Archives par mot-clé : Brad Anderson

Justice League – Tome 9 : La Guerre de Darkseid
(1ère partie)

Dernière ligne droite pour la série Justice League dont la publication française atteindra dix tomes. Les deux derniers couvrent (et s’intitulent) La Guerre de Darkseid : la première partie est disponible depuis le 17 juin (Tome 09 de la série, chroniqué ici) et la seconde débarquera le 21 octobre prochain (Tome 10).
À noter le 26 août : la sortie en kiosque de Justice League Univers Hors-Série #2 qui sera un excellent complément du Tome 10 (six chapitres qui se déroule en même temps et suivent chacun un super-héros) et qui ne sera pas proposé en librairie par la suite.

justice-league-tome-9-guerre-de-darkseid

[Histoire]
Devant la complexité de l’histoire, voici tout d’abord le résumé très synthétisé de l’éditeur.
La bataille qui couvait depuis des années a enfin commencé : Darkseid contre l’Anti-Monitor ! Poursuivi à travers toutes les dimensions par cette entité cosmique, le tyran d’Apokolips dresse ses troupes les plus acharnées afin de le protéger de ses assauts. C’est une fois de plus à la Ligue de Justice de protéger la Terre de ce malfaisant extraterrestre, mais leurs enveloppes humaines suffiront-elles à affronter des Néo-Dieux ?

Voici ensuite un résumé des deux prologues qui ouvrent l’histoire et situent le contexte très précis ainsi que les (nombreux) acteurs de cette guerre à venir.
Metron siège sur l’ancien trône de Mobius (alias l’Anti-Monitor) : il est « le Témoin » de ce qu’il se passe dans l’Histoire, à travers les multiples dimensions et les nombreuses guerres. Il observe en silence et possède tout le savoir et la connaissance de l’univers possible (grâce à son fauteuil notamment).

Metron Darkseid War

« Je suis Metron. Je suis le gardien des connaissances passées et présentes. L’archiviste des idées et des lignes temporelles.
L’observateur de cet univers et de ceux qui sont au-delà de ce dernier. J’ai vu l’horizon des sombres lendemains.
Une guerre est sur le point d’éclater, entre les deux êtres les plus puissants et les plus malfaisants de l’existence.
Et si je n’empêche pas cette guerre, une fois de plus, l’histoire va se désagréger…
mais cette fois, la réalité ne sera peut-être pas assez stable pour y survivre. […]
Je siège sur le trône de Mobius depuis toujours. J’observe et je demeure silencieux.
Car en vérité, la vie ou la mort de ces êtres ne m’affectent que très peu.
Cependant, si je n’ai plus à les surveiller, je n’ai plus rien à faire. Je scrute le néant.
Aussi, bien qu’il me soit interdit de me servir de mon savoir pour interférer, j’ai déjà désobéi quand j’estimais la menace trop grande. »

Il est en effet à l’origine d’un vieux pacte (une manigance de sa part donc) avec Darkseid pour mettre fin à une guerre entre les planètes Neo-Genesis et Apokolips *. Il avait fait échanger un enfant de Darkseid (le tyran d’Apokolips, monde cauchemardesque) avec un fils du Haut-Père (alias Highfather, le bienveillant de Neo-Genesis), vantant que cela arrêterait le « conflit » (qui a bien entendu eu lieu). L’enfant du Haut-Père est Scott, qui deviendra par la suite Mister Miracle (voir le résumé suivant). Metron a aussi assisté aux différentes crises de l’univers (fin du multivers, dans Crisis on Infinite Earth, puis réhabilitation de celui-ci, dans Infinite Crisis, et enfin la renaissance, via Flashpoint).

Il rend visite à l’Anti-Monitor (anciennement nommé Mobius), entité cosmique (créée pour Crisis on Infinite Earth, en 1986, et antagoniste de Green Lantern Corps) qui règne actuellement sur une dimension jadis dirigée par Le Syndicat du Crime (que l’Anti-Monitor a mis en déroute déchirant ainsi le multivers et créant une convergence de lignes temporelles et d’univers, qui est à découvrir dans Earth 2 – Tome 06 : Convergence, qui sortira le 16 septembre 2016). C’est suite à la destruction de cette Terre-3 par l’Anti-Monitor que Le Syndicat du Crime avait investi la Terre de la Justice League (dans Le Règne du Mal). L’Anti-Monitor est maudit : c’est « le destructeur » qui détruit des univers qui peuvent renaître.

