Batman Detective Infinite – Tome 01 : Visions de violence

La scénariste Mariko Tamaki propose une série sur le Chevalier Noir en quatre volumes. Celle-ci se déroule après les évènements de Joker War mais aussi en parallèle de Batman Infinite ; pour autant elle reste accessible. Elle s’intègre aussi plus ou moins comme la continuité de Batman Detective (en sept tomes) puisqu’il s’agit « simplement » de la série US Detective Comics (à partir de son chapitre #1034). Découverte d’un récit prometteur.

[Résumé de l’éditeur]
Lorsque sa fille est tuée au cours de la vague de crimes qui s’abat sur Gotham City, Roland Worth, une montagne de muscles et d’argent de deux mètres de haut, se lance dans une quête personnelle de vengeance contre Batman, responsable présumé de ce chaos. Victime d’une machination savamment orchestrée, le Chevalier Noir désargenté ne pourra compter que sur son intelligence et le peu d’équipement qui lui reste…

[Début de l’histoire]
Tandis que le maire Nakano présente sa « vision pour Gotham » à l’hôtel de ville, les Trouble-Fête attaquent les citoyens présents à cette cérémonie. Bruce Wayne y étant, il se change en Batman et affronte cette menace peu dangereuse avant de continuer les travaux dans les égouts où il établit ses Bat-Caves.

Il rejoint ensuite son quartier résidentiel où une voisine un peu encombrante le met mal à l’aise.

Plus tard, Sarah Worth est retrouvée morte. Son père Roland Worth compte bien s’en prendre à Batman accusé de ce crime !

En parallèle, Bruce Wayne est lui aussi suspecté d’activités suspectes. L’ancien milliardaire et son alter ego justicier sont tous deux recherchés. L’aide d’Huntress ne sera pas de trop pour comprendre ce qui se trame dans la ville et qui tire les ficelles dans l’ombre…

[Critique]
Voilà une (fausse) relance de série plutôt intéressante malgré des défauts d’écriture. Visions de violence conjure un peu trop d’éléments narratifs maladroitement équilibrés mais dont l’ensemble demeure à peu près pertinent – bien aidé par un support visuel alléchant (on y reviendra). Ce premier volume (sur quatre) contient dix épisodes et quelques back-ups répartis ici et là (et pas clairement annoncés). C’est donc un épais ouvrage (près de 300 pages) dans lequel on retrouve un statu-quo déjà connu mais jusqu’ici peu exploité : Bruce Wayne habite désormais dans un quartier résidentiel (comprendre plutôt bourgeois). Dépourvu de sa fortune (suite aux évènements de Joker War), de son majordome (tué à la fin de Batman Rebirth), de son manoir, de ses contacts au GCPD (Gordon est parti poursuivre le Joker – cf. Joker Infinite) l’ancien milliardaire doit faire au mieux et se conçoit des Batcaves dans les égouts de la Gotham City.

Sur le papier c’est alléchant, dans les faits, ça ne change « pas plus que ça » le personnage : il ne semble pas manquer de ressources (financières donc) pour armer ses cachettes d’ordinateurs ou « banalement » pour subvenir aux besoins du quotidien (se nourrir, avoir un toit, etc.). L’approche un peu inédite est l’obligation de se mêler au voisinage et de montrer un Wayne en civil autant voire davantage qu’un Batman en costume. Ce point est toujours plaisant car peu mis en avant dans les comics (surtout les récents).

Néanmoins, cet opus de Batman Detective Infinite gère maladroitement « sa menace ». Le tableau est vite compréhensible : il y a une sorte de parasite qui prend possession d’humains ou les rend monstrueux. Cela est montré par petites touches du registre horrifique, c’est plutôt réussi à défaut d’être surprenant. La gestion des genres reste bien dosée malgré tout : l’investigation « urbaine » fonctionne, en binôme avec Huntress (on en parle plus loin) et l’atmosphère assez « politique » de l’ensemble convainc.

