comme un conte pour enfants. Ce décalage graphique inscrit Robin & Batman dans la liste des coups de cœur du site ! On apprécie également de nombreuses et belles cases « iconiques », cf. quelques exemples illustrant cette critique, et l’habituelle galerie de couvertures alternatives qui ferme l’ouvrage.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 10 juin 2022.
Contient : Robin & Batman #1-3

Scénario : Jeff Lemire
Dessin & couleur : Dustin Nguyen
Traduction : Benjamin Rivière
Lettrage : Moscow Eye

Acheter sur amazon.fr : Robin & Batman (16€)


 

Catwoman Eternal – Tome 02 : Héritage

Après un premier tome original mais pas totalement convaincant car laborieux dans son écriture (manque de caractérisation et de contextualisation et paradoxalement très bavard et dense) et plus ou moins bien servi par des dessins clivants dans le genre, Catwoman Eternal se conclut déjà avec ce second volume. Critique d’une œuvre exigeante et, in fine, plutôt réussie et marquante.

[Résumé de l’éditeur]
En tant que nouvelle reine de la mafia de Gotham, Selina Kyle pensait pouvoir raccrocher le masque pour de bon, mais la politique et la diplomatie ont leurs limites. L’Empire du crime est sur le point de basculer dans l’effroi d’une guerre sans merci. Il est donc grand temps pour Catwoman d’arpenter à nouveau les toits de la ville pour combattre le crime de manière plus frontale et découvrir par la même occasion les raisons de la disparition récente du Chevalier Noir.

[Début de l’histoire]
La famille Falcone veut s’associer aux Calabrese (donc à Selina). Face à eux, la triple alliance entre Black Mask, le Pingouin et la famille Hasegawa reste fragile.

Au centre de tout ça, Selina Kyle jongle comme elle peut pour continuer son ascension du pouvoir, en sachant pertinemment que ça ne durera pas.

À Gotham, Batman est déclaré mort, un autre coup dur pour Catwoman

[Critique]
Cette seconde et dernière salve de Selina en reine de la pègre est clairement plus aboutie et compréhensible que le volet précédent ! Un résumé de l’éditeur puis une présentation des personnages aident grandement à contextualiser l’ensemble, ainsi que le court épisode introductif (Sneak Peek). Les six chapitres suivants (Catwoman #41-46) montrent l’évolution de Selina et Eiko, toutes deux en proie à leur propre famille et en affaire avec les autres. Le temps de présence de ces deux protagonistes est habilement équilibré.

L’auteure Genevieve Valentine a la bonne idée de convoquer deux figures emblématiques de Gotham City : Spoiler (Stephanie Brown) et Killer Croc. La première est liée à ce qu’il se déroule dans la saga Batman Eternal mais cela n’entache pas la compréhension. Croc apparaît ici comme un allié et non comme un ennemi primaire, c’est appréciable. En revanche, les allusions à la série Batman et particulièrement les deux derniers tomes, La Relève, souffrent d’une connexion un peu forcée et peu claire si on ne les a pas lus (qui sont ces nouveaux Bat-Robots ? pourquoi Bruce Wayne porte-il une barbe ?).

Moins verbeux, plus fluide, le scénario perd en complexité inutile et gagne en linéarité tout en gommant d’autres défauts du volet précédent : moins de personnages secondaires inintéressants, un peu moins de citations historiques ou culturelles inutiles (mais il y en a toujours). Un récit recentré sur des protagonistes plus attachants et des antagonistes efficaces. Sans révolutionner le genre, Catwoman Eternal propose une petite fresque orientée « mafia » assez inédite et cohérente, aussi bien dans l’univers de Catwoman que dans celui, plus large, de Batman (et ses fictions anglées sur les trafics en tout genre qui parsèment Gotham ou sa vie à hauteur civile, côté protection (Gotham Central) ou mafia – comme ici donc). Si ce fond séduit, aucun doute que le lecteur y trouvera son compte. Ceux qui étaient mitigés (à raison) en lisant Reine du crime devraient davantage apprécier cet Héritage (dans le sens où ce qui n’allait pas trop à l’époque est plutôt corrigé ici, si le postulat de base ne vous intéressait pas, inutile de poursuivre bien sûr).

