Archives par mot-clé : Peter J. Tomasi

Batman & Robin – Tome 7 : Le Retour de Robin

Dernier tome d’une série souvent acclamée (une situation « père-fils » originale et deux tomes particulièrement bons —le quatrième et le cinquième—) mais aussi surestimée — l’ensemble reste inégal et la partie graphique très loin d’être parfaite. Comment se conclut la recherche de Robin ?

batman-robin-tome-7-le retour de robin

[Histoire]
Batman arrive sur Apokolips et en profite pour libérer quelques esclaves. Il retrouve Godfrey et le somme de lui dire où se trouve le corps de son défunt fils. Kalibak, fils de Darkseid, s’apprête à utiliser le cristal du chaos lié au sarcophage de Damian pour détruire des planètes.

Restés à Gotham pour assurer la sécurité de la ville, Batgirl, Red Hood et Red Robin se retrouvent dans la Bat-Cave avec la complicité d’Alfred pour rejoindre leur mentor sur Apokolips. Dans un premier temps, ils doivent demander à Batwoman (et Batwing) de veiller sur Gotham en leur absence. Dans un second temps, ils vont devoir manipuler Cyborg pour l’utiliser afin de se rendre sur la planète de Darkseid. Mais ce dernier, accompagné du chien Titus, va les suivre malgré eux.

Attention, révélations sur la suite de l’histoire, arrivant à la moitié du tome environ.

batman-vs-darkseid

Sans surprise, Damian est ramené à la vie et possède même des super-pouvoirs, il vole, a une force exceptionnel et semble immortel.

[Critique]
On a du mal à croire que Batman et ses quatre équipiers —tous sont de simples humains— s’en sortent sans trop de difficulté sur la planète de Darkseid (à la rigueur Cyborg, pourquoi pas). De même, ce virage opéré laissant place à de l’action et à un registre nettement plus orienté « fantastique / science-fiction » dénature quelque peu le support de base de la série, plus ancré dans « le réel » avec une certaine émotion et humanité (qu’on retrouve tout de même à plusieurs reprises).

La moitié du récit se déroule sur Apokolips, l’autre à Gotham. Ces deux parties se complètent efficacement, après un voyage sous adrénaline et un retour nettement plus « en douceur ». Les retrouvailles entre le père et le fils (mais aussi les proches) sont émouvantes. Qu’on lise tous les tomes à la suite ou au fur et à mesure des publications par chapitre, le résultat est là. Cela aurait pu être davantage intense. Des planches muettes, contributrices à la renommée du titre et dont l’équipe artistique a le secret, auraient été appréciées. Mais globalement ça fonctionne bien quand même.

batman-robin-bat-family

À défaut de cela, on retrouve bien vite le Damian à la fois touchant et insupportable. On ignore si ses super-pouvoirs (qu’il perd à la fin de l’histoire) n’étaient qu’une impasse scénaristique le temps de conclure en deux ou trois chapitres ou bien s’il y a un réel enjeu et une « suite » derrière (qu’on ignore pour l’instant). Ce tome étant le dernier de la série, il faudra se pencher vers la suite qui a été publiée en kiosque pour le savoir (la nouvelle série Robin : Son of Batman).

En somme : une lecture rapide avec un Batman plus déchaîné que jamais face à Darkseid (ce qui créé une connexion avec les débuts de la série Justice League mais également sa fin en deux tomes) puis le renouveau du célèbre duo dynamique. Une belle complicité au sein de la Bat-Family et de bonnes séquences d’action, voire d’émotions lorsque Damian libère ses clones (presque plus touchant que lorsque qu’il retrouve son père). Bref, une fin plus que correcte pour une chouette série. L’aventure se poursuit avec Vieille Lune, qui clôt l’ouvrage. C’est le Batman & Robin Annual #3 qui narre l’exploration lunaire du Chevalier Noir et de son fils à la poursuite de parasites métamorphes… C’est (vite) oublié mais les dessins de Juan José Ryp (connu en France pour Black Summer et No Hero) sont somptueux. À lire pour le côté très décalé, mais après les précédents chapitres ça passe bizarrement.

batman-robin-juan-jose-ryp

Robin Rises (titre VO) confirme le talent de Peter J. Tomasi, davantage tourner vers « l’humain » que l’action durant toute sa série. Ce dernier tome est plaisant à lire, un peu émouvant (moins que Requiem, qui avait placé la barre très haute) et offre une belle porte de sortie (même si les chapitres sur les super-pouvoirs auraient pu avoir un sujet de fond un chouilla plus passionnant — on aurait aussi aimé revoir Carrie Kelley, Ra’s et Talia Al Ghul).

