Archives par mot-clé : Pete Woods

Le Prédateur

Chapitre unique se déroulant juste avant le début de Jeux de Guerre publié dans le magazine Batman #5 de Panini Comics en octobre 2005.

[Histoire]
Stephanie Brown endosse le costume de Robin pour remplacer Timothy Drake, son petit ami. Batman a en effet plus ou moins renié la jeune fille lorsqu’elle agissant sous l’alias de Spoiler et souhaite lui apprendre certains codes moraux et l’entraîner.

Un tueur en série, rapidement identifié comme étant Zsasz, se cache dans Gotham et traque de nouvelles proies. Le duo cherche à le débusquer.

[Critique]
Voilà une petite histoire qui aurait méritée d’être étendue pour plusieurs raisons. Sur le fond, tout d’abord, l’idée d’un nouveau Robin, féminin qui plus est (rarement fait dans Batman depuis The Dark Knight Returns) est assez intéressante. La dynamique du duo est toujours plaisante, Robin était souvent plus léger, joyeux et évidemment débutant que son mentor. Cela aurait permis de mieux comprendre pourquoi Batman a renié Spoiler par le passé (inédit en VF) et, surtout, pourquoi il « vire » Stephanie de son rôle de Robin puisque dès le chapitre suivant elle l’endosse à nouveau (!), quittant donc celui du Jeune Prodige après seulement une vingtaine de planches… Choisir Zsasz comme ennemi, comme prédateur, est aussi une bonne chose, on le voit trop rarement dans les aventures du Dark Knight et sa folie était particulièrement bien mise en scène ici.

Ensuite, sur la forme, les dessins de Pete Woods sont encrés par Nathan Massengill cette fois (à l’inverse des chapitres précédents), ce qui permet d’avoir des traits moins grossiers et de rendre l’ensemble plus agréable à regarder. Le point de vue de Zsasz bénéficie d’un traitement graphique alléchant : ce qu’il voit est retranscrit en crayonné noir et blanc, exceptée sa future victime, tout en couleur. Une jolie astuce qui mériterait de s’étaler sur encore plus de planches. Tim Sale (Un Long Halloween, Amère Victoire) signe la couverture de ce Detective Comics #786, très classe !

Une fois de plus, dans la continuité des chapitres précédents, celui-ci s’inscrit dans la grosse introduction de Jeux de Guerre mais aurait dû bénéficier d’un traitement plus long. Dommage mais on s’en souviendra tout de même.

[À propos]

Scénario : Anderson Gabrych
Dessin : Pete Woods
Encrage : Nathan Massengill
Couleurs : Jason Wright
Traduction : Sophie Vievard
Lettrage : Vianney Jalin

Publié en France dans Batman #5, chez Panini Comics, en octobre 2005.
Publication originale aux États-Unis dans Detective Comics #796, sous le titre …And Red All Over, en septembre 2004.

Les Monstres

Les Monstres est une histoire en deux chapitres (Detective Comics #794 & #795) préambule de Jeux de Guerre. Elle a été publiée dans le troisième magazine de Batman par Panini Comics août 2005. À ne pas confondre avec Batman et les Monstres, un recueil sorti en 2007, écrit et dessiné par Matt Wagner (pas encore chroniqué sur le site).

[Histoire]
À Blüdhaven, un bateau a brûlé et vingt-cinq clandestins sont morts. L’incendie est d’origine criminelle. C’est Tarantula (Catalina Flores) qui enquête sur cette affaire. Elle remontera ses pistes jusqu’au mythe du Mugre, un monstre qui décompose tout ce qu’il touche…

Elle croisera également Batman à Gotham City qui charge Gavin King, alias Orpheus, d’intégrer les gangs de rue d’un quartier…

[Critique]
Une courte histoire qui fait suite à La Remplaçante mais qui déboule un peu de nulle part. Les nouveaux personnages de Tarantula et Orpheus ne sont pas présentés (difficile donc de les connaître avant ou de s’attacher à eux en si peu de temps). L’ennemi est un monstre au sens propre, rationnellement impossible dans « un monde réel », et qui donc ne sied guère à l’univers de Batman. Le seul intérêt de ces deux chapitres est, comme ceux d’avant, d’introduire les prémices de Jeux de Guerre, dans laquelle Tarantula et Orpheus joueront des rôles plus ou moins importants, dont on peut déduire certaines conséquences ici.

