Archives de catégorie : Batwoman

Batman • Detective Comics – Tome 01 : La colonie

Seconde série pour le Chevalier Noir sous l’ère Rebirth (la principale étant Batman Rebirth) : Batman – Detective Comics (du prestigieux nom originel de l’éditeur et de la première bande dessinée sur Batman de 1938) reprend sa numérotation au #934 * et fait (plus ou moins) suite aux évènements des séries Batman Eternal et Batman & Robin Eternal. Scénarisées par le même auteur, James Tynion IV, ces deux longues histoires mettaient en avant une version moderne de certains personnages dont Stephanie Brown, alias Spoiler, et Cassandra Cain, alias Orphan. Les deux jeunes femmes ont par ailleurs endossé par le passé (dans la continuité de la collection Classiques) le costume de Batgirl (dans Grant Morrison présente Batman et la saga No Man’s Land). Découverte et critique du premier tome sur les sept qui forment cette série.

batman-detective-comics-tome-1

[Histoire]
Une cathédrale a été dévastée. Batman s’est rendu sur les lieux, a affronté Azraël et a trouvé un mystérieux petit drone. Le Chevalier Noir est persuadé qu’un groupe espionne les justiciers de Gotham et demande de l’aide à Batwoman. Il lui révèle même sa véritable identité pour prouver qu’il a confiance en elle. La jeune femme, Kathy Kanes, est la cousine de Bruce Wayne et savait déjà qu’il était le justicier nocturne.

Batman et Batwoman forment une nouvelle équipe composée de Red Robin, Spoiler, Orphan et… Gueule d’Argile ! Le Dark Knight et sa nouvelle alliée sont donc à la tête de cette petite league gothamienne et souhaitent entraîner ces quatre autres justiciers pour devenir de véritables héros.

Dans l’ombre, une armée, une colonie, dirigée par un énigmatique leader compte bien s’opposer à Batman et sa team

[Critique]
La colonie est une entrée en matière somme toute classique pour un nouveau venu ou un fan de longue date. Cette série propose une équipe originale emmenée par Batman et Batwoman, c’est clairement le point fort du récit car le reste est scénaristiquement assez moyen. En effet, la nouvelle menace, la fameuse colonie, une armée de mercenaires adulant Batman, est assez risible et dirigée par une personne dont on devine extrêmement vite l’identité. Peu de mystères ou tensions sur ce sujet donc, au même titre que la narration est assez convenue, loupant quelques moments épiques (une tragédie pouvait conclure audacieusement la fiction, il n’en est rien à cause des toutes dernières cases…). Quant à ses personnages charismatiques, le scénariste James Tynion IV les survole (à l’exception de Batwoman et Batman, tous deux moins empathiques que les autres et le second assez en retrait – deux êtres solitaires forcés de s’épauler).

Les pouvoirs de transformation de Gueule d’Argile ne sont pas du tout utilisés (et on ne sait pas trop pourquoi il a été choisi, peut-être suite aux évènements relatées à la fin de la série Batman, le Chevalier Noir) et ses collègues justiciers très peu exploités ; on ne sait pas grand chose d’Orphan qui reste mutique, Spoiler est en relation avec Red Robin le temps de quelques cases (une idylle à peine esquissée) et Tim Drake, même s’il est un brin plus mis en avant que ses trois nouveaux alliés, aurait mérité mieux. Tout cela est assez dommage donc… L’alchimie de cette équipe peut fonctionner mais elle est mal développée pour l’instant.

Heureusement, ce premier tome bénéficie d’un rythme assez haletant, qui permet de se lire vite et bien, avec des planches de bonnes factures même si l’ensemble manque un peu de relief parfois, au niveau des visages notamment. Il y a beaucoup de lecture « horizontale », c’est-à-dire étalée sur deux planches. Hélas, la lisibilité de celles-ci n’est pas intuitive, on se surprend donc à relire « dans le bon ordre » car de prime abord, ça ne saute pas aux yeux. Les dessins sont assurés majoritairement par Eddy Barrows, qui avait signé la série Nightwing de l’ère New 52/Renaissance (elle aussi assez moyenne).

Alvaro Martinez et Al Barrionuevo le remplacent le temps de trois chapitres (sur sept), gardant un style semblable et, de facto, une homogénéité graphique assez plaisante tout le long du comic book. Il faut dire que le rythme de publication étant bimensuelle aux États-Unis, impossible de tenir la cadence avec un seul artiste aux pinceaux. Certains dessins sont, a priori, pas encrés et juste colorisés aux tons pastels (conférant une délicate ressemblance à de l’aquarelle). Il s’agit souvent de personnages en arrière-plan (Gueule d’Argile, Batwoman…) d’une planche qui épouse les cases autour, plus classiques et conventionnelles elles, ou bien de flash-backs. Le résultat est extrêmement soigné et réussi.