Côté dessin, David Messina succède à Garry Brown. Les planches sont plus « convenues », on est davantage dans une veine « comics », perdant l’approche plus « indépendante », parfois brouillonne mais séduisante, du premier opus. Messina use de traits souvent trop gras, de formes de temps en temps disproportionnées et pêche dans la finesse de certains visages. On retrouve aussi, malheureusement, un côté sexué qui avait intelligemment disparu chez la femme fatale (dans le premier tome) sans non plus être aussi ridicule et accentué que dans la série Catwoman précédente. Néanmoins, conserver tout au long de cet opus le même artiste – et toujours la colorisation de Lee Loughridge – permet d’avoir cette cohérence graphique à l’entièreté du volume. Les illustrations de couverture sont cette fois signées Kevin Wada, complètement différentes du style de Jae Lee, moins élégantes et épurées, mais tout ça n’est pas bien primordial de toute façon.

Catwoman Eternal se savoure donc plus ou moins bien avec deux volumes foncièrement différents mais complémentaires. Sa conclusion rapide signe aussi la fin de ce « micro-univers » au sein d’un autre plus vaste et c’est presque dommage tant l’exploration aurait pu être enrichie de mille façons. Doit-on déjà dire adieu à Eiko ? Quid des inspecteurs Alvarez et Keyes (trop en retrait ici) ? La parenthèse mafieuse touche à sa fin, on y a vu les ingrédients classiques de ce genre (famille, ascension, trahison…) à la sauce Catwoman mature – radicalement éloignée de la série précédente où l’héroïne sautait partout dans des positions sexy à se battre contre des ennemis ridicules. Au moins Eternal fut une incursion assez inédite et à peu près efficace !

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 18 septembre 2015
Contient : Catwoman #41-46 + DC Sneak Peek : Catwoman

Scénario : Genevieve Valentine
Dessin : David Messina
Encrage : Gaetano Carlucci
Couleur : Lee Loughridge
Illustration des couvertures de la série : Kevin Wada

Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Moscow Eye

Acheter sur amazon.fr :
Catwoman Eternal – Tome 02 : Héritage (16 €)
Catwoman Eternal – Tome 01 : Reine du crime (16 €)

 


Catwoman Eternal – Tome 01 : Reine du crime

Après la série Catwoman (dont les deux premiers volumes étaient réussis mais les trois derniers complètements ratés), la série est « relaunchée » sous le titre Catwoman Eternal (uniquement en France). Cela permet de proposer un nouveau cycle d’aventures sur Selina Kyle conçue par une nouvelle équipe artistique et d’attirer un potentiel nouveau lectorat grâce au fameux « Tome 1 », tout en surfant sur une autre série (de l’époque) : Batman Eternal.

Reine du crime, le premier tome de Catwoman Eternal se déroule d’ailleurs après le deuxième opus de Batman Eternal (cf. chapitre 23 notamment) dans lequel Selina rend visite à son père en prison. Ce dernier, dont le nom de famille est Calabrese, fait comprendre à sa fille qu’elle-seule peut reprendre la tête de la pègre à Gotham. L’idée germe alors petit à petit dans la tête de la célèbre cambrioleuse avec un « aperçu cinq ans plus tard » proposé en fin du cinquième tome de la série précédente, dans le segment Futures End, en guise d’amuse-bouche. Découverte de cette nouvelle série en deux tomes, entièrement écrite par Genevieve Valentine (dessiné par Garry Brown pour le présent volume, David Messina pour le second).

[Résumé de l’éditeur]
Suite aux événements récents survenus dans Batman Eternal, Selina Kyle a fini par accepter ses responsabilités familiales pour enfin embrasser la carrière de reine de la pègre de Gotham. Mais la ville est-elle prête pour son règne ? Et si l’ex-héroïne masquée agit désormais à visage découvert, qui parcourt depuis les toits désertés de la cité ?

[Début de l’histoire]
Selina Kyle, Calabrese de son vrai nom, tente de se refaire un nom et de diriger son propre clan tout en interagissant avec les autres. Entre respect mutuel et trahison, la nouvelle reine de la pègre avance prudemment. Quel plan se cache derrière ses habiles coups ?