Comme ses prédécesseurs, ces chapitres sont conçus par la même équipe artistique, à savoir que les traits  de Pete Woods sont toujours très épais et les visages pas extraordinaires. En revanche l’aspect nocturne assez bien retransmis. Une fois encore, Les Monstres fait partie du recueil servant d’introduction à Jeux de Guerre : War Drums. Malheureusement celui-ci n’est pas disponible en France. Si Urban réédite la saga, peut-être que ce sera le cas.

[À propos]
Scénario : Anderson Gabrych
Dessin : Pete Woods
Encrage : Cam Smith
Couleurs : Jason Wright
Traduction : Sophie Vievard
Lettrage : Vianney Jalin

Publié en France dans Batman #3, chez Panini Comics, en juin et juillet 2005.
Publication originale aux États-Unis dans Detective Comics #794 à #795, sous le titre Monsters of Rot, de juillet à août 2004.

 Titres des chapitres :
1. Feux purificateurs (Cleansing Fires)
2. Jusqu’au cou (Knee Deep)

La Remplaçante

Courte histoire en trois chapitres, La Remplaçante a été publiée dans les magazines Batman #1 et #2 de Panini, en 2005.

[Histoire]
Une jeune femme enceinte arrive en urgence à l’hôpital, visiblement blessée. C’est le Dr Leslie Thompkins qui la prend en charge. Celle-ci requiert l’aide de Batman, dont elle connaît la véritable identité mais désapprouve son côté justicier, pour trouver la famille de sa patiente.Dans Gotham, des personnes sont tuées par une arme qui agit sans balle mais à base d’eau. Serait-ce la signature de Mister Freeze ?

[Critique]
À l’instar d’Enfers Artificiels, cette histoire est sympathique mais sans plus. L’intérêt est de replacer le personnage de Leslie Thompkins dans son contexte pour les nouveaux lecteurs d’une part, mais aussi car elle jouera un rôle plus important dans Jeux de Guerre d’autre part. En effet, La Remplaçante fait partie des petits chapitres « introductifs » de cette saga. Et lui aussi est dans la compilation War Drums (inédite en France), proposant les prémices du grand arc futur.Bref, La Remplaçante souffre des mêmes défauts que le chapitre précédent : l’équipe technique est la même, les dessins de Nguyen sont corrects mais ses traits bien épais gâchent le potentiel (à moins que ce ne soit le fruit de son encreur Cam Smith ?). Les flash-back entre Leslie, le jeune Bruce et Alfred —qui noue une idylle discrète avec la Docteur— sont les éléments les plus réussis. Comme d’habitude pour le reste : des combats, une ambiance sombre, un ennemi défait en peu de temps et un Batman enclin à la violence. Chose étonnant : Leslie appelle Batman « Bruce » devant un témoin. Volontairement ou est-ce une erreur du scénariste ?

[À propos]

Scénario : Anderson Gabrych
Dessin : Pete Woods
Encrage : Cam Smith
Couleurs : Jason Wright
Traduction : Sophie Vievard
Lettrage : Vianney Jalin

Publié en France dans Batman #1 et #2, chez Panini Comics, en juin et juillet 2005.
Publication originale aux États-Unis dans Detective Comics #792 à #793, sous le titre The Surrogate, d’avril à juin 2004.

 Titres des chapitres :
1. Perdue de vue (Lost and Found)
2. La Traque (The Blinding)
3. Délivrance (Deliverance)