Archives par mot-clé : Nightwing

Nightwing – Tome 04 : Sweet Home Chicago

Après les terribles évènements survenus dans Hécatombe, ce nouveau tome composé de six chapitres livre une histoire complète, plus ou moins indépendante et entièrement scénarisé par Kyle Higgins, et sans aucune doute l’un des meilleurs volumes de la série.

Nightwing 4 Home Sweet Chicago[Histoire]
Dick se rend à Chicago, où se cache apparemment Tony Zucco, l’homme qui a tué ses parents. Chicago est une ville où les justiciers ne sont pas très appréciés, tous ont d’ailleurs été tués il y a des années. L’ancien coéquipier de Batman emménage dans un appartement avec deux colocataires, dont Michael, un jeune photo-journaliste.

Avant de poursuivre plus en détails ses investigations sur Zucco, Nightwing doit affronter le Prankster, un homme masqué dont les victimes sont responsables, volontairement mais indirectement, de la mort de plusieurs personnes. Paradoxalement, Nightwing se voit obligé de lui demander son aide pour identifier l’origine d’un mail qui pourrait localiser Zucco…

Nightwing Tome 04[Critique — contient quelques révélations]
Voilà un excellent ouvrage à tout point de vue qui mérite clairement le détour. Tout d’abord ce Nightwing a un côté très « indépendant » puisque Gotham City n’apparaît pas, ni certains protagonistes classiques de l’univers de Batman. De quoi redonner un élan de fraîcheur pour la série. C’est ce qui est également fait grâce à de nombreux nouveaux personnages qui, logiquement, devraient continuer d’apparaître dans la série et d’évoluer. Notamment Michael, le colocataire, mais aussi le maire Wallace, le fameux Prankster et surtout le détective Morgan. Des individus secondaires, pourront aussi être de la partie. Bref il y a un côté nouveau départ plutôt plaisant.

Le cadre de la nouvelle ville ne change concrètement pas grand chose en terme d’utilisation graphique des lieux mais ce n’est pas problématique. Un des points forts du récit se situe dans son scénario et l’évolution intelligente de celui-ci. Kyle Higgins fournit un très bon travail. En effet, l’ennemi peut sembler quelconque au début avant de se révéler plus tard totalement fou et encore plus dangereux. De même pour Zucco, son évolution, peut-être convenue mais en même temps très logique par rapport à ce que l’on nous montre, détonne par rapport aux autres comics. Il y a une grande maturité dans ce récit, pas forcément surprenante ou originale certes, mais extrêmement plaisante. L’histoire amorce en subtilité d’autres éléments qui serviront pour la suite à priori. Ce côté maîtrisé est lui aussi pertinent. Par ailleurs, les dialogues entre Dick et ses interlocuteurs ne manquent pas d’humour et c’est ce côté amuseur, taquin (proche de Spider-Man, avec qui il partage le même goût pour les acrobaties) qui fait mouche !

Nightwing PranksterLes dessins des chapitres sont assurés par Brett Booth pour les trois premiers (#19-#21) puis par Will Conrad (#22-#24). La colorisation est effectuée par Andrew Dalhouse (Pete Pantazis pour le #24). Globalement l’ensemble reste très homogène et convaincant en terme de cohérence visuelle (la série Nightwing souffre de ce soucis : plusieurs dessinateurs interviennent dessus à tour de rôle pour de courtes périodes). Les deux artistes de ce tome offrent un très beau rendu, les planches sont belles, pleines de détails et avec parfois un découpage original et dynamique. C’est là encore un autre atout de Sweet Home Chicago : le rythme s’enchaîne graphiquement et scénaristiquement avec brio, pas de temps mort, pas de longueurs, une parfaite maîtrise de l’équilibre idéale pour une bande dessinée de ce genre. Seul regret : certains visages et corps peints par Dalhouse avec son petit côté trois dimensions.

