Archives par mot-clé : Klaus Johnson

Dark Knight III – Tome 04

Dark Knight III (en quatre tome) est le troisième volet du « Dark Knight Universe de Frank Miller », débuté en 1986 avec The Dark Knight Returns et poursuivi avec The Dark Knight Strikes Again.
Page récapitulative

batman-dark-knight-iii-tome-4  Dark Knight III - Tome 4

(La couverture de gauche est bien la couverture « définitive » choisie pour l’impression.
Celle de droite, dévoilée sur les sites de vente sur Internet, est soit la version alternative pour l’enseigne Cultura
— ce qui serait étrange car les trois précédentes étaient en couleur et non en noir et blanc —,
soit une première version de maquette qui a tout simplement été annulée.
)

Afin de mieux « savourer » la conclusion de Dark Knight III, il est évidemment conseillé de relire les trois premiers tomes juste avant. Toutefois, pour ceux n’ayant pas le temps de se replonger dedans, le résumé de l’éditeur  en introduction d’ouvrage est très bien écrit et récapitule brillamment tous les éléments passés.

DK3 Sup save Bat

[Histoire]
Durant la grande bataille face aux kryptoniens à Gotham, Batman a trouvé la mort. Superman emmène la dépouille de Bruce Wayne dans un puits de Lazare pour le ramener à la vie.

De son côté, Quar et son fils Baal (défiguré par Batgirl/Carrie Kelley) veulent se venger en tuant le fils de Superman, Jonathan, qu’il a eu avec Wonder Woman.

L’autre enfant du même couple, Lara, qui s’était rangée du côté des kryptoniens, va devoir choisir « son camp ».

DK3 Quar

[Critique]
Dernière salve de Dark Knight III, composé de trois chapitres (7 à 9), ce tome conclut efficacement, épiquement et même talentueusement ces « nouvelles aventures de Batman ». Les guillemets sont de mises car, comme c’était déjà le cas pour The Dark Knight Strikes Again (la première suite clairement ratée de The Dark Knight Returns), l’histoire concerne plutôt les membres de la Justice League (la Trinité surtout) que Batman en lui-même. L’omniprésence de Superman et Lara (sa fille), ainsi que les nombreux personnages secondaires (Wonder Woman, Atom, Flash, Green Lantern…) permettent de mettre en avant davantage « l’univers » consolidé de Frank Miller que son super-héros Gothamien (ou sa relève via Carrie Kelley). Est-ce problématique ? Non, c’est assez cohérent avec ce qu’institue Miller depuis son œuvre originelle d’il y a plus de trente ans.

Qu’il y a-t-il de bon et de moins bon dans ce quatrième tome alors ? Dans les mauvais points, il y a évidemment la « mort » de Bruce Wayne. Si le format de publication (par chapitre aux États-Unis et par volume en France) a permis de laisser planer le doute quelques temps (Batman est-il vraiment décédé ?), on est peu surpris de voir sa résurrection dès l’ouverture du livre. Une renaissance qui s’accompagne par un bain de jouvence, permettant aux scénaristes de « boucler la boucle » en concluant sur un nouveau départ un peu facile (Batman et Batwoman — qui était Batgirl et avant Robin — forment un duo « jeune » et prêt à en découdre), un peu « happy end » mais clairement nécessaire dans cette saga relativement cynique, noire et violente. La curieuse impression de lecture rapide passe « mieux » en (re)lisant toute la série en une fois, même si s’attarder sur plus d’éléments (la commissaire Yindel, Carrie, Aquaman…) aurait été intéressant. Le grand méchant de DK3 était à la fois puissant et… ridicule. Ridicule par ses motivations, l’éternel mantra de vengeance et de règne dictatorial pour montrer sa puissance et sa force à un peuple (les Terriens). Toutefois, ce questionnement sur le divin revient régulièrement tout au long des neuf chapitres (et ses « appendices », voir ci-après) et cela pousse à la réflexion interne. Une bonne chose donc.

DK3 Batgirl Batman Superman

Les « appendices » (nom plus juste donné aux back-up) sont cette fois centrés sur Hawkman et Hawkgirl mais surtout Green Lantern (pour la seconde fois) et le commissaire Yindel (face à des faux Joker et à Bruno, une femme nazie — sic) ; le dernier constitue surtout un bel épilogue. À l’inverse des précédents appendices, ceux de cet ouvrage sont graphiquement plus réussis, Miller retrouvant peu à peu de sa superbe. Le reste de l’ouvrage s’émancipe (à nouveau) de son style puisque Kubert est plus proche de sa patte personnelle que celle de son illustre maître. Une évolution flagrante lorsqu’on (re)lit tout d’une traite.