La pègre de Gotham a du mal à accepter cette situation…

Dans la ville, une personne a pris l’apparence de Catwoman, de quoi perturber Selina, même si Batman la suit de loin…

Mais quand Selina Kyle-Calabrese fait face à Black Mask et au GCPD, le danger est de plus en plus grand.

[Critique]
Difficile de résumer le début du récit (et même son entièreté), tant il est dense et exigeant (étonnamment, avoir lu la première série Catwoman aide un peu même si on est ici dans un tournant radical, original et une orientation plus séduisante et fondamentalement différente). Les échanges fusent, on a du mal suivre, une grande galerie de nouveaux personnages surgit sans qu’elle soit réellement présentée, Selina occupe déjà un poste assez haut dans la pègre sans qu’on ne sache pourquoi ni comment (et l’éditeur ne contextualise pas du tout cette situation en avant-propos, ni l’auteure – un comble), bref il faut donc s’accrocher ! Est-ce que ça vaut le coup ? Pas sûr… Cela dépendra du second volume (MàJ : meilleur que celui-ci donc finalement conseillé) mais il y a néanmoins plusieurs qualités (ne serait-ce que passer après les trois tomes de la série précédente ne peut « que » rehausser celle-ci).

On plonge d’emblée dans une ambiance complètement « polar » (narrative et visuelle – on y reviendra), qui entraîne le lecteur dans une Gotham noire, rappelant un peu Gotham Central. Cette incursion manque malheureusement cruellement d’exposition : comment Selina a-t-elle atterri là ? Quel est son rôle concret ? Qui sont ses alliés jamais vus auparavant : la cousine Antonia Calabrese, son frère Nick et le conseiller Chris Ward (sans oublier Aiden Mason) ? Quel est le lien entre les autres familles dont celle de M. Hasegawa et sa fille Eiko ? Les interrogations sont nombreuses et il faut embarquer dans le titre comme s’il était en cours depuis quelques épisodes et qu’on débarque à l’improviste. C’est donc difficile d’accès. Cette exigence pourrait tout à fait être un atout mais ici elle complexifie un scénario déjà très bavard. Les informations sont trop nombreuses et maladroitement déroulées pour ne pas s’y perdre, corrélée à tous ces nouveaux noms inédits…

L’auteure Genevieve Valentine écrit ici son premier comic (elle est aussi sur le deuxième et dernier tome de Catwoman Eternal et signera un peu plus tard quatre chapitres du très moyen Batman & Robin Eternal). Cette jeune écrivaine (née en 1981, elle avait donc trente-deux ans lors des débuts d’écriture de la série Catwoman Eternal) s’était davantage illustrée dans les romans de science-fiction et fantasy. Cela explique peut-être cet aspect verbeux et lassant qui parsème la bande dessinée. Au-delà du millefeuille de protagonistes, les dialogues sont entrecoupés aussi bien par diverses bulles narratives dont les pensées de Selina (rien d’anormal jusqu’à présent) mais aussi de nombreuses citations issues de poèmes, œuvres ou lettres historiques (se voulant métaphoriques de ce que vit Selina) qui se marient bien mal avec le reste du texte (comme souvent avec ce procédé littéraire), déjà très fourni – on se surprend à « se forcer » à lire ou se relire…

Malgré tout, le lecteur peut aisément être emporté – passé, et surtout accepté, cet étrange état des lieux – pour savoir comment va s’en sortir Selina. Si Reine du crime est maigre en scènes d’action (ce n’est pas un défaut), il instaure un climat de tension assez facilement : qui va trahir qui ? Qui va mourir ? Surtout : la figure de Black Mask n’aura jamais été aussi effrayante. En parallèle, la fiction s’aventure dans une double romance : Selina oscillant toujours entre Batman (forcément) et… une nouvelle antagoniste. C’est bien narré, ça passe crème, ça change (enfin !), bref c’est clairement une réussite. Ces différents éléments tirent donc le titre vers le haut.

