Archives par mot-clé : Brad Anderson

Batman – La Dernière Sentinelle

La mini-série en six chapitres Batman : The Detective arrive en France dans un récit complet curieusement renommé Batman – La Dernière Sentinelle. Scénarisé par le talentueux Tom Taylor (Injustice, DCEASED, Nightwing Infinite, Suicide Squad – Rénégats, Superman – Son of Kal-El…) et dessiné par l’incontournable Andy Kubert (Dark Knight III, Le fils de Batman, Grant Morrison présente Batman, Flashpoint…), ce titre vaut-il le détour ? Critique

[Résumé de l’éditeur]
Après une vie passée à combattre le crime, Bruce Wayne n’est plus le même homme, ses nombreuses cicatrices en sont le douloureux rappel. Malgré la perte de ses amis les plus chers, son serment est toujours marqué au fer rouge dans son esprit. Mais aujourd’hui, le manoir est vide, et Batman est plus seul que jamais. Qu’est-ce qui peut encore retenir le Chevalier Noir à Gotham ? D’autant qu’à l’autre bout du monde, un avion vient de se crasher, des centaines d’innocents à son bord. En Angleterre, une mystérieuse organisation qui opère sous le nom d’Equilibrium réclame en effet toute son attention. Peut-être est-il temps pour la chauve-souris de quitter la Batcave… pour toujours ?

[Début de l’histoire]
Dans un futur proche, dans un avion survolant l’Angleterre, une femme agissant pour Equilibrium organise le crash de l’appareil afin de… « préserver l’équilibre ». La justicière Chevalier, elle aussi à bord de l’engin, essaie d’arrêter l’attentat, en vain…

Bruce Wayne décide de quitter Gotham définitivement et d’aller investiguer cette scène de crime qui « porte son nom » – puisque les adeptes d’Equilibrium revêtissent des costumes de Batman. Bruce y retrouve le binôme du Chevalier, le nouvel Écuyer, une jeune femme qui va assister au combat entre Batman et… un fantôme.

À l’hôpital où Chevalier guérit de ses blessures, un assaut d’Equilibrium contraint Bruce Wayne a passé à l’offensive et comprend que les victimes de la mystérieuse organisation sont des personnes que Batman avait sauvées dans le passé.

En se rendant à Paris pour poursuivre son enquête, Bruce Wayne tombe sur le chasseur de primes Henri Ducard, son ancien mentor qui l’a entraîné à se perfectionner et devenir le justicier de Gotham. Mais Ducard utilise des méthodes radicales que n’approuve pas Batman…

[Critique]
Entre les prestigieux noms de l’équipe artistique et le pitch plutôt alléchant, les attentes étaient plutôt élevées et le résultat est… mitigé. Sur le fond, l’histoire n’est pas exceptionnelle malgré la carte blanche possible avec ce séduisant « futur hypothétique ». Bruce Wayne quitte donc Gotham pour un petit tour en Europe, dont un passage à Paris et Lyon notamment. La capitale est malheureusement dépeinte avec les clichés habituelles : le Louvre, la Tour Eiffel, les croissants, pas trop de monde dans les rues… Forcément, il n’y a que « nous », les lecteurs Français voire parisiens qui peuvent s’agacer de ce genre de détails. Ce n’est clairement pas le plus grave ni le plus important mais tout c’est un peu dommage.

Tom Taylor, habitué des récits se déroulant dans des univers parallèles, dystopiques ou utopiques (DCEASED et Injustice précédemment citées) pioche dans la saga de Grant Morrison et renoue, entre autres, avec Le Chevalier (Beryl Hutchinson) et L’Écuyer (Amina Eluko), deux femmes alliées (Hutchsinon était la première Écuyer) présentées dans Le club des Héros (La Ligue Internationale des Batmen) – créé à l’époque en 1955 par Edmond Hamilton et Sheldon Moldoff – mais surtout remis au goût du jour par Grant Morrison dans les années 2000 dans son run et dans Batman Inc.. Le lecteur n’est pas perdu s’il ne connaissait pas ces personnages (complètement interchangeables au demeurant) puisqu’on peut les considérer comme des membres de la Bat-Famille avec ou sans relation avec Batman Inc.

Deux autres protagonistes sortent du lot. Henri Ducard, l’ancien mentor de Bruce Wayne. Il a droit à de nombreux flash-back quand il a rencontré et entraîné le futur Chevalier Noir puis lorsqu’il rejoint l’intrigue générale du présent (qui se déroule donc dans le futur). Face à eux, la mystérieuse Equilibrium, qui régie une équipe du même nom composée de mercenaires revêtant des costumes blancs de… Batman ! Le pourquoi du comment (de reprendre l’emblème de l’homme chauve-souris) ne sera pas très bien expliqué mais les motivations de la femme antagoniste sont en revanche relativement simplistes (voire stupides) et sa conclusion très abrupte et trop facile.

En synthèse, le scénario n’est guère passionnant (passons les détails sur un combat contre un fantôme (!) au début) ni très original. Seul l’univers européen et lointain du Chevalier Noir apporte quelques éléments inédits. On pense à la Bat-Cave mobile par exemple, dirigée par Oracle. Si toute la fiction laisse d’ailleurs penser que Bruce/Batman est isolé (à l’exception de ses co-équipières sur place), on est surpris de constater que Nightwing et Oracle sont toujours en activité et l’aident à distance (le temps d’une case). Il manque donc un segment plus construit sur ce qu’il s’est déroulé durant les décennies où le milliardaire s’est reclus.