Mobius Anti-Monitor Metron

Metron lui propose un pacte : si l’Anti-Monitor cesse ses assauts contre la Terre, il cherchera un moyen de lui rendre son identité de jadis et le sauvera de sa malédiction. Ce dernier refuse, car il a trouvé une solution : en déclarant la guerre à Darkseid, la mort de celui-ci serait la clé de sa libération. Metron l’avertit que s’il se lance dans cette croisade, la réalité ne survivra pas à cette nouvelle crise. L’Anti-Monitor s’en moque et sera même secondé par Graal, la propre fille de Darkseid, dans son combat.

Il y a plusieurs années, sur l’île de Themyscira, le jour de la naissance de Diana, future Wonder Woman, une amazone du nom de Myrina met secrètement au monde Graal, justement, une enfant née d’une union avec Darkseid. Si le bébé survit, « cet univers mourra et l’anti-Dieu renaîtra » clame une prêtresse qui assiste à l’accouchement et est prise de visions futuristes (dans lesquelles elle voit le « destin » des membres de la Ligue de Justice et la guerre entre Darkseid et l’Anti-Monitor). Myrina tue les deux amazones qui ont vu l’enfant naître et qui souhaitaient le tuer afin d’éviter la « mort » de l’univers qu’elles connaissent, puis la mère s’enfuit et jure de protéger sa fille toute sa vie.

Darkseid Antimonithor

Enfin, voici le résumé global de la suite, plus accessible et parlant très certainement davantage aux lecteurs. Il est volontairement assez détaillé (donc avec de potentielles légères révélations).
Deux sbires de Darkseid, Cravachina, une de ses furies et Kanto, l’assassin favori, tuent plusieurs femmes s’appelant Myrina. Ils cherchent évidemment à tuer Miryna Black, la mère de Graal (et dans la foulée ramener la fille maudite amazone à son père, à Darkseid). La Justice League enquête sur un de ces meurtres.

De son côté, Mister Miracle (anciennement Scott Free, qui avait été esclave sur Apokolips avant de s’en évader) retourne sur Apokolips pour vérifier que Darkseid prépare bien une armée et une guerre. Mister Miracle comprend qu’il va devoir demander l’aide de la Justice League afin de sauver la Terre pour combattre Darkseid (qu’elle a fait choir il y a quelques années, cf. le premier tome de la série). Il copie des données de combat sur une « boîte mère » qui fait également office de « tunnel boom » (permettant ainsi de voyager dans l’espace). Mais le tyran d’Apokolips le surprend…

Graal, la fille de Darkseid souhaitant la mort de celui-ci, s’est alliée avec l’Anti-Monitor (également appelé Anti-Dieu), qu’elle cherche à amener sur Terre et vient combattre la Ligue de Justice. Les super-héros, composés de Batman, Wonder Woman, Flash, Green Lantern, Jessica (Power Ring), Cyborg, Shazam et Steve Trevor seront aidés par Metron.

La mère de Graal, Myrina Black, se consacre également à tenter de tuer Darkseid. Son chemin croise celui de Mister Miracle.

De leur côté, Superman et Lex Luthor tentent de guérir des survivants du virus Amazo. Mais les deux vont se retrouver sur Apokolyps, où Steppenwolf, fidèle élite de Darkseid jure d’anéantir le kryptonien. Il est chargé de préparer les troupes de Darkseid, avec notamment Kalibak, frère de Graal (et donc fils de Darkseid), afin de combattre l’Anti-Monitor sur… la Terre.

Justice League Darkseid War

[Critique]
Attention, ce tome de Justice League est réservé aux fin connaisseurs de l’univers DC (ce qui n’est pas spécialement le cas de l’auteur de ces lignes, contrairement à ce qu’on pourrait croire). Les chapitres introductifs évoquent les multiples crises opérées ces dernières années (Crisis on Infinite Earth, Identity Crisis, Flashpoint — un article est en cours d’écriture pour expliciter tout cela) et bon nombres de personnages oscillent dans ces nouvelles aventures, mettant presque toute la Ligue de Justice en retrait, à l’exception notable de Wonder Woman. C’est en effet la Reine des Amazones qui est ici une des narratrices principales (avec Metron et Mister Miracle). Cela change des précédentes aventures et ce n’est pas plus mal.