En revanche, au-delà de cet « ennemi », trois antagonistes se démarques. Celui qui détient le fameux parasite (très vite identifiable et assez en retrait), Roland Worth, un homme bourru et violent et Le Pingouin. Les deux premiers sont de parfaits inconnus dans la mythologie de Batman et Worth est vraiment un cliché ambulant. Un impulsif qui ne semble pas trop réfléchir et a une certaine « aura » auprès de personnalités importantes (notamment le maire Nakano) alors qu’on ne l’avait jamais vu avant… Le Pingouin opère dans l’ombre, fidèle à lui-même et visiblement vexé de ne plus être un vilain d’envergure comme à une époque.

Il y a des situations inédites qui sont appréciables (Wayne en garde à vue, la corruption très présente au sein du GCPD, la croisade de Nakano, etc.) mais qui sont toujours un peu « effleurées » alors qu’elles pourraient donner de grandes choses. On repart vite avec un Batman puissant et agile au détriment d’axer la condition plus « humaine », quasiment « citoyenne » de Wayne, bien plus passionnante d’une certaine manière. Mariko Tomaki a peu de bagages chez DC Comics : Harley Quinn – Breaking Glass (premier volet de la collection Urban Link désormais arrêtée) et le très moyen One Bad Day – Double Face (écrit après) qui se déroule dans ce même univers – citons sa BD récompensée, Cet été-là. Son travail est tout à fait correct pour ces débuts mais on espère une amélioration pour la suite.

Si Oracle est toujours présente pour filer un coup de main à distance, c’est Huntress qui devient la binôme de Wayne. Pourquoi elle ? Aucune idée, il n’y a pas vraiment de raison cohérente (ça aurait très bien pu être un ou une autre allié(e) – malgré les passifs avec certain(e)s). Huntress apporte une sorte d’énergie appréciable et un capital sympathie non négligeable. Le duo fait mouche à plusieurs reprises (surtout dans sa dernière ligne droite), à défaut d’être plus singulier ou audacieux.

Heureusement, les superbes planches tirent le titre vers le haut. Dan Mora signe la majorité de l’album avec son style élégant, ses traits fins, visages expressifs et action dynamique et fluide, à mi-chemin entre l’héritage de Jim Lee (Silence) et la patte de Jorge Jimenez (Batman Infinite), lorgnant aussi vers Greg Capullo (Batman) dans les visages non masqués notamment. À admirer dans les illustrations de cette critique et à la fin notamment.

Viktor Bogdanovic le remplace de temps en temps : plus abrupt, moins enlevé et épique mais graphiquement cohérent. On retrouve un peu la patte de Capullo aussi par moment (toujours sur ces fameux visages). La colorisation de Jordie Bellaire (Joker War – Tome 2, Batman Imposter, One Bad Day – Double Face…) ajoute une dimension chromatique de haute volée, alternant la dimension « urbaine » (déjà évoquée) et de comics « haut de gamme » avec quelques couleurs bien dosées (le violet d’Huntress ne dénote pas trop par exemple).

En synthèse, l’histoire principale est assez passionnante mais parfois trop étirée, s’attarde sur des éléments moins intéressants que d’autres qui l’auraient mérités. La fiction est desservie par un ou deux protagonistes mais s’en tire quand même bien. De nombreux interludes enrichissent l’univers, étrangement ajoutés en fin de chapitre sans être introduits (il n’étaient pas inclus dans les versions publiés dans Batman Infinite Bimestriel). Ils dénotent un peu avec le reste (aussi bien visuellement que rythmiquement). Un consacré à Huntress (dessiné par Clayton Henry), un autre sur Le Pingouin (Karl Mostert) et un ultime sur un personnage secondaire mais nécessaire (à priori par T.Rex et David Lapham).

Ces débuts imparfaits sont malgré tout prometteurs si Tamaki met en exergue les bons points de ce volume dans les prochains (on apprécie aussi ses mentions aux violences conjugales par exemple, assez rares dans le médium) tout en gommant ou améliorant les plus faibles (s’éloigner des menaces pour se concentrer sur « le quotidien » inédit de Bruce et les habitants de Gotham — dont la pétillante Deb Donovan). À noter, les superbes couvertures variantes de Lee Bermejo présentes en fin d’ouvrage.

[À propos]
P