Malgré la tonne de références à des séries autour du Chevalier Noir (Batman, Batman Eternal, Batman & Robin Eternal, Batman Rebirth et All-Star Batman), le lecteur n’est pas perdu. Passons les hommages appuyés pas du tout subtiles à The Dark Knight Returns… On aurait aimé voir davantage Azraël, Leslie Thompkins (ici, plus jeune qu’à l’accoutumée), Bruce Wayne en civil (on voit uniquement Batman) et – comme déjà souligné – une caractérisation plus poussée des membres de cette équipe qui fonctionne plutôt bien au demeurant et (là aussi on l’a déjà dit) est très originale et charismatique !

En synthèse, on apprécie surtout les graphismes et leurs colorisations, le concept de la série avec cette league atypique et c’est à peu près tout pour l’instant. Les plus optimistes fermeront sans doute les yeux sur les défauts afin d’envisager la suite avec espoir ; ceux qui sont plus exigeants de base seront sans aucun doute déçus et ne pousseront probablement pas à se tourner vers les volumes suivants… Une nouvelle série en demi-teinte donc, qui ravira par contre les fans de Batwoman, extrêmement présente tout le long (elle pourrait donner son nom à l’ouvrage tant elle est importante pour le scénario). Bref, sur ce site on y croit pour l’instant mais on espère surtout une mise en avant plus prononcée de Gueule d’Argile, Orphan et Spoiler !

* Pour l’anecdote un peu complexe : les 52 chapitres précédents, donc du #882 au #933, incluant un chapitre #0 inédit, sont en fait la série Detective Comics #00-#52 de la période New 52 (publiés en France dans les magazines Batman Saga). DC Comics a choisi de « renommer » les nouveaux chapitres de cette « nouvelle » série à partir de #934 pour faire comme si ceux des New 52 avaient existé dans la chronologie officielle. Il faut donc remonter au chapitre #881, la fin de Sombre Reflet, paru en 2011 avant le relaunch New 52, pour retrouver l’appellation d’origine.

[À propos]

Publié en France chez Urban le 7 juillet 2017 et dans le magazine Batman Rebirth #1 à #3 (juin à août 2017).
Contient Detective Comics #934-940 (La colonie – Chapitres 1 à 7)

Scénario : James Tynion IV
Dessin : Eddy Barrows (ch. 1-2, 6-7), Alvaro Martinez (ch. 3-5), Al Barrionuevo (ch. 5)
Encrage : Éber Ferreira (ch. 1-2, 6-7), Raul Fernandez (ch. 3-5)
Couleur : Adriano Lucas (ch. 1-2, 5-7) Brad Anderson (ch. 3-5)

Traduction : Thomas Davier
Lettrage : Stephen Boschat (Studio MAKMA)

Acheter sur amazon.fr : Batman • Detective Comics – Tome 01 : La colonie

Coffret DVD/Blu-Ray | Batman – Héritage

C’est sous le nom de Batman – Héritage qu’a été regroupée la trilogie de films d’animations comprenant Le Fils de Batman, Batman vs. Robin et Mauvais Sang (Bad Blood). Les trois films sont inégaux mais le coffret proposant les trois en DVD et Blu-Ray est relativement abordable (plutôt que de les acheter séparément). Chaque long-métrage dure entre 1h15 et 1h20 et le doublage en français est très correct, avec Adrien Antoine qui reprend son rôle après la saga de jeux vidéo Arkham notamment.

Comptez environ 15,99€ en DVD et 19,99€ en Blu-Ray.
(Souvent durant les soldes ils baissent à 9,99€ et 14,99€.)

 

Le Fils de Batman (2014) met en scène pour la première fois Damian Wayne, en adaptant plus ou moins fidèlement les débuts de Grant Morrison présente Batman. On y retrouve donc Talia al Ghul par exemple et un Bruce Wayne en figure paternelle. Le long-métrage est surtout intéressant pour son travail d’animation (les graphismes sont impeccables, très fins et léchés) voire son côté « adulte » (même si le suivant l’est davantage, assez sanglant même) plutôt que son récit dans lequel Damian, fidèle à lui-même, est assez insupportable (moins qu’en comics cela dit) et que la transition vers cette nouvelle situation inédite pour Bruce Wayne est particulièrement mal gérée. En gros il ramène Damian au Manoir Wayne comme si c’était normal et basta… L’intérêt se trouve donc surtout dans les scènes d’action et la mise en avant d’un ennemi peu utilisé dans l’univers de Batman : Deathstroke.

On peut bien sûr trouver le film en DVD et Blu-Ray simple mais cela reste moins avantageux que de prendre le coffret.