Qu’il soit âgé ou non, son alter ego justicier est toujours aussi puissant (il dégomme une milice armée sans sourciller – sic) et ne faillit pas beaucoup. On pense bien sûr à l’œuvre de Frank Miller, The Dark Knight Returns, tant par le postulat de départ similaire (un Batman âgé) que la carrure de ce Bruce qui a de la bouteille mais reste un roc un brin aigri. Ajoutons des alliées féminines plus jeunes et il n’y a qu’un pas pour y voir un hommage à Carrie Kelley. Cela semble assumé et était peut-être même plus poussé dans un premier temps, comme le laissait suggérer le titre initial de cette aventure.

Le comic book fut en effet un temps appelé Batman : The Dark Knight avant d’être renommé Batman : The Detective. La notion The Dark Knight provoquait une double ambiguïté entre le film de Christopher Nolan du même nom mais, surtout, une confusion avec la saga de Miller et son cultissime The Dark Knight Returns et sa seconde suite sobrement intitulée en France Dark Knight III, dessiné par Andy Kubert également (en plus d’être colorisé par le même artiste, Brad Anderson, décidément !). Vu l’histoire de La Dernière Sentinelle, on pouvait légitimement croire avec cette ancienne appellation à une poursuite de l’univers instauré par Miller, qui se serait déroulée quelques années avant mais ce n’est donc pas le cas.

Graphiquement, Andy Kubert est plutôt inspiré. Il livre des planches aux cases sanglantes et aux découpages efficaces mais pas tout le long, lorsque des détails, visages ou les Batmen complexifient la lecture (de l’action en particulier). L’illustrateur se fait plaisir avec des poses iconiques et de belles propositions léchées et épiques. Kubert appose à son Chevalier Noir un look très similaire (pour ne pas dire identique) à celui de Damian qu’il avait déjà créé dans les débuts du run de Morrison, donc dans Bethléem puis repris dans le récit complet Le fils de Batman – tout en rappelant aussi le Chevalier Noir dépeint par Mike Mignola dans Gotham by Gaslight voire celui du Knightmare du film Batman v Superman, avec un long manteau en guise de cape et des lunettes de protection ou d’aviation.

La colorisation est effectuée par Brad Anderson, habitué aux grosses productions de l’industrie (Justice League, Justice League Rebirth…), à différentes séries sur Batman (Detective Comics, Terre-Un…) ou quelques récits cultes (Trois Jokers, Doomsday Clock – et son préquel Le Badge) mais aussi… Dark Knight III (et Le fils de Batman) ! Difficile de nier l’homogénéité graphique entre DKIII et La Dernière Sentinelle et donc de ne pas y voir une connexion autant visuelle que narrative. Par ailleurs, les nombreux jeux de lumière, silhouettes dans l’ombre et autres faisceaux chromatiques artificiels ou naturels sont très élégants et réussis. Clairement, la forme l’emporte sans trop de difficultés sur le fond pour cette aventure inédite. Mais c’est loin d’être suffisant pour conseiller de passer à l’achat…

Batman : La Dernière Sentinelle est donc loin d’être incontournable, une aventure vite lue et (probablement) vite oubliée. Tout était si prometteur et s’avère assez plat – décevant en fonction des attentes. Heureusement, le voyage graphique est assez « divertissant ». Les compositions soignées offrent une vision agréable (cf. les images illustrant cette critique), un brin inédite, qui permet d’oublier l’écriture qui survole ses protagonistes à l’exception d’un Bruce Wayne/Batman inchangé, in fine, malgré son âge et son éloignement de Gotham. Si les morceaux de bravoure sont présents, il manque une dimension épique ou tragique qui aurait apporter une consistance narrative bien plus palpitante malgré le dépaysement proposé.

Si cet univers gentiment futuriste se développe avec d’autres récits annexes, narrés différemment et sur ses multiples figures iconiques possibles, avec une trame plus palpitante, un parti-pris assumé (et non cette nage entre deux eaux, singeant ou rendant hommage, au choix, à Miller et Morrison – trop de similitudes ici pour être réellement original), alors peut-être qu’on aura des comics plus intéressants et qu’on reliera La Dernière Sentinelle avec un nouveau regard. Mais dans l’immédiat, c’est trop moyen pour valoir le détour…

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 2 septembre 2022.
Contient : Batman : The Detective #1-6

Scénario : Tom Taylor
Dessin : Andy Kubert
Encrage : Andy Kubert (chapitre 1), Sandra Hope
Couleur : Brad Anderson

Traduction : Xavier Hanard
Lettrage : Makma (Gaël Legard)

Acheter sur amazon.fr : Batman – La Dernière Sentinelle (17€)




Justice League Rebirth – Tomes 04 à 06

La série Justice League Rebirth (JLR) s’étale sur six tomes et fait suite au relaunch Rebirth effectué après la fin de la série Justice League de la période New 52 (Renaissance en VF). Les critiques sont regroupées en deux articles reprenant chacun trois volumes (soit une vingtaine de chapitres au total). La première partie est à retrouver ici, revenant sur donc sur les trois premiers opus, seul le troisième était un peu plus intéressant que les autres…

Ainsi, pour cette nouvelle chronique, on retrouve :
Tome 04 : Interminable [JLR #20-25]
Tome 05 : Héritage [JLR #26-31]
Tome 06 : Le procès de la Justice League [JLR #34-43]

(Les chapitres #32-33 sont dans Batman Metal – Tome 3.)

