Archives par mot-clé : Klaus Janson

The Dark Knight Strikes Again

Page récapitulative du « Dark Knight Universe de Frank Miller », débuté en 1986 avec The Dark Knight Returns, qui a révolutionné aussi bien la mythologie de Batman que celle des comics. The Dark Knight Strikes Again, chroniqué ci-dessous, en est la suite directe.

The Dark Knight Strikes Again[Histoire]
Trois ans après la mort supposée de Bruce Wayne/Batman (son identité fut révélée à tout le monde), Carrie Kelly seize ans, ancienne partenaire, qui reprenait le nom de Robin, travaille pour lui en secret. Devenue Catgirl, la jeune fille rassemble, avec l’aide de son armée de BatMen, d’anciens membres de la Ligue de Justice, comme Atom, Flash ou Plastic Man, disparus ou étrangement séquestrés par le gouvernement.

En effet, le règne politique, proche d’une dictature, est aux mains d’un faux président (une image numérique d’un homme montrée aux citoyens) démasqué par Jimmy Olsen . La véritable personne derrière ce faux président est Lex Luthor, épaulé de Brainiac. Ils gardaient donc prisonniers certains anciens super-héros pour mieux les contrôler.

C’est pour renverser cet état totalitaire que Batman cherche à retrouver ses alliés, mais aussi pour trouver la force d’affronter Superman, qui est toujours au service des États-Unis, donc indirectement de Luthor. Le Dark Knight, encore plus nihiliste et brutal, ne peut s’empêcher de constater le déclin des habitants de sa ville, à travers la télévision notamment : un monde superficiel, une perte d’intelligence et de culture, un attrait pour le sexe et les people, etc.

DK 2 Batman Catgirl[Critique]
Difficile d’égaler une œuvre comme The Dark Knight Returns en terme de scénario. Cette suite est indigne du travail que Frank Miller opéra sur le premier opus (et par extension sur Année Un). Il prévient dans la préface que suite aux attentats terroristes du 11 septembre 2001, son histoire prend un tournant davantage pessimiste en milieu d’ouvrage (il était en pleine création au moment de l’effondrement du World Trade Center). Cette allusion est effectivement bien visible, à travers la ville en ruine de Metropolis notamment, même si la raison de la catastrophe reste assez confuse, et avec la tournure radicale du discours politique qui se tend à la fin du livre. Même si Batman prévient que « ils ne sont pas là pour semer le chaos et l’anarchie mais mettre fin au règne des criminels ». Cette explication, maladroite, est censée justifier un duel très manichéen et sommaire entre le gouvernement (le grand méchant) et les justiciers (qui ont raison et sont gentils). Outre cet aspect extrêmement réducteur (surtout comparé au précédent volume), le personnage du Chevalier Noir a lui aussi été remanié. Si son aspect radical dans The Dark Knight Returns séduisait, il devient ici un « gros bourrin assoiffé de violence »…

DK 2 CatgirlBatman n’est, de toute façon, qu’un personnage assez en retrait dans cette histoire (ce qui n’est pas forcément un reproche, en revanche des connaissances sur l’univers DC Comics sont requises). Il n’apparaît qu’à la fin du premier chapitre (sur trois, et de loin le meilleur), et les suivants se concentrent principalement sur Carrie, Superman, les anciens membres de la Ligue de Justice et sur les (trop nombreux) témoignages de citoyens. Cet enchevêtrement régulier d’avis vient, encore une fois, casser un certain rythme. L’extrémité des propos, dans le sens où la plupart du monde devient idiot, ne parvient pas vraiment à accorder une voie crédible à l’œuvre. Même si l’afflux des journalistes, de la télévision et d’Internet dépeignent une population s’accaparant à la paresse, au pouvoir de l’image et, en gros, à la débilité profonde (encore une fois, un message que confirme Miller dans sa préface, et qu’il soutenait avoir déjà fait dans The Dark Knight Returns, certes mais en plus subtil !) ne sont pas forcément une mauvaise idée (la société actuelle ne peut que le confirmer), ça passe difficilement comme propos car on a l’impression que le lecteur est, lui-aussi, pris pour un idiot.