On retrouve en complément quelques cabrioles « classiques » de Catwoman – même si ce n’est pas elle sous le masque, cf. paragraphe suivant –, un peu de présence de l’homme chauve-souris mais aussi du Pingouin et, comme évoqué, le terrible Roman Sionis (Black Mask). De quoi rester en terrain connu pour les fans même si tout ça est parfois au second voire au troisième plan. Sans oublier Alvarez et Keyes, deux inspecteurs présents depuis le début de la série précédente, permettant de les relier un brin. N’y a-t-il pas d’ailleurs des pistes quant au « fameux » mystère de l’épisode #0 publié deux ans plus tôt (et qui concluait le tome deux) ? Dans celui-ci, on voyait Selina rechercher son frère (possiblement présent dans cette aventure). L’identité de la voleuse était aussi supprimée des bases de données… un lien avec son patronyme ? Pourquoi pas… Et Selina était poussée en haut d’un toit, la laissant pour morte, comme si son nom avait une importance voire une influence dans Gotham. Ça se tient ! Mais était-ce réellement anticipé à l’époque ? Difficile à croire (d’autant plus que la famille Calabrese a été créée pour cette version, autant rester sur celle de Falcone comme déjà vu par le passé en comics ou en adaptations).

En parallèle, Catwoman Eternal met en avant Eiko Hasegawa ; on sait très vite qu’elle enfile le costume de Catwoman et tout l’épisode annual (qui arrive après le deuxième chapitre) est centré sur elle, idéal pour comprendre son point de vue et l’importance de son rôle dans ce grand puzzle complexe. Cet épisode est dessinée par Patrick Olliffe (qui avait majoritairement croqué Catwoman : Tome 5 – Course de haut vol) et John McCrea – encré par Tom Nguyen, colorisé par Lee Loughridge.

Sans être mauvais (visuellement parlant), il jure drastiquement avec les six autres épisodes, habilement mis en image par les traits épurés et imprécis de Garry Brown et dont les planches bénéficient des jeux de lumière de Lee Loughridge (à nouveau). Si les palettes chromatiques semblent peu variées, c’est pour mieux alterner ses ambiances chaudes et froides – simple, efficace. Entre le soin apporté aux visages (très anguleux), principalement quand ils sont en gros plans, et les nombreuses ombres qui les composent, on trouve un style graphique assez éloigné des productions mainstreams, à l’image de son scénario, in fine. Une succession de cases plutôt élégante et agréable à regarder, à défaut de suivre correctement l’intrigue. Oubliez la femme fatale en combinaison sexy et en posture sexuée des précédents tomes, ici l’approche se veut « réaliste » et civile mais pêche par le côté presque « brouillon » d’une silhouette ou un faciès dès qu’il est un chouilla éloigné.

Faut-il acheter et lire Catwoman Eternal ? Avec ce seul tome dans l’immédiat, on conseillerait la prudence, à savoir : attendre la suite et fin pour voir si le voyage vaut le cou(t)p d’être achever sereinement (MàJ : oui c’est plutôt réussi au final). Pour l’instant, malgré la proposition graphique alléchante (et très clivante – cf. les illustrations de cette critique), le scénario ne convient pas totalement : peu accessible, moins passionnant qu’il n’y paraît, défauts de caractérisation (de personnages) et d’expositions (de contextes), etc. Ce n’est ni une porte d’entrée pour découvrir Catwoman, ni une série « élitiste/prestigieuse » – ce qui n’est jamais un défaut – comme pouvait le prétendre à la fois le concept, les dessins et les superbes illustrations de couverture de Jae Lee (qui n’officie pas ailleurs attention – donc la couverture n’est pas représentative de son contenu). La direction empruntée est meilleure, sombre et lente, mais encore trop fortement déséquilibrée pour être incontournable ou simplement « plaisante ».

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 18 septembre 2015
Contient : Catwoman #35-40 + Annual #2

Scénario : Genevieve Valentine
Dessin : Garry Brown
Couleur : Lee Loughridge
Illustration des couvertures de la série : Jae Lee

Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Moscow Eye

Acheter sur amazon.fr :
Catwoman Eternal – Tome 01 : Reine du crime (16 €)
Catwoman Eternal – Tome 02 : Héritage (16 €)