Tome 04 : Interminable [JLR #20-25]

[Résumé de l’éditeur]
La Ligue de Justice n’est plus. Manhattan est détruite. Et le responsable ne serait autre que… Flash ! Un adversaire mystérieux doté d’une arme surpuissante le prend pour cible et accuse le super-héros le plus rapide du monde d’être responsable de la mort de sa famille. Et à chaque fois que Flash entre en contact avec l’énergie de son arme, il est renvoyé dans le passé… Aidé de Batman, les deux justiciers réussiront-ils à résoudre ce mystère temporel ?

[Histoire]
Jessica Cruz, récente Green Lantern qui a rejoint la Justice League, poursuit sa relation avec Barry Allen, alias Flash. Mais quand leur déjeuner tourne mal et que Jessica trouve la mort dans une étrange temporalité, le bolide écarlate ne comprend plus ce qu’il se passe… Lui et le Chevalier Noir vont investiguer.

Une fois ce « problème » résolu, les membres de la Ligue poursuivent différentes missions contre divers ennemis et doivent pallier l’absence d’Aquaman…

[Critique]
Encore un tome très très moyen, décevant et sans enjeux réellement importants… Contrairement à ce que laisse entendre le résumé de l’éditeur (et la couverture du livre en quelque sorte), le récit Interminable ne dure que deux chapitres ! Tous deux écrits et dessinés par Bryan Hitch en petite forme. Suivent des histoires assez détachées et complètement oubliables. Un millier de petites choses n’a d’intérêt que dans sa poursuite d’intégration au sein de la Ligue pour Jessica, remplie de doutes et de peurs. D’ailleurs, l’ouvrage (la série ?) aurait pu s’appeler Jessica Cruz, la nouvelle Green Lantern & la Justice League !

Terreur, Fureur et Reborn (un épisode un brin plus long que les traditionnelles vingt pages des autres chapitres) se succèdent. Il est notamment fait mention de la destitution d’Aquaman dans son royaume (à lire dans Aquaman Rebirth – Tome 2), remplacé dans la Ligue par Mera visiblement (c’est tellement expéditif et mal écrit qu’on ne comprend pas très bien, comme d’habitude sur cette série). Seul Reborn apporte un peu plus d’engouement car il se connecte avec Molly, la jeune femme du troisième tome et avec les évènements qui s’y déroulaient (l’énorme bordel de course-poursuite à échelle temporelle un peu confuse mais malgré tout assez cool). Notons qu’une référence à une « épidémie » est évoquée, se déroulant dans la série Trinity, inédite en VF.

Néanmoins, cela ne sauve pas ce quatrième opus, complètement passable comme les deux premiers l’étaient déjà. Deux ou trois « fils rouges » se démarquent (les guillemets sont de mises) avec l’évolution de Jessica, certes sympathique mais sans non plus être originale ou très passionnante, son idylle avec Barry et – surtout ce sujet – le casse-tête cérébral avec l’échiquier où se situent les membres de la Ligue sur l’échelle du temps et – éventuellement – les conséquences de leurs actes chez les citoyens (un sujet souvent au dernier plan mais abordé discrètement ici et là, parfois mis en avant comme dans le deuxième volet).

Bryan Hitch ne s’occupe des dessins qu’au début avant de passer la main à Tom Derenick (Injustice), Ian Churchill et le Français Philippe Briones (Aquaman Rebirth justement) pour un résultat nettement plus convaincant qu’Hitch. Ce dernier prend également une pause côté scénario, Dan Abnett (Aquaman Rebirth toujours et l’excellente saga Annihilation chez Marvel), Tom DeFalco et Shea Fontana le rejoignent pour signer les autres épisodes après Interminable, Hitch revenant pour Reborn – laissant suggérer qu’il maîtrise un minimum ce qui semble être son intrigue générale… Les dessins sont globalement corrects, il y a toujours ce côté production mainstream colorée qui permet d’être un petit peu divertissant faute de mieux (même si ce n’est pas très bien écrit et peu palpitant, le rythme permet de ne pas trop s’ennuyer), c’est toujours ça de pris…

Tome 05 : Héritage [JLR #26-31]

[Résumé de l’éditeur]
Les membres de la Ligue de Justice sont morts… Et vingt-deux ans plus tard, la planète n’est plus qu’une terre désolée, sous le joug d’une déesse connue sous le nom de Souveraine. Mais les plus grands super-héros de la Terre ont laissé derrière eux une force capable de sauver le monde : leur héritage. Les enfants de la Ligue, eux-mêmes des héros à présent, doivent revenir dans le passé pour empêcher la déesse de tuer leurs parents respectifs et d’asseoir son règne. Mais l’identité de Souveraine risque de les surprendre et de remettre en cause leur quête.

[Histoire]
À New-York, une vingtaine d’années dans le futur, les futurs enfants de la Justice League combattent la mystérieuse Souveraine et son puissant homme de main : Aquaman, à moitié cybernétique ! Le groupe de jeunes justiciers est composé de Cube (fils de Victor/Cyborg), Hunter (fils de Diana/Wonder Woman rejeté par cette dernière et élevé par Clark/Superman), Serenity (fille de Mera et Arthur/Aquaman) ainsi que les trois frères et sœurs Nora (qui a le pouvoir de la Force Véloce), Jenny et Jason (tous deux des Green Lantern), fruits de l’union entre Barry/Flash et Jessica/Green Lantern.

