Archives par mot-clé : Riley Rossmo

Justice League : No Justice

Après les évènements dans Batman Metal, plusieurs « suites » (lisibles indépendamment) sont à découvrir. La série dérivée Le Batman Qui Rit mais aussi ce one-shot, No Justice, dont deux nouvelles séries en découlent : New Justice et Justice League Dark (Rebirth). Que vaut ce volume unique qui « remanie » la fameuse Ligue ?

[Résumé de l’éditeur]
Après la destruction du mur cosmique de la Source, Brainiac attaque une fois de plus Metropolis et force la Ligue de Justice à trouver de nouveaux alliés pour le contrer. Son but ? Les préparer à affronter les Titans Oméga : des entités représentant les énergies qui régissent l’univers tels le Merveilleux, la Sagesse, le Mystère et l’Entropie. Chacune des entités tient à reverser les autres afin de devenir la seule puissance régentant la création.

[Histoire]
Brainiac
, un ennemi de Superman extrêmement intelligent, est sur Terre. Mais il ne vient pas pour combattre la Ligue de Justice « classique », il vient les chercher pour l’aider à détruire quatre frères. Quatre Dieux cosmiques surpuissants. Les Titans Oméga. Chacun incarnant l’une des énergies fondamentales de la vie. L’Entropie, la Sagesse, le Merveilleux et le Mystère. Ces frères considèrent les univers comme un jardin géant, un terrain de jeu où ils plantent leurs graines cosmiques. Comme les super-héros ont brisé le Mur Source de la frontière du Multivers connu (dans Batman Metal), les Titans Oméga sont de retour pour voir quelle énergie, donc quel Dieu cosmique entre eux quatre, l’emporterait sur les autres. Comme l’a résumé Aquaman : « notre univers est comme un aquarium qu’on aurait vidé dans l’océan. Nous sommes un banc de poissons rouges qui tente de lutter contre les requins…« 

Sur Colu, la planète de Brainiac, ce dernier a conçu quatre équipes, incluant aussi bien les justiciers de la Terre que certains de leurs ennemis, pour combattre les Titans. Brainiac les « force » à coopérer et sauver Colu car s’ils perdent, la prochaine planète victime des Titans sera la Terre. Ainsi, quatre nouvelles « League » émergent.

L’Escadron Entropie est composée de Batman, Lobo, Deathstroke, Lex Luthor et Changelin (Garfield Logan, le métamorphe des Teen Titans). L’Escadron Mystère de Superman, Starfire, le Limier Martien, Starro et Sinestro. L’Escadron Merveilleux regroupe Wonder Woman, Zatanna, Dr Fate, Raven et Etrigan. Enfin, l’Escadron Sagesse combine Flash, Cyborg, Robin, Atom et Harley Quinn.

Intelligence, puissance, magie et vitesse se dressent donc sur Colu pour sauver la Terre. Sur cette dernière, Green Arrow et Supergirl veillent… De son côté Amanda Waller prépare la Force Spéciale XI, composée des télépathes les plus puissants du monde (qu’elle a enlevé dans Justice League vs. Suicide Squad — un comic très « blockbuster sympathique », critique prochainement en ligne) pour pirater Brainiac une bonne fois pour toute.

[Critique]
No Justice se divise en quatre chapitre et un cinquième en marge (DC Nation #0) qui a été incorporé en ouverture de l’ouvrage. Ce qui… gâche un peu le suspense et les compositions inédites des équipes puisqu’elles sont dévoilées immédiatement durant ce flash-forward (une séquence censée se dérouler plus tard dans l’histoire). Néanmoins le comic se lit bien et rapidement (moins de 150 pages au total) et reste hyper accessible, aussi bien pour ceux qui n’ont pas lu Batman Metal (il n’y a vraiment pas besoin), que pour les fans dédiés à Batman uniquement ou pour ceux qui s’aventureraient chez DC (même si, clairement, vu la palette très large de personnages, c’est peut-être ardu si on n’en connait pas beaucoup).

D’ailleurs, si cette galerie de protagonistes est séduisante, quelques étrangetés sont à constater : Aquaman n’est pas sélectionné par exemple mais Harley Quinn et Robin (Damian Wayne) oui… Et tous les autres super-héros sont dans un coma causé par Brainiac, une solution un peu facile pour justifier l’injustifiable… D’autres points sont à déplorer.

Le récit est faussement épique. Le périple commun des héros et antagonistes assure de bons moments dans son second acte mais tombe à plat dans son dernier (l’affrontement avec les Titans — de simples figurants presque — n’a pas vraiment lieu). La résolution à coup d’arbres magiques est un peu facile et expéditive.