Cela faisait longtemps qu’un comic de l’univers de Batman n’avait pas remporté l’adhésion à tout point de vue : histoire captivante, intelligente, retournements de situations, surprises, dessins sublimes, nouveaux personnages, etc. C’est donc une lecture fortement conseillée voire indispensable ! Pour les plus amateurs, ce tome ne nécessite pas forcément la lecture des précédents (même si c’est mieux évidemment) ce qui lui vaut un autre avantage. À noter : le prochain volume sera le dernier de la série, celle-ci redémarrant sous le titre Grayson juste après. L’ouvrage propose quelques couvertures originales en noir et blanc.

Nightwing Sweet Home Chicago[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 22 août 2014.

Scénario : Kyle Higgins
Dessin : Brett Booth (#19-#21) et Will Conrad (#22-#24)
Couleur : Andrew Dalhouse (#19-#23), Rod Reis et Peter Pantazis (#24)
Encrage : Norm Rapmund (#19-#21) Carlos M. Mangual (#22-#24)
Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Christophe Semal & Laurence Hingray (Studio Myrtille)

Publication originale dans Nightwing Vol. 4: Second City (The New 52) en juillet 2014.

Nightwing Spidey► Acheter Nightwing sur amazon.fr
• Tome 04 : Sweet Home Chicago
• Tome 03 : Hécatombe
• Tome 02 : La République de Demain
• Tome 01 : Pièges et Trapèzes

Nightwing – Tome 3 : Hécatombe

Après de bons débuts dans Pièges et Trapèzes puis une petite baisse de qualité dans La République de Demain, Nightwing revient dans un excellent troisième tome : Hécatombe.

Nightwing tome 3 hecatombe[Histoire]
Trois segments spécifiques composent ce volume : La Chasseresse (deux chapitres, faisant suite à l’épisode #0), Hécatombe (le point de vue de Nightwing durant Le Deuil de la Famille, proposé en deux chapitres ainsi qu’un troisième correspondant à celui de la série Batman) et enfin Seul au monde (deux chapitres faisant écho à l’histoire du dernier tome de Grant Morrison présente Batman (qui sort en mai prochain) mais déjà publiée dans Batman Saga Hors-Série #03).

lady shiva nightwingLa Chasseresse. [Nightwing #13-14]
Alors que le Joker est de retour à Gotham City, Nightwing apprend du Pingouin que la redoutable tueuse à gages Lady Shiva y revient également.
Parallèlement Dick Grayson supervise la mise en chantier de l’Amusement Mile, un parc d’attraction dont l’équipe du cirque Haly fait partie. Son investisseur principal est Sonia Zucco-Branch, la fille du tueur des parents de Dick avec qui il entretient une relation ambigüe…

le joker nighting hecatombe

Hécatombe. [Nightwing #15-16 + Batman #17]
Le Joker fait évader l’ex petit-amie de Dick, Raya, de Blackgate. Le Clown du crime va transformer grâce à ses toxines l’ensemble des employés de l’Amusement Mile et tuer un des meilleurs amis de Dick.
Alors que le parc d’attractions est en feu, Nightwing est capturé par le Joker et emmené à un dîner dans la Bat-Cave, autour duquel chaque allié de la Bat-Family est ligoté. Le Joker se prépare à briser la famille du Dark Knight

nightwing robinSeul au monde. [Nightwing #17-18] [risque de spoilers]
Le primeur
(ennemi apparu dans Sombre Reflet, lorsque Dick endossait le costume de Batman) souhaite vendre aux enchères des éléments atypiques du siège du Joker sur la ville et la Bat-Family. Parmi les objets proposés : le costume de cirque du père de Dick, tâché de sang en forme de visage du Joker…
Par ailleurs, le jeune homme est dévasté par la mort de Robin, alias Damian Wayne, le fils de Bruce (survenue dans Batman Incorporated #09 — publié dans Batman Saga HS3 et Grant Morrison présente Batman tome 8).