En retournant dans le passé, les adolescents rencontrent leurs parents, à priori responsables de la situation apocalyptique qui règne dans le futur… Entre retrouvailles familiales se passant plus ou moins bien et investigation sur la menace, la Ligue de Justice à beaucoup à faire. Batman enquête de son côté mais le futur Aquaman se dresse sur son chemin…

[Critique]
ENFIN ! On n’y croyait plus… Enfin un volume séduisant, bien construit et original ! Certes, il n’était pas trop difficile de faire mieux que les précédents (et cela biaise peut-être la subjectivité d’appréciation quand on découvre toute cette série à la suite) mais tout de même. Si la conclusion n’avait pas été précipitée et « facile » le titre aurait même pu être dans les coups de cœur du site.

La force du récit, entièrement écrit par Bryan Hitch – bien plus inspiré que précédemment – réside sur les connexions humaines et familiales entre la fougue jeunesse et les (futures) responsabilités parentales de la Ligue. En résultent de très beaux moments, des échanges touchant entre chaque progéniture et son parent (d’adoption ou biologique). C’est en creusant dans cette sphère « intime » que cet Héritage délivre ses meilleures séquences. L’action n’est pas en reste (au début et à la fin notamment), avec des passages plutôt sanglants ou épiques. Le tout croqué par Fernando Pasarin (qui illustrait déjà le troisième tome – qui était le meilleur jusqu’à ce cinquième – tous deux pouvant se lire à la suite et sans le reste de la série d’ailleurs) et colorisé par Brad Anderson (valeur sûre dans le domaine, souvent à l’œuvre sur la précédente série Justice League).

En concevant cette sorte d’elseworld, Hitch réussit là où il échouait auparavant en donnant un peu de consistance à ses protagonistes, nouveaux ou anciens, tous attachants. Si l’ensemble reste rapidement exécuté (comme l’entièreté de Justice League Rebirth), l’auteur laisse tout de même ses personnages vivre, se poser et reposer (et le lecteur avec). Comme toujours, il y a un gros flou de compréhension quant à la nature « ténébreuse » de la fameuse Souveraine (dont l’identité n’est pas prévisible mais qui ne s’avère pas être une révélation « fracassante »). Tout se résout abruptement, comme toujours… L’évocation des pierres magiques et trois humains aidant à la concrétisation d’un plan temporel (découverts dans le troisième tome) est vite balayée aussi. Dommage.

Héritage se hisse donc à la première place des cinq volumes de Justice League Rebirth, grâce à son histoire plus soignée que d’habitude, les traits et découpages fluides de Pasarin (malgré des détails de bouches sur visage parfois grotesques – peut-être à cause des cinq différents encreurs qui opèrent sur les six chapitres !) et l’ensemble richement colorée. Sur la forme c’est quasiment un sans faute, sur le fond on regrette une conclusion un peu rapide (on apprécie aussi la petite vibe Terminator). À voir ce que réserve le sixième et dernier volet pour voir ce qu’on peut sauver ou lire indépendamment du reste sans être trop exigeant…


Tome 06 : Le procès de la Justice League
[JLR #34-43]

[Résumé de l’éditeur]
En pleine mission, la Ligue de Justice tente de libérer les victimes d’une prise d’otages mais commet une erreur qui aura de lourdes conséquences. Seuls responsables aux yeux de la justice américaine, les super-héros ne sont plus les bienvenus et sont appelés à comparaître, car il est temps de rendre des comptes. Et c’est à cet instant critique de remise en question qu’un ennemi redoutable entre en jeu, s’attaquant non pas à la Ligue mais à ses accusateurs et faisant des juges et des journalistes ses cibles principales…

[Histoire]
Simon Baz/Green Lantern doit secourir une galaxie entière à lui tout seul sans aide… Sur Terre, les autres membres de la Justice League déjouent une attaque terroriste au moment où les forces de l’ordre allaient intervenir. Mais cela cause la mort d’une femme religieuse, imputée à une action de Wonder Woman, le tout filmé et diffusé dans les médias…

Aquaman doit intervenir en urgence pour secourir des gens après un séisme suite à une mauvaise communication entre Batman (qui avait mal compris un nom) et Cyborg (qui relayait les informations).

L’opinion publique et le corps juridique remettent en question les agissements de la Ligue, encadrée par aucune personne identifiable ni de confiance. Si le Chevalier Noir apparaît comme le leader de l’équipe, le simple humain derrière le masque croule de fatigue et commet plusieurs erreurs, au point d’envisager de se retirer de l’équipe.

En parallèle, un nouvel ennemi se fait passer pour les membres de la Ligue tout en commettant des meurtres, n’aidant pas à renouer l’image populaire de la Ligue avec le public et les médias…

[Critique]
Surprise, Bryan Hitch a quitté la/sa série et est remplacé par Christopher Priest ! L’auteur de Deathstroke Rebirth (sept tomes) poursuit donc les aventures de la Justice League sous un prisme plus ou moins novateur. Ce sixième et dernier tome est composé de deux récits de cinq chapitres chacun, celui qui donne son titre à l’ouvrage, Le procès de la Justice League puis Justice Perdue. Néanmoins, les dix épisodes se suivent et forment un tout assez homogène d’un point de vue narratif. Trois axes se dégagent de l’ensemble avec plus ou moins de réussite intrinsèquement.