L’ensemble est également faussement révolutionnaire. Cette aventure commune va « simplement » générer de nouvelles ligues qui seront à découvrir dans trois autres séries (dont deux disponibles en France)  : une Justice League repensée malgré une composition somme toute convenue (Le Limier Martien en leader puis Batman, Superman, Flash, Green Lantern (John Stewart) et Hawk Girl, ainsi que Wonder Woman, Cyborg et Aquaman aux débuts — à lire dans New Justice), une Justice League « Dark » (Wonder Woman, Zatanna, Swamp Thing, Bobo/Detective Chimp et Man-Bat — dans Justice League Dark Rebirth) la Légion Fatale (dirigée par Lex Luthor, avec Sinestro, Grodd, Black Manta, Cheetah et le Joker). Une autre équipe, inédite en VF, est à découvrir dans Justice League Odyssey (Cyborg, Starfire, Green Lantern (Jessica Cruz), Darkseid (!) et Azrael).

Malgré ces faiblesses (nombreuses), le récit fonctionne quand même assez bien. Grâce au matériel inédit (ces rapprochements surréalistes, avec un humour certain, dans le duo entre Lobo et Changelin par exemple) et au côté « mainstream » assumé de l’œuvre. Beaucoup d’action, beaucoup de couleurs. On est en terrain connu et conquis pour les fans pas forcément trop exigeants. Le rythme est bon, les échanges aussi, tout se lit aisément, à l’inverse des récits récents de Snyder, toujours trop bavard, confus et inutilement compliqué. En lisant tous ses events à la suite, ce No Justice apparaît comme une bouffée d’air frais ! Il est ici accompagné de ses fidèles acolytes James Tynion IV et Joshua Williamson, peut-être responsable de cette fluidité narrative bienvenu.

Par ailleurs, une certaine place est accordée au Limier Martien, à Starro et à Cyborg. Un aspect bienvenu (Cyborg était déjà mis en avant dans le dernier volume de Batman Metal) qui redonne une position forte au Limier Martien, très très en retrait (voire inexistant) dans beaucoup de productions récentes DC. Ce come-back ravira les fans.

Le véritable atout de la bande dessinée réside dans sa partie graphique. À tous niveaux : les dessins de Francis Manapul (déjà à l’œuvre sur l’agréable Batman – Anarky) et la colorisation très vive, tour à tour chaude et froide, spectaculaire, sublime. Les découpages sont dynamiques, sans temps mort (couplé à la narration fluide) et de nombreux dessins s’étalent sur un format horizontal, donc en double page. Un vrai régal !

Malheureusement, les dessins du troisième chapitres sont partagés entre Riley Rossmo et Marcus To. L’un des deux (Rossmo visiblement) gâche complètement le travail de ses confrères avec des visages difformes et hideux ainsi que des corps aux proportions grotesques (surtout chez Wonder Woman, cf. images ci-après). Un véritable loupé qui n’est que sur quelques planches mais c’est fort dommage…

Des couvertures alternatives ferment le comic en bonus, on regrette qu’il n’y ait pas les dessins d’ébauches des teams et de leur couleur prédominante des costumes (pourtant bien présentes dans l’édition américaine). Les collectionneurs auraient appréciés aussi une sorte de jacquette/couverture réversible pouvant proposer quatre magnifiques couvertures (une par Escadron — visibles en toute fin et qui peuvent être de jolis fonds d’écran, servez-vous !), mais cela aurait gonflé le prix relativement faible (15,50€), pas de quoi chipoter donc.

No Justice n’est donc ni révolutionnaire, ni indispensable mais plaisant et rapide à lire comme un blockbuster sympathique, aux dessins agréables et aux nombreuses couleurs vives pour une histoire inédite mais un peu convenue.

