Archives par mot-clé : Jordie Bellaire

Batman Imposter

Scénarisé par Mattson Tomlin, qui a brièvement participé à l’écriture du film The Batman, dessiné par le talentueux Andrea Sorrentino (Joker – Killer Smile), publié dans le prestigieux Black Label, proposé en France le 25 février 2022, soit très rapidement après sa sortie US (dernier trimestre 2021) et dans deux deux éditions (une classique et une limitée en vente exclusivement chez Leclerc), que vaut Batman Imposter, récit complet en trois chapitres dont les couvertures variantes sont signées par le célèbre Lee Bermejo (Joker) ? Découverte et critique d’un titre qui risque de devenir rapidement culte ! Explications.

(La couverture à gauche est la régulière, à droite la limitée en vente chez Leclerc.)

[Résumé de l’éditeur]
Cela fait trois ans que Bruce Wayne a endossé le costume de Batman afin de faire de Gotham une ville plus sûre et moins corrompue. À force de sacrifices et de persévérance, il a presque atteint son but. Mais quand un imposteur adopte son déguisement afin d’assassiner d’anciens criminels, c’est toute la police de Gotham qui se met à ses trousses, notamment l’inspectrice Blair Wong, déterminée à découvrir la véritable identité du justicier !

« Si la présence de Batman impacte à ce point l’économie de la ville… alors c’est un angle d’attaque inédit qui mérite d’être exploré. Un gars dans un costume de chauve-souris qui tabasse les criminels… ça m’a toujours semblé un peu gros à avaler. En revanche, s’il s’agit d’une mascarade visant à dissimuler une sorte d’espionnage industriel… […] Qui a perdu le plus depuis l’apparition de Batman ? Qui a gagné le plus ? »

[Histoire]
Leslie Thompkins secoure et soigne Batman après une nuit agitée. La psychothérapeute se remémore quand elle a pris le jeune Bruce sous son aile et ce qu’il a enduré. Elle le met en garde : le milliardaire doit honorer ses rendez-vous psy avec elle sinon elle le dénoncera.

De son côté, le citoyen philanthrope Wesker sollicite l’inspectrice Blair Wong. Wesker soupçonne un de ses employés éphémères d’être Batman.

Le GCPD reçoit une vidéo montrant Batman tuer trois anciens pensionnaires de Blackgate condamnées pour assassinat. Si certains policiers sont favorables à cette forme de « justice » radicale, il n’en est pas de même pour le chef du département qui ordonne de traquer et ramener l’homme chauve-souris, désormais criminel et meurtrier.

Le Chevalier Noir doit enquêter sur cet imposteur, tandis que Wong reprend les indices qui mèneraient à l’identité de Batman. À commencer par une grande fortune obligatoire pour être équipée aussi puissamment pour un justicier…

[Critique]
Chef-d’œuvre. On tient une pépite !
C’est devenu tellement rare dans les comics Batman d’avoir un récit complet qui se suffit à lui-même, qui va ravir aussi bien les nouveaux venus que les fans de longue date que le titre rejoint carrément la courte liste des incontournables (pas un coup de cœur, carrément un indispensable !). Dans quelques années, Batman Imposter sera considéré comme un classique, c’est indéniable. Il regorge de qualités, c’est du grand art ! Comme il s’agit d’un elseworld (comme la très bonne trilogie Batman – Terre Un), pas besoin de connaître la continuité « classique » du personnage, celui-ci prend place dans un monde qu’on peut qualifier « d’alternatif », le temps de découvrir cette histoire. Aucun pré-requis n’est donc nécessaire pour se plonger dedans !