Tout d’abord, l’approche « politique et sociétale » de la Ligue de Justice est au cœur du titre. D’une manière générale, c’est un prisme extrêmement intéressant et risqué, tantôt audacieux et subtile, tantôt raté et ridicule. Ici, on est à cheval entre l’original et le décevant… Le procès en soi n’a pas vraiment lieu, il y a bien plusieurs interrogatoires par différents corps juridiques envers Superman et Cyborg notamment, beaucoup de questionnements entre les membres ou de réflexions à travers les médias et les réseaux sociaux mais pas de « révolution concrète » sur ce sujet. On ne va jamais jusqu’au bout de choses, on reste dans un cadre d’oralité sans impacts réels… Ce qui donne malheureusement une impression de survol. Ce n’est pas désagréable ni mal écrit mais ça méritait d’aller tellement plus loin !

Par exemple, le début de la fiction évoque des religieux extrémistes et la place de l’intervention des super-héros durant des attentats ; le milieu montre (maladroitement) une sorte de rapidité d’exécution à deux niveaux (les blancs/les noirs, les riches/les pauvres) et la fin aborde un conflit en Afrique entre réfugiés et monarques locaux (rappelant vaguement le travail du scénariste chez la concurrence avec Black Panther) avant de nommer carrément la Palestine et l’Israël. Plusieurs sujets extrêmement sensibles donc, au sein desquels l’auteur, comme ses protagonistes de papier, cède à une sorte de facilité évoquant tour à tour « la charte de la Ligue » (guidant les interventions ou non – mais jamais évoquée auparavant) et la nécessité de « ne pas s’en mêler ». En refusant de prendre réellement position et à force de vouloir rester accessible, ce sixième volet de Justice League Rebirth passe donc malheureusement à côté de ces thématiques ô combien clivantes mais parfois passionnantes et nécessaires dans une bande dessinée grand public (un peu comme l’a proposé Mark Waid en son temps). Dommage…

Ensuite, le deuxième axe du livre se concentre sur un nouvel ennemi, « le fan ». Ce dernier est banalement un « fan » de la Justice League mais aussi un ingénieur qui a œuvré à la construction de la Tour de Garde. Il connaît donc le lieu et ses secrets ; il a même espionné tous les super-héros, connaît leurs failles et les pousse à se remettre en question. Une fois de plus, l’idée de départ est bonne : s’appuyer sur les Hommes de l’ombre qui ont contribué à ériger le mythe des justiciers, littéralement. Cela permet aussi de savoir « comment » cette fameuse Tour fut bâtie. Hélas, tout tombe à plat : « le fan » met en déroute un par un tous les plus grands surhommes et Dieux de la Terre avec une facilité déconcertante ! Impensable…

Il semble aussi improbable que Cyborg (à minima) n’ait jamais détecté cet espionnage constant à travers l’assemblage informatique. L’identité de ce nouvel antagoniste est d’ailleurs complètement anecdotique et l’équipe ne sait pas comment s’en débarrasser. Il faudra compter sur… Deathstroke pour trouver une solution (radicale évidemment). Comme dit plus haut, Christopher Priest connaît bien le mercenaire (en plus de la série déjà évoquée, ajoutons le court récit complet DC Univers Rebirth Deathstroke). Deathstroke est assez présent en fin d’ouvrage (l’histoire est même connectée au premier tome de Deathstroke Rebirth), au même titre que… la Justice League of America ! C’est là que le lecteur peut s’y perdre un peu – et cela permet d’effectuer une transition vers le troisième et dernier axe narratif.

En effet, les évolutions des personnages sont évidemment très présentes et à suivre dans cet ultime tome, mieux équilibré que précédemment sur ce point. Jessica est un peu plus en retrait (son principal problème est un baiser volé à… Batman – sic), Aquaman a droit a un segment en particulier (avec toujours des mentions à sa série Aquaman Rebirth), corrélé à Batman, qui quitte sa fonction de leader au sein de la Ligue – passant le relai à Cyborg. Ce dernier a donc enfin une certaine mise en avant. Superman et Wonder Woman sont aussi au cœur du titre. Seuls Flash et Simon sont moins présents. C’est d’ailleurs un élément phare qui revient plusieurs fois : les justiciers qui sont à l’écart par rapport à d’autres, que ce soit au sein de la Ligue, dont la Trinité vole toujours la vedette ou dans les seconds rôles des justiciers moins connus. Là encore une piste inédite mais pas vraiment exploitée…

On arrive donc à la fameuse Justice League of America. Nom donné à une ligue souvent « annexe », qui gravite en marge de la Justice League plus classique (cf. le quatrième tome de Justice League par exemple). Ici, cette ligue a été conçue par Batman lui-même après l’affrontement entre la Justice League et la Suicide Squad (cf. le sympathique récit complet du même nom). Cette Ligue de Justice d’Amérique est souvent plus brutale que l’habituelle et n’hésite pas à solliciter des antagonistes. C’est le cas de celle-ci, regroupant Vixen, Ray, Atom, Black Canary, Frost (anciennement Killer Frost) et Lobo !