[Critique]
Trois histoires qui se lisent aisément à la suite et forment un tome relativement émouvant. Le passage avec Lady Shiva est plutôt anecdotique (à moins que l’intérêt final se situe dans la suite des aventures de Nightwing). Toutefois, la construction des liens entre Nightwing avec notamment Sonia et certains employés du cirque Haly est judicieuse et trouvera un écho en fin de volume. La liaison avec Le Deuil de la Famille est extrêmement réussie. Il est d’ailleurs primordial de connaître l’autre série (Batman) pour mieux saisir les enjeux et l’ampleur des manigances du Joker. Les trois chapitres centrés sur cet arc sont déjà connus par les lecteurs de Batman Saga. Pour eux rien de nouveau donc, si ce n’est que cette fois l’ensemble reste très cohérent avec l’avant/après de ce qu’il se passe dans Nightwing. La violence des différentes scènes et la folie destructrice du Clown du Crime sont ravageuses, c’est une véritable hécatombe, à tout point de vue.

L’après Deuil de la Famille, c’est aussi cette cassure dans la confiance que portait Nightwing envers Batman. Il ne supporte pas que le Dark Knight lui cache des choses. L’homme a presque tout perdu : ses amis, ses employés, son cirque et… son petit frère. C’est ainsi qu’il nommait Damian Wayne. Psychologiquement brisé, Dick ne sait plus comment aller de l’avant. La dernière page offre un twist réussi qui relance davantage l’intérêt de la série.

nightwing joker deuil de la famillePlusieurs dessinateurs se succèdent dans Hécatombe, le résultat est donc clairement inégal, les traits de Guinaldo et Barrows (ce dernier officie depuis le début sur la série) sont agréables et dans un style assez proche. En revanche, ceux de Ryp, qui signent les deux derniers chapitres, ne collent pas du tout avec les précédentes publications de Nightwing. Les visages sont totalement différents et peu agréables à regarder.

Ce troisième tome de l’ancien side-kick de Batman est donc particulièrement réussi (excepté les dessins de deux chapitres), on pourrait toutefois regretter la presque « obligation » de devoir suivre la série Batman en même temps (à l’instar du tome précédent avec La Nuit des Hiboux, et ici du Deuil de la Famille). Si ces concordances ne gênent pas le lecteur, celui-ci se réjouira alors de l’écho à l’excellent Sombre Reflet, dont Sonia faisait déjà partie, et dont l’ennemi réapparaît ici. En revanche, la lecture de Batman Incorporated s’avère elle aussi quelque part obligatoire, le tome n’étant pas encore sorti en librairie mais uniquement en kiosque hors-série a de quoi frustrer les non-initiés ou ceux qui s’étaient préservés de toute révélation.

Un combat contre Lady Shiva, la folie destructrice du Joker, des relations professionnelles et sentimentales compliquées pour Dick, une cassure psychologique et un deuil à accomplir, voici donc les principaux ingrédients d’Hécatombe, dont la qualité est nettement supérieure que son prédécesseur. À dévorer avec plaisir.

nightwing dead[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 21 mars 2014.

Scénario : Tom DeFalco (#13-14), Kyle Higgins (#15-18), Scott Snyder (Batman #17)
Dessin : Andres Guinaldo (#13-14), Eddy Barrows (#15-16), Greg Capullo (Batman #17), Juan José Ryp (#17-18)
Couleur : Rod Reis (#13-15), Peter Pantazis (#14), Fco Plascencia (Batman #17), Brett Smith (#17-18)
Encrage : Mark Irwin (#13-14), Raul Fernandez (#13-14), Eber Ferreira (#15-16), Jonathan Glapion (Batman #17), Roger Bonet (#17-18), Juan Albarran (#18)

Lettrage : Christophe Semal & Laurence Hingray (studio Myrtille)
Traduction : Thomas Davier

À noter que dans Batman Saga #17 et #19, les deux chapitres d’Hécatombe (Nightwing #15 et #16) s’intitulaient Le Grand Nettoyage et Rappel

Publication originale dans Nightwing vol. 3 : Death of the Family (Nightwing #13-18 + Batman #17)

nightwing batgirlAcheter Nightwing sur amazon.fr :
• Tome 1 : Pièges et Trapèzes
• Tome 2 : La République de Demain
• Tome 3 : Hécatombe