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 8 mars 2019

Contient Justice League : No Justice #1-4 et DC Nation #0

Scénario : Scott Snyder, James Tynion IV et Joshua Williamson
Dessin : Francis Manapul, Jorge Jimenez, Riley Rossmo et Marcus To
Encrage : Hi-Fi et Alejandro Sanchez

Traduction : Edmond Tourriol
Lettrage : Stephan Boschat et Cyril Bouquet (Studio MAKMA)

Acheter sur amazon.fr : Justice League – No Justice




Batman – Tome 09 : La Relève (2ème partie)

Dernier volume de la série Batman, inaugurée en 2011 à l’occasion du Relaunch DC Comics. Portée par le scénariste Scott Snyder et le dessinateur Greg Capullo (ainsi que la complicité du coloriste Fco Plascencia), comment se conclut-elle ?
Pour rappel dans le tome précédent : Bruce Wayne était amnésique, totalement éloigné de sa croisade habituelle, et c’est un commissaire Gordon rasé de près et musclé qui prenait ladite « relève », en revêtant une armure high-tech bien loin du mythe de la chauve-souris. Une approche à la fois originale et délicate. Séduisante au premier abord, le personnage choisi pour être ce nouveau justicier (Gordon) rend vite dubitatif. Ajouté à un nouvel ennemi (Mister Bloom) à mi-chemin entre une créature fantastique et un extra-terrestre, nous avions là les quelques défauts de la première partie. Suite et fin dans cette seconde.

batman-tome-9-la-releve batman_t9

(La couverture finale à gauche, une autre à droite
aperçue auparavant sur Internet mais qui n’a finalement pas été retenue.
)

[Histoire — La Relève (Batman #46-50 + épilogue)]
Gordon/Batman parvient à stopper Mister Bloom lors de son irruption au sein de l’élite de Gotham (survenue à la toute fin du tome précédent), mais cet étrange ennemi, dont les buts sont toujours inconnus, parvient tout de même à s’échapper.

Bruce Wayne souhaite épouser Julie Madison. Celle-ci est angoissée à l’idée que son père, Mallory Madison, puisse obtenir une liberté conditionnelle. Ce dernier avait en plus vendu à Joe Chill l’arme qui a tué Thomas et Martha Wayne. Bruce s’en moque.

Le jeune Duke part explorer « La Banquise », le Quartier Général du Pingouin. Duke est devenu « un Robin » (voir La Guerre des Robin et Nous sommes Robin) et ses parents sont encore victimes de la toxine du Joker (cf. Mascarade). Il y fait une découverte étonnante.

Geri Powers présente à Gordon de nombreux prototypes de robots Batman. Une armée potentielle qui peut s’avérer très efficace pour coincer Bloom. Gordon préfère l’affronter seul dans un premier temps, une décision qu’approuve le commissaire Sawyer, son remplaçant. L’occasion pour « Batman » d’utiliser le Bat-Chopper, sa moto géante.

batman-gordon

Les résumés des deux histoires suivantes contiennent des révélations quant à la conclusion de La Relève.

[Histoire — Gotham (Batman #51)]
Batman (Bruce Wayne) reprend ses habitudes et Alfred a recouvré l’usage de son bras. Gotham est plongé dans un black-out, le Chevalier Noir enquête.

[Histoire — La liste (Batman #52)]
Batman affronte Trompe-l’œil, un homme ayant la capacité de traverser les murs. Celui-ci a dérobé un cahier appartenant à Bruce Wayne qu’il avait mis sous coffre dans une petite banque. Se cache à l’intérieur la liste des 52 choses à suivre pour « passer le cap », c’est à dire se relever de la perte de ses parents.

batman-ailey-rossmo

[Critique]
Une conclusion plutôt prévisible dans les grandes lignes : Bruce Wayne redevient évidemment Batman, Mister Bloom a levé sa propre armée et dispersé ses fameuses graines —procurant à qui la glisse sous sa peau des super-pouvoirs, provoquant un déchaînement proche du « n’importe quoi » avec plusieurs créatures (gâchant complètement la veine « réaliste » instaurée jusqu’ici) détruisant une énième fois Gotham City…— et va affronter celle des Bat-Robots, tout « redevient normal » à la fin. Seule l’identité d’un complice de Bloom est assez surprenante.

mister-bloom

Côté graphique, on note quelques passages visuels bien trouvés : le premier combat entre Gordon et Bloom, et Bruce Wayne face au métro et « sa peur ». Le reste est toujours dans la lignée de ce qu’offre, avec brio, le trio aux pinceaux : Greg Capullo aux crayons, Danny Miki à l’encrage et Fco Plascencia à la couleur. Côté scénario, on trouve de très beaux dialogues entre le Joker, redevenu un citoyen perturbé, et Wayne, puis entre Alfred et son maître, prêt à endosser à nouveau la cape. Le talent de Snyder se situe davantage dans ce genre de situations.