Mais pour le découvrir/comprendre, il fallait se tourner vers les magazines mensuels Suicide Squad Rebirth publiés à partir de 2017. Ceux-ci accueillaient différentes série de l’ère Rebirth comme Suicide Squad bien sûr, mais aussi Harley Quinn et Deathstroke (comme par hasard). Introduite en janvier 2018 dans le septième numéro (cf. couverture ci-dessous) avec différents épisodes dédiés à ces « nouveaux » protagonistes ainsi que la relance de la série Justice League of America (Rebirth, évidemment) – entièrement scénarisée par Steve Orlando – cette fameuse Ligue de Justice d’Amérique a bénéficié d’une publication jusqu’au numéro #15 de Suicide Squad Rebirth (le dernier de ce magazine), en septembre de la même année.

    

Ainsi, les dix-sept premiers chapitres furent étalés à travers neuf numéros et les suivants se sont retrouvés dans deux hors-séries de Justice League Rebirth – Récit Complet (les #10 et #12, cf. couvertures ci-dessus également). Frappe chirurgicale (novembre 2018) et À l’aube des temps (mars 2019) ont ainsi compilé respectivement les chapitres #18 à #21 (et l’annual) puis les #22 à #29 de la série (étant ainsi intégralement publiée en France – mais pas en librairie où elle a été divisée en six tomes aux États-Unis). On ne désespère pas de chroniquer cet ensemble à terme sur ce site ! Heureusement, pas besoin de lire tout cela en amont (même s’ils sont mentionnés dans la bande dessinée) pour comprendre à peu près le sixième tome de Justice League Rebirth même s’il subsiste un côté décousu et un éparpillement des nombreux intervenants…

Les neufs épisodes sont majoritairement dessinés par Pete Woods, qui livre des planches correctes, ni exceptionnelles, ni mauvaises. Il est malheureusement parfois remplacé par Philippe Briones, Marco Santucci et Ian Churchill, n’aidant pas à générer une cohérence graphique même si on ne s’y perd pas visuellement, malgré la grande galerie de personnages, surtout dans sa seconde partie. De nombreux titres, citations ou tweets parsèment les planches, ajoutant une inutilité verbale à l’ensemble déjà très bavard.

En brassant plusieurs sujets, de façon originale ou anodine, crédible ou décevante, habilement ou maladroitement, Le procès de la Justice League est donc complètement inégal. On peut saluer la proposition assez inédite dans le genre mais on peut tout autant déplorer le travail pas spécialement abouti. À moins d’une simple coïncidence, on sent aussi chez Priest une inspiration du côté du film Batman v Superman, que ce soit au niveau du conflit en Afrique, des échanges avec des avocats et juges, etc.

Idéalement il aurait fallu recentrer son titre uniquement sur l’aspect politique/sociétal, les conséquences des actes de la Ligue, leur « impunité » aux yeux de la loi des Humains et leur propre arbitrage au sein des conflits « réels » de notre monde. Le tout dessiné par un seul artiste et dans une fiction en un récit complet à part (ce qu’est de toute façon ce sixième et dernier volume de JLR). Hélas, le résultat mi-figue mi-raisin est trop bancal pour s’avérer audacieux ou indispensable…

[Conclusion de l’ensemble]
Si on peut d’entrée de jeu éliminer le quatrième tome, on apprécie tout de même le cinquième et plus ou moins le sixième. Mais le bilan sur l’entièreté de la série, soit six volumes, n’est pas terrible. On en conseille surtout deux (le troisième et le cinquième – formant un ensemble plus ou moins complet, écrit et dessiné par la même équipe artistique mais manquant d’une réelle conclusion puisque Hitch quitte sa série après) ; éventuellement le sixième et encore… Rien d’incontournable dans cette pauvre série Justice League Rebirth très malmenée (surtout dans ses deux premiers tomes et l’affreux quatrième) avec des facilités narratives, des intrigues non résolues, des complications inutiles, des incohérences brumeuses, des éléments incompréhensibles, de nombreux segments ennuyeux et inintéressants – à l’exception donc, du chouette cinquième opus, Héritage.

La « suite » de Justice League Rebirth n’est pas vraiment connectée à la série. Comme l’annonce l’éditeur à la fin de la version librairie du dernier tome (grouillant de jolies couvertures alternatives en guise de bonus), il faut se tourner vers le récit complet Justice League – No Justice qui fait à la fois suite à Batman Metal mais sert aussi de prologue à Justice League – New Justice (quatre tomes). Cette dernière étant à considérer comme « la » nouvelle série Justice League désormais – incluant le retour du Limier Martien, teasé dans Justice League Rebirth.

     

[À propos]
Sortie en France chez Urban Comics respectivement le 6 juillet et 9 novembre 2018 puis le 1er mars 2019.

Scénario : Bryan Hitch (t. 4 et 5), Christopher Priest (t. 6)
Dessin : Bryan Hitch (t. 4), Fernando Pasarin (t. 5), Pete Woods (t. 6), collectif
Encrage : Collectif
Couleur : Collectif

Traduction : Edmond Tourriol
Lettrage : Stephan Boschat (Studio Makma)

Acheter sur amazon.fr :
– Justice League Rebirth – Tome 04 : Interminable
– Justice League Rebirth – Tome 05 : Héritage
– Justice League Rebirth – Tome 06 : Le Procès de la Justice League

 


Batman : Terre-Un (tome 03)

Enfin ! Après huit ans et demi d’attente, le troisième et dernier volume de la série Batman Terre-Un, initiée par le scénariste Geoff Johns et le dessinateur Gary Frank, sera en vente à partir du 4 mars 2022. Rappelons que la gamme Terre-Un (Earth One en VO) est composée de récit elseworld (monde parrallèle) en marge de la continuité dite « classique », c’est-à-dire une revisitation des univers des héros de DC Comics (Superman, Green Lantern et Wonder Woman y ont droit aussi – cf. fin d’article) qui ne nécessite aucun pré-requis pour se plonger dedans. Mais attention, les différences avec la mythologie « officielle » de chaque justicier y sont légion, à commencer par celle du Chevalier Noir bien sûr. Rappel des tomes précédents et critique de cette conclusion tant attendue.