Nightwing – Tome 2 : La République de Demain

Suite directe de Pièges et Trapèzes, ce second tome de l’ancien side-kick de Batman passe par La Nuit des Hiboux avant de continuer son propre chemin.

nightwing 2 la republique de demain [Histoire]
Nightwing est confronté à un ergot lors de la fameuse nuit des hiboux qui s’avère être son ancêtre. Le passé de ce dernier est détaillé et permet de comprendre son point de vue. Dick Grayson reprend ensuite son enquête sur une scène de crime sur laquelle une de ses armes avait été retrouvée. Un nouvel adversaire, ou plutôt une nouvelle organisation, se cacheront derrière. Se clamant héritier de Gotham, leur chef souhaite dresser « la République de Demain » et veut en découdre personnellement avec Nightwing.

Parallèlement, Dick cherche un moyen de sauver le cirque Hali dont il est désormais propriétaire. Voulant évoluer vers un parc d’attraction, le jeune homme manque de fonds et son seul recours est de demander un emprunt financier à Sonia Zucco, la fille de l’homme qui a tué ses parents…

Nightwing hiboux owls[Critique]
Un tome en demi-teinte, globalement bon mais qui peut tout de même décevoir les lecteurs qui ont déjà lu Batman Saga tout d’abord. En effet, deux chapitres sur six sont donc déjà connus (mais il est bien normal de les publier), et le dernier est le numéro zéro, sur les origines de Nightwing (en l’occurrence son adoption par Bruce Wayne et sa première intervention en tant que Robin — plaisant). Il y a donc « seulement » trois chapitres concernant le cœur de l’histoire principale de ce volume et tout semble aller un peu (trop) vite.

Un air de déjà-vu dans les motivations des ennemis, même si l’auteur a l’intelligence de ne pas tomber dans le cliché trop classique. On est plus happé par le lien de sang de Nightwing avec l’héritier des ergots et on regrette beaucoup de voir si peu Dick Grayson dans sa vie quotidienne sans son costume. Cela dit l’ensemble est toujours graphiquement très très bon (on passe encore par une flopée d’artistes divers mais cette fois l’ensemble est plus homogène que le précédent volume), le scénario pêche moins que le premier tome et de solides bases sont enfin posées pour la suite. Le troisième tome sera sans doute dans la même veine puisqu’il s’arcboutera sur le gros crossover Le Deuil de la Famille. En espérant que la trame primaire n’en soit pas trop entichée à l’instar de ce recueil.

Nightwing tome deux 2Ce second opus a les mêmes défauts que le premier, à trop vouloir répondre en écho aux arcs narratifs de Batman, l’on s’éloigne d’une seule et véritable histoire, profonde et aboutie, on passe par plusieurs petits récits, limite indépendants, c’est gênant. Côté relationnel amoureux, quid des premières aventures du premier tome, Raya et Batgirl ? Là aussi un manque de cohérence se fait ressentir, dommage !

Bref, ça reste divertissant mais il y a, encore un fois, ce gros « mais » qui aurait pu être beaucoup mieux. Ne boudons pas notre plaisir tout de même mais espérons un peu mieux dans le volume suivant, d’ici moins d’un an cette fois ?

Nightwing Robin

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 25 octobre 2013.
Histoire : Kyle Higins, Tom Defalco (ch. 0)
Dessin : Eddy Barrows (sauf ch. 11 et 12), Andres Guinaldo (ch. 9, 11 et 12), Geraldo Borges (ch. 10)
Encrage : Eber Ferreira (ch. 8, 9 10 et 0), Ruy Jose (ch. 8, 9 et 10), Mark Irwin (ch. 9, 11 et 12)
Couleur : Rod Reis, Peter Pantazis (9 et 11)
Lettrage : Simona Maccaroni
Traduction : Thomas Davier
Première publication originale dans Nightwing #08 à #12 + #0 (mai à octobre 2012) et dans Nightwing vol. 2 Night of the Owls

NightwingAcheter Nightwing sur amazon.fr :
• Tome 1 : Pièges et Trapèzes
• Tome 2 : La République de Demain
• Tome 3 : Death of the Family [anglais]

Nightwing nuit des hiboux