Après un début rempli d’informations pas forcément évidentes à saisir aux premiers abords (une seconde lecture une fois le tome lu est conseillée), les chapitres reprennent un rythme plus agréable. Outre le grand aspect introductif, avec chaque protagoniste avançant tel un pion sur un échiquier, de nombreux changements de lieux se produisent, entrecoupé par plusieurs combats. Le point d’orgue sera l’alliance forcée entre Superman et Lex Luthor sur Apokolypse, Batman sur le fauteuil de Metron devenant ainsi un être rempli de savoirs et connaissances (le Chevalier Noir en profite pour avoir confirmation que le tueur de ses parents est bien Joe Chill et demande l’identité du Joker — non dévoilée aux lecteurs (pour l’instant) mais Batman a l’air très surpris en l’apprenant). L’homme chauve-souris explore l’endroit de création de l’Anti-Monitor, accompagné par Green Lantern. Le reste de la ligue (Cyborg, Shazam, Flash, Wonder Woman) prend part au combat entre l’Anti-Dieu et Darkseid, plus ou moins au centre de cet immense champ de bataille. Évidemment, tous ces éléments surviennent principalement en fin d’ouvrage après une efficace montée de tension (et de suspense).

Darkseid War Antomonithor

Clairement, le scénariste Geoff Johns atteint un point de non-retour, à la fois destiné « au grand public » (avec toujours ce côté mainstream ou blockbuster qui n’est absolument pas un défaut, bien au contraire dans le cas présent) mais paradoxalement très dense, en terme d’informations et références, pour un lecteur peu ou prou calé sur le sujet. Si l’artiste sait indéniablement où il se dirige, il prend le temps d’écrire avec élégance les enjeux et aboutissements de quasiment tout le monde. Complexe, oui, mais pas inaccessible pour autant, et permettant une plongée plus intrigante et fouillée que certains volumes précédents (les deux premiers notamment, dont la « légèreté » semble fort lointaine).

Côté écriture toujours, il y a à nouveau le bon binôme Shazam/Cyborg, magie et science, jeunesse inconsciente d’un côté et profondément mature de l’autre. Même si on les voit peu, ils sont efficaces (ils mériteraient une série à part). Comme dit plus haut, le duo Superman et Lex Luthor fonctionne bien aussi, surtout pour les passionnés de l’Homme d’Acier, à qui on offre une situation très inédite de ces deux personnages.

Darkseid War Superman Lex Luthor

Diana/Wonder Woman est (très bien) mise en avant, mais Green Lantern, Jessica (Power Ring), Flash et même Batman sont plutôt relégués au second plan, sans parler de Steve Trevor, presque figurant. Difficile avec tant de justiciers et autres antagonistes de trouver un bon équilibre de toute façon, c’est mieux construit sur la fin du volume et globalement réussi tout de même. On peut déplorer la non « suite » des humains victimes du virus Amazo et qui s’étaient vus agencés de super-pouvoirs, de même que Captain Cold, personnage très important dans La Ligue d’Injustice relégué ici en fond de quelques cases pour sortir une ou deux vannes.

« Je suis Diana, fille des Amazones. En tant que Wonder Woman, je protège l’humanité des Dieux et des Monstres qui cherchent à la détruire.
Quand il est possible d’empêcher une guerre. Je le fais. Mais celle-ci est déjà déclarée. […] Je suis parée au combat. Puis, un Dieu touche Terre.

– Qui es tu ?
– Je suis… désespéré. »
(Wonder Woman à l’Anti-Monitor, alias l’Anti-Dieu, anciennement Mobius)

Les dessins sont assurés par Jason Fabok, d’une exceptionnelle beauté à nouveau (il avait œuvré sur la seconde partie du tome précédent). Des traits précis et fins, un style élégant et sublime, avec une colorisation de Brad Anderson. Chaque personnage est reconnaissable, les scènes d’action sont d’une parfaite fluidité, l’esthétisme de l’ensemble est une véritable claque visuelle.

Darkseid War

L’artiste illustre quasiment tout le tome, à l’exception du premier prologue (le chapitre #40 de la série Justice League), où il est épaulé par six dessinateurs différents (dont Jim Lee pour le plus connu et apprécié d’entre eux), sans que cela gène la cohérence graphique. D’ailleurs la couverture cite Jim Lee et Kevin McGuire parmi les artistes principaux de l’album, mais c’est un poil « mensonger », ces deux là n’ayant participé qu’à quelques planches d’un seul chapitre. Il aurait été plus logique de citer uniquement Johns et Fabok, ou bien, par soucis d’équité, d’ajouter Anderson.