Autre élément critique de ce Strikes Agains, et pas des moindres : la partie graphique, qui est totalement bâclée (comme en témoignent les illustrations de cet article). Miller reprend son crayon mais il aurait dû s’abstenir. La pauvreté des décors, se réduisant souvent à un simple fond coloré, conférant des espaces vides un peu partout et les traits carrés (style propre à l’artiste qui fait normalement « son charme ») mais qui sont ici plus grossiers encore qu’à l’accoutumée et donnent l’impression de voir des brouillons encrés et… c’est tout (Miller est seul, sans Klaus Johnson à l’encrage cette fois). Même les visages des civils passants à la télévision sont proches du guignolesque. Certaines cases sont carrément dignes d’avoir été dessinées par des enfants en école primaire. S’il n’y avait pas eu TDKR auparavant, on aurait pu trouver dans ceci une sorte de touche abstraite, un côté expérimental, indépendant, loin des conventions graphiques d’usage, pourquoi pas, et encore ça ne justifierait pas tout, mais ici rien n’est peaufiné, tout est trop vulgaire.

DK2 Superman Wonder Woman(Six pages successives qui piquent les yeux… Cliquez pour agrandir.)

La plupart des planches sont très chaudement colorées, rien à voir avec Returns. Lynn Varley (qui officie à nouveau avec Miller), propose des ambiances que l’ont peut qualifier de « pop et flashy », voire d’un délire complètement psychédélique (là aussi ce n’est pas un forcément un reproche en soi). C’est d’ailleurs sous cet angle qu’il faut peut-être envisager ce comic. À ne pas prendre au sérieux, à lire comme une grosse blague. Malheureusement, le discours de Miller, explicite dans sa préface, implicite dans son œuvre, prouve que le récit est on ne peut plus « important et sérieux ». Pourtant, en caressant l’idée que l’auteur se moque totalement de sa création, la remplit des clichés (qu’il voulait sûrement dénoncer), se la joue provoc’ (sic) et fait un doigt d’honneur à la bien-pensance, on pourrait tenter de l’excuser. Dénoncer la bêtise humaine en la dessinant et en l’extrapolant, pourquoi pas… Mais quand bien même, ça ne passe car c’est tout simplement mal réalisé ; indigeste.

Il est compliqué de trouver des arguments pour défendre cet opus, tant la laideur des dessins va et vient, et que son scénario est à des années lumières du tome précédent. Par ailleurs, le psyché de certains personnages est une insulte à leur création : Superman, faible au possible, Wonder Woman, niaise et ridicule, faire-valoir sexuelle de l’Homme d’Acier (sexisme ?), et même Dick Grayson, pour des raisons à découvrir en fin d’ouvrage. D’autres ne sont guère compréhensibles : La Question, Plastic Man, Le Limier Martien… On est obligé de se forcer à lire un ramassis de clichés (qui pourtant partait d’une idée de départ plutôt bonne) pour connaître l’issue du dernier chapitre. Sans surprise, le ton général est assez douteux ; les thèmes sous-jacents politisés sont sommaires, la caricature grossière anti-Amérique ne fait pas mouche.

DK 2 Batman SupermanCette suite a le mérite d’exister et d’être publiée (sous une couverture extrêmement vendeuse mais un poil « mensongère» ), car, selon certains avis récoltés sur la Toile, elle plaît par son audace. On peut donc la qualifier d’objet insolite à découvrir… en n’oubliant pas qu’il s’agit surtout d’un développement extrême des personnages de l’univers DC, croqués sous une forme primaire et colorés de façon punk. De cette façon, The Dark Knight Strikes Again sera peut-être plus agréable à lire pour certains.

Un troisième et ultime tome est prévu pour l’automne 2015 :  The Dark Knight III – The Master Race (premier tome sur quatre à priori, car il y a huit chapitres prévus, en France le 4 mars 2016). Ce dernier sera co-scénarisé avec Brian Azzarello et Klaus Janson encrera à nouveau cette histoire, cette fois dessinée par Andy Kubert. L’édition d’Urban Comics propose beaucoup de croquis préparatoires, quelques visuels et photos de figurines, ainsi que la préface de l’auteur. La première édition contient un DVD et un Blu-Ray de The Dark Knight Returns2ème partie (la suite de l’adaptation en film de TDKR, et non pas celle de TDKSA). La seconde, dispensée de ses galettes bonus, sera en vente le 4 mars 2016, en même temps que le premier tome de TDKIII.