L’histoire est évoquée plus haut, concept « simple » mais hyper efficace : un imposteur tue en se drapant du costume du Chevalier Noir. Double-enquête : d’un côté le GCPD qui veut arrêter ce Batman persuadé qu’il s’agit du même justicier déjà connu depuis trois ans, d’un autre côté Bruce Wayne qui cherche bien sûr à mettre la main sur son double meurtrier. Autour de lui, deux femmes importantes : Leslie Thompkins (ici femme noire de la cinquantaine) avec qui il suit une thérapie, échange sur ses doutes constants et son « mal-être », Blair Wong, inspectrice qui traque évidemment l’homme chauve-souris mais s’éprend de Bruce Wayne. Toutes deux forment un point d’ancrage important pour l’évolution de notre héros sans pour autant être de banales « faire-valoir féminins ».

Au-delà des drames et douleurs du quotidien, le récit gagne en nuance quant à l’interrogation de l’auto-justice (vigilantism) et, surtout, le cheminement du mystère sur l’identité du fameux imposteur. Tout est très plausible, écrit intelligemment. Deux exemples concrets. Wong estime à juste titre que Batman (le vrai et/ou le copycat) a forcément accès à des ressources économiques élevées et probablement une formation militaire. Ses pistes l’amènent légitimement vers Bruce Wayne (ce qui, aussi surréaliste qu’il puisse paraître, est rarement le cas dans l’ensemble des productions sur le Chevalier Noir). Mais cela permet d’aider le lecteur à savoir aussi qui se cache sous le masque de l’imposteur. Autre point intéressant : un vaste réseau souterrain utilisé pour par le justicier pour se déplacer rapidement, en moto notamment, et à l’abri des regards. Mais d’où proviennent ces véhicules ? Les motos sont dans les nombreuses rue de Gotham, sans plaques d’immatriculation, plus ou moins cachées, prêtes à servir à n’importe quel moment. Pourtant elles n’ont pas été déclarées volées. Donc sont-elles… achetées ?

C’est ce genre de réflexions qui sont mises en avant dans la partie thriller de l’œuvre ; c’est passionnant et extrêmement bien rédigé par le jeune et nouveau venu Mattson Tomlin, né en… juillet 1990 ! Ce scénariste a d’ailleurs participé à l’écriture du film The Batman de Matt Reeves (même s’il n’est pas crédité en tant que tel, cela a été confirmé dès 2019). Cela se ressent grâce au look de Bruce Wayne, calqué sur l’acteur Robert Pattinson, ainsi que le costume du Dark Knight, proche de celui des images dévoilées. Même si, majoritairement, son visage reste dans l’ombre. Le réalisateur a d’ailleurs évoqué Batman Imposter comme un des sept comics servant d’inspiration pour son long-métrage (même si, factuellement, la bande dessinée a été publié durant la post-production du film, il est aisé d’imaginer que Tomlin a travaillé de concret avec Reeves en injectant « sa patte »). Mais nous reviendrons sur ce sujet quand The Batman sera sorti au cinéma !

Dans Batman Imposter, il y a peu de figures familières de la mythologie du Caped Crusader. Alfred est aperçu en flash-back (il a démissionné de son rôle très tôt face à la colère quotidienne et la violence continue du jeune Bruce). Seuls deux ennemis de seconde voire troisième zone sont croqués. Arnold Wesker, alias le Ventriloque, et Otis Flannegan, alias Ratcatcher. Pas de costumes ou affrontements ici, les deux hommes interviennent rarement et ne sont pas « méchants » (ce sont des rôles très très secondaires), la narration pousse à l’empathie et leur sort est particulièrement bien écrit, en particulier le premier, qui renoue avec l’ADN pur de Batman : l’altruisme et l’humanisme (rappelant aussi le décrié Trois Jokers dont la conclusion mettait bien en avant cet aspect du justicier).

De même, on insiste lourdement sur la règle primordiale du justicier : il ne tue pas. Est-ce un pied-de-nez aux adaptations plus ou moins récentes montrant un Batman « grim and gritty » parfois clivant (le Grim Knight dans Le Batman qui Rit en comic book, le Batfleck de Batman v Superman au cinéma, etc.) ? On ne sait pas trop mais ça fonctionne. On voit un Batman très impliqué dans sa croisade tout en ayant une vision « détective », qui manque cruellement à l’ensemble des comics sur le Chevalier Noir (et à ses adaptations à l’écran), ainsi qu’un bon « code d’honneur », malgré quelques tournures (justifiées) sur la vengeance. Bref, là aussi impossible de ne pas penser au futur long-métrage à venir.