La Guerre de Darkseid est composé de Justice League #40, faisant donc office du premier prologue, puis de New 52 Divergence FCBD Special Edition #1, constituant le second (et plus court) prologue. Les chapitres #41 à #44 complètent l’histoire qui se terminera dans un dixième et dernier tome, très attendu, qui contiendra les chapitres #45 à #50 (sortie prévue le 21 octobre).

Graal Darkseid War

En attendant, cette avant-dernière salve de la Ligue de Justice façon New52 est totalement réussite. Elle nécessite des connaissance en amont mais livre avec brio des scènes remarquables, aussi bien les affrontements « simples » que les épiques. Chaque planche est un régal pour les rétines et les dialogues, ainsi que les discours narratifs, sont loin d’être enfantins ou « superficiels », d’excellents atouts qui font de cette Guerre de Darkseid l’une des meilleures production du Relaunch opéré en 2011 et indéniablement un « coup de cœur » du site.

Quelques couvertures alternatives complètent  le livre ; celui-ci propose également la traditionnelle « Présentation des personnages » en ouverture, en l’occurrence celle des membres de la Ligue de Justice, et non de l’Anti-Monitor, Darkseid ou Mister Miracle par exemple, c’est tout de même dommageable. L’introduction à l’histoire de manière générale est davantage un résumé (bien rédigé) des principaux arcs narratifs précédents. Pour la galerie des nombreux personnages relatés dans les prologues, un simple renvoi vers les ouvrages des « trois crises » (Crisis on Infinite Earth, Infinite Crisis et Flashpoint — Johns a scénarisé ou participé à l’écriture des deux dernières) est précisé, un peu trop faible. Entre ceci et les deux noms racoleurs sur la couverture, c’est un défaut sur lequel l’on peut pinailler.

Rêvons un peu : l’éditeur pourrait sortir une version « de luxe » en compilant ce tome avec le prochain, et en incorporant les chapitres qui seront dans un hors-série du magazine Justice League Univers (qui sortira le 26 août prochain) et qui reviendra sur six super-héros devenus des Dieux cosmiques (comme le montre déjà une partie de la fin du récit). Un livre qui ne contiendrait pas de numérotation et qui bénéficierait d’un agrandissement de format, voilà qui serait un beau cadeau pour les lecteurs, pour fêter dignement la fin des New52.

Darkseid Miracle Man(Mister Miracle face à Miryna Black, la mère de Graal.)

* Création de Jack Kirby dans les années 70 avec « Le Quatrième Monde », qui dévoilait des Néo-dieux (New Gods) et notamment Darkseid et le Haut-Père (Highfather), sur leurs planètes utopiques respectives : Apokolips et Neo-Genesis. Leurs affrontements se répercuteront sur la Terre et par conséquent sur l’univers et les super-héros de DC Comics. Inspirés par les religions juives et chrétiennes, ces mythes fondateurs —longtemps inédits en France— sont disponibles en deux tomes chez Urban Comics. On y découvrait également Mister Miracle, pour la première fois, qui fait donc son apparition « New52 » dans ce neuvième tome de la Justice League.

NB : Si un-e lecteure-rice sait s’il y avait des séries plus spécifiques à celle de Justice League à lire en amont de ce neuvième tome, qu’il/elle n’hésite pas à se manifester par commentaire ou sur la page Facebook. Il semble assez étrange qu’Urban n’en fasse pas mention (les séries Wonder Woman ou Green Lantern peut-être ?). Idem si certaines des informations sont fausses ou incomplètes, selon les recherches effectuées non, mais on ne sait jamais. Merci d’avance ! 🙂

Darkseid Wonder Woman

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 17 juin 2016

Scénario : Geoff Johns
Dessin : Jason Fabok | (ainsi que Kevin Maguire, Jim Lee, Phil Jimenez, Dan Jurgens, Jerry Ordway, Scott Kolins pour le JL#40)
Encrage additionnel pour le JL#40 : Scott Williams
Couleur : Brad Anderson pour tout | Alex Sinclair, Rob Leigh (en plus de Brad Anderson) uniquement pour le JL#40
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Edmond Tourriol — Studio Makma

(Contient : JL #40-44 + New 52 Divergence FCBD Special Edition #1)

Acheter sur amazon.fr : Justice League – Tome 9 : La Guerre de Darkseid (1ère partie)