Le scénariste a assuré une excellente suite au travail de Grant Morrison tout en devant garder une certaine continuité avec ce qu’imposait Scott Snyder dans sa série mère. C’est finalement Tomasi qui a su le mieux reprendre le concept de Deuil de la Famille et de la confiance brisée au sein de l’entourage de Batman. Le seul (gros) point noir de l’ensemble de Batman & Robin est son aspect visuel, parfois clairement hideux, parfois plus abouti et original. Nul doute qu’avec un autre dessinateur que Patrick Gleason la série aurait pu frôler la perfection par moment. Ne boudons pas notre plaisir de lecteur et de fan : Batman & Robin a apporté un peu de sang neuf à un univers (trop) connu.

batman-damian

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 24 février 2017.
Scénario : Peter J. Tomasi
Dessin : Patrick Gleason, Juan José Ryp (Vieille Lune)
Encrage : Mick Gray, Juan José Ryp et Jordi Tarragona (Vieille Lune)
Couleur : John Kalisz, Sonia Oback (Vieille Lune)
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Alex Nikolavitch

batman-robin-damian

► Acheter sur amazon.fr :
Batman & Robin – Tome 07

damian-superman

batman-robin 

Batman & Robin – Tome 06 : À la recherche de Robin

Un avant-propos informe que l’histoire se déroule peu après Le Règne du Mal. Les conséquences notables étaient l’ajout de Lex Luthor et Shazam à la Ligue de Justice et la divulgation de l’identité de Nightwing et son « exil » (en réalité devenu agent pour Spyral). La fin du tome précédent, avec Double-Face, est aussi rappelée.

batman-robin-tome-6

[Histoire]
Batman, accompagné du chien Titus, retrouve trace des corps disparus de Talia et Damian dans l’océan. Ra’s Al Ghul avait en effet récupéré la dépouille de sa fille et son petit-fils pour les ramener à la vie. Aquaman vient en aide au Chevalier Noir mais Ra’s parvient à s’échapper. Le Chevalier Noir requiert alors l’aide de Wonder Woman car sur l’Île du Paradis (des Amazones) se trouve un puits de Lazare que l’immortel ennemi peut utiliser. Particularité : il redonne vie mais efface toute la mémoire de ceux qui y sont ranimés. Une occasion en or pour Ra’s Al Ghul qui pourrait ainsi remodeler à sa façon sa double descendance.

batman-damian-dead

Dans sa croisade pour « retrouver » son fils, Batman fera à nouveau équipe avec Frankenstein (qui a quitté la Ligue des Ténèbres) sur le site de Nanda Parbat, une ville cachée au cœur des montagnes du Tibet. Il croisera également la Justice League, venue lui prêter main forte face à un ennemi arrivant d’Apokolips !

batman-ras-al-ghul

[Critique]
Poursuivant son concept de « Batman &… », la série force un peu le Chevalier Noir à enchaîner les alliances (avec Aquaman, Wonder Woman, Frankenstein puis contre et avec Ra’s Al Ghul), créant pour l’occasion deux mini-histoires (les deux premiers chapitres), presque indépendantes même si elles se suivent, ce qui est un peu dommage. En toute logique, Batman se serait directement rendu dans l’Himalaya. Peu importe, ce tome se scinde clairement en trois parties, interrompu par un agréable interlude. La première étant donc les chapitres d’ouvertures, clairement les plus faibles de l’ouvrage (et les moins bien dessinés). La deuxième étant ceux avec Frankenstein puis Ra’s Al Ghul, les plus réussis : à la fois touchant, drôle (le monstre et l’homme chauve-souris forment un bon duo), prenant et original. Survient ensuite un chapitre un peu particulier, officiant comme récapitulatif et relançant complètement la série avec un levier narratif maladroit et pas terrible, à savoir un ennemi venu d’Apokolips et l’intervention de la Ligue de Justice. Enfin la troisième partie, concluant ce sixième tome, voit Batman « contre » la Ligue de Justice mais poursuivre son plan avec ses alliés plus proches, c’est à dire la Bat-Family. Une fin extrêmement intéressante.