La bande dessinée est parfois bavarde, l’ensemble est dense lors des phases d’enquête notamment, mais elle sait parfaitement les alterner avec des séquences quasi mutiques niveau action et infiltration (voire d’émotions). C’est là aussi un autre point fort du titre : un parfait équilibre pour garder un rythme haletant sans s’éparpiller dans des textes complexes ou au détriment des scènes de contemplation. Il faut dire qu’Andrea Sorrentino régale les rétines à chaque planche. Les amoureux du dessinateur et son style atypique vont être servis !

Comme on l’évoquait dans la critique de Joker : Killer Smile, Andrea Sorrentino avait déjà sublimé les aventures de Green Arrow dans l’excellent run de la période New 52 (disponible en deux tomes intégrales) qu’il signait conjointement avec Jeff Lemire. Chez Marvel, on retrouvait aussi les compères sur Wolverine dans la très bonne série Old Man Logan période post Secret Wars. Des titres qu’on recommande chaudement en complément de Gideon Falls, création indépendante disponible chez Urban Comics.

Dans Batman Imposter, Sorrentino est au sommet de son art : il délivre habilement ses cases et planches avec une approche inédite, une construction hors-norme qui va parfois dans tous les sens sans jamais perdre son lecteur (cf. nombreuses images en fin de cette critique). Ses traits réalistes, aussi bien pour les protagonistes que pour les déambulations nocturnes et urbaines, sont magnifiés par la colorisation de Jordie Bellaire (qui œuvrait déjà avec lui sur Joker : Killer Smile mais aussi sur des chapitres de Batman et Detective Comics, comme les deux excellents premiers tomes de Joker War ou encore sur The Dark Knight Returns – The Golden Child ; elle est par ailleurs scénariste du reboot en comics de Buffy contre les vampires, qu’on conseille également).

Les pleine planches de la patte si singulière de Sorrentino couplées aux tons sombres, souvent nappées d’écarlate, le tout dans une veine ultra réaliste, parfois d’une froideur sans nom, et dotées subtilement d’une pointe d’émotion sont simplement parfaites. Il n’y a rien à redire (si on est emporté par ce style, évidemment mais difficile de faire la fine bouche).

En synthèse, Batman Imposter coche toutes les cases de la bande dessinée exigeante, passionnante, accessible, originale et pour un prix tout à fait correct (18€). On aurait tort de s’en priver ; on prend le pari que dans très peu de temps elle sera dans toutes les listes des comics Batman incontournables et cultes ! Seule une partie de sa conclusion pourrait décevoir le lecteur suite à ses attentes mais globalement l’œuvre tient la route et pourra être analysée à travers plusieurs prismes.

Comme souvent dans des coups d’éclats du genre, une suite pourrait arriver (elle n’est pas prévue à date) mais The Dark Knight Returns et Batman – White Knight, par exemple, ont eu quelques héritiers – moins inspirés… À suivre dans quelques années donc. D’un côté on ne voudrait pas « toucher au sacré », d’un autre on apprécierait en savoir davantage sur la psyché de ce Wayne et de retrouver les nouvelles têtes créées spécialement pour ce titre, à commencer par la charismatique Blair Wong. Dans tous les cas : un achat indispensable (qui donne encore plus envie de découvrir le film The Batman si vraiment le comic a servi d’une des matrices pour sa conception) !