Scénaristiquement parlant (Azzarello travaillant avec Miller, sans qu’on sache clairement sous quelle forme), l’accent est mis sur Lara, avec brio, et Wonder Woman apparaît « enfin » comme elle se doit. Il n’y a pas grand chose à « reprocher » à cette conclusion, elle apparaît comme évidente, bien qu’un peu facile comme on le soulignait plus haut. Pas expéditive, plutôt épique, pas forcément surprenante mais pas non plus totalement prévisible, bref l’ensemble de ce Dark Knight III est — finalement — une bonne série de comics. « Finalement » car le début était relativement moyen (faute à une publication segmentée en de trop nombreux tomes, voir « l’analyse éditoriale » dans le dernier paragraphe de cet article).

DK3 Wonder Woman

► Conclusion générale

Presque deux ans après la publication du premier tome de Dark Knight III, les lecteurs français peuvent enfin découvrir sa conclusion en cette fin d’année 2017. Un achèvement qu’on ne peut que conseiller de découvrir après relecture des trois premiers livres. Mis bout à bout, en lecture continue, l’ensemble s’avère parfaitement cohérent et gagne à la fois en une certaine maturité et sagesse (dans son épilogue) mais aussi dans ses planches (principales comme appendices), plus soignées et travaillées qu’au début.

Malgré la canonicité évidente de ce troisième volet, sa modernité et son style graphique un chouilla différent, le rendent presque « indépendant » de The Dark Knight Returns. Une qualité puisque cela permet de séduire de nouveaux lecteurs, peu connaisseur des comics sur le Chevalier Noir. La patte Millerienne est toujours présente mais à « petite dose » concernant, par exemple, les encarts médiatiques ou les avis populistes (avec parfois l’abus de langage qui va avec — ce désagréable parlé SMS).

Trump Dark Knight

The Master Race (le titre original) est-il meilleur que Returns ? Assurément non mais il est largement supérieur à Strikes Again et à pléthore de comics « mainstream » qui sont souvent divertissants et agréables à lire mais qui ne cherchent pas forcément à avoir une petite patte « intello » qu’on retrouve ici, parfois maladroitement, parfois habilement. Rien d’extra-ordinaire bien sûr, et même « déjà vu » mais l’œil de Miller sur le monde actuel et son interrogation sur divers éléments (le divin, la force de police, etc.) est toujours plaisant, moins puissant qu’en 1986 par contre… C’est d’ailleurs un point dommageable : vu l’actuel état des lieux de notre société, ses avancées technologiques et sa situation géo-politique, ce DK3 paraît presque trop détaché d’enjeux importants (les fakes news par exemple). Mais il faut saluer les citations de… Donald Trump (voir illustration ci-dessus) ! Déjà croqué avant son élection dans les précédents tomes, une de ses apparitions ici prend (encore) un nouveau sens pour établir un parrallèle glaçant avec notre propre monde.

La chute puis la renaissance, éternel cycle commun de l’industrie, est ici réussi. Fermant efficacement ce qui a été instauré il y a plus de trente ans et laissant des ouvertures possibles (mais pas nécessaires) pour une autre suite ou une exploration du DKU (Dark Knight Universe de Miller).

DK3 Batwoman

Côté éditorial — cela avait déjà été évoqué — Urban Comics a choisi de publier en quatre segments l’intégralité de DKIII. Soit un total de 57€ (chaque tome coûte 14€ sauf le dernier à 15€). L’ensemble est évidemment beaucoup trop onéreux par rapport à la quantité de chapitres (neuf et neuf back-up/appendices). Mais quel choix possible pour l’éditeur français ? Attendre la fin pour publier l’intégrale ? C’était tentant mais « risquer » (de se mettre à dos quelques lecteurs, d’autres se tournant vers la VO). Publier en kiosque avant la librairie ? Bonne idée mais DKIII est l’un des rares comics sur Batman pouvant se vendre au public non-connaisseur du Chevalier Noir ou même des comics (sur la base de suite de The Dark Knight Returns et du nom de Miller). Ne reste plus qu’une solution : la division de volumes en librairie.

Urban a toujours dit que la version intégrale n’était pas prévue. Vu le nombre conséquent de couvertures alternatives non proposées en bonus et pour le côté pratique, il est presque évident que l’éditeur changera d’avis (c’est même sans doute acté depuis le début) et proposera l’intégrale dans quelques années (à l’instar de Top 10, Geoff Johns présente Green Lantern, Scalped, 100 Bullets, DMZ…). L’idéal aurait été de publier deux tomes et non quatre. Pour ne pas prendre trop de retard sur la VO, proposer un rapport qualité-prix « équilibré » et pourquoi pas l’intégrale en même temps que le tome deux pour satisfaire tout le monde. Tout ceci n’est évidemment pas bien grave mais 57€ pour l’équivalent d’une publication intégrale à 28 voire 35€ maximum ça fait quand même un écart non négligeable pour les moins aisés. Ce quatrième tome est le plus riche des quatre en bonus, grâce à ses nombreuses planches encrées en noir et blanc en supplément et des couvertures couleur.