Batman à Ra’s Al Ghul :
— La fièvre de Lazare, les complications physiques et émotionnelles… Vous risquez de créer des monstres !
[…]
— Sans vouloir te vexer, Frankenstein.
— Ce n’est rien.

batman-aquaman batman-wonder-woman

L’ensemble paraît donc inégal, à juste titre. Le début très moyen et la soudaine venue de Glorius Godfrey d’Apokolips (sic) gâche un peu la tension et le duel critique qui s’instauraient avec brio jusqu’ici (Batman était à deux doigts de tuer littéralement son immortel ennemi). Tout tombe un peu à plat, survenant de nul part. Cet aspect scénaristique digéré, force est de constater que la suite (et conclusion de l’ouvrage) rebondit efficacement dessus : Batman est face aux membres de la Justice League (se découvrant un allié en la personne de Lex Luthor) et les conflits internes de la Bat-Family (suite au Deuil de la Famille) refont légèrement surface, ce qui est plaisant. Les clones de Damian sont également de la partie avec, une fois de plus, une touche d’humanisme rare qui fait mouche.

Aux dessins on retrouve Patrick Gleason sur quatre chapitres avec, hélas, encore et toujours ce même style assez hideux sur les visages aux grosses mâchoires. C’est étonnant car le précédent volume, l’agréable La Brûlure, était prometteur quant à l’évolution de l’aspect graphique. La faute, très certainement, à deux chapitres dessiné par Doug Mahnke qui se rapproche plus ou moins de la patte de Gleason (en pire, c’est possible…) avec une étrange approche Millerienne, ou alors surfant sur les travaux de Chris Burnham (Grant Morrison présente Batman), déjà plus convaincant. Heureusement Andy Kubert revient le temps du cinquième chapitre plus long (en réalité le Robin Rises : Omega #1) et permet d’apprécier des traits nettement plus fins, détaillés et coloriés différemment. Le changement est radical et superbe. Les élégantes planches de Kubert sont un point fort de ce tome.

batman-frankenstein

Batman à Wonder Woman :
— De qui était-ce la statue ?
— Ce n’est pas une statue. C’est ma mère. Elle a été transformée en pierre par la déesse Héra quand cette dernière a appris que ma mère avait couché avec Zeus, son mari, et m’avait engendrée.
— Zeus de l’Olympe ? Le père spirituel des Dieux et des héros de la mythologie grecque ?
— Oui.
— Hmm.
— L’univers est grand, étrange, et empli de merveilles, Bruce.
— Pffff… Plus étrange de jour en jour, même. Mais ça ne veut pas dire que ça doive me plaire.

La bande dessinée se réfère lors d’un bref passage à DC Saga présente #4 (et même du #2 à #4 lors des résumés dans les magazines avant cette version reliée), un moment qui intervenait alors juste à la fin de Forever Evil (publié à l’époque dans plusieurs mensuels en kiosque). Rien de bien méchant pour la compréhension. Autre mention : Grant Morrisson présente Batman – Tome 02 : Batman R.I.P.. En effet, lorsque le Chevalier Noir est à Nanda Parbat (sur le « toit du monde », là où il retrouve Frankenstein dans cette aventure), il explique y avoir passé sept semaines dans une grotte, pour subir une expérience de simulation de la mort et la renaissance (en détail : le stade Yangti du rituel de méditation Thôgal). On retrouve ensuite, dans le cinquième chapitre (Robin Rises : Omega #1), un excellent rappel de la « création de Damian » jusqu’à la situation actuelle (un rapide résumé de l’intégrale de Grant Morrison présente Batman en somme, puis de la série Batman & Robin en passant par l’évènement Le Deuil de la Famille).