Batman God

Dark Knight III – Tome 01

Dark Knight III (en quatre tome) est le troisième volet du « Dark Knight Universe de Frank Miller », débuté en 1986 avec The Dark Knight Returns et poursuivi avec The Dark Knight Strikes Again.
Page récapitulative

DK3 tome 1 4 mars

[Histoire]
Six ans après la mort supposée de Batman/Bruce Wayne (son identité avait été révélée au monde entier), les choses n’évoluent guère à Gotham City. C’est justement un « nouveau » Batman (à moins que ce ne soit l’ancien, ou son acolyte Carrie Kelley qui fut respectivement Robin puis Catgirl) revient poursuivre sa croisade de justice, trois années après sa dernière apparition publique.

De son côté, le premier enfant de Superman et Wonder Woman, Lara, se recueille devant son père, figé dans la glace avant de secourir la petite cité de Kandor (qui tient dans une petite cloche en verre). Cette ville provient de Krypton, la planète d’origine de l’Homme d’Acier, et a été miniaturisée peu avant l’explosion de l’astre (par un être qui allait par la suite devenir un ennemi de Superman). À l’intérieur se trouvent donc les derniers kryptoniens en vie. Pour venir en aide à ce peuple, Lara rejoint Atom, alias Ray Palmer, scientifique émérite et spécialiste des nanotechnologies.

DK3 Batman

[Critique]
Très attendue depuis son annonce, cette suite d’un futur hypothétique de Batman, imaginé il y a plus de trente ans par Frank Miller laisse dubitatif dans un premier temps. Il est bien difficile de juger ce début d’œuvre qui met en place des éléments (personnages anciens et nouveaux, lieux, menaces…) et en annoncent d’autres. C’est plutôt faible et se laissera très certainement mieux lire « à la suite » une fois les autres tomes publiés.

Quelques précisions s’imposent : il est recommandé d’avoir lu évidemment The Dark Knight Returns mais aussi The Dark Knight Strikes Again avant ce DKIII. Cela peut paraître logique, mais la suite ayant été tant décriée, elle aurait pu être mise de côté sans avoir pris en compte certains de ses éléments. En effet, la romance très prononcée dans TDKSA entre Superman et Wonder Woman trouve un écho important ici, puisque leur fille Lara est très présente, en instance de devenir un personnage principal à part entière (avec Carrie Kelley) et une autre progéniture est apparue ; le statu quo de la fin de TDKSA apporte un nouvel enjeu (en plus de celui de Batman/Bruce Wayne), ainsi Superman est littéralement figé dans de la glace, s’impose-t-il une punition suite à son rôle, « misérable », quelques années plus tôt ?

« Pourquoi as-tu laissé les fourmis te faire tomber du ciel ? »
Lara, fille de Superman et Wonder Woman, à son père, figé dans la glace

Atom, qui était également très présent dans TDKSA, joue ici une pièce maîtresse dans l’intrigue, élément déclencheur « d’un futur évènement important ». Enfin, la nécessité d’avoir un « vrai » président en chair et en os (par contrôle ADN régulier) est un rappel à TDKSA, dans lequel Jimmy Olsen découvrait que leur leader politique n’était qu’une simple image hologramme. Il n’est évidemment pas impossible de comprendre DK3 sans passer par la case lecture obligatoire de TDKSA, mais mine de rien, un « saut » entre TDKR et ce DK3 n’est peut-être pas idéal.

DK3 Lara

Chose primordiale, aussi bien sur la forme que le fond, le « Dark Knight Universe de Miller » est méthodiquement conservé. On retrouve la narration plus ou moins « journalistique » : ces informations commentées en direct par des médias, augmentées ici par des échanges très simplistes via smartphones avec photos et langages SMS en supplément (un peu lourd de commencer par ça cela dit). Ainsi, DK3 se modernise gentiment tout en restant proche de ses deux prédécesseurs. Brian Azzarello écrit l’histoire, supervisé (ou conseillé) par Miller lui-même. Une fois encore, difficile de distinguer les travaux des deux tant on reconnaît la patte de l’auteur initial (sans pour autant lui trouver une folle originalité), qui ne serait probablement pas atteinte par Azzarello seul.

Cette fidélité s’accompagne également du point de vue graphique, puisque Andy Kubert s’efforce de dessiner en ressemblance avec les traits de son aîné. C’est globalement réussi (Klaus Johnson rempile pour l’encrage) mais pas sur toutes les cases. De la même façon, la colorisation ne rend pas hommage aux volumes précédents. Beaucoup plus convenue et « classique », exceptée à de rares moments, souvent en pleine page et parfois même à la limite de l’hommage à Sin City, elle ne permet pas à DKIII d’avoir le style bien hors-norme qui définissait TDKR (et TDKSA).