Dans le premier cas (le chapitre 7, correspondant à Batman #48), on se questionne sans cesse pour savoir si le Joker connaît l’identité secrète de Bruce Wayne. L’ancien clown est même plutôt touchant par sa mélancolie. Dans le second cas (le chapitre 8, c’est à dire Batman #49, dessiné par Yanick Paquette par contre — qui laisse place à quelques doubles planches fantasques), c’est l’intense échange entre Alfred, refusant que Bruce Wayne sacrifie son bonheur actuel et sa nouvelle vie, avec ce dernier qui le somme de le conduire à la Batcave, qui fait mouche.

batman-alfred

Le milliardaire avait d’ailleurs « anticipé » le futur de Batman en concevant dans le plus grand secret une machine pour se cloner et ainsi conserver une lignée de Batman jusqu’à la fin des temps. Ce système, plus ou moins compréhensible et officiant de facilité scénaristique, avait déjà été évoqué dans un back-up de Detective Comics #27 (27 était le nombre d’années d’efficacité de Batman), qui avait été publié dans le tome 6 de la série (le moins bon, composé de plusieurs histoires fourre-tout) mais aussi, et surtout, dans le hors-série Futures End. Dans le chapitre consacré à la série Batman de ce magazine, le Chevalier Noir cherche un moyen de conserver son héritage. Urban aurait d’ailleurs dû le (re)publier pour ceux qui ne le connaissent pas ou l’avaient oublié, car cela montre que Snyder avait un minimum prévu une porte de sortie depuis longtemps, c’est tout à son honneur.

Bruce Wayne à Alfred Pennyworth, le maître demande au domestique de l’aider à redevenir le justicier de Gotham :
— Vous êtes celui qui l’a rafistolé chaque fois qu’il a trébuché. À qui voulez-vous qu’il confie la sauvegarde de Batman ? Mieux encore : il a donné votre nom au programme qui devait engendrer chaque nouvelle génération de Batman. Je crois que ce mausolée abrite deux fantômes : celui de l’homme que j’ai été, et celui de l’homme que vous avez été, et en qui il plaçait sa confiance exclusive.
— Non ! Il est quasiment certain que vous y laisserez la vie. Ne m’imposez pas le rôle de votre assassin. Pensez à votre vie. Pensez à mademoiselle Madison.
— J’y pense Alfred. Je ne pense qu’à ça. Et si ça ne marche pas, il faudra lui dire combien je l’aime, et combien de regrette, mais je dois tout faire pour venir en aide aux gens de cette ville. Ça, elle le comprendra.
— J’ai passé ma vie d’homme à veiller sur la faible étincelle de lumière, la jeune minuscule trace du jeune Bruce Wayne qui subsistait à l’intérieur de celui qu’il était devenu. J’ai passé cette vie à attendre votre retour. Celui du vrai Bruce, un Bruce qui n’aurait jamais connu l’allée du crime. Et voilà que vous me confiez le rôle de Chill. Celui qui a pressé la gâchette. Et en prime, je serais censé tuer l’enfant, aussi ?
— C’est ça.

batman-fear-bat

Le parallèle avec Joe Chill va grossièrement plus loin, quelques planches après ce dialogue, à travers Julie. Ce qui aurait pu être évité, aussi bien par le cliché que le rocambolesque de cette situation inédite. Snyder anticipe à nouveau les critiques, cette fois par l’intermédiaire de Bloom : « C’est grâce à toi [Gordon] que le Bat-Logo a perdu tout son sens. Voilà un exploit notable… vider de son pouvoir le plus grand symbole de Gotham ! » On peut même y voir une auto-critique du scénariste.

Dès le début de sa série Scott Snyder a rendu accessible le mythique Dark Knight. Ses récits ont toujours les mêmes qualités et défauts : début intriguant, nouveaux concepts, action au rendez-vous, remise en question, « combats psychologiques » plus marqués que jamais, mais… fins en queue de poisson, non-utilisation plus poussée d’éléments créés par lui-même —quid de la Cour des Hiboux ? de BlueBird ? du Joker sans visage/masque, puis en civil et de son robot qu’on aperçoit le temps d’une case ?— ou pouvant être repris sans trop de difficulté (des ennemis emblématiques ne sont jamais vraiment intervenus dans les histoires de Snyder, comme Poison Ivy ou Double-Face, ou encore Bane, L’épouvantail…), etc. On peut même ajouter le surprenant (et raté) choix de Gordon en son remplaçant et des origines revisitées mais qui auraient pu être plus originales.

robin-duke

Snyder a souvent « imposé » ses runs à ses confrères, obligés d’intégrer des pans d’histoires dans leurs séries, au détriment de celles-ci (Nightwing en est le parfait exemple). Là où le scénariste n’a, en revanche, jamais accepté son héritage, il ne mentionne que trop rarement Damian Wayne, ou assumer les histoires parallèles, comme celles de La guerre des Ligues/Le Règne du Mal. Ce n’est pas forcément problématique car cela permet de se focaliser uniquement sur l’homme chauve-souris, mais Snyder s’est perdu dans ses propres créations à plusieurs reprises.