batman-kubert

La venue de Glorius Godfrey d’Apokolips se solde par un autre renvoi, aux quatre premiers numéros du magazine Superman Saga cette fois. Ceux-ci mettaient en scène des versions « jeunes » des justiciers via un une divinité démoniaque, Kaiyo, et le cristal de chaos, que recherche ledit Godfrey. À nouveau, cela n’est pas gênant à la compréhension globale, même si ça commence à faire beaucoup. Enfin, avec l’intervention de la Ligue de Justice, le rappel éditorial en ouverture prend sens : Luthor et Shazam sont de la partie (pour savoir pourquoi, il faut donc lire la série Justice League). Pas désagréable à la lecture, mais sans doute un peu bizarre pour le novice. Nulle autre mention de Double-Face et d’Erin, ce que laissait suggérer la fin de La Brûlure et le tout début du livre, en espérant qu’ils ne soient pas mis de côté définitivement (MàJ : ce sera finalement le cas). Autre étrangeté : Batman clame tout au long de son périple qu’il veut retrouver le corps de son fils pour l’enterrer et que celui-ci soit en paix ainsi que lui-même, puis il confirme ensuite vouloir le ressusciter…

À la recherche de Robin est donc un tome inégal mais globalement de qualité, on déplore son début, un changement soudain dans l’histoire, ses nombreuses connexions, même indirectes, à d’autres séries mais on apprécie grandement le scénario, les dialogues, le développement de Batman et l’humour (avec Frankenstein notamment). Attention à ce que la suite ne parte pas trop dans différentes directions trop ubuesques. Côté graphique, le style de Gleason est assez décevant mais celui de Kubert hisse le titre en qualité visuelle.

batman-bat-family

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 21 octobre 2016.
Scénario : Peter J. Tomasi
Dessin : Patrick Gleason, Doug Mahnke (Batman & Wonder Woman / & Frankenstein), Andy Kubert (Robin Rises Omega #1)
Encrage : Mick Gray et collectif, Jonathan Glapion (Robin Rises Omega #1)
Couleur : John Kalisz, Brad Anderson (Robin Rises Omega #1)
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Alex Nikolavitch

batman-ras-al-ghul

► Acheter sur amazon.fr :
Batman & Robin – Tome 06 : À la recherche de Robin

batman-justice-league-kubert

batman-ras-dead

Batman & Robin – Tome 05 : La Brûlure

Après un excellent quatrième tome, la série Batman & Robin se poursuit sans Damian. Ce nouvel opus est d’ailleurs totalement abordable comme s’il s’agissait d’un volume unique.

batman-robin-tome-5

[Histoire – La Brûlure]
Erin McKillen est une amie d’enfance de Bruce Wayne. Il lui avait confié la recherche de l’auteur de la mort de ses parents. Mais McKillen est aussi une terrible chef de gang irlandaise responsable de la blessure faciale du procureur Harvey Dent et de la mort de sa femme Gilda. De retour à Gotham City et recherchée par plusieurs malfrats, à commencer évidemment par Double-Face, elle se retrouve rapidement en prison. Malone l’allumette va lui venir en aide…

harvey-dent-two-faces

[Histoire – Semaine Un]
Bruce Wayne retrouve un petit coffret qui était à son fils Damian et destiné à Richark « Dick » Grayson. Le milliardaire convie son ancien coéquipier à lui expliquer pourquoi Damian lui a caché cela et dans quelles circonstances. L’occasion pour le premier Robin d’évoquer sa « semaine un » avec Batman, durant laquelle il a déçu son mentor.

batman-robin

[Critique]
La Brûlure propose de nouvelles origines pour Double-Face, qui étaient quasiment immortalisées dans Un Long Halloween (et dans une moindre mesure dans le très bon Les Tourments de Double-Face). En cinq chapitres reprenant le titre du livre, qui s’appelaient dans les versions kiosques Le Grand Réveil, cet ouvrage offre un divertissement plus que conséquent. C’est très bien rythmé et original pour passionner le lecteur. Une seule erreur notable côté scénario : le personnage féminin antagoniste est nullement empathique (pour un « méchant » ce n’est pas forcément grave, même si très manichéen, mais pour une antagoniste, c’est tout de même dommage). La fin (McKillen en prison qui prépare une vendetta et Dent présumé mort) aurait méritée d’être davantage fermée et statuer définitivement sur le sort de Dent. Ce n’est pas forcément un défaut en soi, mais pour une si courte histoire, cela apparait nécessaire. (MàJ : la suite et fin de la série ne revient ni sur McKillen, ni sur Double-Face. Cette perception première confirme hélas cet autre petit défaut.)