Pour trouver un futur hypothétique dans lequel officient à nouveau Superman, Batman et les autres membres de la Ligue de Justice il vaut mieux (re)lire le magnifique Kingdom Come, de Mark Waid et Alex Ross.

MàJ : un point de vue différent est à lire dans cet article, qui donnera peut-être envie d’une nouvelle lecture, voire d’une redécouverte complète.

DK 2 Catgirl Carrie[À propos]
Publiée en France chez Urban Comics le 1er mars 2013.
Titre original : The Dark Knight Strikes Again
Scénario et dessin : Frank Miller
Couleur : Lynn Varley
Lettrage : Studio Makma
Traduction : Nicole Duclos

Première publication originale en 2002.
Également sorti en France en 2002 en trois volumes chez Comics USA sous le titre DK2, deux ans plus tard en un seul, toujours chez le même éditeur.
En 2009, Panini Comics publie une version Absolute (format géant) de The Dark Knight Returns accompagnée de cette suite, intitulée alors Dark Knight : La Relève.

DK 2 MOCHEAcheter sur amazon.fr :
The Dark Knight Strikes Again
Absolute Dark Knight (édition Panini Comics, avec TDKR et TDKSA)
The Dark Knight Returns [partie 1] en DVD / en combo Blu-Ray/DVD
The Dark Knight Returns [partie 2] en DVD / en combo Blu-Ray/DVD

The Dark Knight Returns

Page récapitulative du « Dark Knight Universe de Frank Miller », débuté en 1986 avec The Dark Knight Returns, chroniqué ci-dessous et qui a révolutionné aussi bien la mythologie de Batman que celle des comics.

Comics Batman 20 The Dark Knight Returns[Histoire]
Dix ans après la dernière apparition de Batman, James Gordon, soixante-dix ans, va bientôt prendre sa retraite. Mais Gotham City est loin d’être une ville où l’on se sent en sécurité : le Gang des Mutants multiplie les meurtres gratuits.

Bruce Wayne, cinquante-cinq ans, devenu misanthrope et encore plus renfermé sur lui-même depuis la mort de Jason Todd (ce qui l’a forcé à arrêter ses activités de justicier) ne supporte plus de rester passif devant cet étalage d’agressions. L’homme a aussi envie d’assouvir ses pulsions de violence et de retrouver les sensations du passé.

Il reporte donc son masque et sa cape pour combattre le Gang des Mutants. Son retour coïncide aussi avec celui d’Harvey Dent, apparemment guéri et dont le visage a été entièrement refait. Le Joker est lui aussi ravi de revoir sa némésis et va donc vouloir s’échapper de l’asile d’Arkham.

Une jeune lycéenne, Carrie Kelley, va alors revêtir un costume de Robin pour rejoindre la nouvelle croisade du Chevalier Noir. Ce dernier fascine les médias et la télévision ne parle que ça, sous fond de tensions entre les États-Unis —pour lesquels travaille officiellement Superman (depuis qu’un décret interdit officiellement les super-héros d’œuvrer sans l’accord d’un gouvernement)— et l’U.R.S.S.… Enfin, la police traque Batman lors de cette dernière horde sauvage.

The Dark Knight Returns - Batman Robin[Critique]
Publiée en 1986, cette œuvre écrite et dessinée par Frank Miller révolutionna d’un coup les comics sur Batman et toute la mythologie de celui-ci. En effet, le ton extrêmement sombre de The Dark Knight Returns (plus connu sous le simple titre Dark Knight) donne un coup de fouet à un héros quelque peu en perte de vitesse à ce moment là. L’auteur récidivera l’année suivante, avec cette fois les origines enrichies de Batman, dans Année Un. Près de trente ans après sa sortie, The Dark Knight Returns n’a pas pris une ride, aussi bien son scénario que son aspect graphique.

Résolument mature et noire, la bande dessinée de Miller incorpore des éléments politiques et un ton radical dans son histoire. De la même manière, son découpage des planches, d’environ seize cases par page, sa narration à travers le point de vue de Wayne, Gordon et, principalement, sous le prisme des médias télévisés, tranchent avec ce qui été produit à l’époque. C’est en insufflant cette base d’un homme égoïste, misanthrope et violent, à sa bande dessinée, que le Batman plus « moderne » est arrivé.