[Contexte : rappel des deux premiers volets]

Le premier tome, sorti en août 2013 chez nous, nous présentait un Bruce Wayne impulsif faisant ses premiers pas en tant que Batman inexpérimenté, violent, arrogant voire antipathique. Vaguement épaulé par un Alfred ancien militaire, Bruce/Batman tentait de résoudre le mystère de la mort de ses parents. Est-ce le maire Copplebot qui l’avait commanditée pour ne pas avoir d’opposant à la réélection municipale ? De son côté Gordon se rachetait une conduite en arrêtant de fermer les yeux sur des délits mineurs et stoppant nette la corruption qui gangrenait son service. Il avait embarqué la pétillante star de la télévision (!) Harvey Bullock bon gré mal gré dans sa croisade. Ce dernier, découvrant l’horreur absolu d’un tueur en série de jeunes filles tomba alors en dépression et dans l’alcoolisme.

La critique est toujours disponible sur le site (elle aurait peut-être besoin d’être remaniée/réécrite vu l’époque de sa mise en ligne…). Mais, en synthèse, nous avions droit aux fondations communes du Chevalier Noir sous un nouvel enrobage über réaliste et violent. Un univers familier donc, mais paradoxalement différent. Une réussite en tous points. En le relisant en 2022, on ne peut s’empêcher d’imaginer qu’il a nourri l’inspiration des scénaristes du film The Batman, du moins pas rapport aux premières images dévoilées (même si les auteurs ont évoqué sept autres comics comme matrice de leur long-métrage).

Le second volume, proposée en février 2016, prolongeait évidemment le récit de ce « nouveau » Batman. Encore à ses débuts, il doit cette fois faire face à plusieurs menaces. Tout d’abord un mystérieux homme crocodile vivant dans les égouts (Killer Croc donc – in fine ni un ennemi, ni une brute sanguinaire, presque un allié !), ensuite Harvey Dent, colérique et ayant Wayne dans le viseur (c’est finalement sa sœur, Jessica – la maire de Gotham et flirt de Bruce – qui pourrait muter en Double-Face, son frère étant à priori mort !) et enfin le Sphinx. Un terroriste énigmatique tuant plusieurs personnes (pour n’en cibler en réalité qu’une parmi ces foules) et mettant à rude épreuve le Chevalier Noir. Celui-ci peut toujours compter sur l’aide de Gordon, tous deux établissent bien vite une coopération mutuelle, apprenant l’un de l’autre efficacement. Alfred est toujours de la partie, alternant les sages conseils et la virulence (verbale et physique) nécessaire à la quête de son protégé. Bullock en retrait restait profondément empathique, Barbara était simplement évoquée (alors qu’elle croquait son costume de Batgirl à la fin du tome précédent – donc on s’attendait à la voir), Lucius Fox s’occupe des gadgets et équipement de Betman et Catwoman croisée dans un appartement (sans savoir qu’il s’agissait d’elle dans un premier temps – elle devrait en toute logique figurer dans le troisième livre).

Là aussi, la critique complète est en ligne pour ce second volume tout aussi excellent que le premier, si ce n’est davantage ! Une course contre la montre effrénée, brutale et intelligente. Clairement un sans-faute qui continue de nourrir cette itération maline du Dark Knight sous des traits réalistes et sans concession. Une fois de plus, la série est accessible à n’importe qui et propose de solides bases qui mérite un enrichissement brillant et une conclusion à la hauteur. C’est la promesse du troisième et dernier tome, en vente dès mars 2022. Découverte.

[Résumé de l’éditeur]
Après la mort de son frère, le nouveau maire de Gotham, Jessica Dent se remet de ses blessures et est décidée à faire de la ville un endroit à nouveau sûr. De son côté, Batman continue sa croisade contre le crime, s’associant avec de nouveaux alliés surprenants comme Killer Croc ou une voleuse d’exception : Catwoman !

« Dans ce troisième volet de leur relecture moderne et réaliste de la légende de Batman, Geoff Johns et Gary Frank replongent l’apprenti justicer dans les complexités de la politique urbaine et les tréfonds de l’âme humaine. L’héritier de deux lignées, les Wayne e les Arkham, devrai faire face à la folie et aux fantômes du passé… »

[Histoire]
Un mois après la mort de Harvey Dent (voir fin du tome 2), Bruce, Alfred et Waylon (Killer Croc – au courant de l’identité de Batman donc) creusent des tunnels dans les égouts de Gotham, surnommés le Labyrinthe d’Arkham, afin de trouver un espace suffisamment grand pour cacher « la voiture » (la Batmobile, créée par Lucius Fox et ses ingénieurs) et une base d’opérations (la Batcave).