 

 

Batman vs. Robin (2015) est sans aucun doute le film le plus réussi de la trilogie. Son titre est trompeur puisque l’histoire se focalise sur la Cour des Hiboux et leurs Ergots, dont l’un prend Robin (Damian Wayne donc) sous son aile. L’animation est toujours très soignée et fluide et l’utilisation avec parcimonie d’une certaine 3D (notamment dans les courses-poursuite de véhicules) est efficace. Côté histoire, on est carrément dans un prolongement des comics de ce groupe d’ennemis singulier relativement récent (créé dans La Cour des Hiboux en 2011). Ces Hiboux et Ergots ont peu été utilisés dans des adaptations récentes (à l’exception d’une incursion maladroite dans Gotham), il est donc plaisant de les découvrir à l’écran. Du coup, le titre du long-métrage se justifie par la différence d’idéaux entre le père et le fils mais c’est, in fine, assez secondaire.

Là aussi, le film est en vente séparément en DVD et en Blu-Ray.

 

 

Mauvais Sang (2016), nommé aussi Bad Blood (son titre original) est le volet le moins palpitant, qui navigue entre tous les genres (aventures, science-fiction, fantastique…) sans parvenir à trouver un bon équilibre. Les personnages de Batwoman et Batwing sont particulièrement mis en avant (et c’est tant mieux) et c’est Dick Grayson (Nightwing) qui endosse la cape de Batman. L’absence de Bruce Wayne (en retrait durant tout le film et même au centre de l’intrigue puisque toute la Bat-Family enquête sur sa disparition) se ressent malheureusement un peu trop. Il manque une certaine alchimie dans tous ces protagonistes qui convergent vers une ennemie commune. Reste la satisfaction d’une trilogie terminée, inégale et plutôt destinée au public non adepte des aventures papiers du Dark Knight. Les fans devraient moins accrocher, à l’exception, peut-être, du second film.

Le Blu-Ray simple est en vente avec une figurine de Nightwing et le DVD simple est également disponible.

 

 

 

 

_

Batman Incorporated #04 – L’Affaire Kane

Image-69

[Histoire]
Flash-Back : Katherine « Kathy » Kane, femme veuve et intrépide était la première Batwoman, mais aussi une cousine de Bruce Wayne. On découvre ses origines et comment elle est tombée amoureuse de l’homme chauve-souris, au grand dam de Robin à l’époque.

De nos jours : El Gaucho et Batman sont piégés et doivent s’entretuer pour pouvoir sauver des enfants enlevés par El Sombrero. Ce dernier est dans un fauteuil roulant mais est secondé par la terrible Scorpiana qui révèle à Batman que c’est El Gaucho qui est à l’origine de la mort de Kathy Kane, femme qu’il aimait lui aussi éperdumment ! Le Dark Knight se laisse envahir par la colère…

Parallèlement, Kate Kane, l’actuelle Batwoman (à ne pas confondre donc avec son aînée Kathy) enquête sur une bande argentine et poursuit Johnny Valentine pour l’interroger sur un pendentif d’Oroboro qu’elle a perdu lorsqu’elle a tué trois marins.

Image-68

[Critique]
Nous avons ici un des meilleurs chapitres de Batman Incorporated (avec celui-ci qui le suivra directement : Maître Espion). Morrison est toujours aux commandes du scénario et livre trois histoires en une ! Il faudra d’ailleurs la relire pour mieux saisir certains éléments. Afin de les différencier, le dessinateur Chris Burhnam opte pour un style très old-school pour les planches sur Kathy Kane (la première Batwoman), et un style plus classique pour celles de notre époque, afin une dominance de couleur bleu/noir pour le récit sur Batman/El Gaucho, et des tons plus colorés pour celui de la Batwoman moderne (Kate Kane), le tout par Nathan Fairbain. L’ensemble est sublime.

C’est aussi l’occasion de découvrir les origines de Batwoman, sous une forme atypique. On aperçoit également de façon subtile un certain espion britannique appelé La Cape (il s’agit en fait du justicier Le Masque, qui apparaîtra dans le chapitre suivant ; celui-ci n’étant pas édité par Panini, il ne bénéficiera pas de la même nomination).

Image-71

[À propos]
Publiée en France dans le magazine Batman Universe 10 en décembre 2011 chez Panini Comics
Titre original : The Kane Affair
Scénario : Grant Morrison
Dessin : Chris Burnham
Couleurs : Nathan Fairbain
Lettrage : Christophe Semal
Traduction : Khaled Tadil
Première publication originale dans Batman Incorporated 4 en avril 2011

affaire-kane

Acheter sur Amazon : Batman Universe 10 [Panini]