DKIII Batman Dead Batgirl

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 1 décembre 2017.
Titre original : The Dark Knight III – The Master Race #7-9 & Dark Knight Universe Presents : Strange Adventures #1 / Detective Comics #1 / Action Comics #1
Scénario : Frank Miller et Brian Azzarello
Dessin : Andy Kubert et Frank Miller (DKUP)
Encrage : Klaus Janson
Couleur : Brad Anderson et Alex Sinclair
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Jérôme Wicky
Première publication originale en 2016-2017.

DK3 Wonder Sup

► Acheter sur amazon.fr :
Dark Knight III – Tome 04
Dark Knight III – Tome 03
Dark Knight III – Tome 02
Dark Knight III – Tome 01

DK3 Cover Final

Les jeunes filles et la mort

Neuf chapitres (et un court prologue) composent cette histoire publiée dans les magazines Batman Hors-Série #1 et #2 en septembre et décembre 2005 par Panini Comics.

Batman Les Jeunes Filles et la Mort[Histoire]
Ra’s Al Ghul, 600 ans, se meurt. Il sollicite Bruce Wayne/Batman (il connaît son identité) de lui laisser un puits de Lazare pour se ressourcer et continuer d’être immortel mais le Chevalier Noir estime qu’il ne lui doit rien et préfère les détruire. Le terroriste international propose alors un échange au milliardaire : un puits contre une potion chimique qui lui permettrait de dialoguer avec ses parents morts. La tentation est grande…

Parallèlement, une mystérieuse femme, Nyssa, souhaite la mort de Ra’s Al Ghul et veut s’allier avec Batman dans cette tâche. Elle ira même jusqu’à tuer et ressusciter Talia Al Ghul, afin que celle-ci nourrisse également une haine farouche envers son père.

Batman Nyssa Al Ghul[Critique]
Mini-série écrite par le talentueux Greg Rucka (Gotham Central) et dessinée par Klaus Johnson (encreur de Frank Miller sur The Dark Knight Returns et dessinateur de Grant Morrison présente Batman – Tome 0 : Gothique), Les jeunes filles et la mort met du temps à démarrer. Faute à d’incessants flash-backs entre Nyssa et Ra’s Al Ghul. Si l’ennemi immortel brille par son charisme et son « élégance », Nyssa (on comprend vite qu’il s’agit de sa fille) ne génère guère d’empathie. C’est le principal problème de cette histoire. Ce nouvel antagoniste féminin a été créé spécialement pour cette mini-série mais il est difficile de s’y attacher. On comprend ses motivations et son parcours, la séquence dans un camp de concentration est particulièrement touchante et éprouvante — mais ça ne suffira pas à réellement s’attacher au personnage — et par conséquent sa haine viscérale, et justifiée, envers Ra’s Al Ghul. L’évolution de Nyssa est à ce sujet relativement cohérente, et plaisante.

Celle de Bruce Wayne (ici moins présent en tant que Batman, avec moins de scènes d’action, ce qui n’est pas plus mal) est passionnante car inattendue et originale. Le Chevalier Noir rencontre en effet ses parents, qui lui font la morale. Cette séquence apporte une touche atypique au récit et justifierait presque à elle seule sa lecture.

Ra's Al Ghul NaziLes dessins de Klaus Johnson portent la patte indéniable de l’artiste, avec leur côté un peu « carré » (rappelant parfois brièvement Miller qu’il a encré des années avant) et donnent un côté visuel original. Malheureusement, ses planches sont inégales, certains visages sont parfois dignes de simples brouillons et les mensurations corporelles apparaissent de temps à autre faussées. Les fonds vides, juste colorés, et les traits parfois très gras, n’aident pas non plus rendre le tout plus joli.

Les jeunes filles et la mort est donc une histoire bancale, suffisamment intrigante pour être lue, plus ou moins bien dessinée, proposant de bonnes choses : des flash-backs osés dans des contextes historiques douloureux (Ra’s Al Ghul en officier nazi, les déportés, etc.), la balade de Batman dans Gotham avec ses défunts parents, la relation entre Nyssa et Talia, la fin surprenante, etc. Malheureusement, le personnage principal, Nyssa, n’est pas forcément des plus attachants et sa trop mise en avant déséquilibre un récit qui s’annonçait prometteur. Légère déception mais à découvrir tout de même pour les raisons évoquées ci-dessus.

Une suite indirecte a été publiée quelques mois après, sous le titre Ra’s al Ghul : Année Un, à découvrir sur cet article.

Martha Wayne[À propos]
Publiée en France dans les magazines Batman Hors-Série #1 et #2 en septembre et décembre 2005 par Panini Comics.

Titre original : Death & The Maidens
Scénario : Greg Rucka
Dessin et encrage : Klaus Johnson
Couleur : Steve Buccellato

Première publication originale du prologue dans Detective Comics 783 en août 2003 puis dans Death & The Maidens d’octobre 2003 à août 2004.

Acheter sur amazon.fr :
Les jeunes filles et la mort (Death and the Maidens) [en anglais]

Nyssa et Talia Al Ghul