DK3 Carrie

Cette identité graphique propre à l’œuvre de Miller se retrouve éphémèrement dans le mini-comic consacré à Atom qui clôt le premier chapitre, comme un « back-up » (un est prévu à la fin de chaque chapitre, se déroulant dans le Dark Knight Universe – ils seront renommés « appendice » pour la version intégrale). Pour cause : celui-ci est dessiné par Frank Miller lui-même. L’artiste a perdu de sa superbe, indéniablement. Il y a quand même un certain plaisir à le « revoir » à l’œuvre mais cela reste mi-gênant, mi-nostalgique. Le deuxième chapitre sera, lui, suivi de quelques planches sur la Reine des Amazones et sa fille. Dessinée par Eduardo Risso (Cité Brisée…) en très petite forme (certaines cases ressemblent à des brouillons, la pauvreté des décors, des finitions et de la colorisation piquent les yeux, mais serait-ce… volontaire ? Pour se rapprocher du « style » millerien en fin de carrière ?). Cette courte bande dessinée est très moyenne à tous point de vue ; on insiste juste sur l’importance de Lara et son caractère.

« Comment avons-nous pu laisser faire ça ?
Comment nos distractions ont-elles pu supplanter le principal ?
Quand nous sommes-nous arrêtés de penser ? »
Commissaire Yindel, peu avant l’arrestation de Batman

L’initiative de retrouver l’univers, à la fois visuel et cynique, de TDKR (et TDKSA dans une moindre mesure) est tout à fait louable, l’ensemble est relativement fidèle, bien que moins politisé et violent (pour l’instant tout du moins), un brin énervé (pas encore assez non plus, mais ce n’est pas plus mal) mais le rendu final reste encore nébuleux sur son histoire ; ce n’est donc pas forcément passionnant, pas non plus inintéressant. Certains y dresseront des métaphores entre les personnages disparus, les Dieux au-dessus des hommes, les mythes qui s’effondrent, les légendes qui se meurent avec évidemment les artistes qui officient sur le titre (la chute de Miller, voire sa fin, la passation de l’œuvre puis la relève).

DK3 Atom

On attend donc la véritable suite, où l’on retrouvera logiquement Bruce Wayne et Superman, en suivant l’évolution du duo féminin Carrie et Lara, tout en contemplant la nouvelle menace de Kandor, la fameuse « race maîtresse » du titre de la version originale (The Master Race). Plus introductif qu’autre chose, ce court premier tome (à peine 100 pages de lecture, aucun bonus alors qu’il y a eu pléthore de couvertures inédites et signées par de prestigieux artistes !) n’en dévoile pas assez pour être addictif, mais suffisamment pour espérer une suite à la hauteur ; attention, pas le droit à l’erreur.

Même si ce Dark Knight III raisonne comme une grosse opération commerciale et que ce début n’est pas spécialement alléchant, la curiosité titille l’envie de connaître la suite et enfin « la fin » de ce fameux futur noir du Caped Crusader. Nul doute que si les prochains chapitres s’avèrent convaincants, une publication en deux volumes, voire un seul, aurait été plus appréciable d’un point de vue qualitatif et économique. Hélas, le choix discutable de publication d’Urban Comics sur ce titre ne permettra pas cette opportunité. Attention donc à ne pas se retrouver avec trop d’invendus des tomes suivantes.

DK3 Wonder Woman Lara

[À propos]
Publié en France chez Urban Comics le 4 mars 2016.
Titre original : The Dark Knight III – The Master Race & Dark Knight Universe Presents : The Atom / Wonder Woman
Scénario : Frank Miller et Brian Azzarello
Dessin : Andy Kubert, Frank Miller (DKUP : Atom #1) et Eduardo Risso (DKUP : WW #1)
Encrage : Eduardo Risso et Klaus Janson
Couleur : Brad Anderson, Alex Sinclair et Trish Mulvihill
Lettrage : Stephan Boschat — Studio Makma
Traduction : Jérôme Wicky
Première publication originale en novembre et décembre 2015.

Dark Knight III - The Master Race

► Acheter sur amazon.fr :
Dark Knight III – Tome 01
Dark Knight III – Tome 02