The Dark Knight Returns - Bruce WayneLe contexte sociétal proposé dans The Dark Knight Returns offre à Bruce Wayne, vieil aigri solitaire, éternel meurtri, une occasion de redevenir ce qui l’a toujours façonné : son alter ego chauve-souris. Fatigué de voir la passivité des politiciens et la haine gangrener partout dans sa ville, l’homme réveille l’ancien sur-homme qu’il fut jadis. C’est l’occasion d’analyser l’existentialisme de ses ennemis, à commencer par le Joker.

La dualité entre les deux n’est plus à débattre (dont le sommet de celle-ci sera atteint deux ans plus tard, en 1988, par le superbe Killing Joke, signé par Alan Moore, qui scénarisera l’année de publication de The Dark Knight Returns son immense chef-d’œuvre Watchmen, offrant à DC Comics une année de renaissance et, surtout, de reconnaissance critique et public). Le Joker, donc, se réveille littéralement dès qu’il apprend la nouvelle du retour de Batman. Sans lui, ce n’est qu’un pauvre patient insipide et inintéressant. La façon dont Miller montre cet éternel schéma est assez jubilatoire.

The Dark Knight Returns - JokerL’image publique du Chevalier Noir est aussi au cœur du récit, les médias s’en donnent à cœur joie, sous forme de débats (pour/contre), d’interviews de spécialistes et autres flash-infos. Ce parti pris est lui aussi assez inédit dans sa façon d’être montré. Tout comme le sont désormais les combats de Batman. Il réfléchit en tant qu’homme âgé, et donc démuni et en ayant moins d’avantages que ses adversaires, avant de se confronter à un ennemi. Tous ces éléments, ainsi que la patte visuelle de Miller tendent à proposer un ouvrage hors-norme et résolument novateur.

L’éditeur laisse carte blanche à l’artiste pour proposer sa vision. Un dessinateur suggère à Miller un Robin féminin. C’est sans doute l’un des autres atouts de la bande dessinée, du jamais-vu jusqu’ici et un personnage « nouveau » générant immédiatement de la sympathie. Les honneurs reviennent à la coloriste Lynn Varley, qui a quasiment co-crée Carrie, du propre avis de l’auteur, ainsi que tous les dialogues des jeunes, elle fut un apport de qualité indéniable sur l’œuvre. Klaus Janson, fidèle encreur des travaux de Miller (avec qui il a relancé toute la série Daredevil peu de temps avant) magnifie les crayonnés de son associé et Lynn Varley est donc chargée de les coloriser. Elle accentue la noirceaur de l’œuvre avec des tons évidemment sombres, souvent grisâtres et bleuâtres. Mais les écarts chromatiques opérés avec le costume de Robin ou de Superman permettent d’offrir quelques notes de « légèreté » et surtout, de saisir un contraste détonnant avec le reste des cases du plus bel effet.

The Dark Knight Returns - MediasMalheureusement, The Dark Knight Returns souffre de quelques défauts : la multiplicité de sa narration vient casser un certain rythme et il faut parfois se « forcer » à suivre les incessants débats télévisés. Ce ton original est à la fois une force de l’œuvre mais aussi un élément qui pourra rebuter un lecteur novice (ou peu enclin à utiliser son cerveau s’il s’attendait à quelque-chose de beaucoup plus simple). Le style graphique de Miller peut lui aussi déplaire : les hommes, Wayne et Gordon en premier (et même le Joker !), possèdent une musculature imposante, à la limite de la crédibilité. Ses visages et mâchoires carrées parsèment les cases également. Il serait évidemment dommage de s’y arrêter et passer à côté de cette mini-série en quatre chapitres à cause de cela.

En plus d’un nihilisme présent en continue, d’une menace nucléaire constante et d’un message politique plutôt radical (et peut-être trop primaire avec le recul), The Dark Knight Returns possède, paradoxalement, des enjeux plutôt optimistes. La relation entre Bruce et Carrie fait mouche. La jeune fille incarne l’innocence et la fraîcheur, comme tous les Robin avant elle, mais surtout, l’espoir d’une adolescence prête à s’engager, à ne pas sombrer dans les mêmes desseins que la plupart des autres jeunes protagonistes. De même, après l’ultime combat contre Superman (un affrontement d’anthologie !), le sourire de Clark Kent à la compréhension que Bruce continue son combat et l’image de ce dernier quelques mètres sous terre confirment la volonté de changer encore le monde, sous une nouvelle forme cette fois.