[À propos]
Publié chez Urban Comics le 25 février 2022

Scénario : Mattson Tomlin
Dessin : Andrea Sorrentino
Couleur : Jordie Bellaire

Traduction : Yann Graf
Lettrage : Éric Montesinos

Acheter sur amazon.fr : Batman Imposter (18€)

 

Joker – Killer Smile

Volume unique réalisé par un tandem de choc (Jeff Lemire à l’écriture et Andrea Sorrentino aux dessins), Joker – Killer Smile s’ajoute à la collection du « prestigieux » DC Black Label (Harleen, Batman – Créature de la nuit, Batman – Damned, Batman – White Knight, Batman – Last Knight on Earth…). Critique de ce comic qui sort en France à l’occasion des 80 ans du célèbre Clown Prince du Crime (en septembre 2020).

[Résumé de l’éditeur]
Quand un psychiatre affilié au Joker tente de guérir le plus grand criminel de Gotham, c’est le début d’une descente aux Enfers pour celui qui était jusqu’ici un père de famille aimant et paisible. Mais cette spirale de dépression et d’hallucinations violentes ne cache-t-elle pas aussi un réel gouffre au sein même de sa psyché ?

[Histoire]
Le docteur Benjamin Arnell souhaite guérir le Joker. Pas établir un diagnostic ou connaître son passé mais le guérir de la folie… Le Clown du Crime se joue évidemment de son médecin, arguant la tâche impossible.

Arnell a deux semaines pour achever sa mission. Mais lui-même semble sujet à quelques confusions et une très grosse fatigue. Sa femme Anna et son fils Simon s’inquiètent pour lui…

[Critique]
Malgré ses magnifiques planches (on y reviendra), Killer Smile souffre de plusieurs défauts d’écriture évidents. L’un est « universel », au sens large donc (concernant tous types d’œuvre), avec un personnage principal générant peu d’empathie… Illustre inconnu dans la mythologie DC, son rôle (déjà tenue par Harleen Quinzel fut un temps) semble anecdotique dès le début, déjà vu et revu sous différents formats. Son évolution est prévisible à souhait même sans être un fin limier. On lit donc une histoire qui ne sort pas vraiment des sentiers battus malgré son prisme plus ou moins inédit (le point de vue d’un « docteur lambda »). Le Joker rend-t-il fou les gens qui l’approchent de près ? Vaste sujet qui est ici mal traité (avec un type peu intéressant au demeurant).

Autre problème : le « caractère » du Joker. Dans cette itération, on découvre un criminel froid, sérieux, posé, malin, volubile, intelligible, habile, etc. Cela fonctionne parfois très bien (tant à l’écran comme dans le long-métrage The Dark Knight (le logo de la trilogie de Nolan est d’ailleurs mis en avant) que dans des comics — vu le sujet on pense forcément à White Knight), parfois moins bien. C’est hélas le cas ici : difficile de « reconnaître » le Joker. Il pourrait être Double-Face, le Sphinx ou un tueur en série « quelconque » que ça ne changerait pas des masses l’histoire.

Ce filtre « réaliste » choisi (confirmé par Sorrentino en interview), conférant une certaine plausibilité au célèbre Clown — afin qu’on l’imagine dans « notre propre monde » — est maladroitement traité. Il est couplé avec des dessins qui jouent également cette carte (mais avec brio eux) grâce à des visages et des décors parfois proche de photographies. Anecdotiquement, cela permet d’avoir au détour de quelques cases un Killer Croc sous une apparence plus « humaine » (un Waylon Jones proche du film Suicide Squad d’une certaine façon).

C’est surtout cette partie graphique qui sauve un peu l’œuvre. Côté super-héros, Andrea Sorrentino avait déjà sublimé les aventures de Green Arrow dans l’excellent run de la période New 52 (disponible en deux tomes intégrales) qu’il signait conjointement avec Jeff Lemire (l’auteur était nettement plus inspiré pour l’archer d’émeraude que le Joker). Chez Marvel, on retrouvait aussi les compères sur Wolverine dans la très bonne série Old Man Logan période post Secret Wars. Des titres qu’on recommande chaudement en complément de Gideon Falls, création indépendante (disponible chez Urban Comics). Dans Killer Smile, Sorrentino propose un découpage hors-norme, épousant à merveille le texte pour tout ce qui est attrait aux confusions mentales du protagoniste, versant parfois dans l’horreur voire le gore. Dérangeant. Violent. C’est LE point fort de l’ouvrage. Et… l’unique.