Batman à Double-Face :
— Nous étions en mission tous les trois, bon sang ! Toi, Gordon et moi !
— Ouais… Des croisés… Une sainte trinité de la loi et de l’ordre… sauf que tu as laissé McKillen détruire ma vie !
— Comment as-tu pu tomber aussi bas ? Pourquoi n’as-tu pas su t’endurcir… Canaliser ta souffrance… En faire quelque chose de bon ?
— Comme toi, Bruce ?

bruce-wayne-erin-mckillen

Du reste, on navigue (très) fluidement entre passé et présent autour de McKillen et sa sœur (jumelle, forcément), Harvey et sa femme Gilda, Wayne et Gordon. Une narration qui passe aussi par des jeux de couleurs. Graphiquement, c’est nettement mieux que les quatre tomes précédents. Les traits de Patrick Gleason gagnent en détails, les visages sont plus humanisés. Peut-être aussi que l’encrage de Mick Gray et les couleurs, gérées par John Kalisz, sont plus travaillées. Avec les doubles planches et dessins symétriques volontaires ou en mode miroir, s’en dégagent une certaine élégance et une maîtrise qui élèvent le titre.

« Maintenant, Gotham pourra voir à quel point tu es une ordure à double face ! »
Erin McKillen après avoir versé de l’acide sur le visage de Harvey Dent

Doug Mahnke (avec Pat Gleason) dessine Semaine Un : l’ensemble est correct, son style est « passe-partout ». L’histoire, toujours scénarisée par Peter J. Tomasi, revient sur les débuts de Grayson, en reprenant le concept des Année Un (celle de Robin est ici — un récit où Double-Face occupait une importante place d’ailleurs) et en prétextant une accroche avec Damian Wayne, le dernier Robin en date dans cette série. Attention justement pour les non-connaisseurs : le Robin du titre n’est plus. Aussi bien dans la peau de Damian qu’un autre. Il faut se tourner vers les titres VO (ou les anciens du kiosque) pour comprendre. Jusqu’à la mort de Damian Wayne,  la série s’appelait Batman & Robin. Puis, avec le début du deuil de Batman (et d’Alfred), elle se nomme « Batman &… », suivi du nom d’un allié (Nightwing, Batgirl…), d’un antagoniste (Red Hood, Catwoman…) ou d’un ennemi. Pour ce cinquième volume, il s’agissait de Batman & Two-Faces. Une appellation qui s’est modifiée en toute logique pour la version reliée en librairie et a donc conservé « Batman & Robin ». Un élément qui peut être préjudiciable pour ceux s’attendant aux aventures du duo dynamique — on s’étonnera aussi de « l’absence » de Carrie Kelley, protagoniste prometteur. L’alias de Malone l’allumette pour la version prisonnière de Wayne est un bon rappel de ce « personnage » (vu dans Batman Eternal et qui sera le nom de code de Batman dans la série Grayson).

mckillen-two-face-gleason

Un cinquième tome de très bonne facture, surtout pour l’histoire principale (La Brûlure) mais un peu moins pour le complément (Semaine Un), dont l’aspect graphique est de mieux en mieux. Belle évolution. Curieusement, ce livre peut même se lire comme un one-shot, c’est à dire sans connaissances en amont ou en ayant lu les quatre volumes précédents. Une bonne chose donc, d’autant plus que rarissime dans la production actuelle.

Batman à Double-Face :
— Chaque fois que tu t’apprêteras à lancer cette pièce, regarde sa troisième face, Harvey.
— Il n’y a que deux côtés sur une pièce.
— Il y a la tranche. Cette ligne tout autour sur laquelle se rejoignent tes deux faces. C’est la meilleure, parce qu’elle soude les opposés… et tu dois trouver un moyen de l’embrasser.

Ceux qui aiment déjà cette série ne seront donc pas en terrain inconnu et continueront d’y prendre du plaisir. Les autres devraient apprécier cet aparté mettant Double-Face en avant.

batman-gleason

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 26 août 2016.
Scénario : Peter J. Tomasi
Dessin : Patrick Gleason, Doug Mahnke et Pat Gleason (Semaine Un)
Encrage : Mick Gray, collectif (Semaine Un)
Couleur : John Kalisz, Tony Avina (Semaine Un)
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Alex Nikolavitch

gleason-two-faces

► Acheter sur amazon.fr :
Batman & Robin – Tome 05 : La Brûlure

gilda-harvey-bruce