The Dark Knight Returns - Bruce Carrie RobinFrank Miller réalisera une suite en 2001-2002 : The Dark Knight Strikes Again, plus controversée et moins acclamée. Un troisième et ultime tome est prévu pour l’automne 2015 :  The Dark Knight III – The Master Race (plus d’infos en fin de critique de TDKSA).
Le film Batman v Superman : Dawn of Justice s’inspirera de la version de The Dark Knight Returns pour le personnage de Batman. En effet, selon plusieurs sources ainsi que la première bande-annonce, le Dark Knight y apparaît plus âgé que Superman, dans un costume et une armure similaires. Idem pour le Joker, et des rumeurs faisant état d’un  Robin au féminin courent… Réponse définitive en mars 2016 !

The Dark Knight Returns - USAL’édition d’Urban Comics propose énormément de bonus : une préface de Miller, une tonne de croquis, des dessins inédits (cf. ci-dessous), la version texte du quatrième chapitre, des photos des figurines, etc. La première édition était enrichie de la version DVD et Blu-Ray de la première partie de l’adaptation éponyme en dessin animé.

TDKR croquis[À propos]

Publiée en France chez Urban Comics le 16 novembre 2012.
Titre original : The Dark Knight Returns
Scénario et dessin : Frank Miller
Encrage : Klaus Johnson
Couleur : Lynn Varley
Lettrage : Studio Makma
Traduction : Nicole Duclos

Titres des chapitres :
Livre Un – Retour (The Dark Knight Returns)
Livre Deux – Triomphe (The Dark Knight Triumphant)
Livre Trois – Traque (Hunt The Dark Knight)
Livre Quatre – Défaite (The Dark Knight Falls)

Première publication originale de mars à juin 1986.
Également publié en France en 1987 en deux tomes chez Aedena (Batman I et II) puis chez Zenda en quatre volumes en 1989. Dix ans après, en 1999 donc, Delcourt publie sous le sobre titre Dark Knight l’intégrale de la série. Encore dix années plus tard, en 2009, Panini Comics republie sous le même nom ce comic, ainsi qu’une version Absolute (format géant) comprenant la suite, The Dark Knight Strikes Again (alors appelé La Rélève).
Urban Comics a sorti une édition avec le DVD/Blu-Ray, une sans et une troisième en noir et blanc, agrandie et en limitée (4.000 exemplaires) pour les 75 ans de Batman en 2014.

The Dark Knight Returns - SupermanAcheter sur amazon.fr :
The Dark Knight Returns (réédition 2019 Urban Comics pour le DC Black Label)
The Dark Knight Returns (édition 2013 Urban Comics)
The Dark Knight Returns (version 75 ans grande en noir et blanc collector)
The Dark Knight Returns (version avec la première partie du dessin animé en DVD et Blu-Ray)
Absolute Dark Knight (édition Panini Comics, avec la suite de TDKR)
Batman : The Dark Knight Returns (édition Panini Comics)
Batman : Dark Knight (édition Delcourt)
The Dark Knight Returns [partie 1] en DVD / en combo Blu-Ray/DVD
The Dark Knight Returns [partie 2] en DVD / en combo Blu-Ray/DVD
The Dark Knight Strikes Again

The Dark Knight Returns - Batman V Superman

Knightfall – Tome 2 : Le Défi

Suite de La Revanche de Bane et du premier tome de Knightfall : La Chute.

Knightfall 2 Le Défi

[Histoire]
Après avoir brisé Batman, Bane sème la terreur dans Gotham City qui devient très vite « sa » ville. Timothy, Alfred et Jean-Paul sécurisent davantage le manoir Wayne et s’adaptent à cette nouvelle situation : Jean-Paul devient le nouveau Batman toujours en équipe avec Robin et Alfred reste auprès de Bruce Wayne, sollicitant l’aide du docteur Kinsolving en tant que médecin privé du milliardaire.