L’auteur a finalement relancé des aventures qui s’axent autour de la même politique : la (brillante) création de la Cour des Hiboux (plus ou moins reprise par la suite de façon sporadique avant d’être quasiment abandonnée), un questionnement constant sur la place de Gotham City, de la justice et de la confiance (la postérité de Le Deuil dans la Famille est, contre toute attente, plus plaisante que de prime abord), des duels face au Joker et à l’Homme-Mystère (les autres ennemis, plus confidentiels, ne resteront pas dans l’histoire) puis un retour à la case départ.

bat-chopper

Alors, est-ce que ce dernier tome est convaincant ? Oui mais il est à l’image de tous les précédents de Snyder : impression mitigée, du bon et du  moins bon. Le lecteur n’est pas indifférent, évidemment, et d’une manière générale on a lu les neuf tomes de la série complète avec plaisir (pas tout le temps certes). Hélas, si ce très long run a la chance d’être extrêmement bien dessinée dans sa majorité (lorsque Capullo opère), il y a peu de chances qu’il reste dans la « mythologie » de Batman.

On se souvient, des années après, de récits emblématiques comme Knightfall (pourtant de qualité moindre !) ou du travail de Morrison (dont la série Batman & Robin assure une excellente continuité). Ce ne sera sans doute pas le cas ici : rien est vraiment chamboulé dans la mythologie de Batman. Snyder a osé de nouvelles choses dès le début et jusqu’à la fin, comme le démontrent les deux derniers volumes, et c’est exactement ce dont a besoin une série de comics. Alors, oui, tout n’est pas forcément bon dedans, on sort parfois des sentiers battus d’une étonnante façon, mais ces essais ont le mérite d’exister —c’est à saluer— même si, une fois encore, rien ne restera vraiment dans l’histoire des comics Batman, à part peut-être la Cour des Hiboux qui devrait continuer d’œuvrer dans l’ombre (voir ci-après).

bat-army

Finalement, Snyder est meilleur sur ses autres séries de l’univers de Batman, comme Batman Eternal, ou carrément sur ses autres travaux (Swamp Things, Trees, Wytches…). Il a su offrir de très beaux moments au Chevalier Noir, lui redonner quelques belles lettres de noblesse, mais aurait dû s’arrêter plus tôt, comme il était prévu à la base (les deux derniers tomes sont le résultat d’un allongement de son contrat avec DC Comics).

Son dernier chapitre (le 51 car le 52 est scénarisé par James Tynion IV) sonne comme sa lettre d’adieu, le narrateur se fond avec l’auteur, une double planche renvoie à la première de la Cour des Hiboux (les ennemis de Batman dans l’asile d’Arkham). Hiboux qui réapparaissent annonçant encore une fois un « renouveau ». De la même façon : quelques cases éparses reviennent sur des éléments majeurs ou mineurs (le Joker notamment, même si c’est loin d’être suffisant comme conclusion avec lui). Il est d’ailleurs dommage que ce 51ème chapitre ne conclut pas l’ouvrage, tant le 52ème est en marge de ce que l’on vient de lire (même s’il est assez agréable et, surtout, superbement dessiné par Riley Rossmo). La fin de La Relève était trop abrupte et soudaine. L’épilogue et le chapitre 51 compensaient un peu cela, de manière bancale mais tout de même « correcte ».

La suite des aventures de Batman continue après le nouveau relaunch (Rebirth). Le travail de Snyder ne semble pas éclipsé et la continuité conservée.

batman-duke

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 10 novembre 2016.
Scénario : Scott Snyder et James Tynion IV (La Liste)
Dessin : Greg Capullo, Yannick Paquette (ch. 8) et Riley Rossmo (La Liste)
Encrage : Danny Miki et Bryan Level (La Liste)
Couleur : Fco Plascencia, Nathan Fairbairn (ch. 8) et Ivan Plascencia, Jordan Boyd (La Liste)
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Jérôme Wicky

Contient : Batman #48-52

alfred-batman

► Acheter sur amazon.fr :
Batman – Tome 09 : La Relève – 2ème partie
Batman – Tome 08 : La Relève – 1ère partie