De son côté, Jessica Dent se remet de sa blessure au visage et reprend ses fonctions de maire, épaulée par Bruce. La ville est moins dangereuse depuis que la police, emmenée par Gordon, est moins corrompue et que le Batman combat l’injustice. Mais quand Adrian Arkham, homme fou à la rue est retrouvé dans un asile abandonné, Bruce Wayne est dépassé : il s’agit de son grand-père, normalement mort !

Dans l’ombre, les gangs de la ville obéissent à une mystérieuse personne qui va commanditer une guerre civile. Heureusement, le Chevalier Noir peut compter sur ses outsiders, rejoints par Catwoman.

[Critique]
Drôle de « conclusion ». Le livre s’achève sur une fin ouverte (sans surprise) qui frustre par ce qu’elle montre tant cela donne envie de prolonger à nouveau cet univers de Terre-Un ! Néanmoins, tout ce qui précède cet aboutissement comporte son lot de qualités et de défauts. La bonne surprise réside dans l’alliance inattendue avec Waylon qui fonctionne à merveille, surtout ses échanges avec Alfred. L’altruisme de Bruce, envers Jessica, envers Gotham City, envers ses ennemis… parsème le récit, couplé à de nombreux plans sur les yeux (déjà dans le deuxième tome), accentuant avec sincérité cette humanité (et parfois avec une pointe d’émotions). Le rythme est toujours aussi haletant, cette impression de course contre la montre effrénée dont on distingue mal de prime abord tous les enjeux.

La faute à de multiples intrigues plus ou moins bien narrées. D’un côté les mystères autour de Jessica Dent, avec des rebondissements plus ou moins prévisibles mais qui restent intéressants. D’un autre la dimension un peu étrange avec le grand-père de Bruce, évoquant une malédiction de trois siècles sur sa famille – ce qui n’est pas sans rappeler Curse of the White Knight et donc un élément qui s’insère moyennement dans cette itération de Batman, profondément encrée dans le « réel » et l’urbain. Heureusement Geoff Johns rattrape brillamment ces égarements sur ce sujet avec une pirouette scénaristique plutôt habile bien qu’un peu tardive et « facile ». Au moins, le mystère autour de la mort de la mère de Martha Wayne (donc la grand-mère de Bruce) est levé ; il était abordé dès le premier tome.

Du reste, on suit tout de même avec un certain plaisir l’évolution de Bruce et de Batman. Catwoman est à la fois proche de l’ADN du personnage mais éloignée par son costume un peu ridicule. Ce troisième volume est aucun doute le moins bon des trois mais ça ne veut pas dire qu’il est mauvais. Un peu mitigé à la lecture il est vrai, surtout après les deux excellents précédents tomes qui avaient placé la barre très haut. Néanmoins, en enchaînant les trois titres, on apprécie la cohérence globale de l’œuvre (une intégrale pourrait voir le jour dans quelques années tant l’ensemble s’enchaîne brillamment et sur une courte durée). À défaut d’un scénario de Geoff Johns plus haletant, on apprécie les traits de Gary Frank, très en forme. Les deux artistes venaient d’achever l’immense Doomsday Clock et Johns une foule de projets divers (cf. le récapitulatif de Trois Jokers qu’il a écrit aussi), retardant cette troisième salve de Batman : Terre-Un.

Gary Frank est une fois de plus entouré de Jon Sibal à l’encrage et Brad Anderson à la colorisation, conférant une fois de plus des planches somptueuses lors des pleines pages et toujours un travail de l’ombre particulièrement soigné (voir les nombreuses images en fin de critique). Des traits toujours réalistes, épousant la volonté d’une série d’être « plausible » dans notre propre monde. Graphiquement, il y a peu à redire et ceux qui ont aimé les deux premiers tomes n’ont pas de raison de faire l’impasse sur ce dernier, même s’il lui manque un côté plus épique ou avec des ennemis plus « célèbres » pour terminer en beauté… Ces « nouvelles origines » ont été séduisantes et sont particulièrement accessibles, c’est une série qu’on conseille donc et qui faisait déjà partie des coups de cœur du site dès son premier tome (on inclut volontiers le second dans la sélection).

On notera également que le 8 juin prochain, dans sa nouvelle opération estivale, entièrement dédiée au Chevalier Noir (article à venir), Urban proposera le premier tome de Terre-Un pour 4,90€ seulement ! De quoi lire l’intégralité de la série pour 36,90€ au lieu de 48€ (si avoir une collection dépareillée ne vous dérange pas, bien entendu).

La gamme Terre-Un/Earth One touche d’autres super-héros de DC Comics. Accessible, originale et souvent signée par des artistes de renom, elle est bien sûr recommandée. En France, on peut lire les deux tomes sur Superman, les deux sur Wonder Woman, les deux sur Green Lantern et les trois sur Batman bien sûr. Deux sur les Teen Titans existent en anglais. Aquaman et Flash n’ont pas encore eu l’honneur d’apparaître dans cet univers mais c’est normalement en cours de réalisation.

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 4 mars 2022.

Scénario : Geoff Johns
Dessin : Gary Frank
Encrage : Jonathan Sibal
Couleur : Brad Anderson

Traduction : Alex Nikolavitch
Lettrage : Sabine Maddin et Stephan Boschat (Studio Makma)

Acheter sur amazon.fr :
Batman Terre-Un : Tome 3 (16€)
Batman Terre-Un : Tome 2 (16€)
Batman Terre-Un : Tome 1 (16€)