La violence continue de s’intensifier dans Gotham, aussi bien sous le règne progressif et inéluctable de l’imposant Bane, que par l’Épouvantail qui a conçu une petite armée personnelle et évidemment par les nombreux mafieux locaux. Afin de les combattre, Jean-Paul Valley devient un Batman beaucoup plus violent et usant de méthodes très radicales. Cette façon d’agir sème le trouble dans sa relation avec son équipier, bien vite pris au dépourvu. Mais ce nouveau Batman est, malgré tout, efficace…

Voir ci-dessous pour les détails des chapitres.

knightfall le défi batman bane

 Knightfall est une saga qui se découpe en trois parties distinctes :
KnightFall : Broken Bat (tome 1 : La Chute) et Who Rules the Night (tome 2 : Le Défi)
KnightQuest : The Crusade (tome 3 : La Croisade) et The Search (tome 4 : La Quête)
KnightsEnd : (tome 5 : La Fin)
Deux préludes sont disponibles :
La Lame d’Azraël (qui introduit Jean-Paul Valley)
La Revanche de Bane (narrant ses origines)
Enfin, trois épilogues concluent la série :
Aftermath (tome 5 : La Fin)
Prodigal (Le Fils Prodigue)
Troika (Le Fils Prodigue)

[Index détaillé disponible sur cette page.]

knightfall le défi robin

[Histoire détaillée]

Ce deuxième tome propose l’arc Who Rules the Night, ainsi que le tout début de KnightQuest : The Search (La Quête), et se compose de la façon suivante (attention chaque chapitre est sobrement résumé mais il y a donc un risque de dévoiler certains éléments majeurs de la saga) :

• Chapitre #12 (Detective Comics #664) : Seigneur de la Nuit (Who rules the night)
Robin (Timothy), Alfred et Jean-Paul récupèrent Batman, brisé après sa défaite contre Bane. Le Ventriloque s’entretue avec sa poupée et meurt. Le Joker et l’Épouvantail se disputent.
[Scénario : Chuck Dixon / Dessin : Graham Nolan / Couleur : Adrienne Roy]

• Chapitre #13 (Showcase’93 #7) : Double Jeu (Double Cross)
Trois semaines avant, Double-Face devint un parrain local et employa plusieurs personnes afin de capturer Batman, jugeant qu’il doit être traduit en justice pour sa trahison.
[Scénario : Doug Moench / Dessin & Couleur : Klaus Janson]

• Chapitre #14 (Showcase’93 #8) : Erreur de Jugement (Bad Jugement)
Double-Face a réussi à capturer Batman (encore Bruce Wayne) et le soumet face à son jugement. Robin arrive in-extremis.
[Scénario : Doug Moench / Dessin & Couleur : Klaus Janson]

• Chapitre #15 (Batman #498) : Les Chevaliers dans l’Ombre (Knights in Darkness)
Bane continue d’assouvir son règne sur Gotham City en tuant les malfrats lui résistant. Alfred et Timothy maquillent un accident de voiture afin de justifier l’état de Bruce Wayne auprès du docteur Shondra Kinsolving, qui devient son médecin personnel. Bane demande à Catwoman de travailler avec lui. Bruce demande à ce que Jean-Paul le remplace en tant que Batman…
[Scénario : Doug Moench / Dessin : Jim Aparo / Couleur : Adrienne Roy]

• Interlude 1 à 3 (Batman : Shadow of the Bat #16 à #18) : Sans Titre (The God of Fear – Le Dieu de la Peur)
L’Épouvantail manipule de jeunes personnes afin d’établir une petite faction lui obéissant au doigt et à l’œil. Anarky l’observe et souhaite l’abattre, lui et Batman (désormais Jean-Paul) en même temps. Le règne de l’Épouvantail devient de plus en plus proche sur la ville grâce à ses toxines et manipulations…
[Scénario : Alan Grant / Dessin : Bret Blevins / Couleur : Adrienne Roy]

• Chapitre #16 (Detective Comics #665) : Changement de Tempo (Lightning Changes)
Robin et le nouveau Batman nettoient les rues de Gotham afin de taire la rumeur clamant le Dark Knight dêchu. Mais force est de constater que Jean-Paul est beaucoup trop violent par rapport aux méthodes de Bruce. Il ne s’impose guère de limites. Shondra et Jack Drake, son patient et également père de Robin sont kidnappés devant Bruce, impuissant en fauteuil roulant.
[Scénario : Chuck Dixon / Dessin : Graham Nolan / Couleur : Adrienne Roy]