Car malheureusement, comme on l’a vu, l’écriture dessert l’ensemble et propose une (més)aventure vite lue, vite oubliée. Lemire dit en préambule s’être inspiré de trois comics : Killing Joke, Joker et Dark Detective. Cela fait sens, on y trouve aisément des allusions, pas très fines par ailleurs. Mais si chacune de ces trois histoires fonctionnait intrinsèquement à degré divers (l’exploration de la folie et son influence dans la première, la veine über réaliste dans la deuxième et un pan comique imagé très connu (avec des poissons) dans la troisième), elles se vautrent complètement dans Killer Smile qui ne parvient pas à trouver l’équilibre idéal sur ces sujets ; sauf en terme de rythme, ça passe à peu près malgré malgré un conte pour enfant qui plombe par à coup sa narration (un style qui fonctionne rarement de toute façon, surtout quand il est redondant), complémenté à une émission jeunesse de télévision qui alourdit l’ensemble dans son épilogue.

La bande dessinée est relativement courte, tout tient en 133 pages : les trois chapitres principaux en une centaine de pages avec une conclusion risible puis un épilogue centré sur Bruce Wayne (Batman – The Smile Killer en VO), appelant à une « suite » visiblement… Quatre couvertures alternatives (rassemblées en une seule page, dommage) et une interview du binôme en introduction servent de bonus au livre, assez maigre donc mais l’éditeur n’est pas à blâmer car il y avait peu de matériel inédit.

En synthèse, malgré le faible prix (15,50€), on aurait tendance à déconseiller Killer Smile. Toutefois, pour les fans de Sorrentino et ses graphismes atypiques, difficile de ne pas jeter un œil conquis sur son travail. On rêve de le voir à l’œuvre sur une « vraie » enquête de Batman avec un scénario carrément plus soigné.

Un aparté à propos de « DC Black Label » (qui fera l’objet d’un article dédié prochainement). Faussement considéré comme une « valeur sûre », il s’agit initialement (comprendre aux États-Unis) d’un label visant un public adulte et dont le récit est détaché de la continuité officielle de l’univers DC Comics, dans notre cas de celle de Batman. Comme cité en ouverture de la critique, on trouve dans ce label quelques productions récentes comme Harleen, Batman – Créature de la nuit, Batman – Damned, Batman – White Knight, Batman – Last Knight on Earth… Format plus large, bel objet, lecture accessible, aucun doute sur la double portée pour les lecteurs : les fins connaisseurs y trouvent leurs comptes dans des récits plutôt singuliers et les néophytes peuvent découvrir aisément un récit sans se préoccuper du passif des personnages.

Cela ne rime pas toujours avec « qualité », comme pour Damned par exemple en 2019 ou encore Curse of the White Knight et ce Killer Smile en 2020, tous en demi-teinte sur plusieurs aspects, le dernier étant particulièrement raté comme on vient de le voir. En France, Urban Comics a réédité plusieurs de ses titres (sur Batman, Superman, Justice League…) dans cette collection Black Label. Pour l’homme chauve-souris, on trouve par exemple Année Un, The Dark Knight Returns, Joker… Cela est parfaitement compréhensible car ces histoires rentrent bien dans le concept de base et offrent un guide de lecture idéal pour les nouveaux venus. Toutefois, il ne s’agit pas de créations récentes et il est légitime de l’expliciter afin de ne pas créer de confusion (cf. les productions Black Label sur la page Wikipedia (US), comprenant uniquement des « nouveautés »).

[A propos]
Publié chez Urban Comics le 18 septembre 2020.

Scénario : Jeff Lemire
Dessin (et couvertures) : Andrea Sorrentino
Couleur : Jordie Bellaire

Traduction : Benjamin Rivière
Lettrage : Moscow Eye

Acheter sur amazon.fr : Joker – Killer Smile (15,50€)