Archives par mot-clé : Mick Gray

Batman & Robin – Tome 7 : Le Retour de Robin

Dernier tome d’une série souvent acclamée (une situation « père-fils » originale et deux tomes particulièrement bons —le quatrième et le cinquième—) mais aussi surestimée — l’ensemble reste inégal et la partie graphique très loin d’être parfaite. Comment se conclut la recherche de Robin ?

batman-robin-tome-7-le retour de robin

[Histoire]
Batman arrive sur Apokolips et en profite pour libérer quelques esclaves. Il retrouve Godfrey et le somme de lui dire où se trouve le corps de son défunt fils. Kalibak, fils de Darkseid, s’apprête à utiliser le cristal du chaos lié au sarcophage de Damian pour détruire des planètes.

Restés à Gotham pour assurer la sécurité de la ville, Batgirl, Red Hood et Red Robin se retrouvent dans la Bat-Cave avec la complicité d’Alfred pour rejoindre leur mentor sur Apokolips. Dans un premier temps, ils doivent demander à Batwoman (et Batwing) de veiller sur Gotham en leur absence. Dans un second temps, ils vont devoir manipuler Cyborg pour l’utiliser afin de se rendre sur la planète de Darkseid. Mais ce dernier, accompagné du chien Titus, va les suivre malgré eux.

Attention, révélations sur la suite de l’histoire, arrivant à la moitié du tome environ.

batman-vs-darkseid

Sans surprise, Damian est ramené à la vie et possède même des super-pouvoirs, il vole, a une force exceptionnel et semble immortel.

[Critique]
On a du mal à croire que Batman et ses quatre équipiers —tous sont de simples humains— s’en sortent sans trop de difficulté sur la planète de Darkseid (à la rigueur Cyborg, pourquoi pas). De même, ce virage opéré laissant place à de l’action et à un registre nettement plus orienté « fantastique / science-fiction » dénature quelque peu le support de base de la série, plus ancré dans « le réel » avec une certaine émotion et humanité (qu’on retrouve tout de même à plusieurs reprises).

La moitié du récit se déroule sur Apokolips, l’autre à Gotham. Ces deux parties se complètent efficacement, après un voyage sous adrénaline et un retour nettement plus « en douceur ». Les retrouvailles entre le père et le fils (mais aussi les proches) sont émouvantes. Qu’on lise tous les tomes à la suite ou au fur et à mesure des publications par chapitre, le résultat est là. Cela aurait pu être davantage intense. Des planches muettes, contributrices à la renommée du titre et dont l’équipe artistique a le secret, auraient été appréciées. Mais globalement ça fonctionne bien quand même.

batman-robin-bat-family

À défaut de cela, on retrouve bien vite le Damian à la fois touchant et insupportable. On ignore si ses super-pouvoirs (qu’il perd à la fin de l’histoire) n’étaient qu’une impasse scénaristique le temps de conclure en deux ou trois chapitres ou bien s’il y a un réel enjeu et une « suite » derrière (qu’on ignore pour l’instant). Ce tome étant le dernier de la série, il faudra se pencher vers la suite qui a été publiée en kiosque pour le savoir (la nouvelle série Robin : Son of Batman).

En somme : une lecture rapide avec un Batman plus déchaîné que jamais face à Darkseid (ce qui créé une connexion avec les débuts de la série Justice League mais également sa fin en deux tomes) puis le renouveau du célèbre duo dynamique. Une belle complicité au sein de la Bat-Family et de bonnes séquences d’action, voire d’émotions lorsque Damian libère ses clones (presque plus touchant que lorsque qu’il retrouve son père). Bref, une fin plus que correcte pour une chouette série. L’aventure se poursuit avec Vieille Lune, qui clôt l’ouvrage. C’est le Batman & Robin Annual #3 qui narre l’exploration lunaire du Chevalier Noir et de son fils à la poursuite de parasites métamorphes… C’est (vite) oublié mais les dessins de Juan José Ryp (connu en France pour Black Summer et No Hero) sont somptueux. À lire pour le côté très décalé, mais après les précédents chapitres ça passe bizarrement.

batman-robin-juan-jose-ryp

Robin Rises (titre VO) confirme le talent de Peter J. Tomasi, davantage tourner vers « l’humain » que l’action durant toute sa série. Ce dernier tome est plaisant à lire, un peu émouvant (moins que Requiem, qui avait placé la barre très haute) et offre une belle porte de sortie (même si les chapitres sur les super-pouvoirs auraient pu avoir un sujet de fond un chouilla plus passionnant — on aurait aussi aimé revoir Carrie Kelley, Ra’s et Talia Al Ghul).

Le scénariste a assuré une excellente suite au travail de Grant Morrison tout en devant garder une certaine continuité avec ce qu’imposait Scott Snyder dans sa série mère. C’est finalement Tomasi qui a su le mieux reprendre le concept de Deuil de la Famille et de la confiance brisée au sein de l’entourage de Batman. Le seul (gros) point noir de l’ensemble de Batman & Robin est son aspect visuel, parfois clairement hideux, parfois plus abouti et original. Nul doute qu’avec un autre dessinateur que Patrick Gleason la série aurait pu frôler la perfection par moment. Ne boudons pas notre plaisir de lecteur et de fan : Batman & Robin a apporté un peu de sang neuf à un univers (trop) connu.

batman-damian

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 24 février 2017.
Scénario : Peter J. Tomasi
Dessin : Patrick Gleason, Juan José Ryp (Vieille Lune)
Encrage : Mick Gray, Juan José Ryp et Jordi Tarragona (Vieille Lune)
Couleur : John Kalisz, Sonia Oback (Vieille Lune)
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Alex Nikolavitch

batman-robin-damian

► Acheter sur amazon.fr :
Batman & Robin – Tome 07

damian-superman

batman-robin