• Chapitre #17 (Batman #499) : Venom Connection (The Venom Connection)
Alfred et Bruce partent à Santa Prisca (l’île où a ‘grandit’ Bane dans sa prison), sur la piste des kidnappeurs de Shondra et Jack. Jean-Paul combat les trois sbires de Bane et ceux-ci sont ensuite capturés par la police. Le nouveau Batman en profiter pour customiser les gantelets de son costume dans une veine beaucoup plus métallique et tranchante.
[Scénario : Doug Moench / Dessin : Jim Aparo / Couleur : Adrienne Roy]

• Chapitre #18 (Detective Comics #666) : Mieux vaut le diable que l’on connaît (The Devil You Know)
Batman libère les acolytes de Bane, faisant croire que l’évasion est l’œuvre de ce dernier et les suit afin de découvrir le repaire de son ennemi. Il le combat alors, ne dupant pas Bane sur son identité mais le surprenant par sa force.
[Scénario : Chuck Dixon / Dessin : Graham Nolan / Couleur : Adrienne Roy]

• Chapitre #19 (Batman #500) : L’Ange des Ténèbres : Le Défi (1) / La Descente (2) (Dark Angel : The Fall / The Descent)
Le combat se solde par la fuite de Bane et donc d’un match nul. Ce dernier cherche son poison décuplant sa force afin de terminer sa lutte contre le Dark Knight. Timothy se dispute une nouvelle fois avec Jean-Paul sur les méthodes trop radicales qu’il utilise et finissent par se séparer. Nightwing (Dick Grayson) fait le point avec Robin. Jean-Paul conçoit carrément une nouvelle armure et va affronter à nouveau Bane, après un combat extrêmement violent et long, la masse brute est à terre. Le Batman se refuse de le tuer et le livre à la police, Timothy félicite alors Jean-Paul pour ce choix.
[Scénario : Doug Moench / Dessin : Jim Aparo & Mike Manley / Couleur : Adrienne Roy]

___ Fin de Knightfall (Knightfall & Who Rules the Night), début de Knightquest – The Search : La Quête

• La Quête : Chapitre 1 et 2 (Justice League Task Force #5 et #6) : La Quête (The Search)
Alfred et Bruce sont agressés à peine leur avion atterri à Santa Prisca. Ils sont secourus par Le Tigre de Bronze, super-héros local, ainsi que sa complice Gipsy. Ils localisent où sont retenus Jack et Shondra et Bruce somme à ses deux nouveaux amis d’aller les délivrer. Ils reçoivent en chemin l’aide de… Green Arrow. L’hôtel de Bruce est incendié mais celui-ci et Alfred s’en tirent. Leur trois alliés échouent à libérer le père de Timothy et le médecin de Bruce, qui s’envolent en hélicoptère avec leur kidnappeurs.
[Scénario : Dennis O’Neil / Dessin : Sal Velluto / Couleur : Glenn Whitmore]

 

knightfall le défi batman bruce wayne

[Critique]
Après un très bon premier tome, cette suite poursuit dans le même ton, se focalisant désormais sur le point de vue de Timothy Drake (Robin) et, dans une moindre mesure, de Jean-Paul Valley (le nouveau Batman). On assiste ainsi à plusieurs petits arcs narratif, de qualité inégale : tout d’abord la fin de la chute de Bruce/Batman puis un petit flash-back le montrant face à Double Face. Deux chapitres dispensables qui auraient gagnés en intensité en étant un peu plus originaux qu’un énième combat/vengeance de la part de Dent à peine libéré d’Arkham. S’ensuit en revanche trois chapitres centrés sur L’Épouvantail : on y découvre son passé, sa façon d’agir, sa folie et c’est très bien écrit et passionnant. Face à lui, en plus de Batman, un personnage peu connu de l’univers DC : Anarky. Héraut violent mais servant le peuple (fortement inspiré par V de V pour Vendetta) ; cet anarchiste affronte donc également la vermine de Gotham mais aussi son ange gardien, à savoir Batman. Ce trio atypique va donc se croiser durant cet arc très plaisant.

knightfall le défi batman

La suite verra la montée de violence chez Jean-Paul Valley et ses combats contre Bane. Les auteurs prennent leur temps pour livrer un combat final extrême et captivant. Ce deuxième tome se termine sur le début d’un autre acte la saga : La Quête (The Search). On y découvre en deux chapitres Le Tigre de Bronze –sic– et sa partenaire aider Bruce, rejoint également par Green Arrow. Graphiquement c’est sans doute le moins bon de ce volume, si le côté old-school qui parcourt le tome a un côté très plaisant, dans cette partie il rebute plus qu’autre chose. Le dessin de Sal Velluto se veut réaliste, avec trop de détail, un peu confus. La faute peut-être aussi à une colorisation imparfaite (énormément de détails sont de la même couleur que le second plan de la case) de Glenn Whitmore, tous les autres chapitres, à deux près, étant l’œuvre d’Adrienne Roy qui excelle dans cet art. Notons également quelques planches se lisant horizontalement sur les deux pages, un procédé qui ne saute pas aux yeux lors de la première lecture.

Comme dans le premier tome, c’est principalement Jim Aparo et Graham Nolan qui dessinent les chapitres de Batman et Detective Comics sous la plume de Chuck Dixon et Doug Moench : rien à redire pour ceux-là, si le style a plu, il continuera de séduire, malgré évidemment ce petit côté old-school qui peut rebuter. Klaus Janson s’occupe des chapitres sur Double Face, son style est plus hors-norme : moins lisse et plus brouillon peut-être, mais ça passe très bien (cf. image ci-dessus). Quant à Bret Blevins, pour l’arc sur L’Épouvantail, c’est tout bonnement excellent (cf. image ci-dessous).

knightfall le défi epouvantail scarecrow

Quelques passages « lyriques » sont agréables à la lecture, telle une citation de T. S. Eliot : « Je vais vous montrer quelque chose de différent. Ni ton ombre au matin marchant derrière toi, ni ton ombre le soir surgie à ta rencontre… Je te montrerai ton effroi dans une poignée de poussière. » Ou plus ancré dans le récit : « Et qu’est-ce que je dois faire pour sauver ma peau ? Vous livrer Bane ? Plutôt mourir. Et mourir avec le sourire. » ou encore cette remarque de Jean-Paul : « Oublions le ‘chevalier’ et insistons sur le ‘noir’. Si je veux avoir une chance, je dois être plus sombre encore que la noirceur que je combats. » à laquelle rétorque Robin : « Seule la lumière efface l’ombre, Jean-Paul. »

Un deuxième volume riche en intensité et petites histoires inégales : celle sur l’Épouvantail est excellente, celle avec le Tigre-de-Bronze n’est pas terrible. Mais un tome toujours aussi captivant ! La chute du chevalier noir a bien eu lieu, son remplaçant va-t-il devenir son pire ennemi ? La passation de pouvoir change la mythologie du Dark Knight !

knightfall le défi batman jean paul valley

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 16 novembre 2012.
Titre original : Knightfall
Scénario : Chuck Dixon et Doug Moench [Voir le détail par chapitre ci-dessus]
Dessin : Jim Aparo et Graham Nolan [Voir le détail par chapitre ci-dessus]
Couleurs : Adrienne Roy [Voir le détail par chapitre ci-dessus]
Encrage : Scott Hanna, Mike Manley, Bret Blevins, Steve George, Dick Giordano, Terry Ausin, Jeff Albrecht
Lettrage : Christophe Semal et Laurence Hingray
Traduction : Alex Nikolavitch
Adaptation Graphique : Camille Aubry
Titres originaux des chapitres : voir le détail par chapitre ci-dessus
Première publication originale dans Batman #498 à #500, Detective Comics #664 à #666, Showcase’93 #7-8, Batman : Shadow of the Bat #16 à #18 et Justice League Task Force #5 à #6 de juillet à novembre 1993.

knightfall le défi bane sans masque

Acheter sur Amazon : Batman • Knightfall – Tome 2 : Le Défi
Découvrir la saga Knightfall sur la boutique en ligne.

knightfall le défi batman dark knight